• Indéfinition principale :

    élevage 

    Action de prendre soin d’un ensemble d’animaux (nourriture, abri, entretien, etc.) dans le but d’en tirer un profit (direct ou indirect) – Tout élevage suppose la maîtrise d’une chaîne biologique, sanitaire, éthique, complexe renvoyant aux conditions dans lesquelles il s’exerce. 

    Indéfinition


    Thème(s) :

    Tags :

  • Indéfinition :

  • poisson

    Animal vertébré aquatique, qui se caractérise par son mode de respiration (branchies) et de déplacement, et constitue une ressource alimentaire majeure de l’espèce humaine, par la pêche ou l’élevage – Renvoie par ses qualités à de nombreuses représentations symboliques.

    Une indéfinition n'est jamais définitive - Vous pouvez la modifier ou la compléter selon vos propres pratiques, opinions, savoirs, cultures, histoire.


  • Twitopique :

  • #élevage

    #Elevage : prendre soin d’animaux pour en tirer profit / Suppose une chaîne biologique, sanitaire, éthique, complexe.


    Twitopique


    Thème(s) :

    Tags :

  • Histoire :

  • Mésopotamie

    « La Mésopotamie est une région de l’Asie occidentale située entre le Tigre et l’Euphrate, la Mésopotamie fut, entre le VIème et le Ier millénaire av. J.-C., un brillant foyer de civilisation.

    Le nom de Mésopotamie vient du grec Mesopotamos et signifie « entre les fleuves ». Ce bassin alluvial d’Asie se situe entre le Tigre et l’Euphrate ; il couvre aujourd’hui en partie l’Irak. La zone a un climat aride. Au sud, les cultures ne sont possibles que par l’irrigation. La Mésopotamie n’en demeure pas moins un creuset de notre histoire universelle. Les savants s’accordent à penser que c’est dans cette région qu’est apparue la plus ancienne écriture connue, vers 3500 av. J.-C. Dans l’histoire ancienne de la Mésopotamie, on distingue la culture sumérienne (IVe – IIIe millénaire), puis la culture suméro-akkadienne (à partir de 2300 av. J.-C. environ). Deux langues alors se succèdent ou se juxtaposent : le sumérien et l’akkadien. L’élevage, les cultures, le commerce et la diffusion des écrits vont assurer un grand essor à la région et confirmer son rayonnement, en particulier à travers ses grandes cités telles Assour, Akkad (ou Agadé), Kish, Lagash, Ourouk et Our (ou Ur), puis Babylone. Politiquement, la Mésopotamie évoluera des cités-Etats vers l’Empire. Mais une césure se produira entre l’Assyrie au nord et Babylone au sud. Au premier millénaire av. J.-C., les empires assyriens et babyloniens seront remplacés par l’empire perse des Achéménides. »