Aokigahara : la forêt du suicide…

Elle porte le doux nom de Mer des Arbres
樹海 Jukai
La forêt d’Aokigahara
S’étend magnifiquement au pied du Fujisan

Mais si sa réputation a dépassé
Les frontières de la région
C’est en raison de l’attrait qu’elle exerce
Sur les candidat/es au suicide

De quoi rappeler au talent
De Seichō Matsumoto (1909-1992)
Auteur de plus de 450 ouvrages
Dont Nami no tô, « pagode de vagues »
Qui en propulsa l’invitation
Y faisant périr son couple héroïque

Puis vint le Kanzen Jisatsu Manyuaru
« Mode d’emploi complet du suicide »
Que l’on doit à Wataru Tsurumi
Que l’on trouve quelquefois
Sur le sol jonché de souvenirs
De la Mer des Arbres

Le lieu jouissait déjà d’une certaine aura
Au 19e siècle
Même si le mouvement prit de l’ampleur
Dans la seconde moitié du 20e
Jusqu’à compter au moins une centaine de passages à l’acte en 2010…

10 septembre
Journée mondiale de la prévention du suicide
De quoi tous nous interroger sur notre relation à soi, à l’autre
Et sur la fragilité de toute existence
Au regard de la variété des contextes,
Des décisions, des jugements,
Des causes et conséquences,
Quand toutes les 40 secondes, une personne sur Terre se donne la mort…

Le réalisateur Gus van Sant réalise The Sea of Trees (« Nos souvenirs ») en 2016 mettant en scène Matthew McConaughey, Ken Watanabe et Naomi Watts…


Récits


Zone(s) :

Période(s) :

Langue(s) :

Écriture(s) :

Œuvre(s) :

Les anciennes chroniques du Japon… Kojiki 古事記 & Nihon Shoki 日本書紀

Le Kojiki 古事記 est considéré comme le plus vieux texte japonais, contant les origines mythiques du pays. L’empereur Tenmu 天武天皇 (7e siècle) aurait initialement ordonné à Hieda no Are de le compiler, tandis qu’à la demande de l’Impératrice Genmei, Ô no Yasumaro en aurait poursuivi la rédaction sans que l’on sache précisément ce qui fut alors ajouté. L’objectif du Kojiki était de régler les contradictions qui existaient en son temps sur les origines du pays. Il fut achevé en 712. Son nom désigne une « chronique記 des temps anciens 古事 »… Le Nihon Shoki 日本書紀 est un autre texte qui fait suite au Kojiki, qu’il complète et précise notamment en traitant de faits plus contemporains de sa rédaction. Il serait l’œuvre du prince Toneri et également de Ô no Yasumaro. Il évoque les relations du Japon avec la Chine et la Corée. Il fut achevé en 720… Observons que si le Kojiki fut écrit en japonais (et caractères chinois), le Nihon Shoki pour sa part le fut en langue chinoise. Ces deux textes sont une source incomparable sur la connaissance du Japon ancien, de ses légendes et mythes, ainsi que de ses débuts historiques.

 

Récits


Zone(s) :

Période(s) :

Langue(s) :

Écriture(s) :

Œuvre(s) :


享 : Pour que se partagent les bicyclettes… et plus !

proposé par W. Wei

« Depuis quelques années, la Chine commence à choisir un caractère chinois afin de résumer l’année qui s’achève. Avec l’arrivée de l’année 2018, nous avons maintenant le caractère chinois de l’année 2017 : 享.
Il y a deux aspects concernant ce caractère à voir afin de connaître la grande tendance en Chine en 2017. D’abord c’est partager (共 (gòng) 享(xiǎng)), ou l’économie du partage (共 (gòng) 享 (xiǎng) 经 (jīng) 济 ()). Ce phénomène commence par la mise en place des bicyclettes communes sans bornes. En 2017, nous constatons la présence grandissante de ces bicyclettes un peu partout, avec plusieurs marques dont les deux plus connues sont Mobike et OfO. Afin de s’en servir, il faut télécharger une APP concernée et payer une petite somme pour chaque utilisation.

Puis «享 (xiǎng)» signifie également « jouir de 享(xiǎng) 受 (shòu)». Avec les bicyclettes communes, en semaine les gens jouissent de plus de facilité de se déplacer entre la station de métro et leur maison ou leur bureau. Et pendant le weekend, des gens les prennent juste pour les loisirs, par exemple pour faire un tour en bicyclette dans un parc.

L’économie du partage concerne non seulement les bicyclettes, mais également d’autres objets de la vie quotidienne tels que les voitures, les parapluies, ou les charge pal (充 (chōng) 电 (diàn) 宝 (bǎo)). Néanmoins, en 2017, quand on parle de l’économie du partage, on parle avant tout du partage des bicyclettes (共 (gòng) 享(xiǎng) 单 (dān) 车 (chē)) et nous constatons en cette année la « renaissance » des bicyclettes, surtout dans les grandes villes ! »


INDEFINITION :