dzud

Le dzud est une forme d’hiver en Mongolie durant lequel la neige est si épaisse ou le sol si gelé que les animaux ne peuvent parvenir à se nourrir provoquant ainsi de lourdes pertes. Il en existe de différentes sortes selon la gravité de la situation : blanc, noir ou encore dit de fer. Les conséquences sur la vie nomade en sont particulièrement importantes.


Mongolie : le temps des nomades est-il révolu ?

Mongolie
Le temps des nomades
Qui vont et viennent dans la steppe

Le temps de monter le ger
Selon des règles et dispositions immuables

Le temps de partager les rites, les fêtes et les contes
Naadam, Tsagaan Sar…

Mongolie
Lorsque le nomadisme côtoie la sédentarité
Lorsque le dzud les y condamne
Lorsque la Cité d’Oulan Bator les y avale en sa périphérie
Lorsqu’on y rêve d’éducation et de mieux gagner sa vie
Sur les pas d’Olzod et Purevsuren…


naadam

Le naadam est un festival annuel en Mongolie qui a lieu en juillet et voit rivaliser les tenants de trois disciplines historiques : le tir à l’arc, la course à cheval et la lutte. Un jeu d’osselets est venu s’y ajouter. Il puise ses sources dans la fondation même de l’Empire mongol par Gengis Khan et a repris du service en 1921 avec l’indépendance.


tsagaan sar

Tsagaan sar est le nouvel an mongol. Il est un moment capital dans la vie traditionnelle mongole, occasion de présenter son respect aux aînés, de réfléchir sur le sens de la vie, et de se rassembler autour d’activités rituelles et culinaires. Figure parmi elles un échange de tabatières. Ou encore l’élaboration d’une pièce montée faite d’un nombre impair de couches de biscuits (shiniin idee). Tsagaan sar signifie « Mois du blanc » et commence à la lune montante, accordant une importance spécifique à la veille nommée bituun.


INDEFINITION :

  • dzud

    Le dzud est une forme d’hiver en Mongolie durant lequel la neige est si épaisse ou le sol si gelé que les animaux ne peuvent parvenir à se nourrir provoquant ainsi de lourdes pertes. Il en existe de différentes sortes selon la gravité de la situation : blanc, noir ou encore dit de fer. Les conséquences sur la vie nomade en sont particulièrement importantes.

    Une indéfinition n'est jamais définitive - Vous pouvez la modifier ou la compléter selon vos propres pratiques, opinions, savoirs, cultures, histoire.


  • naadam

    Le naadam est un festival annuel en Mongolie qui a lieu en juillet et voit rivaliser les tenants de trois disciplines historiques : le tir à l’arc, la course à cheval et la lutte. Un jeu d’osselets est venu s’y ajouter. Il puise ses sources dans la fondation même de l’Empire mongol par Gengis Khan et a repris du service en 1921 avec l’indépendance.

    Une indéfinition n'est jamais définitive - Vous pouvez la modifier ou la compléter selon vos propres pratiques, opinions, savoirs, cultures, histoire.


  • tsagaan sar

    Tsagaan sar est le nouvel an mongol. Il est un moment capital dans la vie traditionnelle mongole, occasion de présenter son respect aux aînés, de réfléchir sur le sens de la vie, et de se rassembler autour d’activités rituelles et culinaires. Figure parmi elles un échange de tabatières. Ou encore l’élaboration d’une pièce montée faite d’un nombre impair de couches de biscuits (shiniin idee). Tsagaan sar signifie « Mois du blanc » et commence à la lune montante, accordant une importance spécifique à la veille nommée bituun.

    Une indéfinition n'est jamais définitive - Vous pouvez la modifier ou la compléter selon vos propres pratiques, opinions, savoirs, cultures, histoire.