Cyberspace – A consensual hallucination

Cyberspace. A consensual hallucination experienced daily by billions of legitimate operators, in every nation, by children being taught mathematical concepts... A graphic representation of data abstracted from the banks of every computer in the human system. Unthinkable complexity. Lines of light ranged in the nonspace of the mind, clusters and constellations of data. Like city lights, receding.

- Neuromancer

complexité

Etat et processus résultant d’un niveau élevé d’organisation – ou de désorganisation –impliquant de nombreux éléments, leurs interrelations et leur mode de communication, et se caractérisant par sa plus ou moins grande imprévisibilité.

Any suggestion, improvement…? Many thanks and please, contact us…

A principle of incompleteness and uncertainty

Two illusions (…) The first is to believe that complexity leads to the elimination of simplicity… The second is to confuse complexity and completeness… Complexity involves the recognition of a principle of incompleteness and uncertainty.


Deux illusions (…) La première est de croire que la complexité conduit à l'élimination de la simplicité… La seconde est de confondre complexité et complétude… La complexité comporte la reconnaissance d'un principe d'incomplétude et d'incertitude.

Effet Complexité

Le monde est assurément complexe. En rendre état ne saurait échapper à la difficulté de capter cette complexité sans la réduire ni la rendre plus confuse. Tel est l’un des enjeux majeurs de l’effet complexité. Rappelons que le mot complexité vient du latin complexus, c’est-à-dire « ce qui est tissé ». Notre relation à la complexité renvoie ainsi à l’art d’opérer ce tissage, ce croisement de nœuds, ce mariage entre la trame et la chaîne qui forme tout tissu qu’il soit social, politique, écologique, sentimental. S’il est bien pratiqué, un tel art doit permettre à l’esprit qui en comprend ou devine la nature, de s’y retrouver sans ... complication obligée. Ajoutons que la complexité est également une invitation à ne pas s’arrêter à l’un ou l’autre de ces nœuds avant d’en avoir saisi l’ensemble, car aucun d’eux ne constitue une fin en soi. Le maître soufi Idries Shah l’énonce fort bien : « Imaginons que les élèves en soient au stade où ils ne savent rien d’autre que faire des nœuds. Ils peuvent y prendre un certain plaisir. Mais s'ils s'en tenaient à la phase des noeuds et réduisaient l'art du tissage à ce savoir-faire quand donc commencerait-on à tisser ? » (Apprendre à apprendre) Quant à dépasser le complexe, n’est-ce pas dans la tentative de parvenir à une forme de simplicité (non de simplisme) qu’elle trouve son aboutissement ?

Back to Top