Sur la queue du paon…

Zeus s’était épris de la belle Io. Or Héra, son épouse, en était jalouse. Zeus transforma donc son amante en génisse. Toutefois sachant quel mystère se cachait sous ces formes trompeuses, Héra en confia la garde au géant Argos car celui-ci possédait cinquante paires d’yeux, dont la moitié restait constamment ouverte. C’est auprès d’un olivier où il la surveillait étroitement, qu’Hermès parvint à déjouer la méfiance du géant. Le fils de Zeus réussit en effet grâce à sa flûte à endormir le gardien, avant de le tuer. La pauvre Io se fit néanmoins piquer par un taon envoyé par Héra et dut s’enfuir à toute allure. De nombreuses terres se souviennent de sa fuite éperdue. En particulier la mer dite toujours Ionienne, et le Bosphore, qui signifie en grec « qui porte la vache ». On raconte qu’Héra décida de parsemer les yeux d’Argos sur la queue du paon.

Suggestions :

Suggestions :