Articles :

  • Pour mimer un récit : l’ajagaq

    L’ajagaq ᐊᔭᒐᖅ est un jeu inuit
    Qui se pratique avec un stylet pointu
    Uni par un lien à un corps percé de petits orifices,
    Sorte de bilboquet

    Robert Gessain qui y a consacré une étude typologique
    Les classe de la manière suivante :
    T(Type) 1 – humérus de phoque…
    T2 – omoplate…
    T5 – fémur de chien…
    T10 – sections d’os long d’oiseau…
    T16 – ours…
    (s. : Journal de la société des américanistes – 1952 – vol. 41)

    L’on s’en sert notamment pour mimer un récit et
    Chaque fois qu’on lance
    Ou que l’on rattrape le bilboquet,
    On évoque un événement,
    Comme une rencontre effectuée par le chasseur
    Ou la perte de son couteau…


    Récits


    Thème(s) :

    Tags :

    Zone(s) :

    Langue(s) :

    Écriture(s) :

    Question(s) :

  • Effets :

  • Effet Historique

    L’histoire est un socle permanent sur lequel une grande part de notre propos se bâtit, même lorsqu’il n’en a pas conscience. Prendre l’histoire à témoins ne doit alors jamais faire défaut à quiconque prétend éclairer le présent. Ce témoignage peut s’appréhender tant en diachronie, dans la succession des faits qu’en synchronie, dans la contemporanéité et l’environnement plus ou moins large qu’il connaît à une époque donnée. Certes, nous savons principalement de l’histoire ce qu’on nous en a raconté, dans les formes, les analyses, les justifications qu’on y a placées. Et quand bien même, nous aurions à un moment mené notre propre enquête contradictoire, ce n’est là qu’une étape supplémentaire dans l’élaboration de nos certitudes. Plus rarement nous demandons à l’histoire de se questionner, de nous questionner. Or, n’est-ce pas là le service qu’elle pourrait rendre plus communément à la pensée ? Celui de participer à une discussion dont les esprits les plus éclairés peuvent émerger ? Combien de situations intra- et inter- nationales mériteraient de s’y prêter ! L’effet historique, dans ses forces et faiblesses, dans son brio et ses limites, n’a pas fini de nourrir nos appétits de compréhension…


  • Indéfinition :

  • histoire 

    Récit des événements représentatifs de l’évolution d’une société, d’un peuple, ou de l’humanité – Renvoie à la personne ou aux personnes qui la fixent. / Décision collective et politique consistant à communiquer une certaine lecture du passé, en particulier de ses événements et personnes marquantes, spécifiant les valeurs retenues et la manière dont elles ont été et sont défendues. La constitution d’une histoire universelle apte sinon à concilier, tout au moins à présenter pacifiquement les différentes visions du monde afin d’en débattre, figure comme l’un des enjeux du progrès des humanités.

    Une indéfinition n'est jamais définitive - Vous pouvez la modifier ou la compléter selon vos propres pratiques, opinions, savoirs, cultures, histoire.


  • raconter

    Faire le récit d’une histoire, d’une aventure avec plus ou moins de talent.

    Une indéfinition n'est jamais définitive - Vous pouvez la modifier ou la compléter selon vos propres pratiques, opinions, savoirs, cultures, histoire.