On the CrossCultural’Roads of Rapa Nui…

On the CrossCultural’Roads of Rapa Nui…

We will stop on May 21 on the lands of Rapa Nui.
Thousands of kilometers from the Chilean coast
In contact with a Polynesian people
Whose arrival date is the subject of rich debate

Who were they
Who are they
What were their projects, their customs, their constraints, their hopes?
Why do they erect hundreds of moais,
Aligned with the ahu, ceremonial platforms

What can we learn from their history, from their struggles?
What to remember about the arrival of the settlers
Starting with Jakob Roggeveen
Who in 1722 named “Easter Island”?
Because of the day he accosted here

Will we remember Thor Heyerdahl's expedition?
And more specifically the anthropologist William Mulloy
Member of his team and soon mentor of Sergio Rapu,
Who became governor of Rapa Nui

And while tourism has succeeded these times
What are Rapa Nui's current challenges
Whether they are socio-political, economic, ethical, and of course environmental

Will we look for the answer at the “navel of the world”, Te Pito O Te Henua
With the chiefs of the 9 ancestral tribes

Will we find it in a future deciphering
Of the enigmatic tablets written in rongorongo


Sur les routes interculturelles de Rapa Nui...

Nous ferons halte le 21 Mai 2021 sur les terres de Rapa Nui
À des milliers de kilomètres des côtes chiliennes
Au contact d’un peuple polynésien
Dont la date d’arrivée fait l’objet de riches débats

Qui furent-ils
Qui sont-ils
Quels furent leurs projets, leurs coutumes, leurs contraintes, leurs espérances
Pourquoi érigèrent-ils des centaines de moaïs,
Alignés sur les ahu, plateformes cérémonielles

Que retenir de leur histoire, de leurs combats
Que retenir de l’arrivée des colons
À commencer par Jakob Roggeveen
Qui en 1722 nomma « l’Île de Pâques »
En raison du jour où il l’accosta

Se souviendra-t-on de l’éclairage
Que porta l’expédition de Thor Heyerdahl
Et plus particulièrement de l’anthropologue William Mulloy
Membre de son équipe et bientôt mentor de Sergio Rapu,
Lequel deviendra gouverneur de Rapa Nui

Et tandis que le tourisme a succédé à ces temps
Quels sont les défis présents de Rapa Nui
Qu’ils soient socio-politiques, économiques, éthiques, et bien sûr environnementaux

Irons-nous chercher la réponse au « nombril du monde », Te Pito O Te Henua
Auprès des chefs des 9 tribus ancestrales
La trouvera-t-on au détour d’un futur déchiffrement
Des énigmatiques tablettes écrites en rongorongo

Meeting Denis Mukwege…

Meeting Denis Mukwege…

On 21 May 2021, we will stop at Panzi Hospital in the Democratic Republic of Congo
With Doctor Denis Mukwege (1955-)

Born in 1955 in Bukavu, South Kivu province,
Young Denis discovers life alongside his father, a pastor,
And his commitment to those who are suffering

Taking the decision to alleviate the world's sorrows in its turn
He chooses the path of medicine
And more particularly gynaecology

After his training in France
He makes a choice of conscience
Working in homeland
Facing the worst possible findings
Concerning countless women, countless girls, raped, mutilated

This will become his life's fight
Denouncing rape as a weapon of war
By all means
By all possible commitments

To assist every woman, every being,
To prevent these crimes,
Opposing the madness of a world abandoned to its distress

Abyssal task if any
And how disturbing for some
So much that an attempted murder tried to stop him in 2012
But eventually didn’t alter his trajectory in any way

On 21 May 2021, we will remember
Tributes paid to him
Human Rights Award (UN) in 2008,
Sakharov Prize for Freedom of Thought in 2014 (European Parliament),
Nobel Peace Prize in 2018 alongside Nadia Murad

All these distinctions have not changed him in any way,
Quite the contrary,
As a man of heart and unfailing commitment...

He was given the nickname “the man who repairs women”
To tell all the abjection of the situation
And the unlimited hope he embodies...


Rencontrer Denis Mukwege...

Le 21 Mai 2021, nous nous arrêterons à l’Hôpital de Panzi, en République Démocratique du Congo
Auprès du docteur Denis Mukwege (1955-)

Né en 1955 à Bukavu, dans la province du Sud-Kivu,
Le jeune Denis découvre la vie aux côtés de son père, pasteur,
Et de son engagement auprès de celles et ceux qui souffrent

Prenant la décision d’apaiser à son tour les peines du monde
Il choisit la voie de la médecine
Et plus particulièrement de la gynécologie

Après sa formation en France
Il fait un choix de conscience
Celui de travailler au pays natal
Là où l’attendent les pires constats qui puissent être
Celui d’innombrables femmes, d’innombrables filles, violées, mutilées

Il en fera son combat de vie
Dénoncer le viol comme arme de guerre
Par tous les moyens
Par tous les engagements possibles

Assister chaque femme, chaque être,
Qui en est victime
Œuvrer à prévenir ces crimes,
S’opposant à la folie d’un monde abandonné à sa détresse

Tâche abyssale s’il en est
Et ô combien dérangeante pour certains
Au point qu’un attentat tente de l’en empêcher définitivement en 2012
Ce qui ne modifie en rien sa trajectoire

Le 21 Mai 2021, nous nous rappellerons
Aux hommages qui lui sont rendus
Prix des droits de l’homme (UN) en 2008,
Prix Sakharov pour la liberté de l’esprit en 2014 (Parlement européen),
Prix Nobel de la Paix en 2018 aux côtés de Nadia Murad,
Autant de distinctions qui n’ont en rien affecté, tout au contraire,
L’humaine simplicité d’un homme de cœur et d’engagement sans faille…

On lui a donné le surnom « l’homme qui répare les femmes »
Comme pour mieux crier l’abjection criante qu’il combat
Et l’infatigable espérance qu’il incarne…

https://www.hopitaldepanzi.com/

Meeting Nadia Murad…

Meeting Nadia Murad…

On May 21, we will take our place in the vehicle of destiny
Alongside Nadia Murad نادية مراد باسي
And we will dive into her story
Facing History...

A story that human madness will have trampled on
Diverted from her loving family path
Removed from its protective cradle
A story of extreme violence perpetrated from 2014 onwards
Projecting Nadia and her family into a succession of abyssal events

A story that also tells of the power of Life
Which despite the vow to keep it quiet
Goes on its way

A way which for her began in 1993
As she was born in the village of Kojo, Iraq
Near Sinjar
A well known place for its Yazidi community
With ancestral roots...

From Yazidism we will evoke the multi-millenium trajectory
In the name of the "seven angels".
And more particularly of Melek Taus, the peacock angel

Following the roads of Kurdistan or the Caucasus
Stopping in a pilgrimage to Lalesh
We will listen to the songs and prayers
Expressed in Kurmandji, related to Kurdish

In truth, a story that tells of the power of Life
As she conducts a project that can contribute directly to it:
‘Nadia's Initiative’
Or “how to rebuild communities in crisis
And defend survivors of sexual violence”

On May 21, , we will remember
That Nadia's work has received the highest recognition
Václav Havel Human Rights Prize in 2016 (Council of Europe)
Sakharov Prize in October 2016 (European Parliament)
Nobel Peace Prize 2018 alongside Denis Mukwege...

https://www.nadiasinitiative.org/


Rencontrer Nadia Murad...

Le 21 Mai 2021, nous prendrons place dans le véhicule du destin
Aux côtés de Nadia Murad نادية مراد باسي طه‎
Et nous plongerons dans son histoire
À la rencontre de l’Histoire…

Une histoire que la folie humaine aura piétinée
Déviée de sa trajectoire familiale et aimante
Arrachée de son berceau protecteur
Une histoire de violences extrêmes perpétrées à partir de 2014
Projetant Nadia et les siens dans une succession d’épreuves abyssales

Une histoire qui dit aussi la force de la Vie
Qui par-dessus le vœu de la taire
Poursuit son chemin

Un chemin débuté en 1993
Naissance dans le village de Kojo, en Irak
Proche de Sinjar
Un lieu bien connu pour sa communauté yézidie
Aux racines ancestrales…

Du Yézidisme nous évoquerons la trajectoire plurimillénaire
Au nom des « sept anges »
Et plus particulièrement de Malek Taous, l’ange-paon

Arpentant les routes du Kurdistan ou du Caucase
Faisant halte au détour d’un pèlerinage à Lalesh
Nous prêterons écoute aux chants et aux prières
Exprimées en kurmandji, apparenté au kurde…

En vérité, une histoire qui dit bel et bien la force de la Vie
Jusqu’à conduire aujourd’hui un projet susceptible d’y contribuer directement :
‘Nadia’s Initiative’
Ou « comment reconstruire les communautés en crise
Et défendre les survivant.es de violence sexuelle »

Le 21 Mai 2021, nous nous rappellerons
Que l’œuvre de Nadia a reçu les plus hautes reconnaissances
Prix des droits de l'homme Václav Havel en 2016 (Conseil de l'Europe)
Prix Sakharov en octobre 2016 (Parlement européen)
Prix Nobel de la Paix 2018 aux côtés de Denis Mukwege…

https://www.nadiasinitiative.org/

On the CrossCultural’Roads of Theatre…

On the CrossCultural’Roads of Theatre…

On 21 May 2021 we will set off on the CrossCultural’Roads of Theatre...
We will then discover the techniques of the Indian abhinaya (அபிநயம் / അഭിനയ...),
Combining gestures, voice, make-up...

We will go behind the scenes of the Ghanaian performance,
Sharing with the Akan oral tradition the adventures of Anansi...

We will go to Japan in the prefecture of Hyōgo
On the stages of the Takarazuka Revue 宝塚歌劇団,
Exclusively composed of women...

And since we are on the archipelago,
We will pay tribute to the forms of nô 能, kabuki 歌舞伎,
Or butō 舞踏, with a grimaced face and a naked body covered in white, born of nuclear hell...

By the magic that theatre allows,
We will witness the parallel creations of Lope de Vega (1562-1635) and William Shakespeare (1564-1616) ...
We will attend the Vietnamese tradition of water puppets, Múa rối nước,
We will know about the "catastrophe" καταστροφή of the Greek theatre,
Ultimate part of the tragedy that constitutes its "outcome"

And will remember that another day pays homage to theatre
Through the World Theatre Day
Founded in 1961, on the initiative of Arvi Kivimaa.
And fixed each year on March 27

In these confusing and difficult times,
Let’s support the efforts of those who,
In our proximity and through all its forms,
Perpetuate one of the most beneficial and richest representation of our societies...

Elements to share about theatre, its forms, its issues?
Welcome on the CrossCultural’Roads of Thatre the 21st of May...


Sur les routes interculturelles du théâtre...

Le 21 mai nous nous élancerons sur les routes interculturelles du théâtre…
Nous nous mêlerons alors aux techniques de jeu de l’abhinaya indien (அபிநயம் / അഭിനയ…),
Associant gestuelle, voix, maquillage…
Nous glisserons dans les coulisses de la représentation ghanéenne,
Tandis que la tradition orale akan nous fera découvrir les péripéties d’Anansi…
Nous irons au Japon dans la préfecture de Hyōgo
Sur les planches du Takarazuka 宝塚,
Exclusivement composé de femmes…
Et puisque nous nous trouverons sur l’archipel,
Nous en profiterons pour décliner les formes du nô 能, du kabuki 歌舞伎,
Ou encore du butō 舞踏, au visage grimaçant et au corps nu de blanc couvert, né de l’enfer nucléaire…
Par la magie que permet le théâtre,
Nous assisterons aux créations parallèles de Lope de Vega (1562-1635) et de William Shakespeare (1564-1616) …
Nous nous émerveillerons devant les prouesses du Múa rối nước,
Tradition vietnamienne de marionnettes sur eau,
Nous assisterons à la « catastrophe » καταστροφή du théâtre grec,
Ultime partie de la tragédie qui en constitue le « dénouement »…
Et nous nous rappellerons au passage qu’une autre journée lui rend grâce
Qui vit le jour en 1961, à l’initiative de Arvi Kivimaa
Se fixant chaque année le 27 mars…
De quoi, en ces périodes confuses et difficiles pour nos ami.es, gens de théâtre,
Nous inviter à soutenir l’effort de celles et ceux qui, en notre proximité, le font vivre de longue date
Et qui, à travers toutes ses formes, perpétuent l’un des plus riches et des plus vivants questionnements de nos sociétés…
Des éléments à partager sur le théâtre, ses formes, ses enjeux ?
Bienvenue sur les Routes interculturelles du 21 mai…

On the Kyrgyz CrossCultural’Roads…

On the Kyrgyz CrossCultural’Roads…

We will leave 21 May 2021 on the Kyrgyz CrossCultural’Roads

Would you like to share a tea with some fried boortsogs
Assorted with honey or some homemade jam...

Here we feel comfortable
While a manaschi sits down
Topped with his four-sided ak-kalpak...

With a powerful voice, taking his breath away,
He starts telling us
One of the longest human epics
That of the great hero Manas
Whose majestic statue is enthroned in Bishkek...

“In my last night's dream,
I settled down on the upper Ala-Too
And caught a young baarchin eagle.
When I took him hunting,
The sound of his flapping wings was heard,
Unable to withstand his wrath,
All the animals fell over in fright.”

It is said that among its possible explanations
The word 'Kyrgyz' would mean 'we are forty',
In reference to the forty clans of Manas?
This indication also appears on the flag of Kyrgyzstan.
With a sun with 40 rays...

Elements to share about the people, knowledge, gastronomy, traditions, customs in Kyrgyzstan?
Welcome on the Kyrgyz CrossCultural’Roads...
Peace" is Тынчтык (tınçtık) in Kyrgyz...

What will you share on 21 May 2021?

What will you share on 21 May 2021?

What will you share on 21 May 2021?
There is a powerful antidote to the confusion of our times: it is the relationship we have with the cultures of the world and the universal dialogue and call for Peace that should continually accompany them.

Certainly knowing that Dangun 단군 is the hero common to all Koreans, whether from the North or the South, can hardly be enough to ease the tensions between two ideologically dissociated halves.
Of course, getting close to a Lebanese cedar and discovering its lasting symbolism cannot in itself solve the social, political and financial crisis that this magnificent country and the generous souls who live there are going through.
And we will say, leaving aside these obvious facts, that even the strongest and most accurate knowledge of Amazonian cultures and their fascinating diversity, does not guarantee their preservation...

The list would in fact be very long and would send us back into the world of illusions if we were to claim even modestly that mutual knowledge and recognition of our cultures is a sufficient wall against all forms of violence and the rejection of their best harmony... It is not the endangered heritage, whether material, cultural or natural, or even intangible, that will deny the fragility of this heritage of the humanities and, more broadly, of our mother earth.

Nevertheless, a strange idea comes to us, which will take the form of an insignificant and somewhat incongruous question:
What will you share on 21 May 2021?
A few precisions are necessary...

First of all, let us remember that 21 May is the World Day for Cultural Diversity for Dialogue and Development. Let us then ask ourselves what cultural fragment(s) we might be willing and able to share in order to tell the world, united beyond our diversity of being, the community of cultures that brings us together?

For incarnating this, let’s consider one or more cultural elements and, in a dedicated form (dance, video, graphic design, symbol, poetry, concept, handcraf, interview, portrait...) let’s join it to a strong contemporary vision of a shared world.

A rare opportunity to learn from each other and simultaneously, about the infinite plurality of the world, about the myriad elements that give it meaning and form. An opportunity to put them together in an open, generous, decompartmentalized way, taking advantage of all the networks, digital or not, accompanying its sharing.

An opportunity to draw “CrossCultur’Roads” capable of matching many of these elements in a new, cross and heuristic dynamic...

Yes, one day, this 21st of May 2021, to express without restraint why the best knowledge of our cultures is a privileged way to favour their defence and their indispensable dialogue. A day of respect, positive messages, innovative proposals. A day of cultural, scientific and artistic creativity... placed under the aegis of Peace.

A hashtag to follow all this: #Cultures21May21... The rest is a matter of inventiveness and time because, from now on, the mechanics of this sharing are set in motion and its voice rises from the valley, bounces on the waves, rustles in the forests, reaches the urban spaces... Hear it, this voice is yours.

Good preparation! And to meet again - at the latest - on May 21st... We will try to remind you of this by then.

All or part of the collected fragments will be posted on the pantopie.org website. Moreover, it has already started…


Que partagerez-vous le 21 mai 2021 ?

Que partagerez-vous le 21 mai 2021 ?
Il existe un puissant antidote à la confusion de nos temps : c’est la relation que nous entretenons aux cultures du monde ainsi que le dialogue universel et l’appel à la Paix qui devraient continuellement les accompagner.
Certes savoir que Dangun 단군 est le héros commun à tous les Coréens, qu’ils soient du Nord ou Sud, ne peut guère suffire à apaiser les tensions entre deux moitiés idéologiquement dissociées.
Certes s’approcher d’un cèdre libanais et en découvrir la symbolique durable, ne peut en soi résoudre la crise sociale, politique, financière… que traverse ce magnifique pays et les âmes généreuses qui y vivent.
Et nous dirons, en quittant là ces évidences, que pareillement la prise de connaissance aussi forte et juste soit-elle des cultures amazoniennes et de leur fascinante diversité, ne garantit en rien leur préservation…
La liste serait en vérité bien longue qui nous renverrait dans le monde des illusions si nous prétendions même modestement que la connaissance et la reconnaissance mutuelles de nos cultures est un rempart suffisant contre toutes les formes de violence et le rejet de leur meilleure concorde… Ce ne sont pas les patrimoines en péril qu’ils soient matériels, culturels ou naturels, ou encore intangibles, qui démentiront la fragilité de cet héritage des humanités et plus largement de notre terre nourricière.
Pourtant, oui pourtant, une étrange idée nous vient qui prendra ici forme d’une question anodine, et quelque peu incongrue :
Que partagerez-vous le 21 mai 2021 ?
Quelques précisions s’imposent…
Tout d’abord rappelons-nous que le 21 mai est la Journée mondiale de la diversité culturelle pour le dialogue et le développement. Demandons-nous alors quel fragment(s) culturel(s) nous pourrions être en souhait et en capacité d’y partager afin de dire au monde, unis par-delà nos diversités d’être, la communauté de cultures qui nous assemble ?
Nous y prenant quelque peu en avance, nous suggérons donc à chacun.e de nous, à vous, à nous, à moi, à elle, à lui… de considérer un ou plusieurs éléments culturels et, sous la forme qui nous enchante ou nous enchantera (danse, vidéo, graphisme, symbole, poésie, plaidoyer, concept, objet artisanal, entretien, portrait…) de la verser dans une dynamique aussi forte qu’inédite.
Occasion rare de nous instruire mutuellement et simultanément de l’infinie pluralité du monde, d’une myriade d’éléments qui y font sens et formes. Occasion de les mettre en commun de manière ouverte, généreuse, décloisonnée, profitant de tous les réseaux, numériques ou non, pour en accompagner le partage.
Occasion de tracer des « Routes interculturelles » aptes à faire correspondre nombre de ces éléments dans une dynamique nouvelle, croisée, heuristique…
Oui, une journée, ce 21 mai 2021, afin d’exprimer sans retenue pourquoi la meilleure connaissance de nos cultures est une voie privilégiée pour favoriser leur défense et leur indispensable dialogue. Une journée de respect, de messages positifs, de propositions innovantes, de créativité culturelle, scientifique, artistique… placée sous l’égide de la Paix.
Un hashtag pour suivre tout cela : #Cultures21May21… Le reste est affaire d’inventivité et de temps car, dès à présent, la mécanique de ce partage est enclenchée et sa voix monte de la vallée, rebondit sur les vagues, bruisse dans les forêts, gagne les espaces urbains… L’entendez-vous, cette voix est la vôtre.
Bonnes préparations ! Et à nous retrouver – au plus tard – le 21 mai… Nous nous attacherons d’ici là à le rappeler.

Swan upping

Governed by an act dating back to 1324, the Queen of England owns all sturgeons, whales, porpoises and dolphins present in British waters. She can also drive without a licence, although she has been issued one. She has her own cash dispenser in the basement of Buckingham Palace. She also has her own poet (Poet Laureate), an official position at court which was first held by a woman, Carol Ann Duffy, in 2009. In 2019 she was succeeded by Simon Armitage. In truth, the Queen has very special prerogatives, and one of them will keep us particularly busy: the ownership of all the unmarked open-water swans present on certain stretches of the Thames. It has been a tradition since 1186 that for five days, officials in red jackets decorated with the royal insignia, a feather on their caps, travel in boats for several miles in search of the royal swans. Such is the "swan upping"! The custom used to go hand in hand with the tasting of this delicacy of choice for royal banquets. And it is worth noting that "those who stole their eggs were punished in the 16th century with a prison sentence and a large fine". Until now, the almost thousand-year-old ceremony had only been cancelled once, very recently, since in 2012, exceptional floods had prevented the event from taking place. That was without counting on COVID-19! While the 2020 ceremony was scheduled from 13 to 17 July, between Sunbury-on-Thames (West London) and Abingdon (near Oxford), Buckingham Palace confirmed that the annual Royal Swan Count would not take place. However keep relax, the Swan Marker and his assessors, the "swan uppers", will continue to work with the Thames swan rescue organisations on a daily basis.


Régie par une loi datant de 1324, la reine d’Angleterre possède tous les esturgeons, baleines, marsouins et dauphins présents dans les eaux britanniques. Elle peut également conduire sans permis, bien qu’on lui en ait délivré un. Elle possède son propre distributeur de billets, dans le sous-sol du palais de Buckingham. Et sachez qu’elle a également son propre poète (Poet Laureate), fonction officielle à la cour qui, pour la première fois en 2009, fut occupée par une femme, Carol Ann Duffy. En 2019 lui a succédé Simon Armitage. En vérité, la reine dispose de prérogatives très spéciales, et parmi elles, l’une nous occupera tout particulièrement : la propriété qu’elle exerce sur tous les cygnes non marqués en eau libre présents sur certains tronçons de la Tamise. La tradition, depuis 1186, veut que durant cinq jours, des responsables en vestes rouges décorées des insignes royaux, une plume sur leur casquette, parcourent en barques plusieurs miles à la recherche des cygnes royaux. Tel est le « swan upping » ! La coutume allait autrefois de pair avec la dégustation de ce mets de choix pour les banquets royaux. Et l’on soulignera que « ceux qui dérobaient leurs œufs étaient punis au XVIe siècle d'une peine de prison et d'une forte amende ». Jusqu’ici la cérémonie quasi millénaire n’avait été annulée qu’une seule fois, fort récemment, puisqu’en 2012, des inondations exceptionnelles en avaient interdit la tenue. C’était sans compter avec le COVID-19 ! Tandis que la cérémonie en 2020 devait se dérouler du 13 au 17 juillet, entre Sunbury-on-Thames (ouest de Londres) et Abingdon (près d'Oxford), Buckingham Palace annonça que le comptage annuel des cygnes royaux, n'aurait pas lieu. Que l’on se rassure, le Marqueur des Cygnes et ses assesseurs, les « swan uppers », continueraient à travailler au quotidien avec les organisations de sauvetage des cygnes de la Tamise.

Louis Braille’s story

This is the story of a child who, at the age of three, was playing with an awl in his father's leatherer workshop. Unfortunately the tool severely hurt one of his eyes and successively, the other eye was also infected. By the age of five, he became totally blind. During his young age, thanks to the wise and tender care of his parents. He lived the life of any other child even impressing people around by his smart and creative abilities.
Admitted in the National Institute for Blind Youth, he discovered books devised by Valentin Haüy using a technique of embossing heavy paper. Although not satisfactory because of the limits of this process, his attention was drawn to the sense of touch. Thanks to the system of night communication invented for the Army by Captain Charles Barbier, he realized that such a process using a code of dots and dashes impressed into paper could be of decisive importance for blind people. This persuaded him to create his own raised-dot system which will be named after him: braille system. For achieving this task, it is said that Louis Braille (1809-1852) used an awl, reminding the tool which, many years earlier had blinded him.


Louis Braille's story

C'est l'histoire d'un enfant qui, à l'âge de trois ans, jouait avec un poinçon dans l'atelier de cuir de son père. Malheureusement, l'outil blessa gravement l'un de ses yeux puis l'autre œil fut également infecté. À l'âge de cinq ans, il devint complètement aveugle. Au cours de sa jeunesse, grâce aux soins attentionnés de ses parents, il mena la vie de tout autre enfant de son âge parvenant même à impressionner les gens par ses facultés de réflexion et de créativité.
Admis à l'Institut national des jeunes aveugles, il découvrit des livres conçus par Valentin Haüy utilisant une technique de gaufrage sur papier épais. Bien qu’insatisfait en raison des limites de ce processus, son attention fut portée sur le sens du toucher. Grâce au système de communication nocturne inventé pour l'armée par le capitaine Charles Barbier, il se rendit compte qu'un tel processus, utilisant un code de points et de tirets imprimé sur du papier, pourrait être d'une importance décisive pour les non-voyants. Cela le persuada de créer son propre système à points en relief qui bientôt porterait son nom : le système braille. Pour accomplir cette tâche, il est dit que Louis Braille (1809-1852) utilisa un poinçon rappelant l'outil qui l'avait blessé de nombreuses années auparavant.

To wonder (3) – About the interest of « small gestures »? …

À se demander (3) – De l’intérêt des « petits gestes » ?...

À la lumière de sa fragilité révélée et de son vœu de rétablissement, le monde peut-il être « meilleur », entendons plus éclairé, plus juste, plus attentif aux autres, à la nature, à nos interactions… ? Alors que certain.es tendent à le penser ou à l’espérer, les légions conjointes du réalisme revendiqué et du cynisme affiché s’ébranlent, porteuses de leur promesse de désillusion. Car voyons assurent-elles à quiconque pourrait y céder, pensons-nous sérieusement que l’humanité soit de nature à tirer les leçons de quelque crise ou catastrophe que ce soit ? N’a-t-elle pas constamment démontré qu’elle aimait à ne pas tirer leçon de ses erreurs afin de les répéter, sinon les amplifier ? L’argumentaire est tout trouvé, il sert à remplir les colonnes des gazettes, les livres du sens pratique et les dîners en ville. Pourquoi rater une occasion de ramener l’idéalisme dans la cage dont il n’est pas invité à sortir, même masqué ! Tout repartira, tout repart généralement comme « avant » et sans doute de plus belle – entendons en pire. Quant à celles et ceux qui en doutent, il suffira, d’un air entendu, de leur donner rendez-vous dans l’actualité du si prochain monde lequel sera, selon eux, en tout point identique à celui que nous aurons « quitté ». Outre une fois encore une magistrale confusion sur les notions d’« avant » et d’« après » [Sens dessus dessous (2)], outre la part de réalisme que tout vœu de lucidité se doit d’accueillir, une remarque de fond survient qui a sa place dans la balance. À quoi jugeons-nous du changement de monde ? Quels sont les repères que nous utilisons pour échapper au prisme des lunettes déformantes qui accompagnent toute perception de la dite réalité ?

Alors que des dommages considérables dont certains sont et seront durables, auront résulté d’une pareille catastrophe, comment ne pas relever qu’une autre diffusion s’est propagée en même temps que le virus en de nombreux foyers et esprits ? Une forme de (re)prise de conscience tout à la fois de la fragilité de nos existences et des manières plus appropriées de l’assumer, aussi différenciées soient-elles. Conscience de notre besoin de lien social, conscience de notre impact sur la nature, conscience de notre interdépendance avec des cohortes d’anonymes auxquels nous devons une grande part de nos présents équilibres… Ô assurément, ces prises de conscience ne couvriront pas les pages d’actualité de leur témoignage durable lequel, l’émotion dépassée, n’intéressera plus guère… Pourtant, une petite lueur semble nous dire que quelque chose de fort, de vrai, de juste, aura pu s’animer dans un nombre incalculable d’esprits et de cœurs. Une pensée plus aiguë pour la personne qui ce matin a collecté les déchets, un regard sur la machine à coudre longtemps remisée dans un recoin du placard, une manière différente de nous déplacer, un rappel au bonheur du faire ensemble, y compris une recette de cuisine maintes fois répétée… Autant de « petits gestes » incarnant une forme de Renaissance*, de réveil, de rééquilibrage ? Sera-ce suffisant pour affronter les défis colossaux de notre temps ? Sans doute pas, sans doute pas sans une transformation sensible de nos systèmes de gouvernance. Mais suffisamment je pense pour prédisposer celles et ceux qui en ont éprouvé voire en ont consolidé le ressenti à œuvrer sans trop tarder aux changements qui s’imposent de cadre de référence. Vauvenargues avançait que la « Nécessité nous délivre de l’embarras du choix ». Avons-nous, aurons-nous en vérité le choix ?

Quant au concours que ces (micro)prises de conscience prendront dans le jeu global des humanités, disons qu’il pourrait s’incarner dans la confiance que nous accordons aux « petits gestes » dont je vous proposerai l’indéfinition suivante…

« Petit geste : Ramené à des actions apparemment plus prestigieuses bénéficiant d’une meilleure publicité, à juste titre ou pas, un petit geste désigne une mise en œuvre beaucoup plus limitée dans le temps, l’espace ainsi que par la portée à laquelle il prétend, restant généralement anonyme. Un petit geste prend son essor dans un périmètre limité, une interaction réduite à de micro-instants et un espace proche… Mais précisément n’est-ce pas cela qui lui permet de revendiquer une efficience, une intelligence, une réponse adaptée à la taille de la réalisation qu’il conduit et souvent partage ? En cela les petits gestes en s’associant mystérieusement sans éclat, sans tapage, sédimentent la terre la plus fertile pour autoriser bien d’autres accomplissements, parfois conséquents. Les petits gestes constituent en cela le sel de l’existence et du rapport amoureux au monde. »
(Une indéfinition n’est jamais définitive – Vous pouvez la modifier, la prolonger...)

(illustration : L’interaction des petits gestes – cooking – helping – sewing – carrying – acting – playing… and more – UNIDEO)

To wonder (2) – Towards a universal calendar?…

À se demander (2) – Vers un calendrier universel ?...

Peut-être l’avez-vous noté au fil des dépêches : le 22 avril – comme chaque année – consacrait la Journée de la Terre... Ce rendez-vous doit son existence aux États-Unis puisqu’il vit le jour le 22 avril 1970 grâce au sénateur Gaylord Nelson lequel encouragea les étudiants à mettre sur pied des projets de sensibilisation à l'environnement. Un demi-siècle a passé et nous voici devant ce même rendez-vous en 2020. Que nous inspire-t-il sur nous-mêmes, sur notre relation aux autres et au monde ? À l’instar de la Pachamama andine, et de quelques invitations aperçues dans le flot des actualités, combien nous aurions été avisé.es de prêter écoute à ce que la Terre avait certainement à nous dire ce jour-là (comme tous les autres, du reste...). Combien nous le serions davantage encore à mieux assumer durant le prochain demi-siècle nos pleines responsabilités face à nos présents et futurs équilibres…

Mais poursuivons ici sur ces chemins calendaires. Un mois plus tôt, le 21 mars*, avait lieu Nowrouz, le Nouvel An iranien (en persan نوروز )... Son nom vient de la langue avestique, parente du vieux perse, et renvoie au « nouveau jour » ou à la « nouvelle lumière ». Puisant ses racines dans les traditions zoroastriennes, Nowrouz est l’occasion de bien des rites. Citerons-nous Tchaharchanbé-Souri (چهارشنبهسوری), la Fête du feu, célébrée le mardi soir à la veille du dernier mercredi de l'année ? Citerons-nous les Haft Sîn (هفت سین), sept objets dont le nom commence par la lettre ‘S’ (de l’alphabet persan) garnissant harmonieusement la table de fête ? etc. Cette année, le virus aura eu raison de son faste traditionnel...
[*Signalons au passage que le 21 mars célèbre en outre les journées – internationales ou mondiales – des forêts, de la poésie, de la Trisomie 21, de l'élimination de la discrimination raciale, ou encore de la marionnette !]

En termes de calendrier, le monde musulman est également entré dernièrement dans le mois de Ramadan, quelque peu particulier cette année en raison des distanciations recommandées... De même dans cet espace-temps d’un monde confiné, nous pourrions associer, sans recherche d’exhaustivité, la journée mondiale de la femme du 8 mars, de l’eau le 22 mars, de sensibilisation à l'autisme du 2 avril ou encore de la liberté de la presse le 3 mai... De quoi nous renvoyer in fine à la déferlante des dates qui s’enchaînent, souvent à notre insu...

C’est alors qu’une série de questions me vient : quelle valeur, quelle importance, accorder à cette succession de célébrations, commémorations et rites ? Sommes-nous, à défaut d’être concerné.es par l’une ou l’autre de ces dates, condamné.es à l’ignorer en tout ou partie ? Ou bien y aurait-il au contraire un levier d’humanités à saisir qui profiterait de ces invitations calendaires afin de mieux penser nos communautés d’être, de croire, d’entreprendre, d’espérer, de progresser... ? Comment tout ceci pourrait-il nourrir ce colloque des humanités dont nous évoquions la souhaitable convocation [À se demander (1)] ? Comment y favoriser le dialogue, la connaissance mutuelle, l’enrichissement réciproque... ? Pourrait-on y voir émerger un calendrier universel, un calendrier des calendriers fort de tous nos engagements de conscience ou de cœur... ? Serait-il opportun d’y consacrer une prochaine année calendaire afin de penser ensemble les raisons et les moyens de l’honorer ? De la Journée mondiale du Braille (4 janvier) à la Journée internationale des migrants (18 décembre), du Nouvel an mongol (Tsagaan Sar Цагаан сар) à la Fête des cabanes (Soukkot חַג הַסֻּכּוֹת), serait-il envisageable d'y instaurer ou d'y restaurer une relation plus ouverte à la richesse de notre monde et des invitations qu'il distribue pour nous le rappeler ?...

(Illustration : Hommage UNIDEO au demi-siècle d’ancienneté de la « Journée – de la Terre »)

To wonder (1) – A world in questions…

À se demander (1) – Un monde en questions...

J’ai toujours préféré les questions aux réponses... J’aime le cheminement qui conduit à savoir ce qu’il serait bon de (se) demander, et dans quelles formes le faire ou pourquoi s’en abstenir. Daniel Beresniak, dans l’un de nos entretiens, me confia un jour cette superbe formule qui me semble si bien résumer la chose : « La réponse est un moyen que la question a inventé pour se reproduire. » Combien de fois en vérité avons-nous pensé qu’une réponse mettrait un terme à notre quête alors que, bien au contraire, elle allait l’amplifier... Ainsi vont les choses de la vie, de sa quête perpétuelle et, bien entendu, les sociétés et philosophies humaines en ont configuré les attributs, chacune à leur manière. Par ex. de Socrate et de son ironie qui l’amène à interroger ses interlocuteurs, à les pousser toujours plus avant, selon son « art de faire accoucher les esprits (de la vérité) » (maïeutique). Par ex. de ces kôans 公案 pratiqués par les maîtres zen, visant à rompre avec la logique. Questions apparemment absurdes, énigmatiques ou paradoxales : « Quel bruit fait le claquement d’une seule main ? » Ou encore désignant une jeune inconnue qui passe : « S’agit-il de la fille aînée ou cadette ? » Alors le disciple de venir et revenir devant le maître jusqu’à ce que sa « réponse » soit à la hauteur du détachement requis...

Tout ce préambule pour partager une conviction, celle que l’humanité aurait fort à gagner à scruter préalablement les « bonnes » questions plutôt qu’à déclencher des avalanches de réponses aussi sophistiquées soient-elles. J’entends ici par « bonnes » celles qui pourraient aider le genre humain à s’accomplir, à se dépasser, à vaincre ses querelles, son indignité, à défendre la vie, à repousser ses propres démons... Oui, à l’instar de la pandémie et de ce qu’elle aura provoqué comme questionnement souvent profond, rompant çà et là avec l’empressement de l’existence, j’aimerais, avec votre indispensable concours, amorcer une série de questions, je dirai « en passant »... Des questions que nous n’avions peut-être pas nourries autant que nous l’aurions pu ou souhaité et qu’une période aussi invraisemblable aura peut-être fait éclore...

Petit essai de formulation provisoire... Fragments d’un « monde en questions », en questions très inégales, sans tentative de hiérarchisation, à compléter, amender par vos soins...

Quel est le « superflu » ? Quel est l’« essentiel » ?
À quoi tient l’« équilibre » d’une société ? et celui de chacun.e de nous ?
À quoi sommes-nous prêt.es à croire ou à ne pas croire ?
Qu’est-ce qui est « juste » ? Qu’est-ce qui ne l’est pas ?
Comment assumons-nous nos actes ? Comment nous en masquons-nous, parfois, les conséquences ?
Qu’est-ce que « vivre », vivre pleinement ? Qu’est-ce qu’y manquer ?
Pourquoi l’environnement souffre-t-il tant ? Quelle responsabilité prenons-nous dans cette souffrance ? En quoi y sommes-nous lié.es ?
Qu’est-ce que l’éducation ? Quel est son but ultime ?
Quelle est la force d’un sourire ?
Que signifie « vivre ensemble » dans la proximité, dans l’éloignement ?
Qu’attendons-nous de l’autre, des autres ? Qu’attendent-ils de nous ?
Pourquoi cette personne doit-elle subir une telle violence ? Qu’y puis-je ?
Comment repenser la dignité individuelle au regard de tout ce qui pourrait d’ores et déjà la garantir, et ne la garantit pas encore, et de tout ce qu’il nous faudrait inventer pour aller plus loin ?
Au terme de quelle aventure du corps et de l’esprit, aimerais-je quitter ce monde ? Serai-je alors en paix avec moi-même ?
...

... Il nous vient ici une (autre) idée saugrenue : et si nous appelions à un « colloque des humanités » ayant mission d’accueillir ce questionnement, et le mettre en phase avec notre époque ? Ne serait-il pas d’un possible concours aux résolutions plus ou moins présentes ou futures que nous sommes supposé.es mettre en œuvre afin de faire face aux défis de notre temps ?...

(illustration - Kôan : question – bouddhiste – pour s’écarter – de la logique)

Upside down (5) – The language of flowers, spring 2020 version …

Sens dessus dessous (5) – Le langage des fleurs, version printemps 2020...

Une invitée bien improbable nous dira-t-on : la fleur... Oui la fleur, dans toute sa promesse d’être. La fleur dans sa présence odorante, sensible, colorée, une présence qui séduit, embaume, parfois étourdit... La fleur que l’on observe assis sur un banc de jardin, en contemplation dans une alcôve, ou que l’on croise sur les sentiers champêtres... La fleur, dans tout son rôle vital que l’on tendrait quelquefois à oublier et pourtant par lequel l’existence de quantité d’autres êtres s’accomplit...
« Le cinquième d’un essaim d’abeilles se posa sur des fleurs de Kadamba. Un tiers se posa sur les fleurs de Silinhdra, et s’envola vers les fleurs d’un Kutaja. Une abeille qui n’avait pas rejoint les autres planait seule dans les airs. Dis-moi, charmante dame, le nombre de ces abeilles. »
Inde – Texte sanskrit
Mais alors nous dira-t-on, quid de la fleur à l’heure pandémique ? Quid de sa présente contribution à la situation planétaire ? Voici alors que le monde s’anime dans toute sa dimension culturelle, symbolique, marchande... d’autant plus que le printemps de l’hémisphère nord lui offre bien des raisons de s’exprimer.
Nous voici soudain dans les vastes étendues des cultures florales néerlandaises. Nous pourrions être par ex. au parc du Keukenhof, là où les sociétés florales viennent chaque printemps – théoriquement – présenter leurs créations de tulipes et autres fleurs à bulbe. Nous glisser aussitôt dans le chariot du temps et remonter jusqu’aux heures de la tulipomanie (Tulpenmanie en néerlandais) qui s'empara des marchés au 17e siècle. Assister à l'augmentation démesurée des cours de l’oignon de tulipe, la négociation d'un seul bulbe pouvant atteindre vingt fois le salaire annuel d’un artisan spécialisé ! Puis voir l'effondrement du système provoquant un véritable krach boursier, le premier dit-on de l’histoire financière moderne. Krach boursier, a-t-on dit ! De quoi renvoyer d’emblée à la crise très contemporaine, à l’instar des centaines de millions de fleurs prêtes à déferler dans ce marché planétarisé, et aujourd’hui mises au rebut...
Autres fleurs, autres mœurs. Nous voici à présent dans l’un des moments les plus sacrés du printemps nippon : Hanami 花見, littéralement « regarder les fleurs ». Féerie des familles s’assemblant sous les draps de fleurs pastels qui flottent et virevoltent au moindre vent. En pleine crise du coronavirus, les pique-niques traditionnels y ont été souvent interdits. En revanche, les autorités ont permis de marcher dans les parcs pour observer la floraison... Comment ne pas paradoxalement reconnaître l’opportunité du message adressé par cette tradition rappelant à tous, petits et grands, la fragilité de la vie et le caractère transitoire de l’existence...
À la venue du 1er mai, c’est également une autre fleur, le muguet cette fois-ci qui revendiquera son droit à l’actualité, se prêtant à une tradition qui remonterait fort loin dit-on. Représentante du printemps et porte-bonheur déjà chez les Celtes, le muguet aurait rencontré son premier « 1er mai » en l’année 1561. Le roi de France Charles IX y ayant reçu un brin de muguet, aurait en effet décidé d'en offrir régulièrement aux dames de la cour. « Qu'il en soit fait ainsi chaque année ! » Ce n’est que plus tard que cette tradition se popularisera en s’associant à la Fête du Travail, celle-ci ayant été établie dans sa dimension internationale en 1889.
Oui, les fleurs de toute époque, de toute société, ont pu revendiquer bien des forces d’expression s’associant à la saisonnalité dont elles sont messagères, mais aussi aux représentations de la fête, des sentiments, du pouvoir, ou encore de la religion ou du travail. De quoi renvoyer à leur meilleure prise en compte ?... Souvenir – celui d’avoir accueilli durant un après-midi de 1997 au Salon du Livre de Paris, Sir Jack Goody, anthropologue britannique auteur de « la Culture des fleurs ». Incomparable moment à voyager avec lui d’une société à l’autre, tandis que nous y avions débattu autour de la représentation graphique de la fleur devant des panneaux couverts de hiéroglyphes égyptiens, caractères chinois et autres signes UNIDEO...
La fleur, soyons-en certains, survivra à ce triste épisode, mais en aurons-nous profité pour bien comprendre tout ce que nous lui devons de vérité biologique et de poésie éternelle...

(Illustration : Floriographie ou le « langage des fleurs » en UNIDEO, langage qui connut un essor considérable du 18e au 19e siècle, notamment en Allemagne)

Upside down (4) – The certainties of uncertainty …

Sens dessus dessous (4) – Les certitudes de l’incertitude...

Nous avançons en pleine incertitude. Incertitude concernant l’évolution de la pandémie à court, moyen et long termes. Incertitude des moyens concrets pour y faire face. Incertitude des dommages qu’elle occasionnera in fine... Incertitude générale quant aux changements qu’elle induira – ou non... Le terme « incertitude » a fait florès, employé dans tous les registres. Extraits : « Force est de constater que l'épidémie de coronavirus est à l'origine d'un choc sans précédent et crée, de ce fait, une incertitude radicale... » « Coronavirus: l'incertitude gagne le football français... » « Baccalauréat : l'incertitude des lycéens en pleine épidémie de coronavirus... » « Dans un monde comme le nôtre, il est indispensable que les décideurs acquièrent une véritable culture de l'incertitude... » « Coronavirus : l'immunité collective, une incertitude qui pèse sur le déconfinement... » « L'avenir se résume à un flot d'incertitudes après la crise du coronavirus... » « Le Covid-19 nous rappelle qu'il existe une différence fondamentale entre le risque et l'incertitude... »
Souvenir - Il y a une vingtaine d’années, tandis que j’œuvrais au pilotage d’une revue de métrologie (science de la mesure), je proposai à un éminent groupe tout dédié à ces thèmes de mesure scientifique, de réaliser une « pyramide de la mesure ». Entendons un support pédagogique composé de quatre faces plus une face cachée, ramenées à cinq questions, formulées initialement de cette manière : « Que mesure-t-on ? » « Qui mesure ? » « Avec quel instrument ? » « Avec quelle unité ? »... et (face cachée) « Avec quelle incertitude ? » Exposée au CNAM de Paris lors de la Fête de la science en 2000, la pyramide poursuivit son œuvre didactique, mais je n’en perdis jamais le message à mes yeux essentiel : celui de ne jamais négliger la part d’incertitude.
Edgar Morin, lors d’un entretien pour le journal du CNRS, indiquait récemment : « Nous essayons de nous entourer d’un maximum de certitudes, mais vivre, c’est naviguer dans une mer d’incertitudes, à travers des îlots et des archipels de certitudes sur lesquels on se ravitaille... » (6 avril 2020) N’était-ce pas ce même E.M. qui disait naguère : « (Une crise) c’est le moment où, en même temps qu'une perturbation, surgissent les incertitudes »...
Il en va certes* de notre rapport aux sciences. Qu’attendons-nous d’elles ? Quelle place ont-elles occupée dans l’aventure humaine ? Quelle place devraient-elles occuper, ou ne devraient-elles pas occuper ? Mais il en va aussi plus largement de notre rapport à la vie. Dans des sociétés qui ont pensé se protéger en s’habillant de toutes les polices d’assurance possibles (j’entends pour qui peut se le permettre), voici que l’improbable sort de son lit et tout en déferlant détruit l’architecture éphémère de nos certitudes.
« Aujourd’hui une grande partie de la population se voit confrontée, à dessein ou non, par suite d’accidents ou de catastrophes, en temps de paix comme en temps de guerre, à des dommages et à des destructions face auxquelles le langage se révèle impuissant, de même que nos capacités de représentation, nos catégories médicales et morales ». Ulrich Beck – La société du risque
Patientant sous la pyramide, attendant que nous prenions conscience de l’importance qu’elle revêt dans toute démarche humaine, a fortiori collective, la face cachée de l’incertitude devrait ainsi guider une grande partie de nos actions. Elle devrait également nous rappeler à plus de modestie, et nous faire abandonner ces chimères d’un « risque zéro » enveloppé de « principes de précaution » qui ne sont souvent que des mirages de l’esprit.

Quelques définitions...
Définition Larousse - « Incertitude - Caractère de ce qui est incertain / État de quelqu'un qui ne sait quel parti prendre, ou état plus ou moins préoccupant de quelqu'un qui est dans l'attente d'une chose incertaine. »
Définition cnrtl – « Incertitude - Caractère d'imprécision d'une mesure, d'une conclusion / Caractère imprécis, vague d'une perception, d'une image / Impossibilité dans laquelle est une personne de connaître ou de prévoir un fait, un événement qui la concerne; sentiment de précarité qui en résulte. »
[*Le mot « certain » provient du latin certus, participe passé de cernere qui signifie « discerner, décider ». A donné également des termes comme « certifier », « certificat », « certes »... ]

Un essai d’indéfinition...
« Incertitude – Imprécision de toute situation, phénomène, opinion... que nous acceptons plus ou moins sereinement à la hauteur des conséquences qui en résultent sur nos pensées ou nos actions, ou au contraire que nous tentons de masquer par l’échafaudage de doctrines qui ne sont que le paravent de nos doutes – Paravents que nous croyons généralement utiles à la confiance que nous réclamons, car pour peu que nous révélions cet état d’imprécision pourrait bien être remise en question l’adhésion qu’on attend d’autrui – Pourtant pour peu qu’on la revisite, l’acceptation de cette part plus ou moins forte d’incertitude peut être un socle puissant de notre relation apaisée et plus authentique au monde, à son imprévisibilité et à l’adaptation qu’il requiert constamment. »

(Une indéfinition n’est jamais définitive – Vous pouvez la modifier, la prolonger...)

(Illustration : petit jeu UNIDEO sur la base des notions de certitude et d’incertitude)

Upside down (3) – For a new coexistence of trades …

Sens dessus dessous (3) – Pour une nouvelle coexistence des métiers...

« Métier » : du latin ministerium (qui a également donné le mot « ministre »), renvoyant à une personne qui est au « service », en « fonction », et tout particulièrement au « service divin ». Il semblerait que le mot se soit croisé avec le latin mysterium, désignant une « cérémonie réservée aux initié.es ». De cette antériorité le mot « métier » semble avoir gardé une certaine aura que ne lui dispute guère le terme « travail » empêtré dans ses racines moins glorieuses puisqu’il renvoie à la torture du trepalium, un instrument destiné à assujettir les bœufs pour les ferrer. N’y parviendront certes pas davantage « labeur », « peine » ou a fortiori « corvée » qui empruntent ce même sillon diversement contraint, imposé ou subi.

De métier, la crise actuelle aura fait son commentaire quotidien, louant la cohorte des anonymes soudain projetés sous le feu des actualités. Ensemble de femmes et d'hommes dont le courage, l’abnégation, l’obligation, le devoir, la contrainte... le tout enveloppé de silence, de générosité, de compassion, de fatalisme ou de colère, aura permis de faire face, tant bien que mal à la déferlante et aux décisions prises pour l’atténuer. Personnels soignants, hommes et femmes d’entretien ou de gardiennage, routiers, employé.es du secteur alimentaire... la liste figure dans les tableaux de la pandémie et dans le concert d’applaudissements pré-nocturnes.

Pourtant ce qui frappe dans cette observation, c’est, une fois encore, l’appel à un indispensable réveil à une communauté d’être que nous avons hélas et si généralement perdue de vue. Combien de fois, lorsque nous agissons dans le contexte usuel de nos sociétés, devrions-nous nous rappeler à cette évidence de la coexistence et de l’interconnexion renouvelée entre tant de pratiques, de savoirs et de métiers ! Montons-nous dans ce bus ? Qui est cette personne qui nous y autorise par son expertise ? Comment ce véhicule constitué de matières, de savoir-faire et de techniques, a-t-il pu ainsi se mouvoir ? Quelles actions collectives en ont permis la circulation ?... En vérité, toutes les situations de l’existence renvoient à une mosaïque des métiers qui nous inspirera ici quelques points de réflexion :

1. Faut-il donc une crise majeure pour accorder un regard plus conscient aux hommes et femmes de notre quotidien sans le « service » desquels ce quotidien ne serait pas en mesure de fonctionner ? La liste précédemment amorcée n’est ni close, ni à clore...

2. Ne devrait-on pas alors profiter de cette prise de conscience pour nous interroger sur une lecture plus objective de la désignation de chaque métier et des distorsions qu’il peut mettre en relief quant à la reconnaissance de sa véritable valeur – Après avoir marché sur la tête pendant si longtemps, serions-nous en capacité et en désir d’en (re)venir, par un sursaut de lucidité, à valoriser ce qui doit l’être ?

3. Ne devrait-il pas figurer dans toutes les éducations au monde, un hommage appuyé, régulier à la manière dont a fonctionné, fonctionne et pourra demain fonctionner cette mosaïque des métiers, pour peu que nous nous intéressions à toute sa complexité ?

4. D’ailleurs n’y aurait-il pas au passage comme une ferme invitation à nous projeter dans les futurs possibles, dans leur remise en question, leur fragilisation, leur redéploiement plus ou moins brutal ou sauvage, à l’aune par exemple d’une autre déferlante, numérique celle-ci, qui est en train d’en redistribuer les équilibres ? Une réflexion réellement collective sur la manière d’y faire face, de l'accompagner, de l'anticiper*, ne serait-elle pas la moindre responsabilité que nous devons à ce respect mutuel, aux équilibres/déséquilibres qui en dépendent, et à sa mosaïque en perpétuelle redistribution ?

5. Enfin, et évidemment dans ces chroniques ,-) nous nous lancerons dans une indéfinition du « métier » - Chacun.e pourra en étendre la portée à la mesure de ses propres pratiques et du sens qu’il.elle leur attribue...

« Métier – Exercice d’une personne dans une activité donnée (plus ou moins ancienne ou au contraire innovante), mettant en lumière une série de savoirs, savoir-faire, savoir-être, le tout en rapport avec l’apprentissage, l’expérience et la transmission qui y sont attachés, en coordination avec d’autres activités, d’autres métiers dont celui-ci dépend plus ou moins fortement – Faisant généralement l’objet d’une rémunération, plus ou moins juste, entouré de réglementations et de déontologies, évoluant dans le temps en fonction des techniques et des sociétés dans lesquels il s’inscrit, tout métier renvoie à l’équilibre dans lequel il est appelé à trouver, conserver, modifier sa place, mais aussi quelquefois à la perdre. »

(Une indéfinition n’est jamais définitive – Vous pouvez la modifier, la prolonger...)

(illustration : Petit clin d’œil à « L’Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers » - 1751/1772... renvoyant à la mosaïque des savoirs, savoir-faire et savoir-être – UNIDEO)

Upside down (2) – « Before » and « after », a simple question of time?

Sens dessus dessous (2) – « Avant » et « après », une simple question de temps ?

Petit saut dans le temps... À quoi ressemblera « l’après-coronavirus » ? Les idées ne manquent pas en la matière, prenant souvent, à raison semble-t-il, la forme d’un questionnement : « L'après-coronavirus : un monde nouveau est-il possible ?... » « L’après Coronavirus : un combat titanesque se profile entre « Souverainistes » et « Européistes »... » « L'après coronavirus : la généralisation du télétravail ?... » « Le climat, meilleur investissement pour l'après-coronavirus ?... » « L'après-coronavirus : rien n'a changé, et pourtant tout a déjà changé... »

Soit, il semble donc acquis qu’il y aura un « avant » et un « après », ce qui en soi ne pose aucun problème à une vision ordonnée du temps (tout au moins pour qui s’en accommode*) et de l’encadrement de tout phénomène qui s’y inscrit. À ceci près que ce phénomène-ci porte en lui par sa nature même, une galaxie de phénomènes et que les agréger pour la commodité de pensée que cela est censé nous procurer, n’est peut-être pas la meilleure idée qui puisse être.

* Au passage, il sera peut-être intéressant, ou passablement distractif, de rappeler que la vision linéaire du temps ne semble pas universelle, pouvant induire çà et là des variantes. Ainsi des Aymaras, vivant sur l’Altiplano (Andes), pour lesquels le passé est devant soi, tandis que le futur est derrière. Et que dire de la vision cyclique indienne à la dimension du samsara संसार, de la roue de l’existence, si bien représentée par ce mot usuel kal कल qui en hindi signifie tout à la fois « hier » et... « demain » ?

De fait, y avait-il donc « un » avant ? Entendons par là, étions-nous tous et toutes, avant la survenance de la pandémie, rassemblé.es autour d’une interprétation partagée du monde et de son état comme de ses obligations ? Avions-nous les mêmes analyses d’autres crises et, pour peu que l’on s’en souvienne, d’autres urgences : celles du réchauffement climatique, des crises migratoires, des conflits et du terrorisme, de la misère et des inégalités, etc. ? Non, bien entendu. Ce qui nous amènera à penser qu’il y avait sinon plusieurs « avant », très certainement une diversité d’interprétations à son égard. Est-il dès lors erroné d’imaginer que nous connaîtrons plusieurs « après » contrastés, voire opposés ? Peut-on en ce cas parler d’un « après-coronavirus » quand l’avalanche des scénarios déboulant sur les ondes nous informe de toutes les catégorisations possibles. Les mêmes modèles y tiennent une place de choix répartis, grosso modo, entre les annonciateurs du chaos le plus inévitable (qui ont déjà leurs entrées à la table des prophéties), les adeptes du retour à l’identique (qui ne partagent pas à l’évidence la conviction de « l’impermanence » bouddhiste), les idéalistes forcenés (qui, appelant à « positiver », voient les signes précurseurs d’une brutale opportunité - un mot sur lequel nous reviendrons)... ou encore une masse assez peu considérée d’indécis.es et de sceptiques, ne sachant à quel saint ? sain ? se vouer.
En conséquence de quoi, oui, il y aura bien un « après-coronavirus », d’un point de vue planétaire, globalisé. Et les chiffrages ne manqueront pas pour nous en fournir le bilan humain, financier, géopolitique... Mais en aucune sorte celui-ci ne taira ses disparités locales, souvent violentes, distinctives des situations les plus hétérogènes. Et de même qu’il y a eu quantité d’« avant », il y aura autant et plus d’« après ». Cela n’en rend pas la problématique moins centrale, mais suppose que l’humanité sorte de ses artifices de langage pour prendre la mesure de ce qu’« un » après à la hauteur de ce qui aura été vécu, ressenti, subi, espéré, idéalisé... peut induire comme véritables modifications dans la manière même de concevoir notre inscription commune dans le temps de l’humanité.
Qui sait, peut-être une meilleure considération de ces deux termes apparemment si anodins que sont « avant » et « après », pourrait-elle y contribuer... Essais d’indéfinitions...

« Avant – Indique à un certain moment où on le convoque, un état antérieur dans le temps et/ou l’espace (avant son mariage, avant le tunnel) – Selon que l’objet de référence (un phénomène, un événement, un lieu...) a été atteint, est en cours, ou qu’il a été dépassé, l’idée que l’on se fait de ce qui est avant peut considérablement varier passant d’une forme d’enthousiasme, de crainte, d’appréhension, d’excitation, de nostalgie... à la trace qu’il peut en rester, plus ou moins vague et subjective. À ce dernier titre, il renvoie à la disponibilité qu’on lui accorde ou pas et à la capacité à le questionner. [voir après] »
« Après – Indique à un certain moment où on le convoque, un état postérieur dans le temps et/ou l’espace (après son mariage, après le tunnel) – Selon que l’objet de référence (un phénomène, un événément, un lieu...) a été atteint, est en cours, ou qu’il a été dépassé, l’idée que l’on se fait de ce qui est après peut considérablement varier passant d’une forme de prévision, de bilan, de jugement, de fierté, de regret... renvoyant à sa perception plus ou moins vague et subjective. À ce dernier titre, il renvoie à la disponibilité qu’on lui accorde ou pas et à la capacité à le questionner. [voir avant] »
(Illustration : et si « maintenant » renvoyait à la pluralité des « avant » et des « après », moment suspendu sur la tentative, illusoire, obligée, innovante... de leur possible voire urgent dialogue...)

Upside down (1) – he, she, we, you … me

Sens dessus dessous (1) – Lui, elle, nous, toi... moi

Ils semblent si secondaires qu’on en vient parfois à les oublier. Les « pronoms personnels » auxquels je fais ici référence, sont de grands négligés de nos dictionnaires. Et leur définition en dit long sur cet oubli. « Je : forme atone du pronom personnel, sujet du verbe à la première personne du singulier, désignant le locuteur, la personne qui parle... » « Nous : pronom personnel de la première personne du pluriel, aux deux genres... » À n’en pas douter, il y a là un écho à la manière dont nous concevons, ou plus souvent dont nous ne concevons pas, le rapport au monde, à l’autre, aux autres. Car, voyons, n’y a-t-il pas un monde à raconter sur ces seuls vocables et ce qu’ils disent du plus profond de notre humanité intérieure !

Il n’aura d’ailleurs pas échappé aux locuteurs japonais que la crise du coronavirus n’y était pas totalement étrangère. Par un jeu d’écriture dont nos amis nippons ont le secret, ne voilà-t-il pas que les trois syllabes du « corona » コロナ rédigées en katakana (un syllabaire utilisé entre autres pour transcrire les mots de provenance étrangère) se sont recombinées. À savoir que コ /ko/, ロ /ro/ et ナ /na/ en s’assemblant peuvent produire un kanji (caractère chinois employé au Japon) : 君, lequel se prononce kimi et signifie « tu, toi » ! « Toi » !? ... Toi, le coronavirus ? ...Toi dont je suis séparé.e par le confinement et dont je me languis ? ... Toi que j’imagine en d’autres espaces, ou en d’autres temps ?... Libre à vous d’interpréter.

Bien entendu, cette observation en matière de pronoms personnels gagnera de multiples autres sphères. Citera-t-on le cas de l’haoussa (langue d’Afrique de l’ouest) et de ses pronoms qui se conjuguent, au présent, passé, futur... (Michel Malherbe) Ou encore partira-t-on à la rencontre du « usted » en espagnol, forme du vous de politesse français (mais à la troisième personne du singulier), renvoyant à vuestra merced signifiant « votre grâce »... Et que dire du « nous » chinois qui différencie le « 我们 wǒmen » qui n’inclut pas forcément l’interlocuteur auquel on s’adresse, et le « 咱们 zánmen » qui l’inclut quant à lui ! Et comment ne pas convier le « hen » neutre en suédois, pronom personnel de la troisième personne du singulier, désignant une personne de manière non sexuée, etc.

On pourrait alors dans le contexte actuel réactiver bien des définitions de « lui », de « elle », de « vous », de « je »... chacune d’elles méritant un plein registre de réflexions croisées. Pour l’illustrer, je conclurai cette chronique en m’arrêtant sur le « nous ».

« Ce que nous dit le coronavirus... » « Coronavirus : nous avons tous un rôle à jouer ! », « La nature nous envoie un message... » etc. Certes le « nous » est au cœur de nos débats actuels. Mais le plus étrange à mes yeux est qu’il ne l’ait point été préalablement, ou qu’il finisse de l’être demain. Car le « nous » est à l’humanité ce que la colonne vertébrale est au corps. C’est un axe essentiel qui renvoie à tous les autres, leur donne une assise, une raison d’être. Chacun.e pourra en témoigner dans son entourage, son rapport au monde, apaisé, conflictuel, indifférent... Le « nous » y est prépondérant, parfois plus qu’on ne le souhaitait, parfois moins. Voudrait-on en exclure les autres ? Impossible, leur solidarité – et la présente période le crie de toutes parts – est irrécusable. C’est pourquoi, dans toute l’imperfection de ce propos, je vous invite à réfléchir à trois formes de « nous » possibles :
- Un premier « nous » que l’on dira de « proximité » - celui des gens avec lesquels on vit (a fortiori dans la contiguïté des présents espaces), le « nous » des parents, amis proches, des relations, de celles et ceux avec lesquels on partage du sens, de la joie, de la peine...
- Puis un second « nous », que l’on qualifiera de « société » - un « nous » qui s’élargit à un espace géographique, politique, ethnique, social... Un « nous » qui inclut le « vous », entendons quantité d’autres « nous de proximité » et joue de tous les registres d’appartenance élargie à la lumière des droits et des devoirs, des attachements et des détachements qui y sont ou non autorisés,
- Enfin, un « nous d’humanité » - celui composé de l’ensemble des êtres, présents, voire passés ou à venir [L’interdépendance (5)] et qui relève de la plus haute perception que nous pouvons en avoir – Un « nous » qui contient tous les « elles » et « eux », tous les « nous de société » possibles, tout en les emportant dans une dimension à laquelle on a parfois du mal à accéder. Or, et c’est bien là une des plus grandes étrangetés du moment que nous vivons, ce « nous d’humanité » s’impose de lui-même, cadre d’une histoire collective au sein de laquelle « nous » avons été projeté.es, malgré « nous »...

Gardera-t-on la trace de cette projection sans pareille ? Prendrons-« nous » les dispositions minimes ou plus marquées participant aux changements auxquels cette situation peut inviter ? Chaque « je », chaque « tu », chaque « elle », « il » ou « hen », y répondra en conscience... et un « nous » d’humanité, plus ou moins renforcé, en résultera...

(Illustration : esquisse d’une schématisation pantopique autour du « nous »...)

Interdependence (8) – When yesterday and tomorrow combine with the present …

L’interdépendance (8) – Quand hier et demain se conjuguent au présent...

25 thèmes. 25 zones géographiques et culturelles. Pour que l’outil pantopique soit opérationnel, une dernière grille se doit alors de les croiser : celle de la temporalité. 25 périodes donc, permettant de remonter ou se projeter dans le temps proche ou lointain des humanités...
Au fil des précédentes chroniques de l’interdépendance, cette dimension ne nous aura certes pas échappé. Elle est en effet omniprésente, indispensable à la mise en perspective de toute perception du genre humain.
Nous pourrions ici renvoyer à une approche purement chronologique, toujours déterminante dans la compréhension des phénomènes et de la plupart des réalités qui façonnent le monde. Mais bien entendu c’est dans le croisement, dans l’imbrication des faits et leur ancrage parallèlement spatial et thématique que les choses se révèlent... La pandémie nous en aura apporté une nouvelle fois une éclatante démonstration. Pour l’incarner, je choisirai trois profils d’hommes et de femmes naturellement porteurs, porteuses de cette dimension historique...
Nous voici tout d’abord en compagnie de Mehdi à Chiraz qui nous décrit son quotidien en cette prestigieuse cité qui fut l'une des trois capitales culturelles et artistiques de l'Iran. Chiraz, lieu de naissance d’Hafez, maître du ghazal au 14e siècle. Alors que l’Iran a été l’une des premières nations confrontées à l’emballement de la pandémie, comment ne pas rappeler son glorieux passé médical ? Où l’on pensera tout particulièrement à Ibn Sina, Avicenne (980-1037), auteur du « Canon de la médecine »...
Au Brésil, à Carauari, dans les méandres du fleuve Jurua, affluent de l'Amazone qui relie Manaus, l’on rencontre Raimunda témoignant de toute une vie au cœur de la forêt amazonienne. 80 ans à se rappeler les luttes, les épreuves, la vitalité de la nation brésilienne et finalement sa manière d’appréhender cet ultime épisode. De quoi nous arrêter également sur une autre histoire, celle des peuples de l’Amazonie, de leurs fascinants et fragiles héritages, et de leur destinée...
En Italie, autre nation cruellement meurtrie, de multiples observations en quête d’espoir, auront souhaité décrire les pratiques quotidiennes du confinement. Là parmi elles, à Napoli, Teresa fait partie de ces nombreuses personnes qui se sont soudain rappelées à la fabrication des pâtes maison, faisant au passage exploser la consommation de farine. Occasion toute trouvée pour relancer le débat de leurs origines, non ? Évidemment italiennes, ou chinoises, ou plus vraisemblablement de la plus haute antiquité, puisque liées dès leurs débuts à la culture céréalière explosant au néolithique...
Des motifs d’enquêter ne manqueront pas pareillement de provenir des pistes précédemment évoquées. Car voici bientôt que tous les fragments s’assemblent, du village d’Eyam dans sa lutte contre la peste bubonique au 17e siècle, à la carrière de Tawhida Ben Cheikh décédée à 101 ans, de la crise syrienne contemporaine (subitement mise entre parenthèses ?) à la république de Raguse (1358–1808), de l’histoire de l’orthodoxie bulgare à celle des langues malaise, française ou lingala...
C’est pourquoi in fine nous ne nous retrouvons plus devant une ligne temporelle à sens unique, définissant mécaniquement des « avant » et des « après », mais au cœur d’une architecture complexe dont nous sommes tous et toutes les maillons. Car chacun.e d’entre nous renvoie au flux d’une histoire passée dont nous négligeons si souvent les enseignements. Car chacun.e d’entre nous renvoie tout autant au devenir d’une espèce qui doit et peut se réinventer, pour peu qu’elle se projette dans un maelström de notions et de correspondances où les savoirs, les métiers, les espaces naturels ou culturels, sont invités à se redistribuer dans un tourbillon sans fin...Nous avons en ce présent même une partie des compétences pour accéder à cette conscience. Accéderons-nous à la partie manquante ?
(Illustration : quelques éléments du maelström et de ses correspondances infinies...)

Interdependence (7) – Finding your way in geo-cultural space …

L’interdépendance (7) – Se repérer dans l’espace géo-culturel...

25. Oui, 25 de nouveau. 25 espaces contigus. 25 zones géographiques pour une deuxième grille pantopique en quête de cette interdépendance...

(d’après quelques titres de presse...)

[Péninsule arabique] Report du pèlerinage à la Mecque (hajj) en Arabie Saoudite...
[Afrique Centrale] Décès d’une des stars de la rumba congolaise, Aurlus Mabélé...
[Pacifique] Bouleversement de la vie communautaire des tribus kanaks en Nouvelle-Calédonie...
[Monde slave] Diffusion gratuite par le Théâtre Bolchoï de ses meilleurs spectacles...
[Anatolie & Caucase] Ruée sur l’eau de Cologne en Turquie...
[Asie du sud-est] Peur accrue dans les camps de Rohingyas en Birmanie (Myanmar) et au Bangladesh...
[Afrique du nord] Sortie d’un billet de banque tunisien rendant hommage à Tawhida Ben Cheikh, femme médecin du Maghreb...
[Amérique du nord] Mise en danger des producteurs de sirop d’érable au Canada...
[Inde] Illuminations sur tout le territoire indien à la grâce des bougies et lampes traditionnelles...
[Amérique du sud / Pacifique] Application du concept de « tapu » sur l’île de Rapa Nui...

... Tandis que tourne la roue du grand manège planétaire à la vitesse de la crise actuelle, on se prend presque à imaginer ce que pourrait être une reconnexion géographique à ce vaste espace qui soudain s’interconnecte – virus oblige. Non pas simplement une connexion intellectuelle, faite de savoirs cumulés et un peu froids, mais quelque chose de plus profond, de plus sensible, de plus durable... L’idée d’établir ou rétablir un pont d’humanités, d’innombrables ponts lancés à la rencontre du monde.

C’est ici que loin de composer une mosaïque inerte, cette deuxième grille se combine à la première, celle des thématiques pantopiques... 25 x 25... Histoire d’inviter au tiss’âge annoncé.

Ainsi l’eau de Cologne turque, dite « kolonya », nous plonge-t-elle à la découverte de ses origines rappelant sa mise au point par un parfumeur italien bien entendu à Cologne, au 18e siècle, puis sa venue en Turquie au siècle suivant... Et à côté des grandes marques, ‘Atelier Rebul’, ‘Eyüp Sabri Tuncer’, ‘Selin’ ou ‘Vakko’, nous nous prenons à apprécier ses variantes et saveurs régionales à base de mandarine, de tabac ou de pomme...

C’est alors qu’à côté de la prouesse de Tawhida Ben Cheikh, nous pouvons plus largement questionner la place de la femme au Maghreb et par exemple, rencontrer dans une autre dimension, celle de l’intellect, Fatima al-Fihriya (9e siècle). L’on dit souvent que celle-ci serait la fondatrice de la plus vieille université du monde encore en activité, à Fes (Maroc) : l’Université Al Quaraouiyine...

Et de la même manière pourquoi ne pas partir sur des rythmes de danse et de rumba et de ses déclinaisons africaines, retrouver son exportation cubaine dans les années 1930, son lien avec les langues, et plus particulièrement le lingala, ses attaches locales comme le « soukous »...

Et comment ne pas faire halte sur les traces de l’acériculture (exploitation du sirop d’érable), se fondre dans les savoirs traditionnels, ceux des Abénakis, des Haudenosaunee ou encore des Mi’kmaq ! Les Anishinaabe n’appellent-ils pas « la période durant laquelle la sève est recueillie la « saison des sucres », la « lune d’érable » ou « le mois des sucres » »... (thecanadianencyclopedia.ca) Comment ne pas nous sentir solidaires des plus de 10000 exploitations aujourd’hui présentes sur l’ensemble du territoire canadien...

En vérité, chaque fragment du monde contient la puissance de ses attachements multiples, variés... Chaque fragment du monde est une invitation à renforcer les ponts qui nous y mènent, non seulement pour la satisfaction d’un instant de découverte mutuelle, mais pour toute la promesse d’un dialogue universel.

Plus que jamais, la devise pantopique prend ici toute sa résonance : « Le centre du monde est partout et la périphérie nulle part. » (Nicolas de Cues) Puissions-nous le ressentir de plus en plus au fond de notre être, de nos pensées, comme de nos actes. Puissions-nous demain prendre les décisions qui s'imposeront à la lumière et dans le meilleur respect de cet enchevêtrement. La crise planétaire peut aussi permettre cela : une invitation durable à nous raccorder aux autres centres du monde, un appel à une meilleure conscience de nos interactions et de la place que nous pouvons y tenir.

Interdependence (6) – Coronavirus, mask and containment, among others …

L’interdépendance (6) – Coronavirus, masque et confinement, parmi quelques autres...

Qui aurait imaginé il y a quelques mois que les termes de « masque », de « gel hydro-alcoolique », de « gestes barrières », de « drive (service-volant, point-retrait) » ou bien entendu de « confinement » et de « coronavirus »... prendraient le dessus sur les usuels de la conversation quotidienne ? Ainsi va le Top 10 du langage, oscillant sur le flot des événements, des modes et de leur actualité, plus ou moins soudains et brutaux. Avec eux des champs sémantiques se créent, de nouvelles références, de nouvelles associations mentales, psychiques, cognitives ou mémorielles, s’opèrent pour un temps donné, quitte à ce qu’une autre déferlante, plus puissante, plus contemporaine un jour les emporte, ne récusant en rien leur survivance profonde.

Il y a bien sûr l’obsédant « coronavirus », association de corona qui renvoie - entre autres cigares et bières - à la « couronne de lumière apparaissant autour du soleil » [liée à l'apparence des virions au microscope électronique] et « virus », emprunté au latin virus : « suc des plantes » puis « venin, poison ». Que nous le nommions en russe коронавирус, en chinois 冠状病毒 (composé de 冠状 : « couronne » et 病毒 : « virus) ou encore en hindi कोरोनावायरस, comme de bien d’autres manières, le terme s’est octroyé une morbide primauté dont les répercussions – également sémantiques – seront nombreuses. Je pense tout particulièrement aux esprits des plus jeunes parmi nous, et à l’inscription durable de ce terme en leur psyché...

Parmi d’autres incontournables de l’heure, il y a très certainement le mot « masque ». Longue histoire que la sienne. Le terme est un emprunt à l'italien maschera, qui vient d’un radical préroman °maska lequel signifie « noir » et qui a donné masca, désignant tardivement un « masque » mais aussi une « sorcière », un « démon ». Où l’on retrouvera son influence sur le mot « mascotte » pointant à l’origine un « envoûtement », un « sortilège ». (AREY)

Quant au « confinement », jusqu'à récemment, celui-ci renvoyait occasionnellement à « l’isolement carcéral » ou encore au « confinement nucléaire » et à son enceinte... Ce mot est à rapprocher de « confins », à savoir des « limites d’un territoire », du latin confinium : « voisin, contigu »... Ah les voisins ! parlons-en, un beau terme à indéfinir en ces temps, avec toutes les situations anecdotiques, souriantes, improbables, hallucinantes ou déplorables que cette proximité peut révéler...

Si l’on fait un petit tour des langues et des choix de vocables opérés en matière de « confinement », les anglophones, à côté du « containment », parleront de « lockdown » (vraiment enfermé.es). Les germanophones pourront évoquer la « Quarantäne » issu du français « quarantaine », venant lui-même de l’italien et désignant une « quarantaine de jours ». On trouverait les premiers exemples de quarantaine à Raguse (actuelle Dubrovnik), puis dans la cité vénitienne au 14e siècle. C’est au détour du siècle suivant qu’aurait été mis en place toujours à Venise le premier « lazaret », lieu d'isolement sanitaire pour les personnes qui arrivent dans un pays en étant (supposées ou réellement) malades.

Bien d'autres termes mériteraient amplement de rejoindre ces lignes, et les rejoindront. N'hésitez pas à les proposer à notre réflexion commune. Mais par-delà ces mots, par-delà leur signification, j'aimerais une fois encore insister sur la complexité propre à leur saisie. Nous avons choisi d'emblée d'en aborder l'interdépendance au travers d'une première grille, thématique, constituée de 25 dimensions [chronique (3)]. Où il aura peut-être paru que nous vivons plus que jamais dans un entrelacs de notions enchevêtrées dont la transparence aurait pu hier paraître illusoire tant elles s'inscrivent dans des contextes, des pratiques, des opinions, des savoirs, des cultures... hautement différenciés. Pourtant, c'est à une forme de convergence que nous semblons assister, comme si quelque chose de plus fort, de plus essentiel que cette différenciation, se jouait en ces heures qui arpente encore timidement les chemins d'une humanité rappelée à son exigence de sens [chronique (5)]. Deux autres grilles seront aussitôt convoquées pour en poursuivre le "tiss'âge"... à venir ,-)

(Illustration – Quelques écritures du coronavirus...)

Interdependence (5) – If humanity?

L’interdépendance (5) – Et si l’humanité ?

S’il est un acteur central à la crise planétaire, un acteur inattendu de son interdépendance, c’est sans aucun doute « l’humanité » elle-même. Voici en effet qu’un ensemble hétérogène d’individus, de groupes et de sociétés, antérieurement aptes à quelques rapprochements mais aussi mais surtout à toutes sortes de divisions, d’indifférences, et de déchirements, se voit assemblé dans une même cause, faisant face à un ennemi commun.

Bien sûr chacun.e aura pu observer que le grand idéal d’une espèce humaine devenue soudain intelligente, taisant complètement le fracas des armes, des rivalités politico-économiques, ou des pré-positionnements d’après-crise, n’est pas pour aujourd’hui. Il y a tant et tant de raisons de se quereller, et comme le dit l’adage, il n’y aurait pas de querelle si l’un des deux avait tort...

Néanmoins, cela n’empêche nullement le terme « d’humanité » d’être au centre du débat, même s’il se trouve légitimement relégué par de pressantes résolutions. C'est alors qu’une question nous vient, inéluctablement : et si dans le cataclysme actuel, l’humanité était invitée à prendre tout simplement une meilleure conscience d’elle-même et de ses devoirs de justice, de respect mutuel, de dignité pour tous et toutes et de paix ? Heureuse chimère nous dira-t-on qui aura tôt fait de voler en éclats une fois que la crise (ou la « catastrophe » ainsi que l’avance B. Cyrulnik) sera passée ? On nous l’aura répété tellement de fois que nous n’aurons plus vraiment le goût, ni du reste le temps, à en dissuader quiconque. D'autant qu'une autre question bien plus troublante s'impose : c’est quoi, c'est qui « l’humanité » ?

Pensez-vous que je plaisante ? En fait, pas vraiment... car voyons, que nous en dit-on : « Ensemble des êtres humains, considéré parfois comme un être collectif ou une entité morale » (larousse .fr) ? « Ensemble des hommes, du genre humain, parfois considéré comme constituant un tout, un être collectif » (cnrtl.fr) ? À cette seule lecture, un doute s’empare de nous... et chaque terme laisse songeur : « être collectif » « entité morale » « homme » « parfois » « tout »...

En quoi suis-je impliqué.e dans cette proposition ? En quoi mes attentes légitimes en matière de justice, de dignité, de paix, s’y retrouvent-elles ? Que puis-je dire à mes enfants quant à l’évolution que devrait connaître notre espèce si elle s’approchait un tant soit peu de cette entité morale ? Comment devraient sans aucun report y être inclus les questions incontournables de la relation à l’environnement, à l’égalité de genre, à l’éradication de la famine, à l’éducation pour tous et toutes, à l’installation de toilettes... ?

Je ne sais pas ce que nous dirons de nos abandons, de nos impuissances, de notre acceptation quotidienne à ce que des millions, des milliards d’individus, en soient écartés. Je crois savoir en revanche que l’union de fait à laquelle nous assistons pourrait servir de catalyseur afin de faire émerger une in/définition beaucoup plus exigeante sinon engageante. Je me dis qu’en y associant nos intelligences, nos soifs de changement véritable, de construction commune, nous pourrions peut-être, en ce début du 3ème millénaire pour le moins chaotique, faire acte inédit : donner enfin à l’humanité une chance d’être. C’est pourquoi j’en proposerai l’indéfinition suivante... bien trop imparfaite pour ne pas mériter vos améliorations...

« Humanité – Regroupant de facto l’ensemble des êtres humains présents, ou quelquefois passés et/ou à venir, l’humanité renvoie aussi ou surtout à la responsabilité que l’appartenance à cette espèce est censée déléguer à chacun, à chacune de nous. On pourrait alors douter de pareille responsabilité, et ce faisant de l’humanité au regard de tout ce qu’elle n’est pas, ou qu’elle n’est pas encore, a fortiori de ce qu’elle est capable de produire comme nuisance, déni, et misère – Toutefois, à qui profite ce doute ? L’humanité peut-elle donc constituer un axe prioritaire d’éducation en ouvrant l’esprit de chacun.e à ses devoirs envers elle-même et les autres espèces, et à notre devenir INEVITABLEMENT commun ? Ceci supposerait que naisse un véritable projet planétaire culturel, écologique, social, artistique, éducatif... instruit de toutes les composantes susceptibles de l’aider à s’accomplir... » Une crise/catastrophe planétaire peut-elle être détournée de sa nocivité afin de nourrir la conscience et la détermination d’un tel projet ? Affaire à suivre...

(Une indéfinition n’est jamais définitive – Vous pouvez la modifier, la prolonger...)
(Illustration – L’humanité au croisement des 25 dimensions pantopiques et de quelques dérivées, non exhaustives, chacune renvoyant à toutes les autres...)

Interdependence (4) – Spoon, scapulars and … panchagavya

L’interdépendance (4) – Cuillère, scapulaires et... panchagavya

Quid de la spiritualité dans tout cela (l’une de nos 25 dimensions) ? Quid des croyances, de la force, de la signification, de la sauvegarde que l’on place en elles, de leur relation à la raison, aux usages, aux façons de percevoir le fléau et la(les) manière(s) de le combattre ? Bien des mots se bousculent ici comme ceux de « culte », de « rite », de « foi »... mais aussi comme nous allons le voir d’ustensiles divers et de concepts religieux des plus prononcés.

Parmi les ustensiles, que diriez-vous par ex. de convier cette cuillère, pleinement intégrée au culte orthodoxe de la communion en Bulgarie, soudainement propulsée au centre d’une vive polémique ! Et pour cause, une cuillère unique passant de bouche en bouche ainsi qu’il se doit de longue date, pain imbibé de vin aidant. La proposition d’une cuillère jetable aura fait long feu, puisque les pratiquants sont désormais conviés à rester chez eux. Que cela ne nous prive pas de la possibilité de voir cet objet sous un autre angle...

« Cuillère – Ustensile formé d'un manche et d'une partie creuse, qui sert à transvaser ou à porter à la bouche certains aliments, en particulier liquides ou peu consistants - Elle peut faire l’objet d’usages culturels divers – Ainsi en va-t-il par ex. de la cuillère à absinthe artistiquement percée, de la cuillère bigouden offerte à la jeune mariée, de la cuillère à moka danoise en argent et émail ou encore de la cuillère utilisée dans certains rites orthodoxes permettant de communier. »

Non moins spirituelle est la réponse apportée au Mexique par la protection des saints, notamment sous la forme de scapulaires sur lesquels sont cousues des images sacrées.

Dans un autre registre, que dire de la version indienne prenant appui sur la consommation sacralisée d’urine de vache, réputée être un puissant remède ? Relayée par de hauts responsables, nous voici ici au cœur d’une culture et d’une foi qui attribuent les plus hautes vertus aux cinq produits de la vache (dits panchagavya पंचगव्य) à savoir : le lait, le lait caillé, le ghee (beurre clarifié), l'urine et les excréments. C’est ainsi que des assemblées de croyants après avoir célébré un rituel du feu et chanté des hymnes, procèdent à une communion dans laquelle ils partagent ce breuvage versé dans des coupes d’argile.

De quoi tenter une indéfinition de la « croyance » (sur son versant spirituel)...
« Croire – Attacher une valeur de vérité à une puissance spirituelle, divinité ou ensemble de divinités, force surnaturelle... – Donne en cela un sens à l’existence et au rapport à autrui et au monde, selon un degré variable de tolérance réciproque. La croyance peut être présente dans les situations coutumières ou plus exceptionnellement convoquée face à des moments décisifs de l’existence durant lesquels cet attachement devient un fervent encouragement à l’expression de la joie et de la réjouissance, ou un précieux soutien face à la difficulté, à l’épreuve ou à la souffrance... »

(Une indéfinition n’est jamais définitive – Vous pouvez la modifier, la prolonger...)

(Illustration - UNIDEO (du bas vers le haut et de la droite vers la gauche) - croire / Mexique / Inde / Bulgarie)

Interdependence (3) – Wages & anticipation …

L’interdépendance (3) – Salaires & anticipation...

25. 25 dimensions correspondant à 25 thèmes majeurs, à savoir : univers, terre, matière, vie, animal, plante, humain, mouvement, temps, corps, manger, communiquer, édifice, activité, pouvoir, commerce, société, famille, intellect, techniques, nombres, spiritualité, sentiments, objet et art. Telle est la première des trois grilles que nous proposerons pour tenter d’approcher l’interdépendance du monde. D’autres viendront. Les quelques éléments cités jusqu’ici, « pangolin », « puma », « cessez-le-feu »... ont déjà commencé à les animer. Poursuivons avec ceux de « salaire » et « d’anticipation »...

L'Allemagne aurait décidé en cette période de hautes turbulences de demander aux dirigeants et membres du conseil d'administration d’entreprises qui bénéficieront d’une aide de l’État, de procéder à une diminution de leurs salaires. Chacun jugera tant de l’opportunité de la chose, de son effet réel ou d’annonce, que de ses équivalents sur d’autres terres... Quant à nous, nous ne manquerons pas de saisir le terme de « salaire » dans le filet de nos indéfinitions, tout en le plaçant bien entendu en haute correspondance avec bien d’autres notions...

« Salaire : Rétribution d’un travail effectué sur une période donnée, établissant un rapport de dépendance plus ou moins protégée et diversement contraignant entre un donneur d’ordres et celui qui les exécute - Va permettre à un individu et souvent à ses proches, mais aussi à la société, de poursuivre leur existence au gré d’implications, de conforts et d’équilibres variables... Sa mise en cause, attendue ou brutale, peut occasionner une série de ruptures majeures affectant les dits équilibres, qu’ils soient individuels ou collectifs – Les écarts de salaire qu’ils soient liés à la position occupée, à l’ancienneté, au genre, reflètent peu ou prou l’idée que nous nous faisons de l’équité sociale et de ses évolutions. » (l’on se rappellera au passage que le français « salaire » renvoie à la « ration de sel »...) (quelques dimensions concernées : humain, activité, commerce, pouvoir, société, famille, techniques, intellect, édifice, sentiments...)

Sur un second registre, certains parmi nous ont abondamment relayé la vidéo TED datée de 2015, enregistrée à l’heure de la lutte contre Ebola et titrée /We’re not ready/ (https://cutt.ly/CtRVpKU). Vidéo durant laquelle Bill Gates nous mettait en garde contre la prochaine pandémie qui serait disait-il bien plus dévastatrice... à moins que l’on ne s’y préparât (sic)... Profitons-en pour nous interroger sur ce que nous entendons par « anticiper »... Essai...

« Anticiper – Capacité à se projeter dans un avenir plus ou moins lointain en prenant les décisions adaptées à ce que nous pensons qu’il en sera, tant sur le plan des facilitations susceptibles de voir le jour, que des possibles ou probables dangers qui nous y guettent – Nœud de décision et souvent de pérennité de toute structure ou organisation (ménage, entreprise, nation, monde), ayant de nombreuses incidences en matière sociale, économique, politique, la mauvaise anticipation en marque aussi quelquefois la dégradation voire la mise en péril par inadéquation aux réalités qui surviennent. Anime dès lors un cortège de commentateur.rices jugeant – a posteriori, et à juste titre, ou pas – de la valeur des décisions qui furent prises et de celles qui ne le furent pas. Processus itératif qui s’appuie quelquefois, pas toujours, sur les enseignements qu’il doit ou devrait tirer de ses carences passées. » (quelques dimensions concernées : temps, intellect, pouvoir, société, communiquer...)

(Une indéfinition n’est jamais définitive – Vous pouvez la modifier, la prolonger...)

(Illustration - UNIDEO (du bas vers le haut) - anticiper : décider / avant / (de) se produire)

Interdependence (2) – Puma, Derbyshire and ceasefire …

L’interdépendance (2) – Puma, Derbyshire et cessez-le-feu...

Un puma, descendu de sa montagne, marche allègrement au cœur de la cité de Ñuñoa, dans la région de Santiago du Chili... Des combattants qui hier s’étaient promis d’en découdre, en Syrie, aux Philippines, au Cameroun ou encore au Yémen, seraient susceptibles d’adopter un cessez-le-feu... La localité d’Eyam dans le Derbyshire en Angleterre, rappelle son glorieux passé dans la lutte contre la peste bubonique tandis que son musée est actuellement fermé...

Quel lien entre ces trois séquences éloignées dans l’espace ? Évidemment, toutes trois doivent d’être à la déferlante du coronavirus. Anecdotique nous dira-t-on ? Croyons-nous, croyons-nous vraiment ?

À l’instar de l’appel à une meilleure conscience de notre interdépendance amorcée avec le pangolin – et son indéfinition, je voudrais ici, avant d’en énoncer prochainement quelques dimensions fondamentales, partager l’esquisse d’un schéma. Car voyez-vous, ces trois séquences suffisent en vérité à nous y conduire. En quelques lignes, les axes de la cité, de la santé, de la guerre et du pouvoir, mais encore du mouvement, comme bien entendu de l’environnement, ou encore du temps et de l’histoire, se mettent à converger. En un claquement de doigts, des espaces séparés par des frontières nationales ou temporelles, se voient réunis dans une même et unique cause commune.

Ainsi que nous le suggérions d’emblée, des indéfinitions doivent pouvoir en affirmer la force de croisement et nous inviter dès aujourd’hui, a fortiori demain, à prendre toute la mesure de ce réseau d’infinies correspondances... Essais...

Puma : « Félin d'Amérique, nocturne et arboricole, réputé difficile à observer, dont les espaces naturels ont été violentés par l’espèce humaine et qui ne serait pas contre l’idée de les récupérer... » (l’anecdote voudra qu’en France, l’acronyme PUMA désigne également la Protection Universelle MAladie permettant une prise en charge des frais de santé sans rupture de droits...).

Cessez-le-feu : « Arrêt ou suspension des hostilités en période de guerre supposant généralement un accord sur l’importance d’y procéder au regard des bénéfices mutuels à en retirer ou d’une urgence susceptible d’y contraindre. »

(Une indéfinition n’est jamais définitive – Vous pouvez la modifier, la prolonger...)

Interdependence (1) – the pangolin …

Interdependence (1) – the pangolin …

Hindu believers drinking cow urine from clay bowls...
Distillers around the world overcoming the shortage of hydro-alcoholic gel here and there...
Population on their balconies sharing canzones...
Animation of a myriad of video surveillance cameras and drones to track down any people not complying...
Postponement of sporting, artistic or political meetings...
Implementation of virtual classes and self-training ...
Clean air in industrial societies ...
On the sidelines of its medical, economic, social, ecological, political, religious, military, digital aspects, the list of the fragments linked to the current crisis seems endless, and it will inevitably continue to extend ...
In the avalanche of comments it provokes, we can already draw many conclusions, often hasty, and probably some lessons.
Between the convicts of civilization collapse, the whistleblowers of all kinds, the born entertainers and the carefree, another picture is exposed: the picture of our differentiated interpretations where everyone will put forward their fairer, better anticipated, more prospective reading ...
Many words could sum it all up: anger, misunderstanding, suffering, solidarity, courage, compassion ... or more commonly, fear - among many others. However, if there is one word with which I would like to introduce this new “Praise of fragility”, it is: "interdependence".
As a matter of fact, what strikes me in this crisis is how the above-mentioned fragments and the thousand and one others which accompany them are linked beyond all the singularities they refer to.
Perhaps we have here, in this present chaos, a kind of opportunity to seize which is precisely due to the awareness of our interdependence.
Not that no one warned us beforehand. But there, suddenly, the force of evidence is such that it could, without delay, make sense by becoming part of our consciousness during and after the crisis.
I will immediately materialize it with another word, apparently most innocuous one, and the day before yesterday undoubtedly incongruous: “pangolin”.
Have you ever opened a dictionary upon it, I mean before this crisis? Let's do it: “Also called scaly anteaters, pangolins are toothless insectivorous mammals, whose bodies are more or less completely covered with scales. Their morphology is similar to aardvark and armadillo. "(Source: futura-sciences) To which we must add a small etymological note: from Malay penggōling “animal that coils”.
“Anteater” “scaly” “insectivore” “toothless” “aardvark” “armadillo”? Here is a list of terms that hardly fill our daily conversations. Or would I rather say, “which hardly filled them”? Because in a few months, a most incredible hypothesis was displayed on all the prompters of the continuous channels ... And a question arises: Is the pangolin directly or indirectly mixed with one of the possible origins of the crisis planetary? We will let the most learned minds argue on the merits or not of this hypothesis, involving percentages, bats and other elements of investigation. The websites are full of them and will continue to be.
I would prefer to return to our term: “interdependence”. Like the pangolin, and its life suddenly placed in the spotlight, a life made up of traffic, savage slaughter and environmental disturbance, how can we not realize that we should now wake up to our interdependence not only with health, but with environment, misery, justice ... or peace? Beyond the promises made to change the system (we will come back to this), would we therefore have a means of actively contributing to it at a modest level? My suggestion will be in another word: defining. I would even say “indefining” in the sense that we all have a singular approach based upon our experiences, practices, knowledge, culture, or history ... I will therefore conclude this column with two indefinitions of the pangolin (expecting yours), the first of which stems from an illustrious juggler of language!
Definition of "pangolin" by Pierre Desproges (Superfluous dictionary for the use of the elite and the wealthy) ...
“Pangolin n. m. , from Malaysian panggoling, which roughly means pangolin. Edentulous mammal from Africa and Asia covered with horny scales, feeding on ants and termites. The pangolin measures approximately one meter. His female is called the pangoline. She gives birth to only one baby at a time, who is called Toto. The pangolin looks like an upside down artichoke with legs, extended by a tail at the sight of which one begins to think that in fact, ridicule no longer kills. "
Pantopic indefinition in progress ... (any improvement welcome)
“Pangolin: Toothless insectivorous mammal, covered with scales, coiling on itself in particular when in danger (etymology of the term, in Malay) ... Victim of an intense traffic in Africa and in Asia where it is consumed and used in magico-medicinal preparations, it was suspected in 2019 of having contributed to a pandemic as host-intermediary which would have favored the transmission of the coronavirus to humans - Controversial hypothesis which did not fail to have a major impact on its survival because of its contradictory perception by the human species (frightened, discriminatory, protective...).”

(Illustration: bottom - Pangolin - Illustrierter Leitfaden der Naturgeschichte des Thierreiches, 1876 / top - UNIDEO: mammal - covered with scales / toothless / insectivorous)


L’interdépendance (1) – le pangolin...

Dévots indiens buvant de l’urine de vache dans des coupes d’argile,
Distilleurs du monde entier palliant çà et là la pénurie de gel hydro-alcoolique
Population juchée sur ses balcons au rythme des canzones
Animation d’une myriade de caméras de vidéo-surveillance et de drones pour traquer les récalcitrant.es,
Report des rendez-vous sportifs, artistiques, politiques...
Mise en place de classes virtuelles et d’un cortège d’auto-formations...
Assainissement de l’air dans les sociétés industrielles...
En marge ou en prolongement des aspects sanitaires, économiques, sociaux, écologiques, politiques, religieux, militaires, numériques..., la liste est longue des fragments plus ou moins conséquents en lien avec la crise actuelle, et elle continuera inévitablement de s’allonger...
Dans l’avalanche de commentaires qu’elle suscite, nous pouvons d’ores et déjà en tirer bien des conclusions, souvent hâtives, et sans doute quelques enseignements.
Entre les convaincu.es de l’effondrement civilisationnel, les dénonciateur.rices de toutes sortes, les amuseurs-nés et les insouciant.es, un autre tableau s’expose alors au grand jour :
Celui de nos interprétations différenciées où chacun.e mettra en avant sa lecture plus juste, mieux anticipée, plus prospective...
Bien des mots pourraient résumer tout cela : colère, incompréhension, souffrance, solidarité, courage, compassion... ou peur plus couramment - parmi bien d'autres.
Pourtant, s’il est un mot avec lequel je voudrais introduire ce nouvel ‘Éloge de la fragilité’, c’est celui « d’interdépendance ».
En vérité, ce qui me frappe dans cette crise, c’est à quel point les fragments précités et les mille et un autres qui les accompagnent sont liés par-delà toutes les singularités qu’ils recouvrent.
Peut-être avons-nous là, en ce présent chaos, une maigre opportunité à saisir qui tient précisément à la conscience de notre interdépendance.
Non point que d’aucun.es ne nous en aient préalablement averti.es. Mais là, soudain, la force de l’évidence est telle qu’elle pourrait sans report faire sens en s’inscrivant dans nos consciences du pendant et de l’après-crise.
Je la matérialiserai aussitôt par un autre mot, apparemment des plus anodins et avant-hier assurément incongru : celui de « pangolin ».
Aviez-vous jamais consulté un dictionnaire à son endroit, j’entends avant cette crise ? Procédons-y : « Également appelés fourmiliers écailleux, les pangolins sont des mammifères insectivores édentés, dont le corps est plus ou moins totalement recouvert d'écailles. Leur morphologie les apparente aux oryctéropes et aux tatous. » (source : futura-sciences) À quoi l’on ajoutera une petite notice étymologique : « Du malais penggōling (« animal qui s'enroule » - A.REY). »
« Fourmilier » « écailleux » « insectivore » « édentés » « oryctérope » « tatou » « malais (langue) » ? Voilà une liste de termes qui n’emplissent guère nos conversations quotidiennes. Ou dirai-je plutôt, « qui ne les emplissaient guère » ? Car voici qu’en quelques mois, une hypothèse des plus inouïes s’est affichée sur tous les prompteurs des chaînes en continu... Et si le dit pangolin était mêlé de près ou de loin à l’une des possibles origines de la crise planétaire ? Nous laisserons les esprits les plus savants argumenter, chiffres à l’appui, sur le bien-fondé ou non de l’hypothèse, et d’y mêler pourcentages, chauve-souris et autres éléments d’enquête. Les sites en sont remplis et continueront de l’être.
Et préférerai en revenir à notre terme du jour : « interdépendance ». À l’instar du pangolin, et de sa vie soudain placée sous les feux de l’actualité, une vie faite de trafics et d’abattages sauvages, de dérèglement environnemental, comment ne pas nous rendre à l’évidence que nous devrions désormais nous éveiller pareillement à notre interdépendance non seulement avec la santé, mais l’environnement, la misère, la justice... ou la paix ? Par-delà les promesses de changement de système prononcées (nous y reviendrons), aurions-nous donc un moyen pour y contribuer activement à un modeste niveau ? Ma suggestion tiendra en un autre mot : « définir ». Je dirai même « indéfinir » en ce sens que nous avons tous et toutes une approche singulière à défendre liée à nos expériences, nos pratiques, notre savoir, notre culture, notre histoire... Je conclurai donc cette chronique par deux indéfinitions du pangolin (en attendant la vôtre), dont la première doit d’exister à un illustre jongleur du langage !
Indéfinition du « pangolin » par Pierre Desproges (Dictionnaire superflu à l'usage de l'élite et des bien nantis)...
« Pangolin n. m. , du malais panggoling, qui signifie approximativement pangolin. Mammifère édenté d'Afrique et d'Asie couvert d'écailles cornées, se nourrissant de fourmis et de termites. Le pangolin mesure environ un mètre. Sa femelle s'appelle la pangoline. Elle ne donne le jour qu'à un seul petit à la fois, qui s'appelle Toto. Le pangolin ressemble à un artichaut à l'envers avec des pattes, prolongé d'une queue à la vue de laquelle on se prend à penser qu'en effet, le ridicule ne tue plus. »
Indéfinition pantopique en cours... (toute amélioration bienvenue)
« Pangolin : animal appartenant aux édentés, couvert d’écailles, insectivore, s’enroulant sur lui-même en particulier lorsqu’il est en danger (étymologie du terme, en malais)... Victime d’un intense trafic en Afrique et en Asie où il est consommé et utilisé dans des préparations magico-médicinales, celui-ci a été suspecté en 2019 d’avoir contribué à une pandémie comme hôte-intermédiaire qui aurait favorisé la transmission du coronavirus à l'homme – Hypothèse controversée qui n’en a pas manqué d’avoir une incidence majeure sur sa survie en raison de sa perception contradictoire par l’espèce humaine (apeurée, discriminatoire, protectrice...). »

(Illustration : bas - Pangolin - Illustrierter Leitfaden der Naturgeschichte des Thierreiches, 1876 / haut - UNIDEO : mammifère - couvert d'écailles / édenté / insectivore)

The concept factory … December 16, 2019: / Big Bang /

La fabrique à concepts... 16 Décembre 2019 : /Big Bang/

Éclairante déclaration que celle du prix Nobel de physique 2019 James Peebles (obtenu avec Michel Mayor et Didier Queloz) lorsqu’il avance que le mot « Big Bang » rate deux fois sa cible et qu’il ne devrait en aucune sorte désigner les « débuts » de l’univers. Semblant pointer tout à la fois un temps et un lieu, celui-ci ne conduirait en fait ni à l’un ni à l’autre, en ce sens, comme l’avancent J.P. et d’autres, qu’il nous serait à ce jour impossible de remonter par delà le mur de Planck (entendons au-delà de 10-44 seconde). Cela encouragerait à parler non des « débuts » de l’univers, mais de son « enfance ». En découle une chose : quel nom donner au « début » lui-même, à supposer que cette désignation temporelle d’un « avant » ait quelque pertinence ? L’aveu immédiat de J.P. suit : « J'ai abandonné, j'utilise Big Bang moi-même, bien que cela me déplaise. Pendant des années, nous avons tenté de convaincre la communauté de trouver un meilleur terme, en vain. Donc cela reste le Big Bang. C'est malheureux mais tout le monde connaît le nom. Alors j'abandonne. » Voilà bien une invitation qui pourrait au passage plonger son regard dans le foisonnement des cosmogonies. Qui sait, peut-être y trouverions-nous une ou deux notions utiles en compagnie de Maa Ngala et de son mythe de création chez les Bambaras. Ou bien dans le Ginnungagap scandinave. À moins que nous n’allions voir du côté du Bereshit. À défaut de ses inspirations culturelles et cultuelles, une dénomination toute nouvelle serait bienvenue. De quoi cogiter avec les scientifiques des différents champs concernés, féconds en hypothèses diverses et peut-être arriver un jour à un consensus. Pour cela, le terme ne devra donc avoir aucune référence au temps, ni à l’espace, ni du reste à l’univers qu’il ne désigne pas puisqu’il n’existe pas (encore)... Voilà assurément une belle affaire sémiotique, et un candidat tout trouvé pour la fabrique à concepts !

Ce serait un matin ordinaire, un 1er Janvier 2020...

Un matin où nos centaines de millions de semblables qui, hier soir encore, souffraient de la faim, seraient enfin entendu.es, un plan d’urgence, réfléchi et durable, ayant été concrètement mis en place.

Un matin où les appels répétés à une responsabilité planétaire prenant en compte nos devoirs en matière d’engagement environnemental, feraient sens commun, taisant l’indifférence, le scepticisme voire l’hostilité qu’ils avaient pu jusqu’ici susciter.
Avec eux, un nouveau rapport à l’eau, à la forêt, aux déchets, à l’énergie, à l’océan, à l’alimentation, à l’habitat, au transport... s’instituerait naturellement, source des décisions les plus conséquentes, individuelles et collectives.

Un matin où les explosions de haine et de vengeance qui ont de tous âges alimenté l’agonie du monde et de ses enfants, s’envoleraient, comme si leur déraison morbide s’était dissipée avec les premiers rayons du soleil.

Un matin où l’idée du progrès technique serait profondément revisitée par une pensée éthique et prospective, modifiant notre vision des bouleversements présents et à venir et leur gadgétisation à outrance.

Un matin où le choix d’un enrichissement aveugle, le choix d’une accumulation craintive, paraîtrait soudain si obsolète, si archaïque, tandis que des courants, des torrents d’actions associatives et caritatives seraient encouragés de toutes parts.

Un matin où la diversité culturelle, philosophique, spirituelle, artistique, faisant hier encore face à tant d’incompréhensions et de rejets réciproques, se fondrait dans un environnement pacifié, mutuellement enrichissant.

En ce même matin au coin de la rue, nous verrions une jeune personne donner le bras à une aînée hésitant à traverser.
Et tout au long du chemin, nous observerions des visages souriants ayant regagné confiance dans une souveraine et simple solidarité de l’instant présent comme si toutes les incivilités, toutes les nuisances faussement banales, avaient perdu leur attache.

Puis pour la première fois de l’année, nous parcourrions le fil d’actualités et à la litanie des catastrophes, des promesses de conflits et des cohortes de désinformation, au flot des contentieux, des affrontements stériles et des dénigrements de toutes sortes, se substituerait une construction commune, faite de pensées positives, d’entreprises innovantes, de volontés de conciliation...

Parallèlement à tout cela, une nouvelle cartographie des métiers, du rapport à nos activités et à la justice sociale qui devrait en émaner, une vision intergénérationnelle riche d’un partage sans précédent, se déploierait, ajustant nos systèmes éducatifs, consolidant leur aptitude à répondre à l’un de nos plus grands défis, celui de la dignité humaine pour tous et toutes.

Oui, ce matin du 1er janvier 2020, faisant écho à toute l’espérance du monde et aux voix de justice et de paix, un projet humaniste s’installerait naturellement, comme si la générosité nourrie de longue date par une succession ininterrompue d’êtres souvent anonymes, avait décidé de converger sans détour.
Un projet dans lequel, loin des affrontements d’égo et des rivalités stériles, nulle figure emblématique ne se mettrait en avant, confiant à chaque personne le soin de le porter, l’animer, l’incarner, le prolonger, le faire évoluer...

Et avec ce projet, une redistribution des priorités et des rapports humains, une réflexion équitable sur le partage des biens communs, matériels et immatériels, un sens de l’écoute et du dialogue, gagneraient des myriades d’esprits...

Oui, ce serait un matin à l’aube d’une année appelée à lui donner le visage d’innombrables réalités...

Mais, bien entendu tandis que nous l’évoquons, certains nous diront qu’un tel matin ne peut être, que son rêve semble bien trop utopique pour se réaliser... Et comment ne pas reconnaître pareille lucidité ?

En sommes-nous cependant si sûr.es, car en ce 1er janvier 2020 songeons qu’un tel matin, aussi idéaliste puisse-t-il paraître, ne dépend finalement pas de grand-chose, puisqu’il n’attend que nous pour s’accomplir.
Une seule question demeure : attendra-t-il longtemps encore ?

Alors, du fond du cœur, du fond de l’âme, puissions-nous saisir cette année 2020 dont le miroir, unique en ce siècle, comporte l’idée de dépasser toutes les formes d’évitement et de report.
Que l’année soit donc propice à promouvoir les innombrables voies du réenchantement, et à faire en sorte que chacun.e puisse y trouver sa place aussi modeste soit-elle, ou plutôt tout particulièrement si elle nous paraît modeste.

Que mille vœux de bonheur, de bien-être partagé et d’épanouissement vous accompagnent ainsi que les vôtres sur les chemins de renouveau,
Au plaisir de nous y retrouver,
En ce matin du 1er janvier 2020,
Quelque part sur la carte des infinis possibles,
Eric

The concept factory … December 9, 2019: / plogging /

La fabrique à concepts... 9 décembre 2019 : /plogging/

Voilà une idée qui viendrait de Suède, en tout cas dans la dénomination qu’on lui a associée : le /plogging/. Le terme serait né du télescopage entre le suédois /plocka upp/ : « ramasser » et le /jogging/. Les amateurs iront voir le site plogga.se qui encourage chacun et chacune à faire œuvre coopérative en se prenant pour un véritable héros de la vie quotidienne : profiter de votre running afin de ramasser les déchets rencontrés. On y lira : “PLOGGA is a Swedish concept that stands for pick up trash and jog. Day by day we have seen our Swedish streets and woods piled up with trash. We had to do something about it! So we created the popular movement based upon that our running friends shared the same passion for keeping our environment clean. PLOGGA also became one of 38 official new Swedish words of 2017.” (plogga.se / spark.adobe.com) Les puristes remarqueront que l’exercice est des plus complets puisqu’il comprend entre autres : flexion, accroupissement et étirement. Pas étonnant que le mouvement soit observé sur de nombreux autres territoires. Bravo donc à tous les ploggeurs et ploggeuses de leur performante contribution à pallier l’insouciance d’autres congénères... Une indéfinition au passage : « Plogging – Séance de jogging doublé d’une bonne dose d’engagement citoyen visant à ramener une partie des déchets que l’on peut trouver sur le chemin de sa course – Un bon moyen pour rappeler que tout se réinvente et qui sait, que certains modèles de responsabilité en inspireront d’autres. »

The concept factory … November 18, 2019: / serendipity /

La fabrique à concepts... 18 Novembre 2019 : /sérendipité/

Mis à toutes les sauces, plus ou moins heureuses, le terme /sérendipité/, bien qu’il date déjà de quelques siècles, a indéniablement vu sa popularité augmenter tout au long des dernières années. Ce ne sont pas ces chroniques toutes dédiées à une indispensable inventivité de nos concepts qui s’en plaindront. Rappelons au passage que l’on en doit la création durant le 18e siècle à un certain Horace Walpole (1717–1797) dont le génie fut de reprendre une des appellations de Sri Lanka (Serendip) retenue dans un conte persan : « Voyages et aventures des trois princes de Serendip ». Dès le départ, le terme en vient à désigner toute « découverte inattendue, faite par accident ». Il conservera ce sens dans ses évolutions successives, tout en suscitant çà et là d’autres termes comme « fortuité », « zadigacité » et autres « cinghalisme » tandis qu’un antonyme, celui de « zemblanité » naîtra sous la plume de William Boyd. De quoi nourrir ce propos, et inviter à une série de néologismes plus ou moins opportuns. Quid par exemple de l’adjectif ? Opterons-nous pour un « sérendipitaire » ? Préférerons-nous un « sérendipitif » ? Parlerons-nous de « sérendipitibilité » ou de « sérendipitisme » pour désigner l’aptitude ou la disposition qui l’autorise ? Et que dire des protagonistes eux-mêmes ? Seront-ils/elles « princes et princesses de Serendip », « sérendipitistes » ou encore « sérendipiteur/es (euses ?) » De quoi nourrir tout un champ sémantique dont nous verrons bien s’il contribue ou non à éclairer notre chemin d’indispensables innovations conceptuelles... Quant à la sérendipité elle-même, nous la désignerons comme suit : « Découverte plus ou moins importante qui surgit quand on ne s’y attend point, supposant une certaine aptitude à la reconnaître et à la partager... »

The concept factory … 11 November 2019: / sylvodidactique / … or the wisdom of trees

La fabrique à concepts... 11 Novembre 2019 : /sylvodidactique/... ou la sagesse des arbres

L’idée n’est pas nouvelle, les arbres nous font ordinairement du bien. Entendons qu’ils participent – lorsqu’on les y autorise – à l’équilibre du vivant. Ce ne sont pas les situations quotidiennes qui nous en détrompent même si hélas cet ordinaire s’accompagne souvent d’une forme de négligence coupable voire de comportements morbides. C’est dans cette reconnaissance et les inspirations qu’elle peut susciter que se succèdent bien de nouveaux concepts et termes visant à leur rendre hommage... Comme par exemple la /sylvothérapie/ entendons certains modes de soin fondés sur une relation aux arbres et plus largement à la forêt... D’ailleurs, c’est bien là l’idée qu’exprime le terme initial en japonais /shinrin-yoku 森林浴/, soit littéralement « bain de forêt ». De quoi faire sauter de leur chaise bien des lanceurs d’alerte qui assureront qu’enlancer un arbre, aussi poétique cela puisse-t-il paraître, n’est pas sans danger. Ils en donneront pour preuve, les innombrables (et malencontreuses) découvertes que l’on peut y faire si l’on ne prend garde à toute une liste de substances allergènes qu’elles soient issues des bryophytes (mousses), des lichens, ou de ces chères chenilles processionnaires ! C’est également dans ce registre poétique que des amoureux comme José le Piez ont offert de traduire la musicalité des arbres. D’une caresse à un simple toucher, ses /arbrassons/ en sont les magnifiques ambassadeurs aux surprenantes sonorités... À la suite de maintes pédagogies investissant le cadre forestier (on pensera par ex. aux antiques Aranyaka आरण्यक, les « traités forestiers »), nous évoquerons tout aussi volontiers une forme de /sylvodidactique/. Celle-ci pourrait désigner « l’enseignement que la sagesse des arbres met à notre disposition et que nous passons notre temps à décliner inconscients de l’équilibre que nous leur devons. » Tandis que l’exploitation éhontée des forêts en témoigne constamment, tandis que galope leur destruction massive poussée par la recherche de profits désespérément aveugles et les conséquences dramatiques du réchauffement climatique, saurons-nous réactiver d’urgence cet enseignement ? À défaut de le faire, nous pourrions bien comprendre qu’à force d’oubli, les arbres, s’il en reste, finiront par se lasser de nous proposer de l’apprendre... De nouveaux mots pour le dire ne changeront pas complètement la donne, mais pourraient peut-être aider à en reposer les enjeux...

The concept factory … November 5, 2019: / Flygskam /

La fabrique à concepts... 5 Novembre 2019 : /Flygskam/

/Flygskam/ ! Le terme va-t-il bouleverser l’idée que nous nous faisions du déplacement aérien, ou du déplacement tout court ? Émergeant en Suède, /flygskam/ évoque « le sentiment d'avoir honte ou d'être gêné de monter dans un avion en raison de l’impact négatif sur l'environnement, appelant de manière plus ou moins radicale à changer nos comportements ». Questionnant non seulement les formes mais les décisions de déplacement, jusqu’où modifiera-t-il les comportements relativement à la facture environnementale propre à chacun/e ? Quelles décisions serons-nous amené/es à prendre dans nos arbitrages ? Avec quels effets sur d’autres arbitrages, en matière de tourisme, d’affaires, de relations entre les communautés ? C’est sous le hashtag #jagstannarpåmarken (« je reste par terre » en suédois, ou encore #StayOnTheGround) qu’une campagne de sensibilisation a été lancée sur les réseaux sociaux avec un effet sensible assure-t-on sur les usages – les statistiques du vol aérien en attesteraient au grand dam des économies concernées. De quoi anticiper sans doute toute une série d’autres termes employant le suffixe -skam !

The concept factory … November 3, 2019 / Calinthon

The concept factory … November 3, 2019 / Calinthon

We knew the hackathon, telethon and other eventhon, of course modeled on the term /marathon/ (which, by the way, means "a place full of fennels"). However, were we aware of one of the last-born of the family of -thon: the /calinthon/ (French)? It is in the legend of an article dedicated to the opening of an Institute of Kindness at UCLA, that we find it: "Venezuelan and Colombian demonstrators participated in March 2018 at the border to a "calinthon" to promote peace and friendship between their two countries "(Happy initiative!). Having not found as a precise frame for the use of the term, let's risk it indefinition, free to you to complete or modify it: "Calinthon - Provisional and more or less spontaneous assembly to share some kindness with others without expecting anything in return - the forms that can take these impulses of kindness referring to the idea that we can have of a society to another". Time to question what this type of assembly could actually provide and celebrate with dignity November 3, devoting the international day of kindness.


La fabrique à concepts... 3 Novembre 2019 / Calinthon

On connaissait les hackathon, téléthon et autres eventhon, bien entendu calqués sur le terme /marathon/ (lequel, au passage, désigne « un lieu plein de fenouils »). Toutefois avions-nous connaissance d’un des derniers-nés de la famille des -thon : le /calinthon/ ? C’est en légende d’un article consacré à l’ouverture d’un Institut (Bedari) de la gentillesse à l’Université Californienne de Los Angeles (UCLA), que nous le trouvons : « Des manifestants vénézuéliens et colombiens ont participé en mars 2018 à la frontière à un « calinthon » visant à promouvoir la paix et l'amitié entre leurs deux pays » (Heureuse initiative !). N’ayant pas trouvé ce jour de cadre précis à l’usage du terme, nous nous risquerons donc à son indéfinition, libre à vous de la compléter ou la modifier : « Calinthon – Assemblée provisoire et plus ou moins spontanée visant à partager de la gentillesse avec celles et ceux qui s’y retrouvent sans en attendre quoi que ce soit en retour – les formes que peuvent prendre ces élans de gentillesse renvoyant à l’idée que l’on peut s’en faire d’une société ou d’une époque à l’autre. » De quoi nous interroger sur le courant que ce type d’assemblée pourrait effectivement susciter et fêter dignement le 3 Novembre consacrant la journée internationale de la gentillesse.

Wolfgat, located in Paternoster

Wolfgat, located in Paternoster

Certainly Kobus Van der Merwe did not expect it. However, his restaurant, the Wolfgat, located in Paternoster - north of Cape Town in South Africa, was designated "restaurant of the year 2019" by the World Restaurant Awards. His concept? Find the ingredients within 10 km, mixing mussels, oysters and local abalones, as well as garden plants or herbs, 'Strandveld food' in short!

“Strandveld is an Afrikaans word meaning "beach vegetation". It refers to the fact that this type of vegetation grows along the coast.”( planet.botany.uwc.ac.za)

His idea? "A golden ratio, between the amount of people we serve, what we can collect from the wild, what the team can do and the size of the building it's comfortable with."


Wolfgat, located in Paternoster

Certainement Kobus Van der Merwe ne s'y attendait pas. Cependant, son restaurant, le Wolfgat, situé à Paternoster - au nord du Cap en Afrique du Sud, a été désigné "restaurant de l' année 2019" par les World Restaurant Awards. Son concept ? Trouvez les ingrédients à moins de 10 km, mélangeant moules, huîtres et abalones locales, ainsi que des plantes de jardin ou herbes, "Strandveld food" en bref !

" Strandveld est un mot Afrikaans signifiant " végétation de plage ". Il fait référence au fait que ce type de végétation pousse le long de la côte." (planète. botanique. uwc. ac. za)

Son idée ? " Un rapport doré, entre la quantité de personnes que nous servons, ce que nous pouvons collecter dans la nature, ce que l'équipe peut faire et la taille du bâtiment avec laquelle il est confortable."

"Trancher le nœud gordien..."

Bien des situations humaines, et parmi elles quantité de décisions peuvent mériter ce titre,
Au regard de la fulgurance ou de la surprise de leur résolution,
Au regard aussi de leur brutalité... de leur efficacité ?
Mais au juste, à qui, à quoi doit-on cette expression ?

... Nous voici à Gordion,
Ville située au cœur de l’Anatolie, dans l’antique Phrygie.
Alexandre vient de s’y rendre.
Il a 23 ans, et il visite le temple de Zeus.
C’est là qu’est exposé le char de Gordios, père de Midas,
Célèbre en raison de la royauté qu’il lui accorda
Mais aussi d’un entrelacs de nœuds qui en noue le joug et le timon.
N’est-il pas dit que quiconque le défera, se rendra maître de l’Asie !

Alexandre se trouve à présent devant le char
Et chacun retient son souffle.
Certains commencent à se moquer,
D’autres, de son entourage, semblent inquiets.

Le nœud en question est en effet inextricable
Et bien malin qui saura en déjouer l’énigme !

Qu’à cela ne tienne,
Alexandre sort son glaive et tranche le nœud :
Il sera le maître de l’Asie !

Nouvel An 2019, dans la diversité des cultures humaines… et des langues pour les dire

Partir à l’aube avec les Mongols sur le chemin propice à la nouvelle année… Tsagaan Sar Цагаан сар, « le mois blanc »…
Sauter par-dessus le feu purificateur lors du Norouz نوروز iranien, le « jour nouveau »…
Partager des raviolis à l’occasion de Chūnjié 春节, la fête chinoise du Printemps …
S’asperger d’eau dans le joyeux déferlement du Nouvel An khmer, Chaul Chnam Thmey បុណ្យចូលឆ្នាំថ្មី…
Entendre sonner les cloches dans les temples bouddhistes japonais à l’occasion de Shōgatsu 正月…

Nouvel An juif רֹאשׁ הַשָּׁנָה‎ Roch Hachana, Nouvel An musulman أس السنة الهجرية Raʼs al-Sanah al-Hijrīyah, Nouvel An tibétain ལོ་གསར་ Losar… et combien d’autres encore ! Nouvel An chez les Imazighen, Yennayer ⵉⵏⵏⴰⵢⵔ, ou chez les Éthiopiens, Enkutatash እንቁጣጣሽ ! De quoi jalonner une année des plus fertiles…

L’ONU a souhaité faire de 2019 une « Année mondiale des langues autochtones » !

Qu’il en soit donc ainsi, et que d’est en ouest, du sud au nord, les voix et langages du monde nous inondent de leur sagesse quotidienne, de leurs regards curieux, de leur simplicité d’être.

Et puisque nous avons quelques défis à relever en cet an nouveau, quelques mots choisis pour les dire seront les bienvenus… Profitons de leur invitation et de leur questionnement pour concilier notre diversité d'être, de penser, d'agir, de communiquer, et notre indispensable unité, car c'est avec et par elles que l'avenir s'écrira au nom de la Paix.

« Ceux qui savent ne parlent pas / Ceux qui parlent ne savent pas. » – Laozi 老子

Parler.
Ne pas parler.
Parler à voix basse, ou à haute voix.
Parler pour ne rien dire.
Parler au nom des autres.
Parler avec aisance.
Diction – éloquence.
Hésiter à parler.

Murmurer – Confier – Clamer – Crier.
Baragouiner.
Monter en chaire
S'installer au pupitre
Pour livrer un message ou un discours.

Sortir sur le perron
Pour alimenter les potins du jour.
Donner sa parole
La reprendre.

Parler une langue ou plusieurs.
Parler, un acte d’humanité,
Dans toute sa beauté, sa fragilité
Et ses contradictions.

Proposition d’indéfinition :
"Parler - Extérioriser sa pensée, sa connaissance d’un sujet ou encore son émotion au moyen d’une ou plusieurs langues diversement maîtrisée/s, d’une certaine diction voire d’une éloquence, en prenant ainsi le plaisir ou la responsabilité de la communiquer, avec tout l’impact heureux ou moins heureux, et les diverses conséquences qui peuvent en dépendre."

Un groupe, une salle d’attente, un bip…

SCENE 1 :
Avez-vous visionné cette vidéo qui montre une personne assise dans une salle d’attente ? Autour d’elle, des comédien/nes – ce qu’elle est censée ignorer bien entendu. Alors un bip se fait entendre, et tous se lèvent au diapason – sauf elle, quelque peu intriguée. Puis le bip de nouveau. Et les voici une fois encore, comme à chaque sonnerie, au garde-à-vous. Elle finit par s’y associer, sans savoir pourquoi. Et voici qu’à chaque nouveau bip, elle se lève en leur compagnie.

SCENE 2 :
Puis un à un, ses acolytes (comédien/nes) vont sortir, appelés tour à tour à consulter. Bien entendu, entre-temps la même situation se poursuit à laquelle elle s’associe désormais sans même y penser. La voici seule à présent. Plus personne pour l’observer. Un bip. Elle se lève comme à l’accoutumée. Et se relève – seule, sans savoir pourquoi.

SCENE 3 :
Un nouvel arrivant, ignorant le montage comme elle, entre dans la salle d’attente. Le bip se fait entendre. Elle se lève. Il est intrigué et sourit, sans se lever. Un second bip. Un troisième. Il finit par se lever après l’avoir interrogée sur la justification d’un tel geste. Ce à quoi, elle répond que c’était la règle qu’elle a découverte dans la salle d’attente. Bientôt d’autres nouveaux venus se joignent au groupe. Et s’y mettent à leur tour. Notre première recrue a donc réussi à partager la règle du groupe qui continuera de s’appliquer à son départ… : apprentissage social garanti !

Nous avons dit « groupe »…

Une tentative d’indéfinition :
« Un groupe est un ensemble de personnes ouvert ou fermé, réunies dans l’espace et le temps dans un but donné ou non, souvent placées sous la conduite de l’une ou plusieurs d’entre elles (formelle ou informelle). Le comportement d’un groupe et les interactions qui s’y produisent, peuvent considérablement varier selon les situations et les pressions éventuellement exercées tant en termes d’évolution, de décision, d’objectifs, d’ajustements réciproques… impliquant toutes sortes de facteurs : rationalité, respect, assistance, compassion, engagement mutuel… ou au contraire leur déni plus ou moins important. »


Back to Top