censure

«  La plus grave de toutes les censures, et celle à laquelle il ne faut jamais obéir c’est l’autocensure, qui est peut-être la plus sournoise, la plus dure, dont on parle peu. Si tu ne veux pas tout dire ou tout écrire, d’abord il ne faut peut-être pas se lancer dans ce sujet là. Les choses que l’on s’interdit à soi-même, c’est grave dans ce métier. C’est plus grave de se trahir soi-même que de trahir quelqu’un d’autre. On ne choisit pas ce métier là pour gagner du pognon, on choisit ce métier là pour un certain nombre de valeurs. Je crois à ces choses là et comme j’y crois, je les défends. Si quelqu’un parce qu’il a de l’argent, parce qu’il est puissant, parce qu’il me fait peur, me donne l’ordre de me taire, il ne faut pas faire ce métier, et surtout, il ne faut pas se taire. Dans la recherche de la vérité, si tu connais un élément qui entre en ligne de compte, il faut le dire, tant pi si on se fâche et qui on fâche. »

Les mots de Jean S.

Les mots de Jean S.

Jean est basque. Jean est un homme du verbe. Ça tombe bien, ici on définit son identité par la langue. Occasion d’aller à la rencontre de ce qui a fait le journaliste plein de truculence qu’il est devenu, mais aussi le conteur, l’homme des amitiés non éphémères. Des vallées encastrées du pays basque, aux îlots du Pacifique, de l’interview du Général De Gaulle à l’éloge du rugby, la traversée d’une vie suit avec ses passions et ses valeurs…

Suggestions :