Le kava…

Un certain Aso vivait avec sa femme sur Maewo. Un jour ses neveux, des jumeaux, vinrent le visiter. Or ceux-ci savaient qu’il mangeait de la chair humaine. Aussi restèrent-ils sur leurs gardes. Lorsqu’il les envoya déterrer des ignames, ils firent attention à ne pas trop se pencher pour éviter d’être frappés. Puis ils se rendirent tous dans le nakamal (un lieu tabou où l’on se retrouve le soir), et un feu y fut préparé. Lorsque la fumée en fut suffisamment épaisse, Aso leur avoua ses plans : bientôt il se délecterait de ses invités ! Mais les jumeaux ne l’entendirent pas de cette oreille et grâce à leur sang-froid, ils en vinrent à bout et le tuèrent. Puis ils réservèrent ce même sort à son épouse. Après quoi, ils les enterrèrent et repartirent chez eux. Des mois plus tard, lorsqu’ils revinrent, ils constatèrent qu’un cocotier avait poussé à l’emplacement où était inhumé le corps d’Aso, tandis qu’un pied de kava en avait fait de même au-dessus de celui de son épouse, à l’emplacement de son ventre. Or comme ils avaient soif, ils voulurent l’étancher grâce à une noix de coco et décochèrent trois flèches pour la faire tomber. Ceci explique les trois yeux de ce fruit. Seul l’un d’eux put être percé et les désaltéra. Puis ils observèrent un rat grignoter les racines du kava, avant de s’effondrer. Tout d’abord ils le crurent mort mais celui-ci se secoua bientôt de sa torpeur. Ceci les amena à s’y intéresser et à en découvrir les effets aussi puissants qu’apaisants. (d’après Annabel R. Chanteraud. 2001. La saga du kava. Ed. CRET – Bordeaux).

Suggestions :

Suggestions :