Articles :

  • Les jeunes filles kreungs : à la recherche de l’âme sœur…

    Chez les Kreungs au Cambodge
    L’heure est à la recherche de l’âme sœur
    Ou du corps frère

    Pour y aider
    Les parents de la jeune fille de 13, 14 ans
    Ont construit une hutte en bois
    Qu’ils ont confiée à sa garde

    Désormais, chaque nuit
    Elle pourra y recevoir ses prétendants
    Et tester leur amour

    Forte de son choix
    Ayant pu juger, apprécier ou rejeter les demandeurs
    En toute liberté, et sans qu’ils puissent s’en offusquer
    Elle présentera bientôt l’élu de son cœur à ses parents

    On dit que chez les Kreungs
    Existe une égalité parfaite entre hommes et femmes…


  • Les Mots De :

  • amour

    « Danse autour de l’amour, même seul ! »


    Les Mots De


    Thème(s) :

    Tags :

  • jalousie

    « Dès que je côtoie l’Amour, c’est l’Art qui me rattrape par derrière. Il est jaloux. Il veut que je lui sois fidèle. Suis-je heureux ainsi ? Je n’en suis pas sûr. »


    Les Mots De


    Thème(s) :

    Tags :

  • Citation :

  • vêtement 

    « Le plus beau vêtement qui puisse habiller une femme, ce sont les bras de l’homme qu’elle aime » Yves Saint Laurent


  • Veillée :

  • Chaos…

    Au commencement étaient le Chaos, la Nuit et l’Amour. Le Chaos et la Nuit engendrèrent le Destin. Puis naquirent la Terre (Titéa) et le Tartare (les Ténèbres). Titéa mit au monde Uranus (le Ciel), la Mer et les Cyclopes. Titéa et Uranus enfantèrent les Titans. Toutefois Uranus les précipitant dans le Tartare, Titéa fomenta sa vengeance. C’est ainsi que Saturne (Cronos) le mutila et prit sa place, tout en promettant à Titan, son aîné, que celui-ci lui succéderait. Ayant épousé Rhéa, Saturne prit ainsi l’engagement de ne pas avoir d’héritier mâle, et décida donc d’avaler ses enfants. Néanmoins alors qu’il s’apprêtait à engloutir Jupiter, Rhéa lui substitua une pierre emmaillotée. Jupiter grandit en Crète, nourri du lait de la chèvre Amalthée. Titan l’ayant cependant découvert, il enclencha la guerre avec son frère Saturne et en vint à bout. Jupiter, cherchant à s’allier des forces pour vaincre Titan, parvint à faire rendre à son père tous les enfants qu’il avait avalés. En récompense de quoi, il put à son tour mettre Titan à terre, et replacer Saturne sur son trône. Hélas celui-ci n’en fut guère reconnaissant et Jupiter, entré en guerre contre lui, le chassa du ciel. On dit qu’il trouva refuge dans le Latium, et qu’il y amena un Âge d’or dont les Romains fêtaient le souvenir sous le nom de Saturnales.


  • Il était une fois deux frères ennemis, Osiris et Seth…

    Osiris était fils de Geb, dieu de la terre, et de Nout, déesse du ciel. Il était aussi le frère de Seth. Or à sa mort, Geb décida de partager son royaume en deux. Partage bien inégal puisqu’il confia à Osiris les terres fertiles, et à Seth les terres rouges du désert. De quoi, on le comprendra, nourrir beaucoup de rancune chez l’infortuné Seth. Puis Osiris épousa Isis et on dit que leur union fut heureuse. Ils dispensèrent leurs bienfaits aux hommes, Osiris leur apportant la culture du blé, la pêche, et Isis la médecine, le tissage. Mais Seth ne s’avoua pas vaincu, et il attendit patiemment son heure. Lors d’un banquet auquel il avait convié 72 de ses amis, il proposa à chacun des convives de s’allonger dans un coffre promettant de l’offrir à celui qui y tiendrait parfaitement. Les complices de Seth s’y essayèrent mais aucun d’eux n’avait la taille voulue. C’est lorsque le tour d’Osiris arriva que tous purent constater qu’il y tenait à merveille, le coffre semblait fait pour lui. En vérité il l’était. Tant et si bien que les auteurs du complot, Seth en tête, fermèrent le coffre sur lui puis le jetèrent dans les eaux du Nil non loin de Byblos. Osiris s’y noya. Mais Isis, épouse fidèle, n’avait pas dit son dernier mot. Elle partit en quête de son corps et, finit par le trouver. Elle le ramena en Egypte. Toutefois Seth profita d’un moment de relâchement pour découper le corps et en éparpiller les morceaux. Isis partit une nouvelle fois à leur recherche et à chaque fois qu’elle en trouva une partie, l’ensevelit sur place. C’est ainsi qu’elle enterra la tête à Abydos, le cou à Héliopolis, et ainsi de suite. Seul son sexe avait été avalé par un crocodile. Puis elle reconstitua son corps, et grâce à l’aide d’Anubis, se fit féconder. Horus devait naître de leur union. Elle embauma le corps, initiant la première momie, et c’est ainsi qu’Osiris devint le seigneur de l’Au-Delà, présidant à la pesée des âmes, assisté de Thot et Anubis. Quant à Horus, dieu à tête de faucon, dont le nom signifie « vengeur de son père », il s’opposa bientôt à Seth, dans une lutte sans merci. Il devait y perdre un œil* mais y gagner l’admiration de tous, devenant ainsi le symbole de la piété filiale.


  • L’Eldorado… et le lac de Bacatá

    (légende chibcha) Il était une fois un roi follement amoureux. Il faut bien dire que son épouse, venant d’une autre tribu, ne manquait pas de rayonner sur tout son entourage. Et aux débuts, leur amour fut prospère, puisqu’une fille en naquit. Hélas, le roi manquait sérieusement à ses devoirs, et il ne tarda pas à délaisser son épouse pour se livrer à toutes sortes de divertissements ! Il passait son temps en compagnie d’autres jeunes femmes, et la reine en fut bouleversée. Elle finit elle-même par se détourner de lui, et porta son regard de braise sur un beau et fier guerrier qui à son tour en fut follement épris. Leur union secrète suivit. Jusqu’à ce qu’un jour, elle fut découverte par le roi. Celui-ci ordonna qu’on le torture… Puis fut annoncée la tenue d’un grand festin pour la reine. Aucun luxe n’avait été mis de côté. Les tables étaient somptueuses et les mets abondants. Plus encore, un plat spécial attendait la souveraine.

    Elle y porta ses lèvres avec appréhension, quand le roi lui apprit qu’il s’agissait du cœur d’un animal rare et sauvage. La reine n’eut alors aucun besoin d’explication pour comprendre qu’il s’agissait du cœur de son amant. Folle de douleur, elle se rua sur sa fille, et l’emmena en courant jusqu’à la lagune de Guatavita, dans les eaux de laquelle elles s’enfoncèrent profondément. C’est à cet instant que le souverain pris de remords comprit enfin sa propre faute et demanda qu’on lui restitue le corps de son épouse, se rappelant combien il l’avait aimée dès le premier regard, et pourtant délaissée sans raison. Les sorciers lui répondirent qu’elle n’était pas morte, mais qu’elle vivait dans un palais au fond du lac, en compagnie d’un dieu-serpent. Le roi se soucia ensuite de sa fille et pria qu’on la lui rende. C’est ce que l’on fit, mais celle-ci était aveugle désormais et on décida donc de la laisser repartir. La reine, à présent divinisée (et transformée en serpent), se vit régulièrement offrir des offrandes d’or lors de cérémonies rituelles. Ces rites furent bientôt conduits pour l’élection d’un nouveau zipa (« roi »). Dans une ambiance de jeûne et de préparation à la fête, des masques et vêtements particulièrement riches étaient produits. Puis le jour venu, le roi se plaçait dans une embarcation et se dirigeait au centre du lac circulaire. Alors au moment même où le soleil levant touchait la barque et son corps, il se débarrassait de sa cape, laissait voir son corps recouvert de poussière d’or. Il ne restait plus qu’à jeter or et émeraudes au fond du lac tandis que débutait la fête. Au fait, ce roi régnait sur Bacatá, qui n’est autre que la cité qui donna son nom à la capitale actuelle de la Colombie, Bogotá (4°36 N / 74°04 O). Quant à cette légende, reprise par les Conquistadores et notamment Benalcázar, elle alimenta sérieusement les rumeurs et donna naissance au mythe de l’Eldorado.


  • Le ghoul à sept têtes…

    (conte berbère marocain) Dans le haut Atlas, vivait la princesse Tinarouz, belle comme un ange. Celle-ci n’avait qu’un rêve, se marier le jour où elle le déciderait. Or, elle jugea que ce jour devait coïncider avec le début du printemps et désirait qu’on lui offrît un splendide coffre en argent qui lui venait de son arrière-grand-mère. Son père, le sultan, y consentit. Hélas, le jour venu, nul prétendant ne se présenta, et la princesse en fut terriblement chagrinée. Heureusement, sa servante, Myriam, qui connaissait bien des choses, lui apporta une pierre en lui confiant que si elle la plaçait contre son cœur en exprimant un vœu sincère, il serait exaucé. Et c’est bien ce que fit Tinarouz, demandant à être mariée le jour de son prochain anniversaire. Ce jour-là, on fit venir le coffre et à peine l’eut-on ouvert qu’une stupéfaction gagna tout le monde : il contenait un magnifique jeune homme aux yeux si bleus et à l’allure si magnifique ! Tinarouz l’interrogea sur sa provenance, mais le bel inconnu resta mystérieux et se contenta de demander sa main au sultan si tous deux en avaient le désir. Certes, tel était le bien cas, mais comment s’assurer de sa bravoure, de son honnêteté ? Il fut décidé qu’il devrait combattre le « Ghoul à sept têtes » pour le mettre à l’épreuve. Le jeune homme trouva la proposition fort juste et partit aussitôt dans la forêt où vivait le monstre. Quand il l’eut atteinte, il ne lui fallut guère attendre pour que le Ghoul apparaisse, terrifiant et menaçant. Jetant des flammes, il aurait tôt fait de le réduire en cendres. C’est à cet instant que la rivière gonfla en leur proximité, tant et si bien qu’elle déferla sur la forêt. Le monstre en fut si décontenancé qu’il perdit un temps son équilibre et le jeune homme en profita pour trancher ses sept têtes. Revenant au palais, il eut tôt fait de présenter les têtes du Ghoul et obtint ainsi la main de la princesse. Ainsi débutèrent des temps de bonheur que nulle ombre ne vint ternir. Jusqu’à ce jour où… la princesse, de plus en plus curieuse, exigea que son bel amoureux lui confie sa provenance. Il refusa pour les mêmes raisons qui l’avaient encouragé au silence. Un malheur s’abattrait sur eux s’il lui indiquait. Mais elle insista avec tant de force qu’il commença à céder… C’est alors que la rivière qui l’avait hier sauvé, se déchaîna de nouveau et l’emporta avec elle : son bel époux venait de disparaître. Les semaines passèrent. Or un soir, Myriam se promenant près de la rivière, vit d’étranges lueurs s’animer à sa surface. Puis la rivière elle-même sembla bouillonner, et un vieil homme en sortit. Il s’assit sur un trône, et un jeune homme se plaça à ses côtés. Bien sûr, c’était le jeune époux de la princesse. Myriam se précipita auprès d’elle pour lui annoncer cette effarante nouvelle. Tinarouz se mit à danser devant eux et devant ce spectacle, le prince confia à son père que telle était celle qu’il avait épousée. Celui-ci comprit quel amour unissait ces deux êtres, et accepta de les laisser se retrouver. Il demanda toutefois qu’ils se rappellent toujours combien la curiosité pouvait être mauvaise conseillère. Puis il se retira avec les eaux, et les deux amoureux purent vivre dans le bonheur.


  • Le lys du Chili…

    Il était une fois dans l’antique Chili deux peuples ennemis : les Mapuches et les Pehuenches. Leur mésentente était totale et ils l’exprimaient dans toute l’hostilité qu’ils pouvaient y mettre. Pourtant un prince pehuenche, nommé Copih, et une princesse mapuche, du nom de Hues, s’étaient épris l’un de l’autre. Osant braver l’interdit imposé par leur tribu, ils se retrouvaient régulièrement au creux des forêts ou dans les recoins du lagon. Et eux seuls partageaient ce secret. Mais un jour, le père de la princesse décida de la suivre discrètement , ainsi en fit pareillement celui du prince. C’est comme cela qu’ils les surprirent enlacés dans une crique. Fou de colère le chef mapuche décocha une lance qui, fusant dans les airs, traversa le torse de Copih. Au même instant, le chef des Pehuenches lançant son javelot, mit un terme à la vie de Hues. Tous deux sombrèrent dans les eaux profondes. Il ne fallut pas longtemps pour que les deux chefs se rendent compte de l’absurdité de ce qu’ils venaient d’accomplir. Mais il était trop tard, la Vie avait cessé d’être. Alors longtemps les tribus chargées de lourds remords pleurèrent la jeunesse sacrifiée des deux amoureux. Puis Pehuenches et Mapuches revinrent ensemble sur les lieux du drame afin d’en commémorer l’événement. Soudain alors que tous se trouvaient sur la rive, ils virent deux lances émerger du lac. Et une tige grimpante les enlacer, au sommet de laquelle deux fleurs s’épanouirent : l’une rouge de sang, l’autre blanche de neige. C’est pourquoi on l’appelle aujourd’hui Copihue, ou lys du Chili.


  • Tanabata…

    Le festival de Tanabata (ou fête des étoiles) symbolise l’union de l’étoile Vega (la tisserande, fille du Dieu du Ciel, nommée Zhīnǚ en Chine et Orihime, ou encore au Japon) et Altair (le bouvier, fils des hommes, nommé Niúláng en Chine et Hikoboshi au Japon). Celle-ci s’accomplit une fois l’an, le 7ème jour du 7ème mois lunaire, ramené usuellement au 7 juillet avec des variantes pouvant amener au 7 août, lors de grandes festivités colorées. L’origine du conte est chinoise, elle provient de la fête dite de Qīxī – elle aurait été introduite au Japon à l’ère Nara (710-794). Une parmi les nombreuses histoires que l’on raconte à ce sujet, nous apprend qu’Orihime confectionnait de magnifiques tissus pour son père, le Dieu du Ciel lequel en était fort heureux. Or un jour elle rencontra le bouvier céleste Hikoboshi qui faisait paître ses troupeaux, et en tomba immédiatement amoureuse. Le mariage ne tarda pas et leur union fut des plus heureuses. Enfin pas pour tous, car voilà qu’Orihime délaissa soudain le tissage, tandis que le bétail d’Hikoboshi gambadait en tous sens. L’ordre galactique était en danger. Le Dieu du Ciel jugea qu’il lui fallait y mettre bon ordre et il ne le fit pas à moitié, puisqu’il sépara les deux amoureux par l’infranchissable Voie lactée. Orihime en éprouva un immense chagrin et son père en fut sincèrement affecté. C’est pourquoi il consentit à ce qu’ils puissent se voir une fois l’an. Hélas force fut de constater qu’il n’y avait nul pont pour leur permettre de se rejoindre. C’est alors qu’un vol de pies permit de constituer un pont grâce à leurs ailes assemblées. Ainsi les deux amoureux purent-ils enfin se rejoindre. Chaque année, leur rencontre se renouvelle à une condition : qu’il fasse beau, sans quoi il faut attendre l’année suivante !


  • Un reflet mortel…

    Narcisse était un jeune homme de grande beauté. Or il avait été également doté d’un tempérament extrêmement fier et se refusait à céder aux avances de toutes les jeunes personnes qui tombaient amoureuses de lui. C’est ainsi qu’il repoussa les avances d’Echo, au point de l’affliger terriblement. On se rappellera ici qu’Echo était une nymphe que Zeus avait chargée de détourner l’attention d’Héra pendant qu’il batifolait auprès de ses amours. Or Héra s’étant aperçu du stratagème lui avait ôté la parole, la condamnant à répéter les derniers mots des paroles qu’elle entendait. Ainsi donc Echo fut-elle rejetée et jura de se venger. Chose fut faite le jour où Narcisse s’approcha d’une source et y vit son reflet. Le devin Tirésias n’avait-il pas prévenu en déclarant que Narcisse vivrait tant qu’il ne se connaîtrait pas ! Or, devant un tel éclat de beauté, Narcisse tomba amoureux de lui-même se condamnant à ne pouvoir vivre pleinement cette passion. Elle le consuma jour après jour tandis qu’il ne pouvait plus se détacher de son image et Narcisse se vida ainsi de sa vie. On dit que l’emplacement où les naïades le retrouvèrent était tapissé de fleurs blanches, qu’on nomme narcisses.


  • Sinograph :

  • ài – 愛

    ài 愛 / se dit ai en jap. Simplifié : 爱.


    Sinograph


    Thème(s) :

    Tags :

  • Twitopique :

  • #amour

    Erôs, physique / Philia, social / Storgê, familial / Agapê, divin / Les diverses formes d’#amour chez les Grecs.


    Twitopique


    Thème(s) :

    Tags :

    Zone(s) :

  • #aphrodite

    #Aphrodite (Vénus) / Amour et sexualité / Née de « l’écume » lors de l’émasculation d’Ouranos / Aphrodisias, Paphos, Cythère… : cultes.


  • #besoin

    Pyramide des #besoins de Maslow / Physiologiques / Sécurité / Appartenance et amour / Estime / Accomplissement de soi / Réfutée ?


  • #chaos

    Au commencement étaient le #Chaos, la Nuit et l’Amour / Le Chaos et la Nuit engendrèrent le Destin.


    Twitopique


    Thème(s) :

    Tags :

    Zone(s) :