Le wiphala : un symbole d’identité…

Wiphala vient d’un mot aymara signifiant « drapeau ». Il est un emblème carré qui représente les nations andines et qui est constitué des 7 couleurs de l’arc-en-ciel représentées soit en bandes simples, soit en 49 petits carrés. Leur combinaison détermine les diverses régions de l’empire inca (dont la principale diagonale détermine la couleur de référence). L’une de ces combinaisons (Wiphala du Collasuyo) est représentative du peuple aymara. Il est utilisé aujourd’hui comme un drapeau de revendication par divers mouvements sociaux. Les couleurs sont toutes attachées à des valeurs essentielles : le rouge rappelant la planète terre (dite Pachamama dans la cosmogonie andine) ainsi que l’être humain, le orange désigne la société et culture, le jaune l’énergie, le blanc le temps, le vert les ressources naturelles, le bleu l’espace céleste et le violet la politique et l’idéologie andine.


Veillées :

  • Tupi et Guarani…

    Les langues tupi-guaraní constituent un ensemble de langues pratiquées en Amérique Latine qui s’étend sur une vaste aire englobant : Paraguay, Brésil, Bolivie, Pérou, Equateur… Le tupi et le guaraní en sont les principaux représentants. Le déplacement constant est du reste l’une des particularités de ce groupe, renvoyant à une antique légende opposant les deux frères Tupi et Guaraní, et leurs tribus. Ce différend débuta à propos d’un magnifique gua’á, un splendide perroquet (faut-il observer au passage que le mot « ara » est justement un emprunt au tupi). Refusant de se laisser entraîner dans une guerre fratricide, Guaraní implora l’aide des esprits et celle-ci lui fut accordée. On lui indiqua ainsi comment prendre la route en suivant de jour l’ombre d’un nuage, et de nuit, un rayon de lune. Depuis lors, les Guaranis sont à la recherche de la « Terre sans mal », un lieu où ils pourront vivre dans le bonheur et l’absence de souffrances.