Indéfinition :

  • campagne

    Vaste étendue rurale composée de zones agricoles et de villages, entrecoupées par des habitats naturels (bois, fleuves, lacs…). // Désigne également une opération militaire, ou encore une propagande commerciale. 

    Une indéfinition n'est jamais définitive - Vous pouvez la modifier ou la compléter selon vos propres pratiques, opinions, savoirs, cultures, histoire.


  • Patrimoine Mondial :

  • Le Kankurang, rite d’initiation mandingue

    « Le Kankurang est un rite initiatique pratiqué dans les provinces mandingues du Sénégal et de la Gambie, correspondant à la Casamance, et dans la ville de Mbour. Selon la tradition, le Kankurang serait issu du Komo, une société secrète de chasseurs dont l’organisation et les pratiques ésotériques ont contribué à l’émergence des Mandingues. Le personnage central du Kankurang est un initié qui porte un masque fait d’écorce et de fibres rouges d’un arbre appelé faara ; il est vêtu de feuilles et son corps est peint de teintures végétales. Il est associé aux cérémonies de circoncision et aux rites initiatiques. Son apparition est marquée par une série d’étapes rituelles : la désignation de l’initié qui portera le masque et son investiture par les anciens, sa retraite dans la forêt avec les initiés, les veillées et processions dans le hameau des nouveaux initiés. Ces rites ont généralement lieu entre les mois d’août et de septembre. Le Kankurang parade toujours entouré d’anciens initiés et des villageois qui suivent avec respect ses faits et gestes, et l’accompagnent de leurs chants et danses. Ses apparitions sont ponctuées d’une danse saccadée qu’il exécute en maniant deux coupe-coupe et en poussant des cris stridents. Ses suivants, armés de bâtons et de feuilles de rônier, marquent la cadence de leurs refrains et tambours. Le Kankurang est à la fois le garant de l’ordre et de la justice, et l’exorciste des mauvais esprits. En tant que tel, il assure la transmission et l’enseignement d’un ensemble complexe de savoir-faire et de pratiques qui constituent le fondement de l’identité culturelle mandingue. Ce rituel, qui s’est étendu à d’autres communautés et groupes de la région, est l’occasion pour les jeunes circoncis d’apprendre les règles de comportement qui garantissent la cohésion du groupe, les secrets des plantes et de leurs vertus médicinales ou des techniques de chasse. La tradition connaît un recul en raison de la rapide urbanisation de la plupart des régions du Sénégal et de la Gambie, et de la réduction des surfaces des forêts sacrées, transformées en terres agricoles. Le rituel s’en trouve banalisé, minant l’autorité du Kankurang. » (source UNESCO : ich.unesco.org)


  • Veillée :

  • Des portiques…

    Ethnie originaire de Mongolie, les Akhas sont présents dans le Sud du Yunnan, le Nord du Vietnam, celui du Laos, ainsi qu’en Birmanie et en Thaïlande. Selon les traditions orales, les onze premiers ancêtres appartenaient au monde des esprits à une époque où les esprits et les êtres humains vivaient sous le même toit, nés des mêmes parents. Mais en raison d’un désaccord entre les esprits et les hommes, ils se séparèrent et convinrent que les premiers resteraient dans la forêt tandis que les êtres humains vivraient dans les villages. Les humains pourraient ainsi œuvrer dans la journée alors que les esprits travailleraient la nuit. Enfin, si les esprits pourraient continuer à voir les êtres humains, l’inverse ne serait plus possible, sauf quelques rares individus qui conserveraient le pouvoir de le faire – Les portiques aux esprits qui sont érigés à l’entrée des villages sont donc des lieux essentiels à l’équilibre des mondes.


  • Hailibu, l’homme qui parlait le langage des animaux

    (d’après un conte mongol) On raconte qu’Hailibu était un grand chasseur, mais qu’il était aussi et avant tout un homme noble qui distribuait abondamment au village les proies qu’il attrapait… Un jour Hailibu sauva une petite créature des serres d’un vautour qui s’apprêtait à la manger. Aussitôt libéré, le petit être se tourna vers lui et, à sa grande surprise, le remercia. Elle était la fille du roi dragon et lui promit que s’il l’accompagnait chez elle, son père, le roi, lui offrirait certainement le plus magnifique des trésors. Hailibu y consentit et chemin faisant apprit que le souverain possédait une pierre magique qu’il gardait dans sa bouche. Quiconque la détenait pouvait aisément comprendre le langage de tous les animaux. Dédaignant palais et splendeurs, c’est exactement ce qu’Hailibu demanda au roi et celui-ci lui accorda. Il émit cependant une réserve : Hailibu ne devait confier à personne son secret car sinon il se transformerait en pierre. Lorsqu’il revint au village, Hailibu accrut encore ses aptitudes de chasseur et chacun lui en fut très reconnaissant. Et les années passèrent, heureuses et prospères. Pourtant un jour, tandis qu’il chassait, Hailibu entendit les oiseaux parler entre eux. Bien sûr, désormais, il comprenait le sens de leurs paroles. Or ce jour là, les oiseaux étaient affolés. Hailibu tendit l’oreille et apprit la raison de leur terreur : la montagne entière allait s’effondrer, et c’est pourquoi il s’apprêtait tous à partir. Hailibu fut épouvanté à cette nouvelle car cette montagne surplombait le village. Il descendit précipitamment et alla informer chacun de cette nouvelle. Il pria tout le monde de fuir au plus vite. Mais bien sûr on eut du mal à le croire. Comment pouvait-il connaître de telles choses ?! C’est alors qu’Hailibu n’eut pas le choix : pour convaincre les villageois, il dut tout leur raconter. Et pendant qu’il faisait le récit de son bonheur et de sa longue histoire, ses membres commencèrent à se transformer en pierre. A la fin, tout le monde sut qu’il disait la vérité, et l’ensemble du village partit en hâte se mettre à l’abri. La montagne s’écroula et tout le monde garda le souvenir de celui grâce auquel ils devaient d’avoir eu la vie sauve.


  • La légende du koala

    On dit qu’une tribu recueillit un enfant à la mort de ses parents… Hélas, on ne fut pas très gentil avec lui et plus que tout, on l’assoiffait régulièrement ne lui donnant rien à boire, l’obligeant ainsi à mastiquer des feuilles d’eucalyptus. Un jour que les gens étaient partis à la chasse, l’enfant s’empara des récipients contenant l’eau et s’y abreuva abondamment puis il les emporta dans un eucalyptus. Tandis qu’il entonnait un chant magique, l’arbre grandit à perte de vue et l’enfant y grimpa pour se mettre à l’abri. À peine revenus de leur chasse, les gens s’aperçurent de ce qui s’était produit et prièrent l’enfant de leur rendre leurs récipients. S’il refusa tout d’abord, la promesse qu’ils lui firent de le traiter désormais plus gentiment finit par le convaincre. C’est pourquoi il descendit bientôt et les rejoignit. Mais lorsqu’il fut à leur portée, rompant leur promesse, les personnes le frappèrent de tous côtés. C’est alors qu’une chose extraordinaire se produisit car, sous leurs coups, l’enfant se transforma. Il se tassa, se couvrit de poils et tel un koala gagna en toute hâte l’eucalyptus dans lequel il prit la fuite pour ne plus jamais revenir.


  • Sois gentil…

    (Histoire universelle) Il y avait dans un petit village, un brave garçon qu’on disait constamment « gentil ». On pouvait lui demander n’importe quel service, il se mettait en quatre pour le satisfaire. Aussi certains n’hésitaient-ils pas à en abuser, par seule moquerie. Leur plus grande blague était de lui faire accomplir les tâches les plus inutiles et fatigantes sous prétexte de réclamer une aide qu’il accordait toujours si aisément. Par exemple, un jour ils lui firent déplacer un énorme tas de bûches, sans raison, juste pour s’amuser. Bien entendu, il le fit. Puis ils firent mine de s’excuser et lui demandèrent s’il voudrait bien tout remettre à sa place car ils n’en avaient plus besoin finalement, ce qu’il fit également. Ils ne manquèrent pas bien entendu de s’en amuser à grands éclats ! Sauf que ce jour-là, à les voir assis oisivement, et lui se démener comme un brave, notre gentil séduisit sa future, celle que tous les jeunes du village voulaient épouser. À force de l’observer, elle fut convaincue qu’il serait le plus vaillant des époux. Depuis lors, elle veille amoureusement sur sa gentillesse, qui ne sert qu’à ceux qui en ont vraiment besoin…


  • Yu Gong déplace la montagne

    Yu Gong dont le nom signifie « vieux sot » était un paysan qui pouvait être fier de sa progéniture. Sa famille était prospère, même si cela demandait bien des efforts pour l’alimenter. Efforts d’autant plus importants que deux montagnes entravaient la route qui séparait les champs de la maison. Alors qu’il était déjà bien âgé, Yu Gong prit la décision de les déplacer. Son épouse, ses enfants tentèrent de l’en dissuader, mais rien n’y fit d’autant que la piété filiale ne pouvait se permettre une remise en cause de son autorité… C’est ainsi que toute la famille s’employa à attaquer les montagnes à coups de pioche tout en enlevant les remblais loin de là. Leur projet ne manqua pas d’attirer l’attention du village et les voisins vinrent de toutes parts pour s’associer au vieil homme et aux siens. Au bout de quelque temps l’Empereur Céleste lui-même en fut averti. Ce dernier, ému par l’audace et la valeur de cette œuvre collective, choisit d’envoyer deux immortels qui achevèrent de porter les montagnes loin de là. Et voilà pourquoi Yu Gong parvint à déplacer la montagne.


  • Twitopique :

  • #akhas

    Jadis, humains et esprits appartenaient au monde #akha / Ils se séparèrent / Furent alors érigés les portiques à l’entrée des villages.


    Twitopique


    Thème(s) :

    Tags :

  • Unideo :

  • 20 – édifice – edifice – 建筑 – Gebäude – costruzione – edificio – 建物 – зда́ние

    Les édifices
    edifice
    édifice
    que l’on construit au gré des techniques, savoir-faire et matériaux
    build
    construire

    Les édifices que l’on habite
    inhabit
    habiter
    À cette adresse
    address
    adresse
    Dans cet immeuble
    building
    immeuble
    À cet étage
    floor
    étage
    Dans cette maison
    house
    maison

    Un nombre de pièces
    room
    pièce
    De chambres
    bedroom
    chambre
    Un jardin
    garden
    jardin
    Une cour
    yard
    cour

    Une porte que l’on ouvre
    door
    porte
    Une fenêtre que l’on descend
    window
    fenêtre
    Un escalier* qu’on monte
    stairs
    escalier
    Un ascenseur* au bout du couloir
    lift
    ascenseur

    Des voisins qu’on adore, ou pas
    neighbour
    voisin

    Des meubles qu’on vient d’acheter
    furniture
    meuble
    Une table, quatre chaises
    table chair
    table / chaise
    Un équipement ménager
    domesticappliance
    électroménager

    Une ville où on réside
    town
    ville
    Une banlieue
    suburbs
    banlieue
    L’air de la campagne
    countryside
    campagne



  • Galerie UNIDEO :

  • Nogar: a village association