Guéréwol : « quand les femmes jugent la beauté masculine… »

Tradition peul.
Rituel annuel.
Prenant place à la fin de la saison des pluies.

happen whenS end ofS season ofS rain2

Les jeunes hommes Wodaabee
Dansent.
Sans quitter le rang.
Les yeux grands ouverts
Les dents mises en valeur
La blancheur scintillant de tous ses feux.
Les bras s’élancent,
Au gré de sautillements cadencés.

Maquillés avec grâce,
Parés des plus beaux ornements,
Coiffés de plumes,
Ils seront bientôt jugés…
… Par un jury de femmes,
Sujettes à se marier.

Et ils en sont bien conscients et fébriles…

Ainsi va le Guéréwol
Là où vont les Wodaabees.
Tout particulièrement à Ingall au Niger,
Prenant part au festival des nomades à Cure Salée.


Les oubliés des oubliés…

Ils sont : « Les oubliés »…
Oubliés parce que différents
Oubliés car ils présentent des troubles mentaux
Souvent enchaînés, mis à l’écart,
Irrécupérables…

Mais sur leur chemin,
Il y avait Grégoire Ahongbonon
Psychiatre ? Non
Médecin ? Pas davantage…
De son métier : réparateur de pneus

Après le succès de son garage, puis une faillite
Il connaît la dépression et la tentation du suicide
C’est alors qu’il ouvre les yeux sur une misère particulière
Celle de gens errants, ou de personnes entravées
Condamnées à vivre en marge de la société
Pour leur différence mentale…

« Cette chaîne, c’est la honte de l’humanité.
Lorsque quelqu’un est enchaîné,
C’est l’humanité tout entière qui est entravée. »
dira-t-il…

Un combat naît de cette rencontre
Celui de venir en aide aux « oubliés des oubliés »

S’ensuit la création d’un puis de plusieurs centres d’accueil
En Côte d’Ivoire, au Bénin, au Togo…
Souvent portés par d’anciens malades

Regagner confiance
Retrouver le sens de l’autre et de soi
« Monsieur Grégoire » : l’histoire d’un engagement…


UNIDEO :