• Maroc

    continent : Afrique

    nom dans la langue : المملكة المغربية

    localisation : Pays d’Afrique du nord

    type constitutionnel : Monarchie constitutionnelle parlementaire unitaire

    capitale : Rabat

    coordonnées de la capitale : 34.2N/06.51O

    gentilé : marocain/e

    monnaie : dirham marocain (MAD)

    langue(s) : arabe

    nom en anglais : Morocco

    indépendance : 1956 (Protectorat F./Esp.)

    unideo_pays :

    MAMA

  • Indéfinition :

  • dahir 

    Sceau du roi du Maroc apposé sur les documents officiels, notamment issus du parlement. 

    Une indéfinition n'est jamais définitive - Vous pouvez la modifier ou la compléter selon vos propres pratiques, opinions, savoirs, cultures, histoire.


    Indéfinition


    Thème(s) :

    Tags :

    Zone(s) :

  • Langues :

  • amazighe

    ⵜⴰⵎⴰⵣⵉⵖⵜ ⵏ ⵎⵓⵔⴰⴽⵓⵛ

    nom en anglais : Standard Moroccan Tamazight

    ISO : zgh

    PAYS : Maroc

    Famille : afro-asiatiques / berbères


  • berbères

    Tamaziɣt / ⵜⴰⵎⴰⵣⵉⵖⵜ

    nom en anglais : Berber

    ISO : ber

    PAYS : Maroc, Algérie, Tunisie, Libye,Egypte, Mauritanie, Mali, Niger

    Famille : afro-asiatiques / berbères


  • Veillée :

  • Jardin des Hespérides…

    Il était un jardin connu pour abriter un pommier quelque peu spécial puisqu’il portait de célèbres pommes d’or. Gaia (la terre) l’avait offert à Héra en cadeau de mariage. Ajoutons que ce jardin était férocement gardé par un dragon, dénommé Ladon, depuis qu’Héra avait observé que les filles d’Atlas, les Hespérides, n’hésitaient pas à chaparder ces fruits exceptionnels. De son côté Atlas avait été prévenu qu’un fils de Zeus tenterait un jour de s’en emparer. C’est pourquoi il avait érigé des murailles tout autour de son jardin, dont l’emplacement du reste était tenu en grand secret. Lors de ces douze travaux, Hercule fut chargé d’aller les chercher. Ne sachant dans quelle direction s’élancer, il recourut aux services de Nérée qui, tentant de s’y soustraire, finit tout de même par lui conseiller de faire intervenir Atlas lui-même. Or entre-temps le sort d’Atlas avait connu une sévère infortune. Dans une lutte l’opposant à Zeus, dont il était sorti vaincu, il avait été condamné à supporter pour l’éternité le poids de la voûte céleste. Aussi Hercule songea-t-il qu’il pourrait aisément marchander son concours. Il lui proposa de porter un temps la voûte à sa place pendant que lui-même irait chercher quelques pommes. Restait à réduire la farouche résistance de Ladon, le dragon, qui lui fut acquise avec l’aide d’Hercule. C’est ainsi qu’Atlas revint victorieux, non sans songer à présent qu’il était libéré de cette épouvantable contrainte et qu’il pourrait fort bien la laisser à Hercule. Il lui annonça qu’il se rendrait lui-même auprès d’Eurysthée avec les pommes. Ce dernier dut alors recourir à une ruse pour tromper Atlas prétextant qu’il voulait juste s’emparer d’un coussin. Son stratagème porta (doublement) ses fruits. Et Atlas de nouveau enchaîné à son destin le regarda s’éloigner sans espoir de se recouvrer sa liberté. On dit qu’il la dut à Persée qui, grâce à la tête de la gorgone, le pétrifia, le transformant ainsi en un majestueux massif qui aujourd’hui encore porte le nom de l’Atlas.


  • Le ghoul à sept têtes…

    (conte berbère marocain) Dans le haut Atlas, vivait la princesse Tinarouz, belle comme un ange. Celle-ci n’avait qu’un rêve, se marier le jour où elle le déciderait. Or, elle jugea que ce jour devait coïncider avec le début du printemps et désirait qu’on lui offrît un splendide coffre en argent qui lui venait de son arrière-grand-mère. Son père, le sultan, y consentit. Hélas, le jour venu, nul prétendant ne se présenta, et la princesse en fut terriblement chagrinée. Heureusement, sa servante, Myriam, qui connaissait bien des choses, lui apporta une pierre en lui confiant que si elle la plaçait contre son cœur en exprimant un vœu sincère, il serait exaucé. Et c’est bien ce que fit Tinarouz, demandant à être mariée le jour de son prochain anniversaire. Ce jour-là, on fit venir le coffre et à peine l’eut-on ouvert qu’une stupéfaction gagna tout le monde : il contenait un magnifique jeune homme aux yeux si bleus et à l’allure si magnifique ! Tinarouz l’interrogea sur sa provenance, mais le bel inconnu resta mystérieux et se contenta de demander sa main au sultan si tous deux en avaient le désir. Certes, tel était le bien cas, mais comment s’assurer de sa bravoure, de son honnêteté ? Il fut décidé qu’il devrait combattre le « Ghoul à sept têtes » pour le mettre à l’épreuve. Le jeune homme trouva la proposition fort juste et partit aussitôt dans la forêt où vivait le monstre. Quand il l’eut atteinte, il ne lui fallut guère attendre pour que le Ghoul apparaisse, terrifiant et menaçant. Jetant des flammes, il aurait tôt fait de le réduire en cendres. C’est à cet instant que la rivière gonfla en leur proximité, tant et si bien qu’elle déferla sur la forêt. Le monstre en fut si décontenancé qu’il perdit un temps son équilibre et le jeune homme en profita pour trancher ses sept têtes. Revenant au palais, il eut tôt fait de présenter les têtes du Ghoul et obtint ainsi la main de la princesse. Ainsi débutèrent des temps de bonheur que nulle ombre ne vint ternir. Jusqu’à ce jour où… la princesse, de plus en plus curieuse, exigea que son bel amoureux lui confie sa provenance. Il refusa pour les mêmes raisons qui l’avaient encouragé au silence. Un malheur s’abattrait sur eux s’il lui indiquait. Mais elle insista avec tant de force qu’il commença à céder… C’est alors que la rivière qui l’avait hier sauvé, se déchaîna de nouveau et l’emporta avec elle : son bel époux venait de disparaître. Les semaines passèrent. Or un soir, Myriam se promenant près de la rivière, vit d’étranges lueurs s’animer à sa surface. Puis la rivière elle-même sembla bouillonner, et un vieil homme en sortit. Il s’assit sur un trône, et un jeune homme se plaça à ses côtés. Bien sûr, c’était le jeune époux de la princesse. Myriam se précipita auprès d’elle pour lui annoncer cette effarante nouvelle. Tinarouz se mit à danser devant eux et devant ce spectacle, le prince confia à son père que telle était celle qu’il avait épousée. Celui-ci comprit quel amour unissait ces deux êtres, et accepta de les laisser se retrouver. Il demanda toutefois qu’ils se rappellent toujours combien la curiosité pouvait être mauvaise conseillère. Puis il se retira avec les eaux, et les deux amoureux purent vivre dans le bonheur.


  • Twitopique :

  • #abd-el-krim

    Mohamed ben #Abdelkrim El Khattabi (1882/1963) / Guerre du Rif / Héros de la résistance au colonialisme.


  • #al quaraouiyine

    #Al Quaraouiyine / Université de Fès / Créé en 859 – Figure de Oum al Banine (Fatima el Fihriya) : « La mère des deux fils ».


    Twitopique


    Thème(s) :

    Tags :

    Zone(s) :

    Période(s) :

  • #alaouites

    #Alaouites / Dernière dynastie régnante au Maroc / Mohammed VI, fils d’Hassan II, lui succède en 1999.


    Twitopique


    Thème(s) :

    Tags :

    Zone(s) :

    Période(s) :

  • #almoravides

    #Almoravides : gens du ribat / Dynastie berbère / Influence sur le Maroc puis l’Espagne à partir du 11e / Détruite par les Almohades.


  • #idrissides

    De 789 à 985 / #Idrissides / Chiites (zaïdites) / Règne sur le Maroc / Idrîss Ier combat les Abbassides – S’enfuit / Fonde la dynastie.


    Twitopique


    Thème(s) :

    Tags :

    Période(s) :

  • #maroc

    Royaume du #Maroc / Bordé par la Méditerranée et l’Atlantique / Indép. 1956 / Cap. Rabat / 16 régions.


    Twitopique


    Thème(s) :

    Tags :

  • #mogador

    Amogdul « la bien gardée », Essaouira, #Mogador / Phéniciens, Imazighen, influence romaine / Exploitation du murex / Huile d’argan / Gnaouas.


  • #saadiens

    Dynastie des #Saadiens = Zaydanides au Maroc / De 1554 à 1660 / Cap. Marrakech / Traité avec les Wattassides / Les Alaouites leur succèdent.


  • #sahara occidental

    Sous le contrôle espagnol 1884/1975 / Revendiqué par le Maroc et la République arabe sahraouie démocratique / #Sahara occidental (marocain).


  • Histoire :

  • rabat

    Rabat (34°01 N / 6°50 O) est la capitale du Maroc située sur le sud de l’embouchure du Bouregreg au bord de l’Atlantique.  La ville doit son nom au mot ribât qui désigne la « victoire ». En arabe: الرباط, ar-Ribaaṭ, en amazighe : ⴰⵕⴱⴰⵟ, Aṛṛbaṭ.