Loy Krathong

En Thaïlande et dans les cultures proches,, c’est la grande fête de Loy Krathong. Tout le pays vibre à la lumière des lanternes posées sur l’eau. Du reste c’est là le nom de la fête, loy : « flotter » et krathong : « petit radeau ». Petite embarcation illuminée qu’on allume et qui va sur l’eau, emportant nos griefs et nos angoisses, afin qu’en cette pleine lune du 12e mois qui conclut l’année thaïe, on soit purifié pour l’année qui vient. Si vous y voyez des éléments proches de deepavali, la fête de la lumière hindoue, ne vous en étonnez pas, c’est bien le cas. D’aucuns rapportent que l’origine de cette fête, donnée en l’honneur de Gangâ (déesse des eaux), serait effectivement hindoue avant de devenir bouddhique.

On notera qu’à Chiang Mai (18° N – 98° E), on a plutôt pour coutume de faire envoler des lanternes dites célestes. Soulignons enfin qu’un concours de beauté a lieu le jour de Loy Krathong qui couronne la plus belle fille en l’honneur de la splendide Naang Noppamart, fille d’un brahmane qui devint la concubine d’un roi thaï et donna à cette fête toute sa dimension.

De quoi nous interroger aujourd’hui sur le sens des lanternes qu’on allume de par le monde, de Chine, du Japon et d’ailleurs, et qui fêtent chacune à sa manière la victoire de la lumière sur les ténèbres ou le scintillement de l’espérance.


Ramkhamhaeng

Ramkhamhaeng ou Rama « le fort » (1237 ou 1247 / 1298 ou 1317) est un roi de Thaïlande qui régna à partir de Sukhothaï – La tradition lui attribue l’essor du bouddhisme dans son pays, et la création de l’alphasyllabaire thaï en 1283 – Certaines chroniques font état d’un règne éclairé et prospère.


INDEFINITION :