Dans la mémoire des Héréros et des Nama : un crime oublié ?

Namibie
Sublimes terres d’Afrique australe
Héritières de traditions plurielles
Enrichies de ses cultures, de ses savoirs

Pourtant se souvient-on
Du sort qu’y connurent
Au début du 20e siècle
Les tribus Hereros et Nama

Se souvient-on de leur massacre à partir de 1904
Suite au partage de l’Afrique
Acté à la Conférence de Berlin (1884-1885)
Au nom du pouvoir de taire toute opposition
Et de réprimer les rébellions

Se souvient-on de leur déportation
Sur Shark Island ?

À leur mémoire
Pour que justice leur soit rendue…

Photo by Panoramas


La bile d’ours : au prix de l’extrême souffrance…

Dans les arrière-boutiques
Un trafic se livre
Qui fait commerce de souffrance
Comme en bien d’autres lieux hélas

Ici ce sont les ours
Qui en pâtissent
Traînés, recroquevillés, immobilisés
Tandis qu’on perfore leur abdomen
Pour atteindre la vésicule biliaire

Pour leur malheur
Leur bile satisfait la demande
Au nom de médecines traditionnelles

Pour leur sauvegarde
Certains se battent
Sans relâche
Pour que cesse cette abomination
Pour que des solutions viables
Lui soient apportées

Honneur à leur combat…


Le tourisme : du trop au trop peu ?

Avec un flux toujours croissant
Le tourisme serait-il en train de tuer
Ce qui lui a permis de se développer :
L’authenticité des lieux, des êtres et des choses…

Pas besoin de le qualifier de masse
Pour comprendre que sa déferlante
Crée partout où elle enfle,
Venise, Majorque, Bali, Ecosse…
Le sentiment d’une cruelle contradiction

Jamais autant de personnes
N’ont bénéficié de sa manne
Permettant à des familles, à des régions, à des pays
D’envisager des lendemains moins austères

Jamais autant de situations
N’ont amené les mêmes, ou leurs voisins,
A se désoler du coût d’un tel bénéfice

Alors
Accepter sans rien dire au nom du divin profit ?
Rejeter en payant un autre prix au nom d’une préservation
Que certains jugeront luxueuse ?

Et si une meilleure idée du tourisme
D’un tourisme durable, lui-même authentique,
D’un tourisme se rappelant aux vertus du voyage
Respectueux des autres et de soi-même
Etait en vérité un passage obligé ?

De quoi s’interroger avec celles et ceux
Qui le prônent, parfois de longue date,
Pour une plus grande responsabilité commune…
Vous avez dit : humanité ?

En ce même jour, des innocents parcourant l’artère principale de Barcelone (les Ramblas) étaient fauchés par une voiture-bélier, suivis quelques heures plus tard d’un second attentat dans la cité balnéaire de Cambrils…


Les voies du partage…

Il était une fois le partage…
À la base de toute humanité.

Le partage comme sens de la vie. Le partage comme vision du monde.

Partage des richesses, matérielles, immatérielles.
Partage du savoir, des cultures, de sa présence à l’autre.
Partage du temps, du regard,
De nos impressions en respect de leur dialogue,
en écoute de leur complémentarité.

Partage de la beauté du monde,
Mais aussi de sa dureté pour mieux l’apaiser.

Partage de nos rires, mais aussi de nos peines.

Partage pour mieux vivre, ensemble,
Dans la solidarité de nos actes, gestes, intentions, pensées.

Les cultures du monde ont appréhendé le partage de bien des manières,
Potlatch nord-amérindien,
Téranga sénégalaise,
Fihavanana malgache…

Le même sens y demeure, s’y inscrit, y rayonne :
Idées de l’hospitalité, du lien, du tiss’âge.

Le partage est porteur des valeurs les plus nobles,
Par-delà les appropriations exclusives
Et les accès morbides de cupidité.

Puisant dans la générosité de l’instant,
Ou de l’existence,
Puisse le partage paraître plus naturel
À celles et ceux qui douteraient encore de sa radieuse nécessité.


Océans… notre sauvegarde

océan m. : « Ensemble des eaux salées recouvrant la terre… »
Certes, mais encore ?!

océan m. : « Ensemble des eaux salées recouvrant la terre
Abritant de nombreux écosystèmes… »

Et que dire en ce cas de notre interdépendance ?

océan m. : « Ensemble des eaux salées recouvrant la terre
Abritant de nombreux écosystèmes
Auxquels l’espèce humaine doit en grande part d’exister
En raison de leur contribution majeure aux équilibres écologiques,
Et à leur alimentation … »

Mais alors, que penser de sa présente mise en danger ?

Tandis que pollution, surpêche, acidification croissante…
Ne cessent de violenter les océans
Et défier les fondements de ces équilibres,
Comment y faire face ?
Quelles dispositions prendre ?

océan m. : « Vaste espace d’eau salée partiellement connu
Auquel nous devons des richesses fondamentales à la survie des espèces,
Et en particulier la nôtre,
Et dont une mauvaise gestion (surpêche, déchets, pollution…)
Met en danger les équilibres fondamentaux directement ou indirectement. »

Comprendre qu’il est temps d’agir ?
Quelles sont les mécanismes favorisant nos responsabilités individuelles et collectives ?
Comment les animer durablement ?