Des cercueils… artistiques

La minorité Ga du Ghana fabrique
Depuis plusieurs décennies des cercueils
Qui reflètent un trait important de la vie du défunt :
Le métier qu’il exerçait,
Un rêve non exaucé…

abebuu adekai

C’est ainsi que l’on trouve des cercueils
Aux formes plus originales les unes que les autres :
Téléphone portable,
Poisson, épi de maïs, oiseau, taxi…
Qui sont de véritables œuvres d’art…

Des artisans-artistes y ont gagné une juste reconnaissance
Et leurs oeuvres figurent désormais dans les expositions et musées internationaux…

… Le terme « cercueil » vient du grec sarkophagos – σαρκοφάγος
Celui-ci désignerait une pierre (calcaire) constitutive des tombes
Dont on pensait qu’elle mangeait (suffixe –phage)
Les chairs (gr. sarkos)


Deux Corées, une écriture, la paix…

Deux enfants.
Deux enfants ayant grandi de part et d’autre du 38e parallèle.

Deux enfants dont le cadre politique,
économique, éducatif,
Diffère en bien des points.

Pourtant, alors qu’une feuille blanche est posée devant eux,
Et qu’ils ont plaisir à y tracer un mot,
C’est la même écriture qu’ils mobilisent
L’un et l’autre.

Ils viennent d’écrire le mot « paix » :
Pyeonghwa 평화 en coréen.

En vérité, aussi différents soient leurs univers,
Ils ont tous deux hérité d’un même patrimoine scriptural,
Celui d’une écriture mise au point au 15e siècle
Succédant à l’usage du chinois.
Et même si son nom diffère de part et d’autre,
Au sud hangeul (ou hangul) 한글
Au nord joseongeul (ou chosŏn’gŭl) 조선글,
Ce sont bien les mêmes signes qui s’y animent.

Voici soudain que leur rencontre,
S’élance dans toutes les directions.
Voici qu’elle invite les enfants du monde
À s’associer à leur geste,
À écrire le mot « paix » en coréen.

Chacun, chacune devenant ainsi ambassadeur des cultures coréennes
Qui ne sauraient se réduire
Et encore moins se conclure
Dans la déflagration la plus insensée qui puisse être.

Moment de rappeler qu’on fête cette écriture dans le sud en ce 9 octobre !
Moment de rappeler qu’on la fête dans le nord le 15 janvier !
Rendez-vous pris.
Deux dates donc pour découvrir
Comment un ancien roi nommé Sejong
Envoya aux générations futures
Un message de la plus haute importance qui soit,
Pointant l’effort que requièrent les plus grands défis sur terre,
À commencer par celui de la concorde et de la Paix…

평화,
和平,
ειρήνη,
שלום,
მშვიდობა,
سلام,
խաղաղություն,
शांति,
สันติภาพ,
hòa bình,
ᏙᎯᏱ,
ᓴᐃᒻᒪᓯᒪᓂᖅ…


The Camp : un concept, une vision, un défi…

Jeudi 28 Septembre 2017
Une inauguration prometteuse
Sur les hauteurs d’Aix-en-Provence
Colline de l’Arbois
The Camp

Un concept voulu par Frédéric Chevalier
Décédé au mois de juillet de cette même année
Un concept mis en oeuvre par une équipe motivée
Consciente de l’enjeu et de sa signification

Pour les uns, une « Université de la singularité » à la française
Pour d’autres un « écosystème disruptif »
Ou bien encore un « camp de base pour explorer l’avenir »…

Et si The camp était tout simplement… lui-même
Une vision d’un penser et faire autrement, ensemble,
Une invitation à ne pas cocher les cases
Qui prétendent trop souvent désigner des expertises
Là où tout appelle à la transversalité
Des savoirs, des compétences, des idées,
Des générations…

Rencontres appelées à se multiplier
Entre le monde d’une entreprise qui expérimente, innove,
D’une éducation qui transforme,
D’un numérique humaniste
D’une écologie responsable

Sur quelques étagères en pourtour des cylindres de verre
Figuraient en ces jours de lancement
Des témoins de ce rapprochement souhaité
L’homme symbiotique – J. de Rosnay
Regards sur le monde actuel – Paul Valéry
Le tiers-instruit – Michel Serres
Parmi d’autres…

Que l’on ne s’y trompe pas
Ce qui se joue là n’est pas affaire élitiste
C’est d’une révolution en profondeur dont il s’agit
Et dont la partition vient de commencer à s’écrire…

Rien ne se fera plus sans que le monde entier ne s’en mêle » P. Valéry

 

now nothing do futureS * without participate ofSworld
maintenant / rien / (ne se) fera (faire – futur) * sans / la participation / du / monde

 

en savoir plus…


UNIDEO :