• Indéfinition principale :

    musique 

    Art visant à la production et au partage de sons (voix, instruments, autres) suscitant émotions et significations dont les règles de combinaison sont variables d’une société, d’une culture, voire d’une personne à l’autre – Selon le contexte et la nature de l’offre musicale, une expérience peut s’accomplir qui emporte celui/celle que la produit mais tout autant celui/celle qui la reçoit dans une forme de symbiose qui dépasse sa description physique, pour atteindre des formes diverses d’exaltation ou de transcendance – Pour toutes ces raisons, et la place majeure qu’elle occupe, la musique offre un identifiant majeur de notre humanité, au rendez-vous de nos traditions comme de notre modernité.

  • Indéfinition :

  • chanter

    Produire des sons musicaux avec sa voix dans un but professionnel ou personnel.

    Une indéfinition n'est jamais définitive - Vous pouvez la modifier ou la compléter selon vos propres pratiques, opinions, savoirs, cultures, histoire.


  • conga 

    Instrument de musique à percussion, mais aussi danse et formation musicale que l’on trouve à Cuba et dans les pays d’Amérique latine – Peut désigner plus particulièrement un groupe plus ou moins ancien investi dans la préparation de festivités, notamment le Carnaval. 

    Une indéfinition n'est jamais définitive - Vous pouvez la modifier ou la compléter selon vos propres pratiques, opinions, savoirs, cultures, histoire.


  • flamenco

    Folklore andalou et plus particulièrement sa musique et sa danse.

    Une indéfinition n'est jamais définitive - Vous pouvez la modifier ou la compléter selon vos propres pratiques, opinions, savoirs, cultures, histoire.


  • guajira 

    Genre musical cubain, pouvant tout à la fois désigner une chanson accompagnée à la guitare ou une danse.

    Une indéfinition n'est jamais définitive - Vous pouvez la modifier ou la compléter selon vos propres pratiques, opinions, savoirs, cultures, histoire.


    Indéfinition


    Thème(s) :

    Tags :

    Zone(s) :

    Langue(s) :

  • instrument de musique

    Objet résultant d’une fabrication plus ou moins élaborée, d’une tradition ou d’une inventivité, dont le but est de produire de la musique de manière solitaire ou accompagnée d’autres instruments, de la voix, d’autres sonorités, dans des contextes publics ou privés, marchands ou non – Sa rareté éventuelle, et par conséquent son caractère plus ou moins onéreux, sa maîtrise, l’entraînement qu’elle requiert, ses usages artistiques, militaires, religieux, festifs…, le plaisir qu’il procure et qu’il partage (sous certaines conditions…), en font un élément prépondérant à de nombreuses activités humaines.

    Une indéfinition n'est jamais définitive - Vous pouvez la modifier ou la compléter selon vos propres pratiques, opinions, savoirs, cultures, histoire.


  • label (de musique)

    Société chargée de produire et distribuer des artistes et groupes musicaux – Bénéficiant ou non d’une antériorité reconnue dans le milieu, un label peut être ou devenir une référence incontournable.

    Une indéfinition n'est jamais définitive - Vous pouvez la modifier ou la compléter selon vos propres pratiques, opinions, savoirs, cultures, histoire.


  • rythme

    Succession de temps réguliers dans une musique.

    Une indéfinition n'est jamais définitive - Vous pouvez la modifier ou la compléter selon vos propres pratiques, opinions, savoirs, cultures, histoire.


    Indéfinition


    Thème(s) :

    Tags :

  • spectacle

    Représentation au théâtre, au cinéma, dans la musique… se livrant devant une audience.

    Une indéfinition n'est jamais définitive - Vous pouvez la modifier ou la compléter selon vos propres pratiques, opinions, savoirs, cultures, histoire.


  • Les Mots De :

  • chanter

    « Musique et danse fonctionnent ensemble. J’ai donc fait un peu de chant. On apprend à chanter de la musique karnatique, style du sud de l’Inde. Quand on pratique une danse du répertoire, on  remplace par des « paroles rythmiques » : Takita taka dhimi… Ta tai tai tat, dhit dhit tai … Ces paroles reproduisent les sons des pieds… »


  • musique

    De la musique avant toute chose … – Paul Verlaine, extrait du poème « Art poétique » « Lorsque j’écris un poème, la musique précède toujours les mots. Je suis souvent, et parfois longtemps, habitée par un souffle musical, par un rythme qui me hante, avant que les mots ne viennent s’y poser. Je ne suis pas musicienne, je ne sais pas lire une partition, mais la musique demeure en moi. Je parviens à composer des « pièces » éphémères simples et répétitives à l’intuition, avec de petits instruments sonores, pour accompagner la lecture d’un poème. Je peux écouter de la musique à tout moment, sauf lorsque j’écris de la poésie. Dans ces moments-là, je peux éventuellement écouter de la musique classique, mais la plupart du temps, j’écris en silence, accompagnée par mes rythmes intérieurs. Etrangement, j’ai des goûts musicaux très éclectiques. Pas de genre musical, ni d’artiste favori. J’écoute un peu de tout ce qui me touche, tout dépend de mon humeur du jour, du moment. »


    Les Mots De


    Thème(s) :

    Tags :

  • musique

    « Dans la maison, quand j’étais enfant, je n’avais jamais entendu de musique classique. À la radio, il y avait une seule chaîne et à tour de rôle, on avait des émissions en plusieurs langues (sauf en créole). On écoutait parfois de la pop ou des variétés indiennes. Mais on faisait très attention… car dès qu’on entendait les pas de mon père, on stoppait tout ! »


    Les Mots De


    Thème(s) :

    Tags :

  • Citation :

  • fleur

    Jack Goody a consacré un majestueux ouvrage à cet objet spécifique dans La culture des fleurs (1994 – Ed. Seuil). Il y apparaît notamment que la fleur constitue l’un parmi les nombreux vecteurs d’identité culturelle. Présente à divers titres sur les cinq continents, elle y fait l’objet d’investissements variés, qui ne sont pas tous, loin s’en faut, d’ordre botanique. L’univers musical s’y manifeste par ex., le dieu musique étant nommé chez les Aztèques « Cinq-Fleurs ». Le plan architectural s’y énonce également: « A Notre-Dame, un cresson de fontaine court en frise, enrichi de motifs en feuilles de chélidoine, et en fleurs de gueules-de-loup ». Son analogie en matière spirituelle est bien entendu constante. En Inde « Un mortel peut durant sa vie, accomplir autant de bonnes actions qu’on peut tresser de couronnes avec un beau monceau de fleurs »…


  • Patrimoine Mondial :

  • El Güegüense

    « Expression virulente de protestation contre le colonialisme, El Güegüense est un drame satirique connu dans tout le pays. Il est représenté pendant la fête de Saint-Sébastien, patron de la ville de Diriamba, dans la province nicaraguayenne de Carazo. Synthèse des cultures indigène et espagnole, El Güegüense mêle le théâtre, la danse et la musique. Il est considéré comme l’une des formes d’expressions latino-américaines les plus remarquables de l’époque coloniale. Les textes les plus anciens ont probablement été composés au début du dix-huitième siècle. Les récits évoquent des affrontements entre les autorités coloniales espagnoles et les Amérindiens, représentés principalement par le personnage central éponyme. Figure vénérable et respectée du Nicaragua préhispanique, El Güegüense déjouait les accusations portées contre lui par les autorités coloniales grâce à une série d’habiles manœuvres verbales. Au lieu de s’opposer directement ou de défier l’autorité, il s’efforce de paraître toujours coopératif et conciliant, tout en utilisant des subterfuges pour saper l’autorité des Espagnols. Alternant avec les défilés de rue, les pièces sont généralement jouées par huit personnages principaux accompagnés de danseurs et d’un ensemble de violons, de guitares et de tambours. Costumes, masques de bois, chapeaux et autres attributs distinguent les personnages. Cette tradition est connue de la majorité de la population du Nicaragua, essentiellement hispanophone, grâce à la couverture de la procession annuelle de la Saint-Sébastien par la télévision nationale. Elle est d’ailleurs si populaire que les Nicaraguayens ont inventé l’expression « se donner un air de Güegüense » pour qualifier quelqu’un qui respecte en apparence les règles tout en œuvrant habilement pour les ébranler. Malgré sa popularité, El Güegüense est menacé de désaffection, voire de disparition, en raison de la difficile situation économique du pays, du soutien insuffisant apporté aux praticiens et du manque d’intérêt que lui portent les jeunes. » (source UNESCO : ich.unesco.org)


  • Le bài chòi, art traditionnel du Centre du Viet Nam

    « Le bài chòi, art traditionnel du Centre du Viet Nam, est une forme artistique très variée qui associe musique, poésie, théâtre, peinture et littérature. Il se présente sous deux formes principales : les « jeux du bài chòi » et le « spectacle de bài chòi ». Les jeux du bài chòi se pratiquent avec des cartes dans des cabanes de bambou à l’occasion du Nouvel An lunaire. Dans les spectacles de bài chòi, des artistes Hiệu, hommes et femmes, se produisent sur un tapis en rotin. Les artistes voyagent d’un endroit à un autre ou jouent dans un cadre familial privé. Les détenteurs et les praticiens de l’art du bài chòi sont les artistes Hiệu, les acteurs de bài chòi en solo, les artistes traditionnels qui fabriquent les cartes et les artistes traditionnels fabricants de cabanes. L’art du bài chòi est une importante forme de culture et de divertissement dans les communautés villageoises. Les acteurs et leurs familles jouent un rôle essentiel dans la sauvegarde de la pratique à travers l’enseignement à la jeune génération des répertoires chantés, des techniques de chant et d’interprétation, et des méthodes de fabrication des cartes. Avec les communautés, ces artistes ont constitué près de 90 équipes, troupes et clubs de bài chòi pour la pratique et la transmission de cette forme artistique qui incite la participation de nombreux membres de la communauté. La plupart des artistes de bài chòi apprennent leur savoir-faire dans le cadre familial et le savoir-faire est principalement transmis oralement. Mais certains artistes spécialisés dans le bài chòi transmettent également les connaissances et les savoir-faire dans des clubs, des écoles et des associations. » (source : whc.unesco.org)


     

    Règles du jeu :
    « Au commencement, vous choisissez 1 planchette (…) Sur la planche, se trouvent 3 dessins ainsi que 3 mots en vietnamien. Le jeu commence quand le chanteur aussi appelé Hieu en vietnamien tire un bâton en bambou où se trouve un mot. Ensuite, il  chantera souvent en duo (à Hoi An, c’est le cas ) une chanson folklorique traditionnelle vietnamienne où un mot vietnamien sera prononcé. Une personne passera dans le public avec une planche où sera inscrit le mot ainsi que le dessin correspondant. Pour mettre l’ambiance, n’hésitez pas à taper sur vos planchettes, vous ne serez pas le seul à le faire, n’ayez crainte… Si vous pensez avoir le bon dessin ainsi que le mot, il vous suffira d’avertir cette même personne qui viendra vérifier et vous donnera un drapeau jaune si tout correspond. Faites attention, certains dessins se ressemblent… »


  • Le Fado, chant populaire urbain du Portugal

    « Le Fado est un genre de spectacle associant musique et poésie, très largement pratiqué au sein de diverses communautés de Lisbonne. C’est la synthèse multiculturelle de danses chantées afro-brésiliennes, de genres traditionnels locaux de chants et danses, de traditions musicales des zones rurales du pays apportées par les vagues successives d’immigration intérieure, et des courants de chant urbain cosmopolite du début du XIXe siècle. Le Fado est généralement interprété par un chanteur seul, homme ou femme, traditionnellement accompagné d’une guitare acoustique à cordes métalliques et de la  »guitarra » portugaise, une cithare en forme de poire à douze cordes métalliques, spécifique au Portugal, qui a également un vaste répertoire solo. Depuis quelques décennies, l’accompagnement instrumental s’est enrichi : deux guitares portugaises, une guitare et une guitare basse. Le Fado est chanté par des professionnels dans le cadre de concerts organisés et dans de petites « maisons du Fado », et par des amateurs au sein de nombreuses associations locales dans les vieux quartiers de Lisbonne. Des cours informels par des interprètes plus anciens et respectés sont donnés dans les lieux traditionnels d’exécution du Fado, souvent sur plusieurs générations successives au sein des mêmes familles. La propagation du Fado par le biais de l’émigration et des circuits de la  »world music » a renforcé son image de symbole de l’identité portugaise, débouchant sur un processus d’échanges interculturels avec d’autres traditions musicales. » (source UNESCO : ich.unesco.org)

     


  • Le Manas

    « La minorité ethnique kirghize, concentrée dans la région de Xinjiang, à l’ouest de la Chine, tire une grande fierté de sa descendance du héros Manas, dont la vie et la lignée sont célébrées au cours de l’un des éléments les plus renommés de sa tradition orale, l’épopée de Manas. Interprétée traditionnellement par un Manaschi sans accompagnement musical, cette épopée est présentée à l’occasion de réunions mondaines, de célébrations communautaires, de cérémonies telles que noces et funérailles, et de concerts. Malgré des différences d’une région à l’autre, sa composition de base reste inchangée : courts poèmes contenant des phrases qui imprègnent désormais le langage quotidien de la population, mélodies adaptées selon l’histoire et les personnages, et paraboles d’un style très vivant. Cette longue épopée raconte les exploits historiques du peuple kirghize et en cristallise les traditions et les croyances. Pour les Kirghiz vivant en Chine et dans les pays voisins d’Asie centrale (Kirghizistan, Kazakhstan et Tadjikistan), l’épopée de Manas est un symbole emblématique de leur identité culturelle. Elle est aussi la principale forme culturelle de divertissement public, de préservation de l’histoire, de transmission de savoir à la jeunesse et d’invocation propitiatoire. En tant que l’une des « trois grandes épopées de Chine », elle est à la fois une création artistique remarquable et une encyclopédie orale du peuple kirghiz. » (source UNESCO : ich.unesco.org)


  • Veillée :

  • Le raga du feu

    Il était une fois un grand maître de veena dont la réputation avait franchi les limites des royaumes… Il était également un conseiller du roi, qui était son plus grand ennemi. Le conseiller avait déjà à plusieurs reprises tenté de lui nuire – sans succès. Mais il eut un jour une terrible idée. Tandis que l’anniversaire du roi approchait, il proposa que le maître joue à cette occasion « le raga du feu ». Le morceau était sublime, et tout le monde était réjoui à l’annonce de l’entendre. Un seul problème subsistait toutefois car quiconque interprétait ce raga à merveille, et sans nul doute cela serait le cas, était assuré d’une chose : se consumer et périr. Néanmoins, à la demande du roi, le maître accepta.Le jour venu, il s’installa devant la cour et entreprit de donner sa dernière représentation. Dès les premières notes, chacun fut ébloui. Son jeu n’était pas seulement exceptionnel, il atteignait la perfection. Le conseiller affichait plus que tous sa satisfaction puisque, très bientôt, son vil projet serait exaucé : le maître s’évanouirait dans les flammes. Or, contrairement à son attente, et à la crainte de quelques uns, il acheva son air sans que rien de tel ne se produisît. Tout au contraire, il se leva, salua respectueusement le roi et les membres de la cour, parmi lesquels le conseiller, puis quitta le palais. Il traversa alors la cité, et rejoignit sa fille bien loin du palais. Là, il lui prit les mains et lui sourit avec tout le respect et l’admiration qu’un père peut avoir pour son enfant. D’autant plus qu’en tant que sa meilleure disciple, celle-ci venait ce soir, parallèlement à la représentation de son père, d’exécuter à merveille le raga de l’eau, seul antidote connu pour apaiser celui du feu.


  • Twitopique :

  • #gnaouas

    Musique des #Gnaouas (Gnawas) / Provenant d’esclaves noirs / Extension au Maghreb / Confréries – adorcisme / Se mêle à d’autres styles.


    Twitopique


    Thème(s) :

    Tags :

  • #musique

    21 juin : fête de la #musique / 1er octobre : journée internationale de la musique / Partage, création, universalité.


    Twitopique


    Thème(s) :

    Tags :

  • Unideo :

  • 44 – art – art – 艺术 – Kunst – arte – arte – 芸術 – тsel’

    Les arts
    art
    art
    Un monde de créations, de profils, de contextes, d’œuvres
    artisticwork
    œuvre d’art
    Un monde à peindre
    painting
    peinture
    … Et à dessiner
    drawing
    dessin – dessiner
    Un monde à danser
    dance
    danse – danser
    Un monde à sculpter
    sculpture
    sculpture
    Un monde de littérature, de poésie, de bandes dessinées,
    literature
    littérature
    Un monde de musique, de mélodie, de rythme, de concert…
    iii-musique-iii
    musique
    … et d’instruments (de musique)
    musicalinstrument
    instrument de musique
    Un monde de grand écran, de cinéma, d’animation
    cinema
    cinéma
    Un monde de théatre
    theater
    théâtre
    Les arts,
    Un monde à questionner et partager…



  • Galerie UNIDEO :

  • Fado… urban popular song of Portugal