8 septembre : Fardowsa accède à la lettre…

La lettre, le signe
Puissance d’une transmission
Accès au sens, à l’idée, à l’émotion

8 septembre
Journée internationale de l’alphabétisation
Pour lutter contre l’ignorance du signe
Contre l’obscurité de la lettre
Contre les interdits qui y sont attachés

Une journée pour rappeler
Qu’environ une personne sur 8 dans le monde
Demeure illettrée
Dont une majorité de femmes

Histoire ordinaire de Fardowsa
Jeune fille somalienne
Nous rappelant au devoir de justice
D’équité, d’éducation

« Je suis très différente
Depuis que je sais lire et écrire »
« Malgré plusieurs attaques et attentats
Perpétrés cette année à proximité de notre centre d’apprentissage communautaire,
Je continuerai de suivre mon rêve… »


Autisme : Pour une neurodiversité…

Nous avons dit « autisme » ?
Bien sûr, nous pensons à juste titre à la difficulté
Que représente un tel handicap
Dans la relation aux autres, aux siens, à la vie.

Bien sûr nous imaginons toutes les situations d’incompréhension réciproque,
De mutisme, l’altération des interactions sociales…

Pourtant chaque 2 avril,
Journée mondiale de la sensibilisation à l’autisme,
Une invitation s’anime qui gagnerait à se diffuser plus largement :

« Les recherches sur ce sujet laissent entendre
Que les employeurs passent à côté de certaines capacités
Que les personnes autistes possèdent en abondance
Par rapport à des travailleurs « neurotypiques »,
Notamment en matière de reconnaissance des formes
Et de raisonnement logique,
Ainsi qu’une plus grande attention aux détails.
Ces qualités rendent ces individus idéalement adaptés
À certains types d’emplois,
Comme les tests de logiciels, la saisie de données,
Les travaux de laboratoires et la relecture,
Pour ne citer que ces exemples. » (s. : un.org)

Alors, à quand une vraie mobilisation
Afin d’accompagner le mouvement d’un programme de formation aux vocations,
D’un soutien mieux adapté au placement dans l’emploi,
Et d’une lutte plus forte contre cette forme de discrimination ?

Nous avons dit progrès ? Assurément,
Il est des avancées qui ne sont pas inaccessibles,
Dès lors que nous nous « employons » à les rendre plus claires.
À chacun/e d’en illustrer les possibles…


Deux Corées, une écriture, la paix…

Deux enfants.
Deux enfants ayant grandi de part et d’autre du 38e parallèle.

Deux enfants dont le cadre politique,
économique, éducatif,
Diffère en bien des points.

Pourtant, alors qu’une feuille blanche est posée devant eux,
Et qu’ils ont plaisir à y tracer un mot,
C’est la même écriture qu’ils mobilisent
L’un et l’autre.

Ils viennent d’écrire le mot « paix » :
Pyeonghwa 평화 en coréen.

En vérité, aussi différents soient leurs univers,
Ils ont tous deux hérité d’un même patrimoine scriptural,
Celui d’une écriture mise au point au 15e siècle
Succédant à l’usage du chinois.
Et même si son nom diffère de part et d’autre,
Au sud hangeul (ou hangul) 한글
Au nord joseongeul (ou chosŏn’gŭl) 조선글,
Ce sont bien les mêmes signes qui s’y animent.

Voici soudain que leur rencontre,
S’élance dans toutes les directions.
Voici qu’elle invite les enfants du monde
À s’associer à leur geste,
À écrire le mot « paix » en coréen.

Chacun, chacune devenant ainsi ambassadeur des cultures coréennes
Qui ne sauraient se réduire
Et encore moins se conclure
Dans la déflagration la plus insensée qui puisse être.

Moment de rappeler qu’on fête cette écriture dans le sud en ce 9 octobre !
Moment de rappeler qu’on la fête dans le nord le 15 janvier !
Rendez-vous pris.
Deux dates donc pour découvrir
Comment un ancien roi nommé Sejong
Envoya aux générations futures
Un message de la plus haute importance qui soit,
Pointant l’effort que requièrent les plus grands défis sur terre,
À commencer par celui de la concorde et de la Paix…

평화,
和平,
ειρήνη,
שלום,
მშვიდობა,
سلام,
խաղաղություն,
शांति,
สันติภาพ,
hòa bình,
ᏙᎯᏱ,
ᓴᐃᒻᒪᓯᒪᓂᖅ…


Il était une fois : « Vive le Québec libre ! »

1967 – 24 Juillet
Visite du Général de Gaulle au Québec
100 ans exactement après la Constitution
Créant la Confédération du Canada
Unissant alors
Nouveau-Brunswick, Nouvelle-Écosse, Ontario et Québec

Du balcon de l’hôtel de ville
La voix s’élève
Et l’on retiendra un vigoureux :
« Vive le Québec libre ! »

Le gouvernement fédéral n’apprécie guère
Et le Général satisfait de son coup d’éclat
Rentre en France…

Photo by Bobolink


L’élégance des sapeurs…

Elégance des Sapeurs.

person whoS show oneself with garment ofS quality high
personne / qui / se montre (/ soi-même) / avec / (des) vêtements  / de / qualité / haut(e)

Qui, l’air altier,
marchent à Brazzaville.
Sans jamais s’en départir,
Leur unique priorité est la sape.
Leurs économies ne s’y trompent guère.
Demain viendra le concours.
Chacun s’y prépare,
dans l’éclat des costumes de soie
et des Weston rutilantes.


La bile d’ours : au prix de l’extrême souffrance…

Dans les arrière-boutiques
Un trafic se livre
Qui fait commerce de souffrance
Comme en bien d’autres lieux hélas

Ici ce sont les ours
Qui en pâtissent
Traînés, recroquevillés, immobilisés
Tandis qu’on perfore leur abdomen
Pour atteindre la vésicule biliaire

Pour leur malheur
Leur bile satisfait la demande
Au nom de médecines traditionnelles

Pour leur sauvegarde
Certains se battent
Sans relâche
Pour que cesse cette abomination
Pour que des solutions viables
Lui soient apportées

Honneur à leur combat…


Les oubliés des oubliés…

Ils sont : « Les oubliés »…
Oubliés parce que différents
Oubliés car ils présentent des troubles mentaux
Souvent enchaînés, mis à l’écart,
Irrécupérables…

Mais sur leur chemin,
Il y avait Grégoire Ahongbonon
Psychiatre ? Non
Médecin ? Pas davantage…
De son métier : réparateur de pneus

Après le succès de son garage, puis une faillite
Il connaît la dépression et la tentation du suicide
C’est alors qu’il ouvre les yeux sur une misère particulière
Celle de gens errants, ou de personnes entravées
Condamnées à vivre en marge de la société
Pour leur différence mentale…

« Cette chaîne, c’est la honte de l’humanité.
Lorsque quelqu’un est enchaîné,
C’est l’humanité tout entière qui est entravée. »
dira-t-il…

Un combat naît de cette rencontre
Celui de venir en aide aux « oubliés des oubliés »

S’ensuit la création d’un puis de plusieurs centres d’accueil
En Côte d’Ivoire, au Bénin, au Togo…
Souvent portés par d’anciens malades

Regagner confiance
Retrouver le sens de l’autre et de soi
« Monsieur Grégoire » : l’histoire d’un engagement…


Phiona, la reine de Katwe…

Phiona, la reine de Katwe !
Katwe ? Une zone pauvre, dans la périphérie de Kampala – Ouganda…
Phiona ? Une incroyable joueuse d’échecs…

De l’une à l’autre, l’histoire d’une jeune fille
Portée par la faim, gagnée par l’espérance
Rencontrant son destin,
Ainsi que ceux et celles capables de le favoriser et le partager
En particulier Robert Katende, son « Coach »…

Lequel dira :
« La vie sur un échiquier,
C’est comme la vie dans un bidonville.
Il y a des défis et des surprises partout,
Mais si vous regardez attentivement,
Vous pouvez trouver des opportunités.
Vous pouvez trouver le moyen de vous en sortir… »

Phiona, c’est l’histoire d’une championne
Affrontant les tournois l’un après l’autre
Jusqu’à donner le goût d’entreprendre à beaucoup d’autres
Tout aussi capables de secouer les chaînes de la fatalité…


Repensons le plastique…

Une aventure au fil des siècles
Clamant le génie de l’humanité
D’invention en invention
Les techniques s’y affinent
Histoire du plastique

Découverte du caoutchouc, de la vulcanisation
Apparition du mot polymère (1866)
Mise au point du celluloïd (1856/1870) puis de la cellophane (1908)
Après un siècle de perfectionnement, fabrication industrielle du polychlorure de vinyle – PVC (1931)
Apparition des polyamides en 1935 : le nylon !
Découverte du polycarbonate en 1953…

Depuis 1950
Production de 8,3 milliards de tonnes de plastiques
Et la belle aventure a viré au cauchemar
L’invention géniale s’est disséminée
9 % ont été recyclés,
12 % incinérés
Et 79 % ont été accumulés dans des décharges ou dans la nature

Surexploitation des combustibles fossiles
Additifs toxiques
Substances chimiques
Perturbateurs endocriniens
Matières non biodégradables
Menace majeure pour nos océans

– STOP –
Dans nos actes
Dans nos comportements
Dans nos pensées
Repensons le plastique…


Une union, une unité : Ruth et Seretse…

Un regard a suffi
Et la flamme a fait le reste
Seretse Khama
Et Ruth Williams
Se sont promis fidélité, amour et justice
Et leur vie en témoigne

Témoignage contre l’adversité
Témoignage contre la ségrégation raciale
Témoignage contre la tentative de le déstabiliser
Ainsi que son pays

Au fait, Seretse Khama
Est Roi de Bangwato
Et son nom, Seretse,
Signifie : « l’argile qui lie »

Malgré les oppositions de toutes sortes
Malgré les dénis de justice
Malgré l’exil,
Ces deux-là tiendront bon
Et en 1966
Seretse Khama deviendra
Après l’indépendance
Le premier président
du Botswana…

Leur fils
Seretse Khama Ian Khama
Devient à son tour président en 2008
Réélu en 2014…

We are convinced that there is justification for all the races that have been brought together in this part of Africa, by the circumstances of history, to live together in peace and harmony, for they have no other home but Southern Africa. Here we will have to learn how to share aspirations and hopes as one people, united by a common belief in the unity of the human race. Here rests our past, our present, and, most importantly of all, our future. » – Seretse Khama – speech at the national stadium on the 10th anniversary of independence in 1976. As quoted in Thomas Tlou, Neil Parsons and Willie Henderson’s Seretse Khama 1921-80, Macmillan 1995. (thoughtco.com)

 

Un film « A United kingdom » paru en 2017 rend hommage à leur couple et à leur combat…