Récits


Zone(s) :

Période(s) :

Langue(s) :

Écriture(s) :

Œuvre(s) :

Les anciennes chroniques du Japon… Kojiki 古事記 & Nihon Shoki 日本書紀

Le Kojiki 古事記 est considéré comme le plus vieux texte japonais, contant les origines mythiques du pays. L’empereur Tenmu 天武天皇 (7e siècle) aurait initialement ordonné à Hieda no Are de le compiler, tandis qu’à la demande de l’Impératrice Genmei, Ô no Yasumaro en aurait poursuivi la rédaction sans que l’on sache précisément ce qui fut alors ajouté. L’objectif du Kojiki était de régler les contradictions qui existaient en son temps sur les origines du pays. Il fut achevé en 712. Son nom désigne une « chronique記 des temps anciens 古事 »… Le Nihon Shoki 日本書紀 est un autre texte qui fait suite au Kojiki, qu’il complète et précise notamment en traitant de faits plus contemporains de sa rédaction. Il serait l’œuvre du prince Toneri et également de Ô no Yasumaro. Il évoque les relations du Japon avec la Chine et la Corée. Il fut achevé en 720… Observons que si le Kojiki fut écrit en japonais (et caractères chinois), le Nihon Shoki pour sa part le fut en langue chinoise. Ces deux textes sont une source incomparable sur la connaissance du Japon ancien, de ses légendes et mythes, ainsi que de ses débuts historiques.

 

Récits


Zone(s) :

Période(s) :

Langue(s) :

Écriture(s) :

Œuvre(s) :


Les joies du ka’el…

Certains sont soupçonneux de la corpulence
Et semblent s’inquiéter d’une prise de poids excessive
D’autres y mettent un point d’honneur…

… Bienvenue chez les Bodi, en Éthiopie
À l’occasion du Ka’el
Qui se tient au mois de juin

Nous voici dans la vallée de l’Omo
(chère à nos amis paléontologues)
Et pour leur Nouvel An, les hommes aiment à se préparer ardemment
Au concours qui désignera… l’individu le plus corpulent !
Et pas question de lésiner !

Durant des mois
Les futurs candidats vont absorber
Une quantité impressionnante de lait et de sang
Jusqu’à présenter le ventre le plus rond qui puisse être
Et, qui sait, gagner le concours et les honneurs à vie…


UNIDEO :