« Une vie tranquille et modeste »… selon Einstein

« Une vie tranquille et modeste
Apporte plus de joie
Que la recherche du succès
Qui implique une agitation permanente… »

Telle serait la note laissée par Albert Einstein
À un coursier de l’Imperial Hôtel de Tôkyô
En remerciement de la course effectuée
Dans un pays qui ne pratique pas le pourboire…

La scène se serait produite en 1922
Et ferait partie de deux notes
Refaisant surface 95 ans plus tard…

Alors, une idée à ce sujet ?
Que choisir entre les rêves de gloire, de notoriété,
L’avalanche d’avantages et de privilèges
Qu’ils entraînent,
Et une vie moins exposée,
N’ayant pas accès aux mêmes tables
Ni aux mêmes tribunes
Mais prenant le temps d’apprécier
Les bonheurs simples de la vie ?

Eternel dilemme
Souveraine décision
Mais qui ne dépendent de nous
Qu’en partie…

Quant aux deux notes
Les voici mises aux enchères
Ainsi que la gloire y porte…


Récits


Tags :

Zone(s) :

Période(s) :

Langue(s) :

Écriture(s) :

People :

28 janvier 2014 – Décès de Frédéric Bruly Bouabré

Nous sommes en Côte d’Ivoire le 28 janvier 2014. Ce jour-là décédait à Abidjan à l’âge de 91 ans, un grand témoin et acteur de l’histoire des écritures. Il emportait alors avec lui une extraordinaire aventure dont il fut sa vie durant le vecteur. Son nom : Frédéric Bruly Bouabré. Son mérite : avoir dédié son existence à valoriser, préserver, défendre la culture de son peuple, les Bété. Cheikh Nadro, c’est-à-dire « Celui qui n’oublie pas » ainsi qu’il se désignait, eut sa révélation en 1948. Il adressa en 1957 une lettre à Théodore Monod y mentionnant :

« … « Quand vous verrez les pierres de Bécloi, on dirait qu’elles sont sculptées »… Voilà le discours que nous enfants bété, entendions très souvent dans les conversations des grandes personnes. Et moi, à chaque fois que j’entendais ce discours, j’avais le désir d’aller à Bécloi, voir de mes propres yeux ces fameuses pierres. »

 

C’est ce qu’il fit pour finalement consacrer ses jours à la mise en œuvre, au développement et à l’enseignement de l’écriture dite bété comprenant 448 signes différents. Combien sont attachants ces petits cartons qu’il couvrit de couleurs variées et de légendes inscrites en marge. Leur agencement encyclopédique semble chanter le bonheur qui l’envahit toute sa vie à pouvoir ainsi en témoigner. Poète, peintre, c’est à partir de l’exposition des « Magiciens de la Terre » qui se tint en 1989 qu’il se fit plus largement connaître. Le monde lui ouvrit alors les bras, ou plutôt les portes de ses galeries. Puisse désormais son œuvre se préserver et puissent d’autres enfants bété la prolonger toujours plus loin…

Récits


Tags :

Zone(s) :

Période(s) :

Langue(s) :

Écriture(s) :

People :


Dans la mémoire des Héréros et des Nama : un crime oublié ?

Namibie
Sublimes terres d’Afrique australe
Héritières de traditions plurielles
Enrichies de ses cultures, de ses savoirs

Pourtant se souvient-on
Du sort qu’y connurent
Au début du 20e siècle
Les tribus Hereros et Nama

Se souvient-on de leur massacre à partir de 1904
Suite au partage de l’Afrique
Acté à la Conférence de Berlin (1884-1885)
Au nom du pouvoir de taire toute opposition
Et de réprimer les rébellions

Se souvient-on de leur déportation
Sur Shark Island ?

À leur mémoire
Pour que justice leur soit rendue…

Photo by Panoramas