Semiovalley – Digital Chronicles  / 13: … Roll on next week? (the time of the series …)

Semiovalley – Digital Chronicles / 13: … Roll on next week? (the time of the series …)

Semiovalley - Chroniques numériques / 13 : Vivement la semaine prochaine ? (le temps des séries...)

Il était une époque durant laquelle la plupart des séries télévisées se déclinaient au gré d’un épisode par semaine à date fixe. On se trouvait ou non devant son poste de télévision lorsque, miracle de la transmission télévisuelle aidant, le huitième numéro d’une série palpitante prenait toute sa place dans le salon où une famille l’attendait fébrilement. Dès la fin de l’épisode précédent, et sans doute même avant, le compte à rebours s’était mis en œuvre, le calendrier des activités en ordre, et les commentaires en mouvement, tout cela promettant un parfait accueil aux rebondissements à venir (et occasionnellement à la réclame qui l'entourait). Une semaine, voire un peu plus, à patienter ou à mourir d’inquiétude pour son ou ses personnages préférés. Une semaine à imaginer quelles péripéties les héros et héroïnes du petit écran allaient une fois encore partager. Le rite avait une touche de solennité heureuse.
Or voici qu’en quelques années, le numérique a transformé radicalement l’idée même d’une « série ». Disponible à toute heure, consultable sur d’innombrables supports, permettant un accès individualisé à des dizaines d’épisodes enchaînés, le streaming (flux continu) a revisité non seulement notre relation aux séries, mais la considération de l’espace-temps qui les encadrait. S’il est un terme significatif de cette mutation, c’est sans doute celui de « binge-watching » (ou « visionnage boulimique » - OQLF, à moins que l’on ne préfère « visionnage en rafale »). Entendons la consommation d’un nombre élevé d’épisodes visionnés à haute cadence, le tout pouvant regrouper une saison voire plusieurs avalées en un temps record. De là à susciter des études quant à l’addiction qui en découlerait ainsi qu’aux potentiels effets sur la santé, on se doutera que certains n’y ont pas manqué, aussitôt contredits par d’autres analyses bien plus positives. Nous nous lancerons pour notre part dans une refonte de l’indéfinition d’une série (à l’heure numérique) : « Série - Œuvre de fiction télévisuelle qui se déroule en plusieurs parties d'une durée plus ou moins équivalente, dites « épisodes » - Jadis pensées dans leur diffusion périodique et l’intervalle qui les séparait, souvent opposées à la magie du grand écran qui en écartait généralement les stars, les séries ont connu une évolution majeure tout d’abord par la diffusion des DVD, puis a fortiori sur les plates-formes de streaming – Ce contexte a rendu leur consommation indépendante des contraintes d’espace et de temps. Avec cette mutation touchant à la force d’une immersion toujours plus expérentielle, avec la disponibilité de ce visionnage en rafale rythmé au gré de « saisons » à portée de clic, une audience toute conquise assure désormais les plus beaux jours à une avalanche de styles et de contenus, dont le caractère « culte » garantit à certains d’entre eux une part d’éternité, et à leurs heureux producteurs et protagonistes un bénéfice croissant. »
Décryptage du pantopic (de G à D) : information - transmettre / espace - temps / fictif (irréel) / télévision / voir / périodique - internet / numérique / stockage

Any suggestion, improvement…? Many thanks and please, contact us…
Back to Top