after

Indicates a later state in time and/or space ('after his marriage', 'after the tunnel') - Depending on whether the object of reference (a phenomenon, an event, a place...) has been reached, is in progress, or has been surpassed, the idea one has of what is after can vary considerably, from a form of forecast, assessment, judgement, pride, regret... referring to one's more or less vague and subjective perception. In this latter respect, it refers to the availability that one is or is not granted and the ability to question it. [see before]


après

Indique à un certain moment où on le convoque, un état postérieur dans le temps et/ou l’espace (après son mariage, après le tunnel) – Selon que l’objet de référence (un phénomène, un événément, un lieu...) a été atteint, est en cours, ou qu’il a été dépassé, l’idée que l’on se fait de ce qui est après peut considérablement varier passant d’une forme de prévision, de bilan, de jugement, de fierté, de regret... renvoyant à sa perception plus ou moins vague et subjective. À ce dernier titre, il renvoie à la disponibilité qu’on lui accorde ou pas et à la capacité à le questionner. [voir avant]

Any suggestion, improvement…? Many thanks and please, contact us…
Upside down (2) – « Before » and « after », a simple question of time?

Sens dessus dessous (2) – « Avant » et « après », une simple question de temps ?

Petit saut dans le temps... À quoi ressemblera « l’après-coronavirus » ? Les idées ne manquent pas en la matière, prenant souvent, à raison semble-t-il, la forme d’un questionnement : « L'après-coronavirus : un monde nouveau est-il possible ?... » « L’après Coronavirus : un combat titanesque se profile entre « Souverainistes » et « Européistes »... » « L'après coronavirus : la généralisation du télétravail ?... » « Le climat, meilleur investissement pour l'après-coronavirus ?... » « L'après-coronavirus : rien n'a changé, et pourtant tout a déjà changé... »

Soit, il semble donc acquis qu’il y aura un « avant » et un « après », ce qui en soi ne pose aucun problème à une vision ordonnée du temps (tout au moins pour qui s’en accommode*) et de l’encadrement de tout phénomène qui s’y inscrit. À ceci près que ce phénomène-ci porte en lui par sa nature même, une galaxie de phénomènes et que les agréger pour la commodité de pensée que cela est censé nous procurer, n’est peut-être pas la meilleure idée qui puisse être.

* Au passage, il sera peut-être intéressant, ou passablement distractif, de rappeler que la vision linéaire du temps ne semble pas universelle, pouvant induire çà et là des variantes. Ainsi des Aymaras, vivant sur l’Altiplano (Andes), pour lesquels le passé est devant soi, tandis que le futur est derrière. Et que dire de la vision cyclique indienne à la dimension du samsara संसार, de la roue de l’existence, si bien représentée par ce mot usuel kal कल qui en hindi signifie tout à la fois « hier » et... « demain » ?

De fait, y avait-il donc « un » avant ? Entendons par là, étions-nous tous et toutes, avant la survenance de la pandémie, rassemblé.es autour d’une interprétation partagée du monde et de son état comme de ses obligations ? Avions-nous les mêmes analyses d’autres crises et, pour peu que l’on s’en souvienne, d’autres urgences : celles du réchauffement climatique, des crises migratoires, des conflits et du terrorisme, de la misère et des inégalités, etc. ? Non, bien entendu. Ce qui nous amènera à penser qu’il y avait sinon plusieurs « avant », très certainement une diversité d’interprétations à son égard. Est-il dès lors erroné d’imaginer que nous connaîtrons plusieurs « après » contrastés, voire opposés ? Peut-on en ce cas parler d’un « après-coronavirus » quand l’avalanche des scénarios déboulant sur les ondes nous informe de toutes les catégorisations possibles. Les mêmes modèles y tiennent une place de choix répartis, grosso modo, entre les annonciateurs du chaos le plus inévitable (qui ont déjà leurs entrées à la table des prophéties), les adeptes du retour à l’identique (qui ne partagent pas à l’évidence la conviction de « l’impermanence » bouddhiste), les idéalistes forcenés (qui, appelant à « positiver », voient les signes précurseurs d’une brutale opportunité - un mot sur lequel nous reviendrons)... ou encore une masse assez peu considérée d’indécis.es et de sceptiques, ne sachant à quel saint ? sain ? se vouer.
En conséquence de quoi, oui, il y aura bien un « après-coronavirus », d’un point de vue planétaire, globalisé. Et les chiffrages ne manqueront pas pour nous en fournir le bilan humain, financier, géopolitique... Mais en aucune sorte celui-ci ne taira ses disparités locales, souvent violentes, distinctives des situations les plus hétérogènes. Et de même qu’il y a eu quantité d’« avant », il y aura autant et plus d’« après ». Cela n’en rend pas la problématique moins centrale, mais suppose que l’humanité sorte de ses artifices de langage pour prendre la mesure de ce qu’« un » après à la hauteur de ce qui aura été vécu, ressenti, subi, espéré, idéalisé... peut induire comme véritables modifications dans la manière même de concevoir notre inscription commune dans le temps de l’humanité.
Qui sait, peut-être une meilleure considération de ces deux termes apparemment si anodins que sont « avant » et « après », pourrait-elle y contribuer... Essais d’indéfinitions...

« Avant – Indique à un certain moment où on le convoque, un état antérieur dans le temps et/ou l’espace (avant son mariage, avant le tunnel) – Selon que l’objet de référence (un phénomène, un événement, un lieu...) a été atteint, est en cours, ou qu’il a été dépassé, l’idée que l’on se fait de ce qui est avant peut considérablement varier passant d’une forme d’enthousiasme, de crainte, d’appréhension, d’excitation, de nostalgie... à la trace qu’il peut en rester, plus ou moins vague et subjective. À ce dernier titre, il renvoie à la disponibilité qu’on lui accorde ou pas et à la capacité à le questionner. [voir après] »
« Après – Indique à un certain moment où on le convoque, un état postérieur dans le temps et/ou l’espace (après son mariage, après le tunnel) – Selon que l’objet de référence (un phénomène, un événément, un lieu...) a été atteint, est en cours, ou qu’il a été dépassé, l’idée que l’on se fait de ce qui est après peut considérablement varier passant d’une forme de prévision, de bilan, de jugement, de fierté, de regret... renvoyant à sa perception plus ou moins vague et subjective. À ce dernier titre, il renvoie à la disponibilité qu’on lui accorde ou pas et à la capacité à le questionner. [voir avant] »
(Illustration : et si « maintenant » renvoyait à la pluralité des « avant » et des « après », moment suspendu sur la tentative, illusoire, obligée, innovante... de leur possible voire urgent dialogue...)

before

Indicates a previous state in time and/or space ('before its marriage', 'before the tunnel') - Depending on whether the object of reference (a phenomenon, an event, a place...) has been reached, is in progress, or has been surpassed, one's idea of what is before can vary considerably, from a form of enthusiasm, fear, apprehension, excitement, nostalgia... to the trace that may remain of it, more or less vague and subjective. In this last respect, it refers to the availability that is granted or not and to the capacity to question it. [see after]


avant

Indique à un certain moment où on le convoque, un état antérieur dans le temps et/ou l’espace (avant son mariage, avant le tunnel) – Selon que l’objet de référence (un phénomène, un événement, un lieu...) a été atteint, est en cours, ou qu’il a été dépassé, l’idée que l’on se fait de ce qui est avant peut considérablement varier passant d’une forme d’enthousiasme, de crainte, d’appréhension, d’excitation, de nostalgie... à la trace qu’il peut en rester, plus ou moins vague et subjective. À ce dernier titre, il renvoie à la disponibilité qu’on lui accorde ou pas et à la capacité à le questionner. [voir après]

Any suggestion, improvement…? Many thanks and please, contact us…

moment

An interval of time whose perception can vary from one person to another and during which events can take place. Refers to the duration of everything and its finitude.


moment

Un intervalle de temps dont la perception peut être variable d’une personne à l’autre et durant lequel des événements peuvent tenir place. Renvoie à la durée de toute chose et à sa finitude.

Any suggestion, improvement…? Many thanks and please, contact us…
moment

055/200moment

Dominica’s motto is ‘Apres Bondie, C'est La Ter’, meaning “After God is the earth”. (English lg, Dominican Creole French lg)


La devise de la Dominique est « Apres Bondie, C'est La Ter », qui signifie « Après Dieu, c'est la terre ».

What's a moment? How to define it? What moments make up life? What is duration? What is our perception of sustainability? What does immediacy bring? How has digital technology changed our relationship to duration, to immediacy? (to be completed)

Qu’est-ce qu’un moment ? Comment le définir ? Quels moments composent la vie ? Qu’est-ce que la durée ? Quelle est notre perception de la durabilité ? Qu'apporte l'immédiateté ? Comment le numérique a-t-il modifié notre relation à la durée, à l’instantanéité ?... (à compléter)

durée

Espace de temps écoulé entre deux points auquel on attribue généralement une estimation de longueur qu’elle soit objective et mesurée ou au contraire subjective.

Any suggestion, improvement…? Many thanks and please, contact us…

période

Temps que met un phénomène à s’accomplir entrant généralement dans une succession de moments identiques.

Any suggestion, improvement…? Many thanks and please, contact us…
Back to Top