Effet Propagande

Dans le sillon de l’effet pouvoir*, et mobilisant toute l’intentionnalité du monde, à commencer par la plus manipulatrice qui puisse être, l’effet propagande emprunte un registre varié. Il peut se faire discret et se glisser subrepticement là où on ne l’attend pas forcément (les grands ténors du placement produit y excellent). Il peut aussi débouler en vagues successives et rapprochées, assumant pleinement sa volonté d’imposer ses idées, de détourner une réalité à son profit, de conduire une audience là où l’on pense qu’elle pourrait effectivement aller.

Effet Question

Quelle est la place du questionnement dans les raisonnements que nous tenons ? À quel moment viennent les questions ? Et de quelle manière ? Quel rôle jouent-elles dans le rapport au savoir, à sa quête, à sa remise en cause ? Se souvient-on toujours que « la réponse est un moyen que la question a inventé pour se reproduire » (Daniel Beresniak) ? S’est-on penché avec les adeptes du zen (le vrai) sur ces questions apparemment idiotes qui unissent maîtres et élèves dans le même désir de progrès : « Quel bruit fait le claquement d’une seule main ? » « Vois-tu la jeune fille sur le trottoir d’en face ? est-elle l’aînée ou la cadette ? » (koâns japonais) A-t-on partagé avec Socrate les joies de l’accouchement des esprits, favorisé par le questionnement ? Assurément, ne devrait-on pas rappeler constamment ce que les questions nous permettent d’éclairer ou au contraire de laisser filer ? L’effet question gagnerait-il alors à se généraliser ?

Effet Épée dans l’eau

On raconte qu’un homme traversait un lac à bord d’une embarcation. Celui-ci se mit à jouer sur le pont avec son épée, lorsque l’épée lui échappa et tomba à l’eau. Tandis que le bateau suivait sa course, il s’empressa alors de se munir d’un couteau afin de marquer précisément d’une encoche l’endroit de la chute. Et bien entendu, à son évocation, beaucoup moqueront le geste. Avisés que nous le sommes de l’importance du mouvement, nous savons pertinemment qu’un tel repère ne valait plus grand-chose au bout de quelques secondes. Pourtant, ne pourrions-nous pas en dire autant de nombre de repères que nous avons élus naguère, a fortiori jadis, et que nous n’avons jamais actualisés ? L’effet épée dans l’eau lance un petit avertissement sur l’utilité de telles actualisations ou sur leur défaut d’être…

Power - Pascal Medan

Ce qu’on appelle les budôs, j’y intègre l’ikebana, l’art de faire les bouquets, l’art du thé, la calligraphie … Une fois j’ai fait un stage avec un maître de calligraphie, c’est fabuleux ! Je l’ai vu faire un cercle, il était à genou, il faisait un cercle : je suis sur que si on prend un compas, le cercle est impeccable ! Un jour je regardais une japonaise faire un ikebana, la façon dont elle coupait ses fleurs, dont elle utilisait son centre … C’est impressionnant de puissance ! Deux ou trois fois j’ai assisté à des cérémonies du thé, la personne qui fait ça, a une telle puissance !

Pascal Medan

Effet Vulgarisation

Fréquent corollaire de l’effet scientifique*, l’effet vulgarisation prend deux faces qui ne sont pas forcément opposées. La première vient du monde scientifique lui-même. Conscient de son écart sinon de faculté, assurément de connaissances, avec son audience, la science peut occasionnellement se livrer à rendre son propos plus accessible. En le tronquant d’une partie de sa raison d’être ? Oui et non, disons que cela dépend de qui s’y livre. L’autre versant de l’effet vulgarisation relève davantage du monde non scientifique tentant avec un succès méritoire, même s’il est souvent relatif, d’accéder par lui-même à la dite science. Ce second volet peut occasionnellement (fréquemment ?) faire l’objet d’un éloignement plus ou moins ostentatoire de la part de certains scientifiques qui ne s’y reconnaissent absolument pas – erreurs ou approximations obligent… ou qui le prétendent.

KGB

The KGB was from 1954 to 1991 the post-Stalinist political police of the USSR. It succeeds the MGB that was set up between 1946 to 1954. The initials refer to Komitet gossoudarstvennoï bezopasnosti, Committee for State Security.