Articles :

  • Les Yezidis et l’ange-paon…

    Yézidisme
    Une religion des plus antiques
    Forte de près de 7000 ans

    Une communauté apparentée aux Kurdes
    Parlant le kurmandji
    Croyant en un dieu unique,
    Servi par les sept anges
    Dirigés par l’ange-paon, Malek Taous

    Présents dans le Caucase, le Kurdistan…

    Lalish, leur lieu saint,
    Dans la plaine de l’antique Ninive
    Sur les terres de l’Irak d’aujourd’hui

    Les Yézidis
    Qualifiés de diaboliques, de mécréants
    En butte à l’incompréhension
    À la haine et à la destruction

    Les Yézidis, brisés, meurtris
    Et renaissant perpétuellement de leurs cendres…


  • Indéfinition :

  • yézidisme

    Religion monothéiste présente au Kurdistan et dans le Caucase. Elle revendique un ancrage près de 5000 ans avant l’ère chrétienne. Les Yézidis croient en un dieu unique : Xwede. Malek Taous, « l’ange-paon » en est le serviteur suprême et occupe donc une place centrale : il préside aux sept anges. Lalish (en Irak) est leur lieu sacré. Au 12e siècle, Cheikh Adi, un sage soufi, a joué un rôle majeur dans leur évolution réformant en particulier le système des castes. Ils ont fait l’objet de fréquentes persécutions tout au long de leur histoire, et plus récemment de massacres de la part de Daech. Les Yézidis parlent le kurmandji, apparenté au kurde (langue indo-iranienne).

    Une indéfinition n'est jamais définitive - Vous pouvez la modifier ou la compléter selon vos propres pratiques, opinions, savoirs, cultures, histoire.


  • Citation :

  • honte

    “Le sage a honte de ses défauts, mais n’a pas honte de s’en corriger.” – Confucius 


  • Veillée :

  • Dans la forêt de Khandava…

    (D’après Maurice Cocagnac – Les racines de l’âme indienne…) Nous sommes dans la grande forêt de Khandava. Arjuna et Krishna y ont chassé toute la journée. Ils sont heureux et s’arrêtent dans une clairière pour se réconforter, accompagnés de musique et de bons mets. C’est alors qu’un brâhmane s’approche d’eux, visiblement il est fatigué. Ils le prient de se joindre à eux, et au bout d’un moment, celui-ci leur confie qu’il est Agni, dieu du feu. Les deux amis s’étonnent de cet apparent épuisement. Comment le puissant dieu qui préside aux forces du feu peut-il être à ce point exténué ! Agni leur avoue ceci : « Voilà 12 ans qu’un sage fait des offrandes sur mon autel, y versant quantité d’huile sur le feu, et cela a fini par m’épuiser. Si je veux recouvrer mes forces, je dois absolument brûler cette forêt. » Ses deux interlocuteurs en conviennent aisément, mais lui demandent donc aussitôt pourquoi il n’a pas accompli son projet : n’est-il pas le dieu du feu ! « Hélas, soupire Agni, à chaque fois que je m’y essaie, Indra fait pleuvoir pour protéger les grands serpents qui demeurent en cette forêt, et tout est à recommencer… » Agni leur demande donc de l’aider. C’est ainsi que les deux compagnons, sensibles à son récit, s’y engagent. Ils reçoivent alors pour y parvenir les armes divines. Arjuna y obtient notamment certains attributs qui le rendront célèbre, l’arc Gandiva, mais aussi deux carquois, et un char avec le roi des singes pour porte-étendard. Ainsi pourvus, les deux amis vaincront, et Indra sera chassé, Agni pourra alors brûler la forêt, et seul le roi des serpents parviendra à s’en échapper.