• Indéfinition principale :

    langage 

    Faculté liée à l’emploi de codes (verbaux ou non verbaux), reflétant l’aptitude à communiquer et/ou signifier. Le langage pourrait constituer un puissant levier des humanités à la rencontre de leur diversité et de leur indispensable concorde.

  • Effets :

  • Effet Logorrhée

    En diversifiant les flots de paroles, en les reproduisant plus ou moins à l’identique (souvent amputées de leur signature*), l’ère de l’information nous a inondés des énoncés de toutes natures. Certains y ont dénoncé de longue date une forme d’opulence communicationnelle (A. Moles). D’autres parlent d’infobésité. Et beaucoup s’y noient avec une relative insouciance. Cet effet logorrhée serait-il plutôt une invitation à apprendre à y reconnaître l’essentiel et l’accessoire ? De nouvelles aptitudes langagières y auraient-elles par exemple toute leur place ?


  • Effet Numérique

    Certains en sont béats, frappés d’un effet d’émerveillement* quasi permanent. D’autres en sont effrayés, voyant monter une menace digne du puissant effet apocalypse*. La plupart se contentent de l’exploiter, entre engagement* et neutralité*, entre consommation farouche et ennui… Le numérique, puisque c’est de lui dont il s’agit, a mis en définitive fort peu de temps pour imposer sa marque en matière non seulement de communication, mais de langage, d’éthique, de culture, de communauté, de mouvement, de temps, d’espace, de commerce, de savoirs, de techniques, de mémoire ! Entre quelques autres… Tous les secteurs de l’activité humaine sont concernés, et il est peu vraisemblable que l’espèce humaine elle-même puisse échapper au rendez-vous que le numérique lui fixe quant à sa conduite et son destin même. L’effet numérique, cahin-caha, peut emprunter à tout cela et plus encore… Il a incontestablement les plus beaux jours devant lui, reste à savoir à qui cette beauté sera profitable…


  • Indéfinition :

  • grammaire 

    Ensemble des règles du langage ou de la langue ayant pour objet d’encadrer la production linguistique par des normes (comportant éventuellement des exceptions) – Fait l’objet d’un apprentissage plus ou moins exigeant renvoyant à une forme d’indice social.

    Une indéfinition n'est jamais définitive - Vous pouvez la modifier ou la compléter selon vos propres pratiques, opinions, savoirs, cultures, histoire.


  • mode

    Manière de vivre propre à un temps, une société, et plus particulièrement de se vêtir – Configure chez certain/es une relation au monde et aux autres, à la manière de se comporter et d’ajuster ce comportement en fonction des tendances, de leur renouvellement, de l’enthousiasme ou de la critique qu’elles inspirent – Objet de marchandisation, la mode dépasse largement sa seule fabrique en pénétrant bien d’autres domaines comme les arts, la gastronomie, le langage, etc.

    Une indéfinition n'est jamais définitive - Vous pouvez la modifier ou la compléter selon vos propres pratiques, opinions, savoirs, cultures, histoire.


  • smiley

    Inventé par Forrest Gump dans sa folle course, ou plus vraisemblablement par Harvey Ball (1921/2001) pour une compagnie d’assurances en 1963, désigne le dessin simplifié d’un visage jaune et souriant devenu en quelques décennies l’un des meilleurs symboles de la satisfaction moderne – Peut également désigner une autre invention, pour sa part liée à Scott Elliot Fahlman (1948-) qui introduisit en 1982 une magnifique combinaison typographique 🙂 – Selon les usages qui en sont faits, le terme peut pointer une tentative non dénuée d’intérêt d’un langage à prétention plus ou moins universelle ou un certain agacement quant à sa présence abusive.

    Une indéfinition n'est jamais définitive - Vous pouvez la modifier ou la compléter selon vos propres pratiques, opinions, savoirs, cultures, histoire.


  • Les Mots De :

  • langue des signes

    « Depuis toute petite, je suis fascinée par cette danse des mains qui produit du sens. Cette voix du corps (mains, expressions du visage, mouvements du corps tout entier), cette chorégraphie de mots silencieux. J’ai la chance d’avoir rencontré des sourds qui sont devenus mes amis et qui me font découvrir leur langue et leur culture, d’une richesse inattendue. Parler avec le corps, au-delà des mots, pouvoir « dire » lorsque ce qu’on ressent ne peut pas s’écrire. Découvrir un monde de possibilités et de création infini. Et puis, tout simplement, pouvoir communiquer au-delà du silence. La langue des signes devrait être enseignée à l’école, dans toutes les écoles, dès le plus jeune âge. »


  • Veillée :

  • Hailibu, l’homme qui parlait le langage des animaux

    (d’après un conte mongol) On raconte qu’Hailibu était un grand chasseur, mais qu’il était aussi et avant tout un homme noble qui distribuait abondamment au village les proies qu’il attrapait… Un jour Hailibu sauva une petite créature des serres d’un vautour qui s’apprêtait à la manger. Aussitôt libéré, le petit être se tourna vers lui et, à sa grande surprise, le remercia. Elle était la fille du roi dragon et lui promit que s’il l’accompagnait chez elle, son père, le roi, lui offrirait certainement le plus magnifique des trésors. Hailibu y consentit et chemin faisant apprit que le souverain possédait une pierre magique qu’il gardait dans sa bouche. Quiconque la détenait pouvait aisément comprendre le langage de tous les animaux. Dédaignant palais et splendeurs, c’est exactement ce qu’Hailibu demanda au roi et celui-ci lui accorda. Il émit cependant une réserve : Hailibu ne devait confier à personne son secret car sinon il se transformerait en pierre. Lorsqu’il revint au village, Hailibu accrut encore ses aptitudes de chasseur et chacun lui en fut très reconnaissant. Et les années passèrent, heureuses et prospères. Pourtant un jour, tandis qu’il chassait, Hailibu entendit les oiseaux parler entre eux. Bien sûr, désormais, il comprenait le sens de leurs paroles. Or ce jour là, les oiseaux étaient affolés. Hailibu tendit l’oreille et apprit la raison de leur terreur : la montagne entière allait s’effondrer, et c’est pourquoi il s’apprêtait tous à partir. Hailibu fut épouvanté à cette nouvelle car cette montagne surplombait le village. Il descendit précipitamment et alla informer chacun de cette nouvelle. Il pria tout le monde de fuir au plus vite. Mais bien sûr on eut du mal à le croire. Comment pouvait-il connaître de telles choses ?! C’est alors qu’Hailibu n’eut pas le choix : pour convaincre les villageois, il dut tout leur raconter. Et pendant qu’il faisait le récit de son bonheur et de sa longue histoire, ses membres commencèrent à se transformer en pierre. A la fin, tout le monde sut qu’il disait la vérité, et l’ensemble du village partit en hâte se mettre à l’abri. La montagne s’écroula et tout le monde garda le souvenir de celui grâce auquel ils devaient d’avoir eu la vie sauve.


  • Twitopique :

  • #barbare

    #Barbare : du gr. barbaros / Désigne ceux qui ne parlent pas la langue grecque, koinè, mais un langage d’oiseau / Qui bredouillent.


    Twitopique


    Thème(s) :

    Tags :