Pour une croissance culturelle de l’humanité

Prologue

Une croissance culturelle de l’humanité est partout en mouvement, apportant avec elle une autre perception de la notion de « croissance », qu’elle soit médiatique, sociale, pédagogique, sémiotique, environnementale, économique, ou encore numérique. Chacun, chacune d’entre nous peut en être tout à la fois le bénéficiaire et l’acteur/rice, transformant notre rapport au monde, à l’autre et à soi. Dix raisons à cela…

Article 1

Tout d’abord la croissance culturelle de l’humanité (CCH) en appelle à une nouvelle vision du monde.

1.1 Cette vision est aujourd’hui confrontée aux crises et tensions de toutes sortes au sein desquelles chacun/e tente – avec plus ou moins de succès – d’établir son équilibre.

1.2 Nous devons y faire face à une croissante diversité de concepts, d’opinions, de faits et à la nécessité permanente de la décoder.

1.3 Une extrême complexité s’y manifeste, à la croisée de nombreux systèmes idéologiques, religieux, scientifiques, sociaux, financiers, cognitifs… et des turbulences qu’ils rencontrent.

1.4 Au regard de cette période confuse, la CCH interroge les conditions qui favoriseraient l’avènement d’un progrès plus responsable de l’humanité.

Article 2

Ce progrès devrait défendre une approche transculturelle permettant une meilleure compréhension et reconnaissance de nos différences et similitudes.

2.1 Pour y parvenir, deux idées de la culture aspirent à converger : la culture en tant qu’héritage et patrimoine, mais aussi en tant « qu’idéal à atteindre », projet à conduire.

2.2 En même temps la CCH vise à dépasser nos ethnocentrismes, en reconnaissant que le « centre du monde » est partout, y appelant à réduire stéréotypes et préjugés.

Article 3

La CCH en appelle à une pédagogie innovante à la hauteur des enjeux de nos temps.

3.1 Afin de contribuer à en poser les fondations, la CCH accorde une place importante à la manière dont chacun/e de nous acquiert sa culture (processus d’enculturation) et dont elle interagit avec les autres (interculturation).

3.2 L’idée d’une intelligence plurielle, à la fois intellectuelle, émotionnelle et corporelle, doit y prendre sa place centrale pour aider à notre meilleur épanouissement.

3.3 La CCH défend un meilleur accès et partage des savoirs, sous la forme d’un encyclopédisme contemporain, humble et volontaire.

3.4 La créativité y occupe une place décisive à la fois transculturelle et transdisciplinaire.

Article 4

Notre relation au sens est simultanément au cœur de la CCH.

4.1 La CCH nous invite à mieux considérer la grande pluralité de nos langages (langues, écritures, autres codes…) et les bénéfices quotidiens que nous pouvons en retirer dans notre rapport au monde et aux autres.

4.2 Un aspect important tient à la prise en compte de nos variations de sens (processus d’indéfinition) afin de réduire malentendus et préjugés.

4.3 Une autre contribution provient de l’intérêt que nous pouvons accorder aux fonctions symboliques et à leur rôle essentiel dans la saisie du sens.

Article 5

Au-delà de cette considération de la signification, une communication plus humaniste fonde la CCH et participe naturellement à sa diffusion.

5.1 La CCH rappelle que la communication est avant tout écoute réciproque, « mise en commun » et que cela nécessite une réelle présence à l’autre.

5.2 La CCH est également attentive aux formes de médiation susceptibles de comprendre ou résoudre les conflits et désaccords qui divisent l’humanité, y interrogeant tout particulièrement le rôle des médias.

5.3 La CCH voit dans le numérique et dans ses conséquences un vecteur essentiel des changements en cours et de leurs possibles évolutions invitant à les aborder sous un angle plus humaniste.

Article 6

La CCH est vecteur de renouveau économique et entrepreneurial.

6.1 La CCH encourage à bien comprendre la part que les cultures peuvent apporter aux équilibres économiques, notamment dans l’innovation en faveur de nouvelles formes de partage et d’échange, redessinant la carte des valeurs.

6.2 La CCH est source d’emplois et de valeur ajoutée, s’inscrivant dans de nombreux pans d’activité, et pas seulement bien sûr dans le secteur culturel.

Article 7

C’est en effet dans de nouvelles formes d’organisation et de responsabilité sociale, fondées sur la coopération et le partage non seulement des biens matériels, mais du temps ou encore des savoirs, que la CCH trouve sa pleine mesure collective.

7.1 La CCH est un atout décisif pour toute collectivité territoriale dont elle peut aider à consolider le projet culturel.

7.2 La reconnaissance réciproque de nos identités, dans leurs attaches historiques, leurs évolutions constantes, leur dialogue apaisé, et bien entendu leur transmission, y est déterminante.

7.3 Afin de promouvoir cette dynamique naturelle dans toutes les composantes de la société, la CCH s’appuie sur l’idée d’une alliance intergénérationnelle placée au service de chacun/e.

Article 8

Considérant le besoin urgent de solutions durables, la CCH pointe l’obligation de mieux défendre la Vie sous toutes ses formes car sa présente mise en danger ne menace pas seulement nos cultures mais notre espèce même.

8.1 La CCH est soucieuse de l’équilibre et de la fragilité des écosystèmes ainsi que de la gestion des ressources (océans, forêts, eau, énergie…), liés à nos modes de production et de consommation et à leurs déchets, c’est-à-dire à notre vision du monde.

8.2 La CCH veut contribuer à un développement plus harmonieux, plus responsable et plus équitable des activités humaines.

Article 9

Ainsi qu’il apparaît, chacun/e de nous, homme ou femme, enfant ou adulte, est susceptible de mettre en œuvre la CCH.

9.1 Loin de se réduire à une idée conventionnelle de la croissance, la CCH peut accompagner tout projet de vie, dans la recherche d’un équilibre quotidien au monde, aux autres et à soi-même.

9.2 Le respect mutuel s’y impose comme une condition à son émergence.  

Article 10

Confiante dans un avenir pacifique de l’humanité, mais plus encore dans sa prise de conscience et ses exigences mutuelles, appelant à la responsabilité et à l’engagement de chacun/e, la CCH se veut une alliée sur le chemin de progrès de l’espèce humaine.

10.1 La CCH souhaite ainsi contribuer à la transition de notre temps qui ne doit pas être seulement obligée, mais désirée.

10.2 La CCH y défend l’idée d’une Renaissance, tout à la fois inédite, déterminante et enthousiasmante pour les générations présentes et à venir à une seule condition : le choix de nous y engager.

Back to Top