• Indéfinition principale :

    justice 

    La justice échappe le plus souvent à qui veut la cerner car elle se dérobe devant l’essai d’en fixer les limites, et tout aussi aisément devant celui de les repousser □ Moyennant cette incommodité, est peut-être juste ce qui ne souffre d’aucune forme de blessure morale et/ou physique, prêtant à autrui un droit et une disposition d’être au moins égaux à ceux que l’on s’accorde à soi-même.

  • Articles :

  • Une union, une unité : Ruth et Seretse…

    Un regard a suffi
    Et la flamme a fait le reste
    Seretse Khama
    Et Ruth Williams
    Se sont promis fidélité, amour et justice
    Et leur vie en témoigne

    Témoignage contre l’adversité
    Témoignage contre la ségrégation raciale
    Témoignage contre la tentative de le déstabiliser
    Ainsi que son pays

    Au fait, Seretse Khama
    Est Roi de Bangwato
    Et son nom, Seretse,
    Signifie : « l’argile qui lie »

    Malgré les oppositions de toutes sortes
    Malgré les dénis de justice
    Malgré l’exil,
    Ces deux-là tiendront bon
    Et en 1966
    Seretse Khama deviendra
    Après l’indépendance
    Le premier président
    du Botswana…

    Leur fils
    Seretse Khama Ian Khama
    Devient à son tour président en 2008
    Réélu en 2014…

    We are convinced that there is justification for all the races that have been brought together in this part of Africa, by the circumstances of history, to live together in peace and harmony, for they have no other home but Southern Africa. Here we will have to learn how to share aspirations and hopes as one people, united by a common belief in the unity of the human race. Here rests our past, our present, and, most importantly of all, our future. » – Seretse Khama – speech at the national stadium on the 10th anniversary of independence in 1976. As quoted in Thomas Tlou, Neil Parsons and Willie Henderson’s Seretse Khama 1921-80, Macmillan 1995. (thoughtco.com)

     

    Un film « A United kingdom » paru en 2017 rend hommage à leur couple et à leur combat…


  • Effets :

  • Effet Discrimination

    Avec une histoire et des références qui ne manquent pas de l’alimenter, la litanie de la discrimination sait qu’elle peut puiser dans un registre des plus anciens et des plus variés. Convoquant les différences d’idées, de genre, de croyances, d’ethnies, de classes sociales… elle dispose d’un effet discrimination psychique ou/et physique tout à son service, prêt à s’enclencher avec la facilité que lui ont léguée les abandons de dignité, de respect, de justice, d’humanité incluant les réflexes les plus archaïques que les identités exclusives ont pu susciter çà et là.  Il se peut toutefois en certaines circonstances qu’un tel effet donne lieu à une prise de conscience sur ce déferlement de blessures et d’hostilités qui n’est pas sans conséquence sur l’équilibre du monde. On se surprend alors à imaginer ce que serait, ce que pourrait être une humanité qui aurait pris la mesure de son dépassement.


  • Effet Miroir des vérités

    Le grand-père d’Abd-el Kader lui enseigna dans son enfance des principes soufis qui ne devaient jamais le quitter. C’est incontestablement et pour grande part dans cette sagesse que ce personnage, opposant à l’occupation française de l’Algérie, brilla tout au long de sa vie par l’ampleur de sa vision de tolérance et de justice pour chacun, chacune. Parmi ces histoires de l’enfance qui nous construisent tous, son aïeul lui raconta qu’il y avait jadis un miroir de la vérité dans le ciel. Mais un jour celui-ci tomba sur Terre et se brisa en d’innombrables morceaux. Ce fut à partir de ce moment que les humains commencèrent à en récupérer les fragments. Or se miroitant dans l’un ou l’autre d’entre eux, ils prétendirent y voir TOUTE la vérité. Combien serait différente une espèce humaine qui se souviendrait que ces morceaux sont les témoins d’une unité passée… ou qui sait à venir ! L’effet miroir des vérités est une invitation à repenser toute vérité dans un plus large contexte, sans l’amoindrir pour autant, car elle renvoie tout à la fois à l’ensemble de la Vérité et à la nécessité de respecter les autres…


  • Effet Pouvoir

    Qui peut échapper à la prédominance du pouvoir et à la place de choix qu’il occupe dans le fil des actualités ? Inspirant une bonne partie d’entre elles, en embuscade dans de nombreuses autres, il détient les clés des systèmes et si certains s’en félicitent, ou s’en contentent, beaucoup s’en désolent plus ou moins bruyamment et ouvertement. L’effet pouvoir suscite alors suspicion, doute, mise en cause quant à sa manière de s’acquérir et/ou s’exercer. Fraudes, abus, escroqueries, délits de corruptions en tous genres, remises en cause des droits, etc., sont alors de la partie, dans une échelle de gravité variable. Quant au pouvoir qui ne s’y prête pas, au pouvoir qui prend cap de de la défense de l’intérêt général, qui combat les prévarications et les dénis de justice, étrangement il ne figure guère à la une des actualités. Serait-il donc une autre voire la principale victime de cet effet ?


  • Indéfinition :

  • tribunal 

    Lieu dans lequel des personnes habilitées ou requises se rassemblent autour de présentations et d’argumentations contradictoires, en vertu de systèmes juridiques ou moraux donnés, en vue de trancher des différends entre individus et/ou entités physiques ou morales dans l’intention de rendre justice.

    Une indéfinition n'est jamais définitive - Vous pouvez la modifier ou la compléter selon vos propres pratiques, opinions, savoirs, cultures, histoire.


  • Citation :

  • commerce équitable

    « Le journaliste demande au Père Francisco Vanderhoff si le commerce équitable n’était pas de la charité ; le Père s’est mis en colère et a répondu que le commerce équitable n’était pas un commerce de charité mais un commerce juste – il aurait pu ajouter solidaire – dans lequel les agriculteurs sont payés de manière à vivre décemment de leur travail. Le commerce équitable est l’exemple parfait d’une action qui intègre charité bien comprise et solidarité, respecte la dignité de l’homme et apporte des réponses sur le plan économique pour plus d’équité dans les relations commerciales. » refondationducapitalisme.blogspot.com


  • étymologie 

    « Etymologie : le casier judiciaire des mots ! » – Roland Topor


  • justice 

    « La justice consiste à ne détenir que les biens qui nous appartiennent en propre et à n’exercer que notre propre fonction » – Platon (428 – 347 av.J.C.)


    Citation


    Thème(s) :

    Tags :

    Zone(s) :

  • justice 

    « La justice coûte cher, c’est pour ça qu’on l’économise. » – Marcel Achard (1899 – 1974).


    Citation


    Thème(s) :

    Tags :

  • justice 

    « Si l’homme échoue à concilier la justice et la liberté, alors il échoue à tout. » – Albert Camus (1913-1960)


  • mushingantahe

    « Toutefois, l’institution des Bashingantahe avait atteint au Burundi un degré de perfection qui mérite d’être présenté à l’Afrique et au monde comme un modèle, pour ce qui est de l’animation des milieux naturels de vie. Le Mushingantahe, en effet, était un homme qui avait pour rôle de trancher des litiges autour de lui, réconcilier des personnes ou des familles en conflit, authentifier des contrats de tout genre (mariages, successions, ventes, dons…), assurer la sécurité et la justice autour de lui, représenter la population dans des négociations, conseiller et équilibrer le pouvoir politique, parler au nom de son peuple chaque fois que de besoin. Comme on peut le voir, il s’agit d’un leader naturel dont les responsabilités n’avaient guère de limites. C’était une personnalité sur laquelle et avec laquelle l’on devait compter en temps de paix comme en temps de guerre, dans la joie comme dans la peine, à propos de la vie privée comme à propos de la vie publique. Et il était tenu de rendre ce genre de service, qu’il vente ou qu’il pleuve. C’était son être, du moment qu’il avait obtenu l’investiture. Pour lui, renoncer à ce type de responsabilité, c’était renoncer à son devoir d’être un homme. Il s’agissait du reste d’un état permanent de vie plutôt qu’une fonction passagère, nominative ou élective. Chaque homme ou chaque femme avait le droit de déranger un Mushingantahe comme l’on dérange un membre de la famille : il était père de son milieu, avec tout ce que cela comporte de responsabilité et d’abnégation. C’est pourquoi avant son investiture, il lui était nécessaire de passer par plusieurs étapes de formation et d’épreuves.

    Au cours de ce temps de formation, le Mushingantahe devait acquérir un sens aigu de la vérité et de la justice, une responsabilité sociale poussée, un amour du travail en vue d’un minimum d’aisance économique, une intelligence aiguë, beaucoup de courage, une maturité humaine attendue d’un père, bref, une conduite exemplaire qui, du reste, était conçue comme un modèle culturel, une personnalité de statut pour toute la population. Toutes ces vertus et bien d’autres étaient progressivement acquises avant l’investiture. Il ne s’agissait pas du reste d’une simple charge, mais d’un devenir progressif consacré et rendu irréversible par l’investiture. Celle-ci consistait en un pacte entre le candidat Mushingantahe et la population qui devait exprimer son adhésion. A partir de ce jour, l’individu changeait de statut social et d’engagement intérieur. Il devenait du dedans (ibanga) un responsable volontaire de la paix et de l’harmonie autour de lui. Son investiture constituait le serment des serments qui engendrait un devoir investissant tout l’être de la personne. » – Adrien Ntabona, Institution des Bashingantahe à l’heure du pluralisme politique africain, Au Cœur de l’Afrique, 59, 2-3, 1991, 263-284 (s. : uantwerpen.be)


  • paix 

    « Il n’y a pas de paix véritable si elle ne s’accompagne pas d’équité, de vérité, de justice et de solidarité. Est voué à l’échec tout projet qui tend à séparer deux droits indivisibles et interdépendants : le droit à la paix et le droit à un développement intégral et solidaire. » Jean-Paul II


  • Calendrier :

  • justice

    20 / février

    Journée mondiale de la justice sociale (A/RES/62/10)


    Calendrier


    Thème(s) :

    Tags :

  • Veillée :

  • Ekeko et les miniatures

    Bien avant l’arrivée des Conquistadores, et même celle des Incas, existait sur l’Altiplano un homme de grande bonté qui se nommait Iqiqu. Petit et humble, il n’en dispensait pas moins une intarissable abondance de bienfaits à quiconque venait à le croiser. Il facilitait la rencontre des amoureux, donnait les conseils les plus avisés, et sa présence en un lieu suffisait à rendre chacun heureux. C’est pourquoi la grâce divine lui accorda des pouvoirs plus grands encore, comme celui de contrôler les rivières, les roches et les montagnes. Nul doute qu’il en disposerait avec modération et justice. Hélas, en cette même époque, le mauvais Awqa fit irruption dans la région, accompagné de son armée et de son lot de désolation. Il ne tarda pas à s’apercevoir qu’un vent de bonté soufflait en ces lieux et mit toute sa rage à le détruire. Il s’acharna sur ceux qui vouaient une estime à Iqiqu et celui-ci fut bientôt obligé de se cacher. Jusqu’au jour où il fut surpris auprès d’agriculteurs qui tentaient de constituer un système d’entraide. Au lieu de s’enfuir, Iqiqu décida de se rendre. Alors Awqa put libérer sa rancœur et sa haine et fit tout son possible pour effacer toute trace de ce protecteur. Après l’avoir écartelé et démembré, il fit enterrer les parties de son corps dans les endroits les plus reculés afin que jamais ils ne puissent à nouveau se réunir. Mais certains assurent que ce moment un jour viendra. Alors les peuples indigènes de l’Altiplano retrouveront leur liberté. Pour lui rendre hommage, un petit personnage nommé Ekeko symbolise depuis lors ce souvenir de l’abondance. Au Pérou, mais aussi en Bolivie, il se voit paré de toutes choses en miniature dans l’espoir que les demandes les plus sincères soient exaucées, en grandeur réelle. En Bolivie, le 24 janvier, des objets divers nommés alasitas (« achète-moi ») représentant tout ce que l’on peut souhaiter (véhicules, maisons, magasins, fortune…) sont mis en vente afin de perpétuer cette croyance, confiants dans le fait que leur possession en miniature est un sérieux préalable à leur prochaine obtention.


  • L’impôt d’un âne…

    On raconte que le calife Harun al-Rashid avait convoqué son grand conseiller Abu Nuwas . Il venait d’apprendre que par tout le pays, les hommes souffraient d’un mal profond: ils avaient peur de leur femme ! Comment se pouvait-il qu’au pays du calife, on en soit à observer pareille chose insensée. L’inverse pouvait se concevoir, et même être conseillé (sic), mais cette situation-là était proprement insupportable. Le calife décida donc de lever un impôt. Tout homme qui serait pris en défaut de craindre sa femme se verrait taxer d’un âne. Abu Nuwas parcourut le pays pour mettre à exécution ce nouvel édit. Quelques mois plus tard, une immense fumée s’approchait de Bagdad. Abu Nuwas revenait, à la tête d’un vaste troupeau d’ânes. En la périphérie de la ville splendide et sans pareille, il fit la rencontre de la noble dame Zubayda, première courtisane de son maître. Puis il se rendit auprès de celui-ci pour lui confirmer le résultat de sa collecte aussi attristant qu’effectif. Le calife s’en désola, lorsqu’Abu Nuwas lui apprit qu’il venait de rencontrer la noble Zubayda. Pris en défaut de quelque autre aventure amoureuse, le calife exprima ses vives craintes de la voir surgir. À quoi Abu Nuwas lui dit qu’il était juste, en tant que calife qu’il paie un impôt deux fois plus élevé que ses sujets, et qu’il soit donc taxé de deux ânes.


  • Le partage des trois ryōs… plus un

    Une personne marchait lorsque par mégarde une bourse tomba de sa ceinture. Vint une seconde personne qui la trouva sur son chemin. Selon les codes d’honnêteté en usage, cette dernière s’empressa de rejoindre l’infortunée qui l’avait perdue et l’enjoignit de reprendre son bien. Ce à quoi l’autre, selon les mêmes codes, assura qu’elle n’en ferait rien car un bien perdu doit appartenir à celui qui le trouve. Ne pouvant trancher, les deux compères décidèrent de se rendre devant le juge. Celui-ci écouta attentivement leur requête et décida la chose suivante. Il compta tout d’abord les ryōs contenus dans la bourse : il y en avait trois ! Puis il ajouta une quatrième pièce de sa poche, et en donna deux à chacun. Après cela, il encouragea à observer que le possesseur de la bourse aurait dû avoir trois pièces, or il n’en avait désormais plus que deux. Le second aurait pu en gagner trois, mais il n’en avait également que deux. Quant à lui, juge, il en avait perdu une. Ainsi donc tous trois étaient-ils à présent au même point. Chacun avait perdu une pièce, ce qui était en soi équitable.


    Veillée


    Thème(s) :

    Tags :

    Zone(s) :

  • Twitopique :

  • #justice

    #Justice / Qui ne souffre d’aucune forme de blessure morale, physique / Prêter à autrui droit d’être au – = à celui qu’on s’accorde à soi-même.


    Twitopique


    Thème(s) :

    Tags :

  • #maât

    #Maât symbolise la justice représentée par une plume d’autruche / Figure sur un plateau de la balance tandis qu’on pèse le cœur du défunt.


    Twitopique


    Thème(s) :

    Tags :

  • Unideo :

  • 38 – pouvoir – power – 权力 – Macht – potere – poder – 権力 – мочь

    Le pouvoir
    power
    pouvoir
    Le pouvoir conférant l’autorité, ou le contraire,
    authority
    autorité
    Le pouvoir hiérarchique, définissant ce qui est inférieur
    inferior
    inférieur/e
    Et ce qui est supérieur
    superior
    supérieur/e
    Décidant qui est le chef
    chief
    chef
    Le pouvoir qui accorde la liberté
    freedom
    liberté
    Ou qui l’interdit
    forbid
    interdire
    Le pouvoir qui donne des ordres
    order
    ordre
    Le pouvoir qui donne les titres
    title
    titre
    Et la gloire
    glory
    gloire

    Le pouvoir politique
    politics
    politique
    Cherchant à gouverner
    govern
    gouverner
    S’appuyant sur la force des états
    state2
    état
    Et des nations
    nation
    nation
    Renvoyant aux frontières et à leur contrôle
    frontier2
    frontière
    Renvoyant également à la diplomatie
    diplomacy
    diplomatie

    Le pouvoir de la royauté
    kingdom
    royauté
    Ou de l’empire
    empire
    empire

    Le pouvoir au regard de la justice
    justice
    justice
    Au regard du droit
    right
    droit
    Au regard de la loi
    right
    loi
    Qui amène à accuser, à défendre et à juger
    accuse
    accuser
    Distinguant ce qui est légal de ce qui ne l’est pas
    legal
    légal/e
    Confiant à la police la mission de le faire respecter…
    police
    police