Django parmi les Roms…

Génie de l’artiste
Qui mit en orbite
Le jazz manouche

Django Reinhardt
L’homme aux doigts de fée
Dont ceux de la main gauche
Furent pourtant brûlés dans son enfance…

Mais alors que son existence (1910-1953)
Nous emmène dans les heures ténébreuses
De la Seconde Guerre Mondiale
Un abîme parfois oublié
Refait surface

Qu’on le nomme
« Holocauste tsigane »
Porajmos, « dévoration »
Ou encore Samudaripen, « Tuez-les tous »
Il nous entraîne dans ces tourbillons infâmes
Où périrent des centaines de milliers de personnes

De Roumanie, de France,
De Croatie, de Hongrie, d’URSS
D’Autriche, d’Estonie…
Entendons-nous leurs cris ?

Alors quand au son de la guitare magique
La danse nous prend
Quand le rythme nous vient
Ne perdons pas pour autant la mémoire
Qui est le seul véritable rempart
Contre de tels renouvellements…

 

Etienne Comar réalise Django, un film sorti en 2017 avec Reda Kateb, Cécile de France, Bea Palya… s’articulant autour du départ de Django Reinhardt de Paris en 1943 et de sa présence ainsi que de ses proches à Thonon-les-Bains dans l’espoir de passer en Suisse…


L’avenir appartient à ceux qui se lèvent tôt… et variantes

Le dicton français « L’avenir appartient à ceux qui se lèvent tôt » connaîtra quelques variantes selon les langues. Ainsi on dira plutôt en anglais « Early birds get the worm », soit « les premiers (oiseaux) arrivés sont les premiers servis (en vers) ! » L’allemand lui préfèrera « Morgenstund hat Gold in Mund » (« Le matin a l’or dans la bouche »), que l’on retrouvera en italien : « Il mattino ha l’oro in bocca. » L’espagnol pour sa part, proposera : « A quien madruga, Dios le ayuda. » (« Dieu aide celui qui se lève tôt »). Quant au japonais, ce sera plutôt, « 早起きは三文の得 » (Hayaokiwa sanmonnotoku), soit « celui qui se lève tôt reçoit l’argent » (三文 sanmon désignant une monnaie ancienne).


UNIDEO :

INDEFINITION :

  • Cang Jie

    Devin de l’Empereur Jaune en Chine, connu pour avoir selon la tradition inventé l’écriture chinoise – Pour y parvenir, il se serait appuyé sur les traces laissées par les animaux. Il possède deux paires d’yeux.

    Une indéfinition n'est jamais définitive - Vous pouvez la modifier ou la compléter selon vos propres pratiques, opinions, savoirs, cultures, histoire.


  • Gandhi Mohandas Karamchand

    Mohandas Karamchand Gandhi (1869/1948) est une des plus hautes figures de l’Inde, reconnu pour son combat prônant la non-violence (ahimsa), et son investissement entier pour l’indépendance de l’Inde. Il naît dans le Gujarat, dans une famille de caste marchande (vaishyas). Il se destinait à la carrière d’avocat et effectua donc ses études en Angleterre. Appelé pour une affaire en Afrique du sud, il y demeurera plus de vingt ans (1893-1915) jusqu’à ce qu’il revienne en Inde. La dernière partie de sa vie (1915-1948) le voit s’engager sur la route de l’indépendance qu’il va mener au nom de certains principes qui feront sa réputation de Mahatma (sanskr. « grande âme »). De nombreux épisodes jalonnent cette période dont celui hautement symbolique de la Marche du sel. Il mourra assassiné par un ultra-hindou le tenant – entre autres – pour responsable de la partition de l’Inde.

    Une indéfinition n'est jamais définitive - Vous pouvez la modifier ou la compléter selon vos propres pratiques, opinions, savoirs, cultures, histoire.


  • Loi de Jante

    Ensemble de principes de conduite que l’écrivain dano-norvégien Aksel Sandemose a formulé en 1933 dans son roman Un fugitif recoupe ses traces et qui, selon lui, serait assez caractéristique du comportement de ses compatriotes, tout en étendant l’idée à l’ensemble de la Scandinavie. Elle met en avant la primauté du collectif sur l’individuel, la coopération sur la compétition. Peut susciter l’adhésion ou le rejet, selon l’idée que l’on se fait de la société et de nos possibles manières d’être.

     

    Enoncé de la loi :

    1. Du skal ikke tro du er noget ! – Tu ne dois pas croire que tu es quelqu’un de spécial !
    2. Du skal ikke tro du er lige meget som os ! – Tu ne dois pas croire que tu vaux autant que nous !
    3. Du skal ikke tro du er kloger en os ! – Tu ne dois pas croire que tu es plus malin/sage que nous !
    4. Du skal ikke innbille dig at du er bedre en os ! – Tu ne dois pas t’imaginer que tu es meilleur que nous !
    5. Du skal ikke tro du ved mere en os ! – Tu ne dois pas croire que tu sais mieux que nous !
    6. Du skal ikke tro du er mere en os ! – Tu ne dois pas croire que tu es plus que nous !
    7. Du skal ikke tro at du duger til noget ! – Tu ne dois pas croire que tu es capable de quoi que ce soit !
    8. Du skal ikke grine af os ! – Tu ne dois pas rire de nous !
    9. Du skal ikke tro at nogen kan lige dig ! – Tu ne dois pas croire que quelqu’un s’intéresse/s’inquiète à ton sujet !
    10. Du skal ikke tro du kan lære os noget ! – Tu ne dois pas croire que tu peux nous apprendre quelque chose !

     

    … The concept of Janteloven is intertwined in the fabric of Danish Culture/Society. From early years children are taught to honour collaboration over competition. The education system teaches to the middle of the class and encourages group work and cooperative learning. The social systems of the state stress the right to be taken care as a group regardless of social status. No one is better than the next guy. » cité par Charon Jernice Austin – Tapping into my soul (from Denmark for Foreign Students – Ed. Copenhague Business School Press – 1999)

     

    («… Le concept de Janteloven est imbriqué dans le tissu de la culture ou de la société danoise. Dès les premières années, les enfants apprennent à préférer la collaboration à la compétition. Le système éducatif enseigne au milieu de la classe et encourage le travail en groupe et l’apprentissage coopératif. Les systèmes sociaux de l’état soulignent le droit d’être pris en charge en tant que groupe indépendamment du statut social. Personne n’est meilleur qu’un autre. » Cité par Charon Jernice Austin – Tapping into my soul (à partir de Le Danemark pour les étudiants étrangers – Ed. Copenhague Business School Press – 1999)…»)

    Une indéfinition n'est jamais définitive - Vous pouvez la modifier ou la compléter selon vos propres pratiques, opinions, savoirs, cultures, histoire.