• Indéfinition principale :

    découvrir

    Ôter ce qui couvre avec toutes les conséquences positives ou négatives qui peuvent en résilter.

    Indéfinition


    Thème(s) :

    Tags :

  • Articles :

  • Dans la grotte Cosquer…

    Mais qu’allait-il faire dans ces calanques ? Plonger tout simplement ! Ainsi débuta l’aventure du scaphandrier Henri Cosquer à partir de 1985. Le voici donc dans la calanque dite de la Triperie, 37 mètres sous l’eau. Un couloir se présente à lui qu’il décide d’emprunter. Non sans risque – plusieurs accidents le confirmeront hélas. Or 175 mètres plus loin, son émotion est à son comble : il débouche dans une cavité et la féerie éclate de toutes parts. Il se retrouve en présence de peintures pariétales ignorées de tous. Après analyse, l’on conclura qu’elles proviennent de deux âges distincts. Le premier remonte à 27000 ans et fait état de mains négatives*.   Le second a 19000 ans et l’on y trouve chevaux, bouquetins, cervidés, aurochs… Une merveille de plus vient de s’ajouter à la longue épopée de redécouverte de l’activité préhistorique. La grotte qui en 1992 s’intitulera désormais Cosquer, nous projette corps et âme en ces temps où nos ancêtres investirent tant de lieux dans le monde dont ils occupèrent le sol et marquèrent les parois. Et avec cette histoire, une certitude nous vient : il ne fait en effet aucun doute que plus le temps avancera, plus nous découvrirons de choses sur ces empreintes germinales, sources d’un des plus grands émerveillements que le signe écrit puisse nous inspirer !


  • Indéfinition :

  • explorer

    Parcourir un lieu ou un domaine dans l’intention de découvrir avec des conséquences plus ou moins importantes pour soi-même et/ou autrui.

    Une indéfinition n'est jamais définitive - Vous pouvez la modifier ou la compléter selon vos propres pratiques, opinions, savoirs, cultures, histoire.


    Indéfinition


    Thème(s) :

    Tags :

  • Les Mots De :

  • découvrir

    « L’informatique doit aider non pas à résoudre un problème mais à poser la bonne question. Pour l’illustrer, je vous raconte la redécouverte du Phare d’Alexandrie. Cette histoire me passionne, d’autant plus qu’un de mes étudiants y est impliqué. Imaginez tout d’abord le tremblement de terre qui l’a vu s’effondrer. On récupère bien sûr les petits cailloux et on les réutilise pour construire. Puis un second tremblement de terre, quelques dizaines d’années plus tard. Phénomène de subsidence, le sol s’effondre, la mer recouvre… Plusieurs siècles passent : invasion de la flotte mamelouk. Là on fait l’inverse, on prend des cailloux de la ville qu’on jette dans la rade pour empêcher les bateaux mamelouks d’entrer. Un patatoïde de 3000 blocs se forme ainsi de provenance et de formes diverses, des grands, des gros, des petits…Le génial archéologue et égyptologue, Jean Yves Empereur les cartographie avec des hommes-grenouilles. Alors au 1800° bloc cartographié, un de mes étudiants et un archéologue se mettent devant le système d’information géographique et cherchent la question à poser. Ils cherchent des alignements, ça ne marche pas. Ils cherchent des formes, ça ne marche pas… des volumes, non plus… Et au bout de quelques heures, ils se disent : on a le volume, on a le matériau, donc on a le poids… Et ils se demandent : où sont les blocs de plus de vingt tonnes ? En fait, parfaitement alignés… Et ils trouvent ainsi dans ce patatoïde monstrueux, les éléments clairs issus du phare d’Alexandrie… Ce que je trouve donc très beau dans cette histoire, c’est que l’informatique a aidé à poser la bonne question, et non à résoudre un problème…. »