« Il était une fois la girafe, le guépard et le rhinocéros noir… »

Il était une fois la girafe, le guépard et le rhinocéros noir.
Et tout semblait débuter comme un conte d’enfant.
Nos trois protagonistes prêts à l’aventure
Afin d’émerveiller petits et grands.

La girafe s’y serait rappelée
Qu’elle fut nommée « chameau-léopard »,
Toujours présent en langue grecque :
καμηλοπάρδαλη
(kamilopárdhali)

De son exceptionnelle prestance,
Elle nous aurait emmenés
Sur les terres orientales,
À la rencontre du fabuleux qílín
(suite…)


Veillées :

  • La fille du marabout…

    On dit qu’un marabout avait une fille et que celle-ci n’avait d’égale en beauté. Tout le monde s’accordait à déclarer qu’elle était le plus beau joyau de la Terre et bien sûr il n’était jeune homme qui ne rêvat de l’épouser. C’est ainsi que chaque peuple brûlait d’espoir de voir l’un des siens vivre à ses côtés. Les Peuls, qui sont éleveurs de renom, adressaient donc au marabout quantité de veaux et de lait. Les Bambaras, qui sont agriculteurs, l’aidaient à cultiver son champ et lui concédaient même partie de leur récolte. Les Maninkas, qui pratiquent le commerce des esclaves, lui apportaient maints captifs. Enfin les julas, qui savent le prix des coquillages, lui offraient des monceaux de cauris. Tous étaient impatients de connaître sa décision. Aussi accepta-t-il de recevoir leurs délégations. Recevant chacune d’elles, le marabout ne parvint à se décider. Il accueillit donc favorablement les quatre propositions, promettant à leurs délégués la main de sa fille. Mais comment cela pouvait-il être ! Le marabout en réponse fixa la date du mariage. Toutefois, tandis que celle-ci approchait, son indécision devenait de plus en plus insupportable. Devant une telle situation, Dieu lui adressa un ange, accompagné d’un âne, d’un chien et d’un chat. Le conseil divin était clair : la veille du mariage, la belle promise devait dormir dans la même case que ces trois animaux. Bien entendu le père indécis s’exécuta. Quand au matin, les prétendants vinrent connaître sa décision, le marabout ouvrit la porte de la case et, à l’effarement de tous, en sortirent quatre jeunes filles, toutes identiques et d’incomparable beauté. Le marabout pas plus que ses visiteurs ne trouvèrent une explication cohérente et, pire que tout, nul ne sut qui était la vraie jeune fille. Comme celle-ci n’en souffla mot, chaque délégation fut satisfaite et repartit au terme d’un mariage des plus miraculeux. Quant au marabout, son indécision avait multiplié son angoisse car à présent, il ignorait laquelle de ces quatre beautés était sa vraie fille. C’était là la punition que Dieu avait voulu lui infliger. Il mourut bientôt sans le savoir.