Articles :

  • 28 janvier 2014 – Décès de Frédéric Bruly Bouabré

    Nous sommes en Côte d’Ivoire le 28 janvier 2014. Ce jour-là décédait à Abidjan à l’âge de 91 ans, un grand témoin et acteur de l’histoire des écritures. Il emportait alors avec lui une extraordinaire aventure dont il fut sa vie durant le vecteur. Son nom : Frédéric Bruly Bouabré. Son mérite : avoir dédié son existence à valoriser, préserver, défendre la culture de son peuple, les Bété. Cheikh Nadro, c’est-à-dire « Celui qui n’oublie pas » ainsi qu’il se désignait, eut sa révélation en 1948. Il adressa en 1957 une lettre à Théodore Monod y mentionnant :

    « … « Quand vous verrez les pierres de Bécloi, on dirait qu’elles sont sculptées »… Voilà le discours que nous enfants bété, entendions très souvent dans les conversations des grandes personnes. Et moi, à chaque fois que j’entendais ce discours, j’avais le désir d’aller à Bécloi, voir de mes propres yeux ces fameuses pierres. »

     

    C’est ce qu’il fit pour finalement consacrer ses jours à la mise en œuvre, au développement et à l’enseignement de l’écriture dite bété comprenant 448 signes différents. Combien sont attachants ces petits cartons qu’il couvrit de couleurs variées et de légendes inscrites en marge. Leur agencement encyclopédique semble chanter le bonheur qui l’envahit toute sa vie à pouvoir ainsi en témoigner. Poète, peintre, c’est à partir de l’exposition des « Magiciens de la Terre » qui se tint en 1989 qu’il se fit plus largement connaître. Le monde lui ouvrit alors les bras, ou plutôt les portes de ses galeries. Puisse désormais son œuvre se préserver et puissent d’autres enfants bété la prolonger toujours plus loin…


    Récits


    Tags :

    Zone(s) :

    Période(s) :

    Langue(s) :

    Écriture(s) :

    People :

  • Pergame… rivale d’Alexandrie

    Pergame. En grec Pérgamon, littéralement « la citadelle ». Une brillante cité située au nord de Smyrne, aujourd’hui en Turquie (Bergama). Une cité constituée de la superposition de trois ensembles urbains reliés par un entrelacs d’escaliers, de belvédères, de terrasses. Pergame qui a donné le mot « parchemin », du grec pergamênế, « peau de Pergame ». L’histoire de cette industrie est attachée – une fois encore – à un interdit. On dit en effet qu’au IIe siècle avant notre ère, Ptolémée V, Pharaon d’Égypte, aurait mis un terme à l’exportation de papyrus tandis que les bibliothèques d’Alexandrie et de Pergame rivalisaient en ce temps de splendeur. Il faut ici rendre hommage à l’œuvre d’Eumène II Sôter (v. 221 – v. 159 av.J.-C.) souverain de Pergame dont les travaux d’embellissement de Pergame furent des plus décisifs. Pensant ainsi mettre un terme à la croissance de l’arrogante rivale, Ptolémée V va en fait encourager le remplacement du papyrus par un autre procédé dont Pergame devint experte : le parchemin ! Ou comment dégraisser, écharner, tremper, racler des peaux animales afin de favoriser non seulement leur usage, mais leur réutilisation à plusieurs reprises au moyen de « palimpsestes ». Notons au passage que le principe du palimpseste, ou de l’effacement d’un support pour y écrire un autre texte, est pareillement connu du papyrus.  Quant à Ptolémée V, nous le retrouverons dans deux… millénaires avec un certain Champollion. Le parchemin va amener une autre évolution avec l’apparition du codex, l’assemblage sous forme de livre révolutionnant l’histoire de l’écrit. Son expansion en Occident daterait du IVe siècle accompagnant celle des monastères et c’est bien sûr l’arrivée du papier, bien moins onéreux, qui la remettra en question…


  • Indéfinition :

  • Cang Jie

    Devin de l’Empereur Jaune en Chine, connu pour avoir selon la tradition inventé l’écriture chinoise – Pour y parvenir, il se serait appuyé sur les traces laissées par les animaux. Il possède deux paires d’yeux.

    Une indéfinition n'est jamais définitive - Vous pouvez la modifier ou la compléter selon vos propres pratiques, opinions, savoirs, cultures, histoire.


  • illettrisme 

    Ramené le plus souvent à la seule méconnaissance de la lettre, l’illettrisme se reflète bien davantage dans les conséquences que cela entraîne au sein de sociétés où l’écriture représente un moyen principal d’accès à l’éducation, et donc d’autonomie de la personne. On pourrait en outre y inclure toute ignorance de la lettre d’autrui, à commencer par la nôtre.

    Une indéfinition n'est jamais définitive - Vous pouvez la modifier ou la compléter selon vos propres pratiques, opinions, savoirs, cultures, histoire.


  • littérature 

    Ensemble des œuvres écrites retenues par leur temps ou ceux qui leur succèdent comme détentrices d’une qualité susceptibles de justifier leur sélection (plus ou moins durable), en lien avec les auteurs (connus ou parfois inconnus) qui les ont produites, les conditions et motifs de cette production, et l’analyse critique qui a pu en être faite – La littérature d’un pays, d’une époque, fournit un levier décisif à leur compréhension. 

    Une indéfinition n'est jamais définitive - Vous pouvez la modifier ou la compléter selon vos propres pratiques, opinions, savoirs, cultures, histoire.


  • Mesrop Machtots

    Mesrop Machtots (362 / 440) est un moine arménien auquel fut confiée la mission de créer l’alphabet arménien. Mission dont il s’acquitta en 405. Il est considéré par la communauté arménienne comme l’une des plus hautes figures culturelles de ce pays.

    Une indéfinition n'est jamais définitive - Vous pouvez la modifier ou la compléter selon vos propres pratiques, opinions, savoirs, cultures, histoire.


    Indéfinition


    Thème(s) :

    Tags :

    Zone(s) :

    Langue(s) :

    Écriture(s) :

  • papier

    Matière faite avec des végétaux (ou des chiffons) transformée en pâte, servant particulièrement à écrire.

    Une indéfinition n'est jamais définitive - Vous pouvez la modifier ou la compléter selon vos propres pratiques, opinions, savoirs, cultures, histoire.


  • unideo

    Ecriture contemporaine de type idéographique créée à partir de 1988 qui vise à représenter langues, savoirs et cultures, de manière transversale, en prenant soin d’élaborer de nombreuses correspondances et contribuant à une modification des moyens de communication et de signification ◊ UNIDEO se transpose en toutes les langues, selon le choix de ses usagers

    Une indéfinition n'est jamais définitive - Vous pouvez la modifier ou la compléter selon vos propres pratiques, opinions, savoirs, cultures, histoire.


  • Les Mots De :

  • écriture

    « L’écriture est un outil langagier qui nous permet d’opérer nos pensées et nos sentiments de manière analytique. Nous sommes souvent dépendants, voire prisonniers de ses utilités et de ses charmes. Ça vaut le coup de s’en passer ou d’errer à côté de temps en temps. »


    Les Mots De


    Thème(s) :

    Tags :

  • Twitopique :

  • #écriture

    Mobiliser support et instrument / Représenter la pensée ou/et la parole / Signes graphiques organisés / Objet d’apprentissage / #Ecriture.


    Twitopique


    Thème(s) :

    Tags :

  • #paléolithique

    Débute avec homo abilis / Se conclut avec l’apparition de l’écriture / Première période de la préhistoire / #Paléolithique.


  • #pictogramme

    Il y a plus de 6000 ans, des #pictogrammes apparaissent / Naissance des écritures.


    Twitopique


    Thème(s) :

    Tags :

    Période(s) :

  • Histoire :

  • Mésopotamie

    « La Mésopotamie est une région de l’Asie occidentale située entre le Tigre et l’Euphrate, la Mésopotamie fut, entre le VIème et le Ier millénaire av. J.-C., un brillant foyer de civilisation.

    Le nom de Mésopotamie vient du grec Mesopotamos et signifie « entre les fleuves ». Ce bassin alluvial d’Asie se situe entre le Tigre et l’Euphrate ; il couvre aujourd’hui en partie l’Irak. La zone a un climat aride. Au sud, les cultures ne sont possibles que par l’irrigation. La Mésopotamie n’en demeure pas moins un creuset de notre histoire universelle. Les savants s’accordent à penser que c’est dans cette région qu’est apparue la plus ancienne écriture connue, vers 3500 av. J.-C. Dans l’histoire ancienne de la Mésopotamie, on distingue la culture sumérienne (IVe – IIIe millénaire), puis la culture suméro-akkadienne (à partir de 2300 av. J.-C. environ). Deux langues alors se succèdent ou se juxtaposent : le sumérien et l’akkadien. L’élevage, les cultures, le commerce et la diffusion des écrits vont assurer un grand essor à la région et confirmer son rayonnement, en particulier à travers ses grandes cités telles Assour, Akkad (ou Agadé), Kish, Lagash, Ourouk et Our (ou Ur), puis Babylone. Politiquement, la Mésopotamie évoluera des cités-Etats vers l’Empire. Mais une césure se produira entre l’Assyrie au nord et Babylone au sud. Au premier millénaire av. J.-C., les empires assyriens et babyloniens seront remplacés par l’empire perse des Achéménides. »


  • Galerie UNIDEO :

  • Frédéric Bruly Bouabré… « He who does not forget »


  • Itzamna… Mayan god of rulership, night and day


  • Nko alphabet… a writing system for the Manding languages