• Indéfinition principale :

    instrument de musique

    Objet résultant d’une fabrication plus ou moins élaborée, d’une tradition ou d’une inventivité, dont le but est de produire de la musique de manière solitaire ou accompagnée d’autres instruments, de la voix, d’autres sonorités, dans des contextes publics ou privés, marchands ou non – Sa rareté éventuelle, et par conséquent son caractère plus ou moins onéreux, sa maîtrise, l’entraînement qu’elle requiert, ses usages artistiques, militaires, religieux, festifs…, le plaisir qu’il procure et qu’il partage (sous certaines conditions…), en font un élément prépondérant à de nombreuses activités humaines.

  • Indéfinition :

  • accordéon 

    Instrument à soufflet et à anches métalliques muni de touches, souvent attaché à une représentation de la culture populaire (bal musette…), caractérisé par sa commodité (portatif). 

    Une indéfinition n'est jamais définitive - Vous pouvez la modifier ou la compléter selon vos propres pratiques, opinions, savoirs, cultures, histoire.


  • cloche

    Instrument en métal creux, qui résonne lorsqu’il est frappé.

    Une indéfinition n'est jamais définitive - Vous pouvez la modifier ou la compléter selon vos propres pratiques, opinions, savoirs, cultures, histoire.


  • conga 

    Instrument de musique à percussion, mais aussi danse et formation musicale que l’on trouve à Cuba et dans les pays d’Amérique latine – Peut désigner plus particulièrement un groupe plus ou moins ancien investi dans la préparation de festivités, notamment le Carnaval. 

    Une indéfinition n'est jamais définitive - Vous pouvez la modifier ou la compléter selon vos propres pratiques, opinions, savoirs, cultures, histoire.


  • djembé 

    Instrument à percussion composé d’un fût de forme caractéristique et d’une peau tendue, originaire de l’empire mandingue. 

    Une indéfinition n'est jamais définitive - Vous pouvez la modifier ou la compléter selon vos propres pratiques, opinions, savoirs, cultures, histoire.


  • musique 

    Art visant à la production et au partage de sons (voix, instruments, autres) suscitant émotions et significations dont les règles de combinaison sont variables d’une société, d’une culture, voire d’une personne à l’autre – Selon le contexte et la nature de l’offre musicale, une expérience peut s’accomplir qui emporte celui/celle que la produit mais tout autant celui/celle qui la reçoit dans une forme de symbiose qui dépasse sa description physique, pour atteindre des formes diverses d’exaltation ou de transcendance – Pour toutes ces raisons, et la place majeure qu’elle occupe, la musique offre un identifiant majeur de notre humanité, au rendez-vous de nos traditions comme de notre modernité.

    Une indéfinition n'est jamais définitive - Vous pouvez la modifier ou la compléter selon vos propres pratiques, opinions, savoirs, cultures, histoire.


  • séga

    Genre musical très répandu dans l’Océan indien, que ce soit à l’île Maurice, à l’île de La Réunion, Rodrigues, aux Seychelles, aux Mascareignes, etc. Il se danse en dandinant les hanches, mêlant cavalier et cavalière en visant une parfaite synchronicité, dont la sensualité est garantie.

     

    Musique et danse originaire des esclaves africains, le séga est la forme artistique la plus répandue de l’île. Il se danse en faisant glisser les pieds sur le sol sans jamais les lever. La simplicité apparente de cette danse trouve son origine dans le fait que le sable empêchait de faire des pas sophistiqués. Quant à la musique, elle mêle ses origines africaines à des accents de salsa latino-américaine et de calypso des Caraïbes. Les différents instruments du séga sont : la Maravane, constituée de cannes à sucre alignées, est de forme rectangulaire. C’est une sorte de boîte contenant des cailloux ou des billes métalliques. Le musicien agite l’instrument au rythme désiré pour accompagner le chanteur et les autres instruments ; la Ravane, pièce maîtresse du séga est un tambour taillé dans du bois de goyage chinois. Il est recouvert d’une peau de chèvre tendue ; le Triangle, est aussi omniprésent ; le Bobre, constitué d’un morceau de bois tendu par deux cordes et relié à une calebasse. Cet instrument n’est plus guère utilisé de nos jours dans le séga. (source : ile-maurice.fr)

    Une indéfinition n'est jamais définitive - Vous pouvez la modifier ou la compléter selon vos propres pratiques, opinions, savoirs, cultures, histoire.


  • txalaparta 

    Instrument d’origine basque consistant en une ou plusieurs planches de bois assemblées, posée(s) sur deux paniers ou appuis (recouverts de feuilles de maïs ou de peaux), et sur lesquels deux joueurs frappent à l’aide de bâtons nommés makilas □ Rappelant le galop du cheval selon certains, la txalaparta est un instrument puissant au rythme soutenu

    Une indéfinition n'est jamais définitive - Vous pouvez la modifier ou la compléter selon vos propres pratiques, opinions, savoirs, cultures, histoire.


  • Patrimoine Mondial :

  • Le bài chòi, art traditionnel du Centre du Viet Nam

    « Le bài chòi, art traditionnel du Centre du Viet Nam, est une forme artistique très variée qui associe musique, poésie, théâtre, peinture et littérature. Il se présente sous deux formes principales : les « jeux du bài chòi » et le « spectacle de bài chòi ». Les jeux du bài chòi se pratiquent avec des cartes dans des cabanes de bambou à l’occasion du Nouvel An lunaire. Dans les spectacles de bài chòi, des artistes Hiệu, hommes et femmes, se produisent sur un tapis en rotin. Les artistes voyagent d’un endroit à un autre ou jouent dans un cadre familial privé. Les détenteurs et les praticiens de l’art du bài chòi sont les artistes Hiệu, les acteurs de bài chòi en solo, les artistes traditionnels qui fabriquent les cartes et les artistes traditionnels fabricants de cabanes. L’art du bài chòi est une importante forme de culture et de divertissement dans les communautés villageoises. Les acteurs et leurs familles jouent un rôle essentiel dans la sauvegarde de la pratique à travers l’enseignement à la jeune génération des répertoires chantés, des techniques de chant et d’interprétation, et des méthodes de fabrication des cartes. Avec les communautés, ces artistes ont constitué près de 90 équipes, troupes et clubs de bài chòi pour la pratique et la transmission de cette forme artistique qui incite la participation de nombreux membres de la communauté. La plupart des artistes de bài chòi apprennent leur savoir-faire dans le cadre familial et le savoir-faire est principalement transmis oralement. Mais certains artistes spécialisés dans le bài chòi transmettent également les connaissances et les savoir-faire dans des clubs, des écoles et des associations. » (source : whc.unesco.org)


     

    Règles du jeu :
    « Au commencement, vous choisissez 1 planchette (…) Sur la planche, se trouvent 3 dessins ainsi que 3 mots en vietnamien. Le jeu commence quand le chanteur aussi appelé Hieu en vietnamien tire un bâton en bambou où se trouve un mot. Ensuite, il  chantera souvent en duo (à Hoi An, c’est le cas ) une chanson folklorique traditionnelle vietnamienne où un mot vietnamien sera prononcé. Une personne passera dans le public avec une planche où sera inscrit le mot ainsi que le dessin correspondant. Pour mettre l’ambiance, n’hésitez pas à taper sur vos planchettes, vous ne serez pas le seul à le faire, n’ayez crainte… Si vous pensez avoir le bon dessin ainsi que le mot, il vous suffira d’avertir cette même personne qui viendra vérifier et vous donnera un drapeau jaune si tout correspond. Faites attention, certains dessins se ressemblent… »


  • Les pratiques et expressions culturelles liées au balafon des communautés Sénoufo du Mali, du Burkina Faso et de Côte d’Ivoire

    « Le balafon des communautés Sénoufo du Mali, du Burkina Faso et de Côte d’Ivoire est un xylophone pentatonique, connu localement sous le nom de  »ncegele ». Le  »ncegele » est composé de onze à vingt-et-une lames d’inégales longueurs, taillées dans du bois et rangées sur un support de forme trapézoïdale, également en bois ou en bambou. L’instrument a pour résonateurs des calebasses, elles aussi d’inégales grandeurs, rangées sous le support, proportionnellement aux planchettes. Elles sont perforées et garnies de membranes d’oothèques d’araignées pour donner de la vibration au son. L’accord du  »ncegele » est réglé sur une division de l’octave en cinq intervalles égaux. Les sons s’obtiennent en frappant les lames avec des baguettes de bois portant aux extrémités par une tête en caoutchouc. Joué en solo ou en ensemble instrumental, le discours musical se fonde sur une offre de multiples mélodies rythmées. Le  »ncegele » anime des fêtes, accompagne des prières dans des paroisses et dans les bois sacrés, stimule l’ardeur au travail, ponctue la musique funéraire et soutient l’enseignement des systèmes de valeurs, des traditions, des croyances, du droit coutumier, des règles d‘éthique régissant la société et l’individu dans les actes quotidiens. Le joueur apprend d’abord sur des balafons pour enfant, puis se perfectionne sur des balafons « normaux » sous la direction d’un maître. »  (source UNESCO : ich.unesco.org)


  • Veillée :

  • Le joueur d’Hamelin

    On raconte que la ville d’Hamelin connut une bien étrange affaire en 1284. À cette époque, la ville était infestée par les rats. Leur multiplication était telle que les habitants de la cité médiévale en étaient épouvantés. Ils avaient bien tenté de s’en débarrasser de diverses manières, mais rien n’y faisait. Il semblait que la ville fût condamnée à tomber entre les mains, ou plutôt entre les pattes de ces nouveaux propriétaires particulièrement encombrants. C’est alors que le Conseil de la cité eut une idée de génie. On disait qu’il existait une méthode infaillible pour chasser les rats : celle du « meneur de rats », un personnage quelque peu mystérieux qui avait, assurait-on, pareil pouvoir. On ne tarda plus à faire appel à lui et ce fut ainsi qu’un beau matin, un individu à la tunique rayée et au chapeau pointu, fit son apparition à Hamelin. On le pria de remplir sans tarder la mission qu’on lui avait confiée. Toutefois, celui-ci s’assura d’abord qu’il serait gratifié en retour de la fortune qu’on lui avait promise. Bien entendu, les notables d’Hamelin s’empressèrent de le lui confirmer : mais, qu’il ne tarde point à prouver son talent ! L’affaire pressait et la situation devenait insupportable. Le meneur de rats sortit alors une flûte de sa besace devant l’effarement de la population. Etait-ce donc de cette manière qu’il comptait venir à bout de ce fléau ?! Ne prêtant attention à quiconque, il commença à jouer. Et soudain, le miracle s’accomplit. Les rats cachés dans leurs recoins se mirent à écouter cette mélodie. Plus étonnant encore, tandis que le joueur se mettait en marche, des cohortes impressionnantes de rats lui emboîtèrent le pas. Ils venaient de toute la cité et en moins de temps qu’il ne faut pour le dire, l’ensemble de ces créatures furent comme hypnotisées par cette étrange mélodie surgie de nulle part. Le joueur de flûte se dirigea ensuite vers les portes de la ville, suivi par un nombre de rats si élevé que tous les habitants ressentirent un frisson d’effroi, mais aussi de soulagement. Car, assurément, le meneur de rats était bien en train de les en débarrasser ainsi qu’il s’y était engagé. Il n’eut plus qu’à les conduire jusqu’à la rivière Weser, où tous, sans exception, se noyèrent. Ainsi fut mis fin à la tragédie qui hantait la Cité. Hélas, c’était pour qu’une autre s’abatte, bien plus impitoyable ! En effet lorsqu’il revint chercher son dû, les habitants bien heureux de leur sort, et oublieux de celui à qui ils le devaient, décidèrent de ne pas respecter leur engagement. Pire encore, ils ramassèrent des pierres et commencèrent à se déchaîner sur le joueur de flûte qui n’eut d’autre salut que de s’enfuir. Grand mal leur en prit. Car quelque temps plus tard, alors que la ville connaissait enfin la quiétude, le son de la flûte de nouveau fut entendu dans les murs de la cité. Mais cette fois-ci, ce n’était plus de rats dont il était question, mais des enfants mêmes de ceux qui n’avaient pas honoré leur parole. On dit que cette nuit-là, cent-trente enfants, garçons et filles, sortirent de leur lit et suivirent le son ensorcelé de la flûte. Les histoires divergent en ce point. Certaines racontent qu’ils furent menés jusqu’à la rivière. D’autres prétendent qu’ils disparurent dans le fond d’une grotte. En tout cas, une chose est certaine : on ne les revit plus. De quoi laisser méditer les habitants d’Hamelin, comme tout un chacun, sur la valeur de l’engagement et de la parole donnée.


  • Le raga du feu

    Il était une fois un grand maître de veena dont la réputation avait franchi les limites des royaumes… Il était également un conseiller du roi, qui était son plus grand ennemi. Le conseiller avait déjà à plusieurs reprises tenté de lui nuire – sans succès. Mais il eut un jour une terrible idée. Tandis que l’anniversaire du roi approchait, il proposa que le maître joue à cette occasion « le raga du feu ». Le morceau était sublime, et tout le monde était réjoui à l’annonce de l’entendre. Un seul problème subsistait toutefois car quiconque interprétait ce raga à merveille, et sans nul doute cela serait le cas, était assuré d’une chose : se consumer et périr. Néanmoins, à la demande du roi, le maître accepta.Le jour venu, il s’installa devant la cour et entreprit de donner sa dernière représentation. Dès les premières notes, chacun fut ébloui. Son jeu n’était pas seulement exceptionnel, il atteignait la perfection. Le conseiller affichait plus que tous sa satisfaction puisque, très bientôt, son vil projet serait exaucé : le maître s’évanouirait dans les flammes. Or, contrairement à son attente, et à la crainte de quelques uns, il acheva son air sans que rien de tel ne se produisît. Tout au contraire, il se leva, salua respectueusement le roi et les membres de la cour, parmi lesquels le conseiller, puis quitta le palais. Il traversa alors la cité, et rejoignit sa fille bien loin du palais. Là, il lui prit les mains et lui sourit avec tout le respect et l’admiration qu’un père peut avoir pour son enfant. D’autant plus qu’en tant que sa meilleure disciple, celle-ci venait ce soir, parallèlement à la représentation de son père, d’exécuter à merveille le raga de l’eau, seul antidote connu pour apaiser celui du feu.


  • Sur la queue du paon…

    Zeus s’était épris de la belle Io. Or Héra, son épouse, en était jalouse. Zeus transforma donc son amante en génisse. Toutefois sachant quel mystère se cachait sous ces formes trompeuses, Héra en confia la garde au géant Argos car celui-ci possédait cinquante paires d’yeux, dont la moitié restait constamment ouverte. C’est auprès d’un olivier où il la surveillait étroitement, qu’Hermès parvint à déjouer la méfiance du géant. Le fils de Zeus réussit en effet grâce à sa flûte à endormir le gardien, avant de le tuer. La pauvre Io se fit néanmoins piquer par un taon envoyé par Héra et dut s’enfuir à toute allure. De nombreuses terres se souviennent de sa fuite éperdue. En particulier la mer dite toujours Ionienne, et le Bosphore, qui signifie en grec « qui porte la vache ». On raconte qu’Héra décida de parsemer les yeux d’Argos sur la queue du paon.


  • Twitopique :

  • #hamelin

    Cité d’#Hamelin / 1284 / Envahie par les rats / On fait appel au joueur de flûte / Mais n’est pas payé en retour / Attention, vengeance…


  • #instrument de musique

    Tradition ou inventivité / Produire de la musique seul/e ou accompagné/e / Maîtrise / Plaisir partagé (ou non) / Instrument de musique#.


    Twitopique


    Thème(s) :

    Tags :

  • Unideo :

  • 44 – art – art – 艺术 – Kunst – arte – arte – 芸術 – тsel’

    Les arts
    art
    art
    Un monde de créations, de profils, de contextes, d’œuvres
    artisticwork
    œuvre d’art
    Un monde à peindre
    painting
    peinture
    … Et à dessiner
    drawing
    dessin – dessiner
    Un monde à danser
    dance
    danse – danser
    Un monde à sculpter
    sculpture
    sculpture
    Un monde de littérature, de poésie, de bandes dessinées,
    literature
    littérature
    Un monde de musique, de mélodie, de rythme, de concert…
    iii-musique-iii
    musique
    … et d’instruments (de musique)
    musicalinstrument
    instrument de musique
    Un monde de grand écran, de cinéma, d’animation
    cinema
    cinéma
    Un monde de théatre
    theater
    théâtre
    Les arts,
    Un monde à questionner et partager…