protect

protéger / 保护 (bǎohù) / proteggere / schützen / proteger / 守ります (mamori masu) / защища́ть (zashchishchát')

How do we represent "protection" and what place does it take in cultures and societies? How do languages designate it? Is it present in certain expressions and proverbs? How do the arts, literature or poetry, portray it? What part does the digital revolution give it? From UNIDEO representation to indefinition, let's go here to meet it and its diverse representations ...

Comment nous représentons-nous « la protection » ? Quelle place occupe-t-elle dans les cultures et les sociétés ? Comment les langues la désignent-elles ? Est-elle présente dans certaines expressions et proverbes ? Comment les arts, la littérature, la poésie, s’en emparent-ils ? Quelle part lui accorde la révolution numérique ? De son écriture UNIDEO à son indéfinition, partons ici à sa rencontre ainsi que celle de ses diverses représentations...


Abriter quelque chose ou quelqu’un contre un risque éventuel ou probable.

Any suggestion, improvement…? Many thanks and please, contact us…

Comments :

  • Australian Aboriginal Flag - Origin & meaning

    The Australian Aboriginal Flag was designed in 1971 by Harold Thomas for the land rights movement - Then it became a symbol of the Australian Aboriginal people. The colors are said to represent: the Aboriginal people of Australia (black); the Sun, giver of life and protector (yellow); the earth (red).

  • Protect - Indefinition - Pascale Jacopit

    « On ne parlait jamais de mort avec Emeline car elle ne voulait surtout pas que je m’inquiète. On se protégeait mutuellement. Un jour où elle n’était pas bien du tout, elle me dit « mon appartement, tu me le gardes hein ? » C’est la première fois qu’elle m’a vu pleurer. Et pour me consoler, elle continua « surtout n’écoute pas ce que dit le Dr N. ! ». » - Pascale Jacopit

  • Albinism - Scheme
  • The child of the dike ...

    L’enfant de la digue...
    (D’après Mary Mapes Dodge. 1865. Les Patins d’Argent)
    Hans Brinker était un petit garçon des belles étendues de Hollande, habitant dans la commune de Spaarndam. Amoureux de ce « pays » que l’on a qualifié de « bas » en raison de son souci constant du niveau des eaux, il vivait comme beaucoup de ses camarades et compatriotes proche d’une digue. Et c’est naturellement qu’il empruntait chaque soir le chemin qui la longeait afin de rentrer chez lui. Rien de bien particulier ne s’y passait. Pourtant un soir, alors qu’il revenait à la maison à vélo, fredonnant un air avec insouciance, un bruit inattendu attira son attention. De quoi pouvait-il bien s’agir ? Hans jeta un œil en bas de la digue et un frisson le gagna. Une toute petite brèche laissait passer un filet d’eau. Ô quiconque ne connaît pas la puissance de l’eau, et sa capacité à renverser tous les obstacles placés sur sa route, n’y aurait sans doute pas prêté attention. Mais Hans, comme tout un chacun ici, était un vrai connaisseur des dégâts qu’elle peut occasionner et il se précipita donc au bas de la digue. Que faire ? Personne aux environs… Aucune possibilité de colmater cette petite brèche. Il n’hésita pas plus longtemps et glissa son doigt dans l’interstice d’où s’échappait l’eau. Le « bouchon » fonctionna à merveille. Jusqu’à quand ? Il était soudain prisonnier de la digue mais il savait que c’était son devoir de se comporter ainsi. Alors Hans patienta, et nul ne vint davantage durant l’heure qui s’écoula qui lui parut désespérément longue. Son doigt était enflé à présent, et une douleur communiquée à travers le bras gagnait tout son corps. Le regard perdu au loin à la recherche d’une aide providentielle, Hans savait que la nuit bientôt viendrait. Ce qu’elle fit, inéluctablement. Et de longues et interminables heures, à moins que ce ne soit des siècles, se succédèrent. Au petit matin, le premier passant, un pasteur dit-on le retrouva, transi de douleur, grelottant de froid. Hans avait sauvé le village. Et il devint naturellement un héros. Si vous passez par Haarlem, ne manquez pas de faire un détour par sa statue qui se dresse sur l'une des écluses entrecoupant la digue de Spaarndam.

  • Kanji – 守

    Kanji: 守. Radical: 宀. Number of strokes: 6. Meaning: “ protect”. Pronunciation: シュ、(ス)、まも-る、も-りshu, (su), mamo-ru, mo-ri.

  • Third Asimov's law

    3. A robot must protect its own existence as long as such protection does not conflict with the First or Second Laws

    3. Un robot doit protéger sa propre existence tant que cette protection n'entre pas en conflit avec la première ou la deuxième loi.

Polyglotti :

Back to Top