Indéfinition :

  • allumer

    Mettre le feu ou la lumière par divers moyens.

    Une indéfinition n'est jamais définitive - Vous pouvez la modifier ou la compléter selon vos propres pratiques, opinions, savoirs, cultures, histoire.


  • couleur 

    Sensation optique née de la lumière mise en contact avec la rétine qui, dans un système général d’interprétation marqué par la culture et l’expérience, va désigner la qualité d’une chose ou d’un phénomène. 

    Une indéfinition n'est jamais définitive - Vous pouvez la modifier ou la compléter selon vos propres pratiques, opinions, savoirs, cultures, histoire.


  • feu 

    Combustion dégageant chaleur et lumière, dont la tentative de maîtrise par l’homme a eu un effet décisif sur son destin et l’évolution des sociétés.

    Une indéfinition n'est jamais définitive - Vous pouvez la modifier ou la compléter selon vos propres pratiques, opinions, savoirs, cultures, histoire.


  • hanoucca

    Fête juive dite « des lumières » commémorant la victoire des Maccabées sur les Séleucides – Le fait d’y allumer un chandelier à neuf branches y marque le miracle de la fiole d’huile qui aurait brûlé huit jours bien qu’elle ne contenait qu’un jour d’alimentation. Divers rites y sont attachés, dont en particulier un jeu de toupies – Hag HaHanoukka est en hébreu la « Fête de l’Édification ».

    Une indéfinition n'est jamais définitive - Vous pouvez la modifier ou la compléter selon vos propres pratiques, opinions, savoirs, cultures, histoire.


  • lanterne 

    Objet souvent symbolique dont la fonction est d’abriter une lumière de l’environnement extérieur, par une structure souvent simple qu’elle soit en métal, en papier ou autre, et d’apporter seule ou en nombre toute la métaphore de la lumière et de sa présence face à l’obscurité.

    Une indéfinition n'est jamais définitive - Vous pouvez la modifier ou la compléter selon vos propres pratiques, opinions, savoirs, cultures, histoire.


  • nuit

    Moment durant lequel la lumière du soleil est absente en raison du mouvement des astres.

    Une indéfinition n'est jamais définitive - Vous pouvez la modifier ou la compléter selon vos propres pratiques, opinions, savoirs, cultures, histoire.


  • Citation :

  • couleur 

    « Ceux qui composent de lumières colorées la lumière unique et essentiellement blanche, voilà les vrais obscurantistes. »Johann Wolfgang von Goethe (1749-1832) – Maximes et réflexions


  • déchet

    « Le but n’est pas de constater que nos élèves trient leurs déchets, éteignent les lumières quand ils quittent une pièce ou ne gaspillent pas l’eau. Ce qui compte, c’est la capacité des élèves à prendre en compte les valeurs que sous-tendent leurs actes. » Aurélie Zwang-Steiger – 2010 www.vousnousils.fr


  • enfant 

    « Les enfants sont des énigmes lumineuses. » Daniel Pennac (1944-)


  • lumière

    Prié par un ami de commenter le verset du Coran (XXIV, 35) dit « de la Lumière », Ghazâlî (1058-111) lui répondit la chose suivante :« Sache que la lumière de la vision externe est marquée par plusieurs imperfections : (…) Dans l’acte même de la perception visuelle elle se trompe souvent, croyant petit ce qui est grand (il cite le cas des étoiles), proche ce qui est éloigné, croyant en mouvement ce qui est immobile ou l’inverse… Si donc il existait un œil d’une autre sorte, exempt de tous ces défauts, ne mériterait-il pas mieux, vraiment, le nom de « lumière » ? » (Abû Hamid Muhamad al-Ghazâlî – Le Tabernacle des Lumières)


  • lumière

    La Genèse ne commence-t-elle pas par cet hommage à la lumière : « [1] Au commencement, Dieu créa les cieux et la terre. [2] La terre était informe et vide: il y avait des ténèbres à la surface de l’abîme, et l’esprit de Dieu se mouvait au-dessus des eaux. [3] Dieu dit: Que la lumière soit! Et la lumière fut. [4] Dieu vit que la lumière était bonne; et Dieu sépara la lumière d’avec les ténèbres. [5] Dieu appela la lumière jour, et il appela les ténèbres nuit. Ainsi, il y eut un soir, et il y eut un matin : ce fut le premier jour »


  • Calendrier :

  • Loy Krathong

    novembre

    En Thaïlande et dans les cultures proches,, c’est la grande fête de Loy Krathong. Tout le pays vibre à la lumière des lanternes posées sur l’eau. Du reste c’est là le nom de la fête, loy : « flotter » et krathong : « petit radeau ». Petite embarcation illuminée qu’on allume et qui va sur l’eau, emportant nos griefs et nos angoisses, afin qu’en cette pleine lune du 12e mois qui conclut l’année thaïe, on soit purifié pour l’année qui vient. Si vous y voyez des éléments proches de deepavali, la fête de la lumière hindoue, ne vous en étonnez pas, c’est bien le cas. D’aucuns rapportent que l’origine de cette fête, donnée en l’honneur de Gangâ (déesse des eaux), serait effectivement hindoue avant de devenir bouddhique.

    On notera qu’à Chiang Mai (18° N – 98° E), on a plutôt pour coutume de faire envoler des lanternes dites célestes. Soulignons enfin qu’un concours de beauté a lieu le jour de Loy Krathong qui couronne la plus belle fille en l’honneur de la splendide Naang Noppamart, fille d’un brahmane qui devint la concubine d’un roi thaï et donna à cette fête toute sa dimension.

    De quoi nous interroger aujourd’hui sur le sens des lanternes qu’on allume de par le monde, de Chine, du Japon et d’ailleurs, et qui fêtent chacune à sa manière la victoire de la lumière sur les ténèbres ou le scintillement de l’espérance.


  • Veillée :

  • L’araignée et la lumière

    Chez les Cherokees,
    La terre était jadis dans l’obscurité.
    La lumière se trouvait
    De l’autre côté du monde.

    earth * past * without light

    La terre * dans le passé * sans / lumière

    Ceux qui la possédaient
    Ainsi qu’il est de coutume
    Refusaient de la partager.

    Alors, on décida de s’en emparer.

    L’opossum fut envoyé le premier,
    Qui hélas se brûla les yeux et la queue.
    Puis vint le tour du busard.
    Qui, pour sa part,
    Se brûla le crâne.

    En définitive c’est la petite araignée qui,
    Après avoir fabriqué un pot,
    Se rendit de l’autre côté du monde.

    Elle était si minuscule,
    si insignifiante
    Qu’elle passa inaperçue.

    C’est ainsi qu’elle put accueillir
    Un rayon de lumière
    Dans le pot qu’elle avait apporté.
    Et s’en revint triomphante.

    Depuis lors les araignées tissent leur toile
    En forme de disque solaire,
    Et les femmes cherokees fabriquent des pots…

    spider pluralS * produce * cobweb * with shape ofS sun circle

    Les araignées * produisent * leur toile * avec / une forme / de disque solaire (soleil / cercle)


  • Le Grand Rama…

    Le Ramayana conte l’histoire du grand Rama, septième avatar de Vishnu, qui partit combattre le démon Ravana retranché à Sri Lanka… Son père était le roi d’Ayodhya, Dasaratha, lequel à cette époque n’avait pas de descendance mâle et en était affligé. En ce même temps, les dieux se désolaient du pouvoir du roi des démons Ravana qui empêchait les rites sacrés et contre lesquels ils étaient impuissants. C’est pourquoi Vishnu décida de redescendre sur Terre, sous forme humaine, car si les dieux ne pouvaient le contraindre, un homme lui pouvait vaincre Ravana. Les épouses de Dasaratha furent conviées à boire un philtre magique, et tombèrent simultanément enceintes : quatre fils en naquirent, Rama, Lakshamana, Bharata, Satrughna. Rama et Lakshamana furent très tôt complices, et fort jeunes, ils ne manquèrent pas de prouver leurs exploits. C’est ainsi qu’ils mirent à mal une démone et des cascades de fleurs de lotus se déversèrent sur eux. De même le roi Janaka avait promis que quiconque parviendrait à domestiquer l’arc de Shiva (que 500 hommes ne parvenaient à soulever) emporterait la main de sa fille Sita. Or à peine Rama le prit-il entre ses mains qu’il se brisa. Dasaratha sentait venir sa fin et naturellement il voyait en Rama le plus digne des successeurs. Hélas, l’une de ses épouses lui rappela qu’il avait promis le trône à son fils. Fidèle à sa parole, il dut se résoudre à le lui accorder et exila Rama. Lakshamana et Sita décidèrent de le suivre. 10 années d’errance les menèrent à Panchavati où ils prirent résidence. Quelque temps plus tard une démone, métamorphosée en belle servante, tenta de se rapprocher de Sita. Mais Lakshamana lui coupa le nez et les oreilles. Ravana avertit de l’affaire, conçut dès lors un stratégème pour les perdre. Il envoya tout d’abord un magnifique cerf blanc qui appata Rama. Celui-ci décidé à le chasser traça un cercle magique autour de la demeure pour protéger son épouse. Mais Ravana, dans toute sa ruse, s’en approcha sous les traits d’un vieux mendiant et pria hors du cercle Sita de le nourrir. Ne se méfiant pas, celle-ci tomba dans le piège et il l’enleva sans difficulté. Rama et Lakshamana durent alors mener d’intenses recherches pour la retrouver. Au cours de ces tentatives, ils s’associèrent les mérites de Sugriva, le chef de l’armée des singes. Ceux-ci partirent dans toutes les directions et seule l’armée conduite par Hanuman tarda à rentrer. Pour cause, ils avaient trouvé où Ravana détenait Sita : sur l’île de Sri Lanka. Il parvint à franchir les mers et fit savoir à Sita que Rama n’avait pas abandonné. Puis il revint avec l’un de ses anneaux et en informa Rama qui prit aussitôt la route. Grâce à la construction d’un pont magique, une impressionnante armée s’abttit sur Ravana. Mais celui-ci ne manquait pas de ressources, et les pertes furent terribles. Lakshmana fut ainsi gravement blessé, et Rama lui-même sentit les forces lui manquer. Heureusement les herbes médicinales du Mont Kailash, Surya le dieu-soleil, et in fine l’arme de Brahmâ, parvinrent à vaincre les démons et à tuer Ravana. Rentrés victorieux à Ayodhya, on ne tarda pas toutefois à douter de la vertu de Sita. N’aurait-elle pas été séduite par le démon Ravana ? C’est pourquoi elle se retira en forêt avec l’aide de Lakshamana auprès du sage Vâlmîki. Et c’est là qu’elle enfanta des jumeaux Kusa et Lava, auquels elle apprit l’épopée du Ramayana. Ils devaient quelques années plus tard le conter devant Rama à Ayodhya et tous purent aisément reconnaître en eux, ses fils légitimes. Sita ne manqua pas d’être alors rappelée auprès de lui.


  • Sinograph :

  • guāng  – 光 : « lumière »

    guāng  光 : « lumière » – Certains y voient l’association de « l’homme » 儿et du « feu » 火. En y ajoutant le « soleil » 日, on obtient 晃  huǎng : « éblouir ». 谢谢光临  xièxieguānglín est une formule de politesse pour  remercier qqn de sa visite.  光 se prononce kou ou hikari en japonais.


    Sinograph


    Thème(s) :

    Tags :

  • Twitopique :

  • #deepavali

    #Deepavali (Diwali) / Rangée de lampes / Fête de la lumière hindoue / Victoire de Shiva ou de Rama.


  • #énergie

    Transformer un état pour produire mouvement, lumière ou chaleur / Recherche de sources / Cycles / Impacts / L’#énergie.


  • #feu

    #Feu : combustion dégageant chaleur et lumière / Sa maîtrise par l’homme a eu un effet décisif sur son destin / Et l’évolution des sociétés.


    Twitopique


    Thème(s) :

    Tags :

  • #hanoucca

    Les Maccabées, Juifs pieux, se révoltent contre les Séleucides de – 175 à – 140 / Dynastie des Hasmonéens / #Hanoucca : la fiole d’huile.


    Twitopique


    Thème(s) :

    Tags :

  • #lumière

    明 : la #lumière / Judicieuse association de la lune 月et du soleil 日 / → Dieu dit: Que la lumière soit! Et la lumière fut.


    Twitopique


    Thème(s) :

    Tags :

  • Unideo :

  • 10 – feu – fire – 火 – Feuer – fuoco – fuego – 火 – ого́нь

    Le feu, impressionnante conquête
    fire
    feu
    Source de chaleur
    heat
    chaleur
    Combattant le froid
    cold
    froid
    Source de lumière
    light
    lumière
    Combattant l’obscurité
    darkness
    obscurité

    Le feu dont la flamme scintille
    flame
    flamme
    Le feu qui brille
    shine
    briller
    Le feu qui cuit
    cook3
    cuire
    Et qui brûle
    burn
    brûler

    Le feu qui explose
    explosion
    explosion
    Au rendez-vous des artifices
    fireworks
    feu d’artifices



  • Galerie UNIDEO :

  • Hanukkah: Festival of Lights


  • Loy Krathong: : float a basket…


  • Tane: Tahitian creator