Articles :

  • Il pleut…

    Il pleut…
    Il pleut et Lu Ban, le magistral charpentier, ainsi que sa sœur rivalisent d’exploit pour s’en protéger…
    Il pleut et le Serpent arc-en-ciel joue avec la pluie, au fondement des mythes…
    Et là Enkutatash annonce en Éthiopie le Nouvel An et la fin des pluies,
    De même que le Guéréwol et ses danses le font à Cure-Salée au Niger…
    Ici Chaac, dieu de la pluie, domine l’espace d’Uxmal…
    Et là le delta de l’Okavango voit la synchronisation des rythmes biologiques

    « Paix, pluie, prospérité… » Serait-ce la devise du Lesotho ? Ou celle d’une grande part de l’humanité ?

    « Mitra, qui a la force de la pureté, et Varouna, qui est le fléau de l’ennemi, accordez la pluie à la prière qui vous implore »

    Partout la pluie a fait l’objet d’attentions et de rituels
    N’est-elle pas source de vie ?
    Ne vient-elle pas mettre un terme à la douleur de la terre ?
    Toutefois qu’on y prenne garde, car il est également des pluies qui dévastent
    Des pluies qui déferlent
    Et dont l’illustre déluge compte en bien des lieux la suprême sanction…
    Épopée de Gilgamesh avec Uta-Napishtim
    Pyrrha et Deukalion chez les Grecs
    Yao et Fa Li en Chine
    Inuit, Sioux, Mayas…
    Tandis que le Mont Ararat se dresse comme une rédemption…

    Phénomène météorologique étudié avec soin
    Jouant un rôle prépondérant dans le cycle de l’eau
    Naturellement acide, parfois toxique,
    Fréquente, surabondante ou au contraire rare, voire inexistante
    Ainsi vient ou ne vient pas la pluie…
    Entre la lassitude qu’elle peut inspirer à celles et ceux qui en sont nantis,
    Et l’espérance de vivre que nombre placent en elle…


  • Calendrier :

  • sécheresse

    17 / juin

    Journée mondiale de la lutte contre la désertification et la sécheresse (A/RES/49/115)


  • Veillée :

  • Fête de la mi-automne…

    Il existe en Chine une fête dite de la Mi-automne, ou « 15 août chinois » qui correspond au 15ème jour de la huitième lune. Une illustre légende raconte que jadis existaient dix soleils qui brillaient chacun à leur tour. Or un jour, tous apparurent dans le ciel en même temps et les conséquences en furent désastreuses. Car, soumise à une chaleur trop intense, la terre fut bientôt consumée, ses eaux se mirent à bouillir, ses sols furent desséchés, la vie était en grand danger. Ce fut alors que le courageux Hou Yin prit la décision de combattre les soleils. Armé de son arc, il décocha ses flèches et abattit ainsi neuf soleils, n’en gardant qu’un. Porté par son exploit, il devint bientôt roi. Mais loin de toute sagesse, il se transforma en un tyran et parvint même à voler l’élixir d’immortalité à la Reine du Ciel. Pourtant avant qu’il ne le boive, son épouse Chang’e décida de le faire à sa place évitant qu’il impose sa tyrannie éternellement. Chang’e monta bientôt dans le ciel où la Lune l’accueillit en son palais. Et on dit que Hou Yin l’y laissa en paix car il l’adorait vraiment. Pour commémorer ce don de Chang’e fait aux hommes, à la fête de la Mi-automne les familles se réunissent et rendent hommage à la lune de diverses manières. Par exemple ils mangent des gâteaux de Lune 月饼 qui eux-mêmes renvoient au souvenir de la victoire des Ming sur la dynastie Yuan (car ils avaient caché leur message secret à l’intérieur des gâteaux).


  • Ganga…

    En ces heures germinales, en une époque où s’affrontaient dieux et démons, ces derniers avaient coutume de se réfugier dans les océans. C’est pourquoi les dieux demandèrent au yogi Agastya de leur rendre un petit service : celui d’avaler les eaux océaniques. Ce qu’il fit bien entendu sans hésiter. Et l’aide fut hautement appréciée car les démons ne pouvaient plus désormais se cacher. Ils furent réduits à néant. C’est alors qu’on pria Agastya de libérer l’océan qu’il avait englouti. Hélas, il l’avait digéré ! Débutèrent des temps de désolation. La sécheresse s’abattit, le désert gagna, et bien des activités essentielles et vitales, jusqu’aux rites de purification, furent contraintes d’être abandonnées. Pendant ce temps le roi Saagar qui avait de grands desseins s’apprêtait à sacrifier le cheval annuel qu’il laissait de coutume en liberté. Mais lorsqu’il voulut y procéder, ô comble de malheur, le cheval avait disparu. Il chargea ses soixante mille fils de le retrouver. Ceux-ci ne le déçurent point, car ils réussirent à le localiser chez le sage Kapila où l’animal avait effectivement choisi de faire halte. Ils ne tardèrent pas à l’accuser de vol ! Or, irrité par leurs accusations infantiles alors qu’il était en méditation, celui-ci ouvrit les yeux et les réduisit en cendres ! Le malheur frappa le cœur de Saagar qui pria Kapila de lui dire comment réparer cette erreur. Aussi le sage précisa-t-il que seul le Gange pourrait apaiser leur souffrance en baignant leurs âmes errantes. Il fallut alors implorer Brahmâ. Mais la mort vint trouver Saagar. Ainsi passèrent sept générations jusqu’à ce qu’un descendant, Bhagirath, reprît à son tour la prière pour le repos de ses ancêtres. Brahmâ en fut touché mais avertit que le déferlement du Gange serait terrifiant. C’est pourquoi il conseilla d’invoquer Shiva afin que celui-ci puisse retenir le Gange dans ses cheveux. C’est bien ce qui se produisit et grâce à ces sages conseils, les âmes des défunts purent s’y tremper et se libérer. Et la Terre regagna ses couleurs loin de la sécheresse qui s’était abattue sur elle…Le Gange devint ainsi le centre d’une sacralisation qui fait que les mariés accrochent des guirlandes d’une rive à l’autre, que les paysans du Bihar enterrent des pots remplis d’eau du Gange dans leurs champs ensemencés, et que s’y baigner, et mourir sa proximité, constituent l’aboutissement de toute vie chez les Hindous. Du reste, pour en revenir aux critiques hygiénistes soulevées plus haut, certains soutiennent que ses capacités d’auto-dépollution sont inégalées. Mais bien sûr, on nous dira qu’il faut y croire…


  • Twitopique :

  • #désertification

    17 juin : journée mondiale de la lutte contre la #désertification et la sécheresse / Analyser les raisons / Anticiper les conséquences.


  • #sécheresse

    #Sécheresse / Durable, soudaine / L’eau vient à manquer / Rupture des mécanismes naturels / … Et de la vie / Déséquilibres, crise, exode.


    Twitopique


    Thème(s) :

    Tags :

  • Galerie UNIDEO :

  • Tribute to the rain…