ardha

Ardha is a folk dance practiced in Arabia, involving two rows of men, usually wielding a sword or cane, accompanied by drums and spoken poetry. The term would mean "showing" or "parading" in Arabic.


ardha

L'ardha est une danse folklorique pratiquée en Arabie, mettant en mouvement deux rangées d'hommes maniant généralement une épée ou une canne, accompagnés de tambours et de poésie parlée. Le terme signifierait en arabe "montrer" ou "défiler".

Any suggestion, improvement…? Many thanks and please, contact us…
Nan Pa’ch

Nan Pa’ch

Nan Pa'ch ceremony (or Paach ceremony) – A corn-veneration ritual giving thanks for good harvests celebrated in San Pedro Sacatepéquez, San Marcos in Guatemala. The ritual features prayers in the Mam language. Intangible Cultural Heritage of UNESCO in Need of Urgent Safeguarding 2013 “…The participants are mostly older farmers, both men and women, with extensive ties to the community and who are recognized as its leaders. Four prayer sayers, or parlamenteros, offer prayers during the ceremony, supported by four auxiliary parlamenteros; meanwhile four godmothers dress ceremonial corncobs and coordinate the preparation and serving of food.”


Cérémonie Nan Pa'ch (ou cérémonie Paach) - Un rituel de vénération du maïs pour remercier les bonnes récoltes célébrées à San Pedro Sacatepéquez, San Marcos au Guatemala. Le rituel comprend des prières en langue mam. Patrimoine culturel immatériel de l'UNESCO nécessitant une sauvegarde urgente 2013. « ...Les participants sont pour la plupart d’anciens fermiers, hommes et femmes, fortement liés à la communauté et qui sont reconnus comme meneurs par celle-ci. Quatre diseurs de prières parlamenteros offrent des prières au cours de la cérémonie, bénéficiant du soutien de quatre parlamenteros auxiliaires. Quatre marraines décorent les épis de maïs de façon cérémonielle et coordonnent la préparation et le service de la nourriture. »

Lad’s dances in Romania

Lad’s dances in Romania

Lad’s dances in Romania - UNESCO World Heritage 2015 "...practised in community life on festive occasions, such as weddings and holidays, as well as during stage performances".


Danses des garçons en Roumanie - Patrimoine mondial de l'UNESCO 2015 "... pratiqué dans la vie de communauté lors de fêtes, comme les mariages et les jours fériés, ainsi que lors de spectacles sur scène".

Kyphi – The sacred scent

“For ancient Egyptians, burning incense was a daily celebration of fragrance, and their favorite incense of all was Kyphi. On a daily basis, the ritualized burning of incense in ancient Egypt consisted of frankincense in the morning, myrrh during the day, and Kapet (Kyphi from the Greek translation) in the evening. According to Egyptologists, Kyphi played an important role as a sacred fragrance in many ceremonies.
Various Kyphi recipes were made, some using about a dozen ingredients, while others included over fifty. Kyphi recipes are inscribed on the walls of the ancient temples of Edfu and Philae, with pictographs of Kyphi being used and recipes for making it.” (scents-of-earth.com)

Dance Drums in Burundi

Dance Drums in Burundi

Ritual dance of the royal drum in Burundi - Intangible Cultural Heritage of Humanity 2014 “… a spectacle combining powerful, synchronized drumming with dancing, heroic poetry and traditional songs”


Danse rituelle du tambour royal du Burundi - Patrimoine culturel immatériel de l'humanité 2014 «… un spectacle mêlant percussions puissantes et synchronisées avec de la danse, de la poésie héroïque et des chants traditionnels»

Sutartinės

Sutartinės

Sutartinės, Lithuanian multipart songs - Intangible Cultural Heritage of Humanity 2010 "...a form of polyphonic music performed by female singers in north-east Lithuania".


Sutartinės, chansons lituaniennes à plusieurs voix - Patrimoine culturel immatériel de l'humanité 2010 "... une forme de musique polyphonique interprétée par des chanteuses du nord-est de la Lituanie ".

comptine

Chanson pour les enfants qui constitue une référence à la fois émotionnelle et sonore et qui constitue un lien fort entre les personnes, mais aussi au sein des communautés.

Any suggestion, improvement…? Many thanks and please, contact us…
Awa Odori


Awa Odori

Awa Odori 阿波踊り Awa Dance Festival
The largest in Japan
During August
Part of the Obon festival お盆

With the sounds of shamisen 三味線, taiko 太鼓, shinobue 篠笛 and kane 鉦
In traditional costumes
Singing and dancing
People known as ren 連 go through the street

sega

sega

Sega - One of the major music genres of Mauritius, intensely emotional.


séga

Genre musical très répandu dans l’Océan indien, que ce soit à l'île Maurice, à l'île de La Réunion, Rodrigues, aux Seychelles, aux Mascareignes, etc. Il se danse en dandinant les hanches, mêlant cavalier et cavalière en visant une parfaite synchronicité, dont la sensualité est garantie.

"Musique et danse originaire des esclaves africains, le séga est la forme artistique la plus répandue de l'île. Il se danse en faisant glisser les pieds sur le sol sans jamais les lever. La simplicité apparente de cette danse trouve son origine dans le fait que le sable empêchait de faire des pas sophistiqués. Quant à la musique, elle mêle ses origines africaines à des accents de salsa latino-américaine et de calypso des Caraïbes. Les différents instruments du séga sont : la Maravane, constituée de cannes à sucre alignées, est de forme rectangulaire. C'est une sorte de boîte contenant des cailloux ou des billes métalliques. Le musicien agite l'instrument au rythme désiré pour accompagner le chanteur et les autres instruments ; la Ravane, pièce maîtresse du séga est un tambour taillé dans du bois de goyage chinois. Il est recouvert d'une peau de chèvre tendue ; le Triangle, est aussi omniprésent ; le Bobre, constitué d'un morceau de bois tendu par deux cordes et relié à une calebasse. Cet instrument n'est plus guère utilisé de nos jours dans le séga." (source : ile-maurice.fr)

Any suggestion, improvement…? Many thanks and please, contact us…

Sing - Indira Bucha

Musique et danse fonctionnent ensemble. J’ai donc fait un peu de chant. On apprend à chanter de la musique karnatique, style du sud de l'Inde. Quand on pratique une danse du répertoire, on remplace par des paroles rythmiques : Takita taka dhimi… Ta tai tai tat, dhit dhit tai … Ces paroles reproduisent les sons des pieds…

Indira Bucha

159/200element

The Ġgantija temples in Malta are elements of a ceremonial site. (Maltese lg, Latin wr)


Les temples d'Ġgantija à Malte sont des éléments d'un site cérémoniel.

What is an element? How to define it? Between the whole and the part, the singular and the plural, inclusion or exclusion, what should we think of the elements or components of the entities they help to form? How is similar and different considered? In what way does the notion of diversity occupy a decisive place in the architecture of our societies? How can we better understand what is at stake?... (to be completed)

Qu’est-ce qu’un élément ? Comment le définir ? Entre le tout et la partie, le singulier et le pluriel, l’inclusion ou l’exclusion, que penser des éléments ou des composantes des entités qu’ils contribuent à former ? Comment y a–t– considéré le semblable et le différent ? En quoi la notion de diversité prend-elle occupe-t-elle une place décisive dans l’architecture de nos sociétés ? Comment permettre d’en mieux comprendre l’enjeu ?... (à compléter)

head

068/200head

Tā moko is a permanent marking of the face and body practised by Māori people. (Māori lg)


Le tā moko est un marquage permanent du visage et du corps pratiqué par les Maoris.

What is the head? How to define it? From the head reduction practiced by the Shuar to facial and biometric recognition, from its anthropometric measurement to its reputation for sacredness, how have we considered the head throughout human history? What meanings, what symbols have we attributed to it?... (to be completed)

Qu’est-ce que la tête ? Comment la définir ? De la réduction de têtes pratiquée par chez les Shuars à la reconnaissance faciale et biométrique, de sa mesure anthropométrique à sa réputation de sacralité, comment avons-nous considéré la tête tout au long de l’histoire humaine ? Quelles significations, quels symboles lui avons-nous attribués ?... (à compléter)

161/200first

A Martenitsa мартеница in Bulgaria consists of a kind of white and red yarn adornment, to welcome Baba Marta Day, March 1st. (Bulgarian lg, Cyrillic wr)


Un Martenitsa мартеница en Bulgarie ou un mărțișor en Roumanie consiste en une sorte de parure de fil blanc et rouge, pour accueillir la Journée Baba Marta, le 1er mars. )

What is first, second or last? How to define them? Do ordinals have particular meanings (first - second...)? First citizen robot, first woman to fly in space, last person on a list, second on the line, how do order and rank play in the nature of a phenomenon, an event, a situation and the perception we can have of it? How do we or do we not strive to achieve this rank? How does its trace mark memories?... (to be completed)

Qu’est-ce qu’être premier, second ou dernier ? Comment les définir ? Les ordinaux ont–ils des significations particulières (premier – deuxième…) ? Premier robot citoyen, première femme à voler dans l’espace, dernière personne d’une liste, deuxième arrivé.e sur la ligne, en quoi l’ordre et le rang jouent-ils dans la nature d’un phénomène, un événement, une situation et la perception que l’on peut en avoir ? Comment s’emploie-t-on ou non à obtenir ce rang ? Comment sa trace marque-t-elle les mémoires ?... (à compléter)

Ceremony - Pascale Jacopit

Pour l’enterrement de ma fille, beaucoup de gens sont venus me voir pour me dire que c’était une très belle cérémonie. On a applaudi Emeline et son groupe de danse a dansé pour elle. Ce moment était rempli d’émotions très positives : ce n’était pas du tout larmoyant. C’est ce qu’Emeline aurait voulu. Cette cérémonie lui ressemblait vraiment. C’est un souvenir à garder qui n’était pas dans la tristesse. Ce n’était pas un adieu, c’était un au revoir. - Pascale Jacopit

Pascale Jacopit
khoomei

khoomei

Khoomei Хөөмей or Hooliin Chor - Mongolian throat singing also practiced in Inner Mongolia, Tuva and Siberia - Intangible Cultural Heritage of Humanity of UNESCO 2009 – “…style of singing in which a single performer produces a diversified harmony of multiple voice parts, including a continued bass element produced in the throat. These singers may perform alone or in groups.”


Khöömii

Khöömii Хөөмей - Chant de gorge mongol, également pratiqué en Mongolie intérieure, Tuva et Sibérie - Patrimoine culturel immatériel de l'humanité 2009 - «... style de chant qui consiste à produire une harmonie composée de divers types de voix, dont un bourdon grave produit avec la gorge. Ce chant peut se pratiquer seul ou en groupe. »

Any suggestion, improvement…? Many thanks and please, contact us…

Kanji: 舞. Radical: 舛. Number of strokes: 15. Meaning: “ dance”. Pronunciation: ブ、ま-う、まいbu, ma-u, mai.

Sun Dance – Blackfoots

"The Blackfoots most important spiritual ceremony is the Sun Dance. Taking place over eight days in the summer, it is also known as the Medicine Lodge Ceremony. It centers around dancing, singing, prayer and fasting, and the buffalo is the highlight of the ceremony. The ceremony was deemed illegal from the 1890s until 1934, when it was restored." (thevintagenews.com)


"La cérémonie spirituelle la plus importante des Blackfoots est la danse du soleil, se déroulant sur huit jours en été. Il se concentre sur la danse, le chant, la prière et le jeûne, et le buffle est le clou de la cérémonie. La cérémonie a été jugée illégale à partir des années 1890 jusqu'en 1934, date à laquelle elle a été restaurée." (thevintagenews.com)

Kanji: 儀. Radical: 人. Number of strokes: 15. Meaning: “ ceremony”. Pronunciation: ギgi.

Hongi during COVID 19

“A Māori tribe in New Zealand’s capital city has banned the traditional hongi at gatherings this week as more cases of coronavirus emerge. (…) “It’s not a ban – the word taupāruru [restriction] is to actually confine or restrict movement in a certain place … it’s common sense about when coming into contact with people really,” Moeahu told RNZ. (…) “That’s not stopping people from doing what they want to do if they choose to do that but from a tikanga [correct] Māori perspective it’s the right thing to do.”…” (from: theguardian.com 2020/03)

butō

Style de danse apparu au Japon en 1959 avec Tatsumi Hijikata (1928-1986) – Mettant en scène le corps nu (souvent peint de blanc), visant un art minimal, cet art explore dans la lenteur des gestes et un grotesque grimaçant, les contradictions d’une époque issue de l’ère atomique, dans un monde en lambeaux et en recomposition.

Any suggestion, improvement…? Many thanks and please, contact us…

chanter

Produire des sons musicaux avec sa voix dans un but professionnel ou personnel.

Any suggestion, improvement…? Many thanks and please, contact us…

196/200theatre

Múa rối nước is a Vietnamese tradition of puppetry meaning “Making puppets dance on water”. (Vietnamese lg, Vietnamese wr)


Múa rối nước est une tradition vietnamienne de marionnettes qui signifie « Faire danser les marionnettes sur l'eau ».

What is theatre? How to define it? Greek theatre or Wayang Kulit, Nô or Comedia dell'arte, Beijing Opera or Shakespearean stage, how have cultures & societies approached theatre? What place has it occupied in the representation of the human or divine world, the events that take place there, or their interpretation? How does the evolution of theatre forms tell the story? What is the presence of theatre in the digital age? (to be completed)

Qu’est-ce que le théâtre ? Comment le définir ? Théâtre grec ou Wayang Kulit, Nô ou Comedia dell’arte, Opéra de Beijing ou scène shakespearienne, comment les cultures & sociétés ont-elles appréhendé le théâtre ? Quelle place a-t-il occupée dans la représentation du monde humain ou divin, des événements qui s’y déroulent, ou leur interprétation ? Comment l’évolution des formes de théâtre en racontent-elles l’histoire ? Quelle est la présence du théâtre à l’ère numérique ?... (à compléter)

Kanji: 迎. Radical: 辵. Number of strokes: 7. Meaning: “ welcome”. Pronunciation: ゲイ、むか-えるgei, muka-eru.

Dance - Patricia Grange

Rien qu’à l’évocation du mot, un frisson parcourt mon corps ! J’adore danser ! Lâcher prise et laisser mon corps me mener où il veut. Cela peut m’emmener aux frontières de la transe ! Peu importe le rythme, l’essentiel est qu’il trouve des échos jusqu’au fond de mon âme, qu’il me donne envie de fermer les yeux, de me lever et de me laisser habiter. Danser, c’est un des meilleurs moyens d’entrer en contact avec les forces telluriques et de se sentir vivant(e) !

Patricia Grange
Mooba Dance

Mooba Dance

Mooba Dance - The main dance of the Lenje ethnic group of Central Province of Zambia, performed since pre-colonial times. Intangible Cultural Heritage of Humanity 2018… “It is also practised in parts of Copperbelt and Lusaka Provinces, by both men and women. On certain occasions, when the dance reaches its peak, some lead dancers are possessed by ancestral spirits called BaChooba; it is said that, at this point, the spirits take the lead in dictating the flow of the dance, drumming and singing. Both male and female dancers can be possessed with BaChooba spirits. The costume includes coloured beads, a traditional skirt called a Buyombo, and rattles worn around the calves. In addition, the main dancers hold a spiritual stick known as a Chimika and a fly whisk made out of an animal’s tail. Mooba serves both entertainment and healing functions, and contributes to the spiritual identity of the community.”


Mooba - Principale danse du groupe ethnique lenje de la province centrale de Zambie – Patrimoine immatériel de l’UNESCO... « Pratiquée dans certaines parties des provinces de Copperbelt et de Lusaka par les hommes et les femmes. Il arrive parfois que lorsque la danse atteint son paroxysme, certains des principaux danseurs soient possédés par des esprits ancestraux appelés BaChooba. Il est dit qu’à ce stade, les esprits mènent la danse, le rythme des percussions et les chants. Les danseurs et les danseuses peuvent être possédés par les esprits BaChooba. Le costume est composé de perles colorées, d’une jupe traditionnelle appelée Buyombo et de grelots portés autour des mollets. En outre, les principaux danseurs tiennent un bâton spirituel appelé Chimika et un chasse-mouche confectionné à partir d’une queue d’animal. La mooba vise à distraire et à guérir, et elle contribue à l’identité spirituelle de la communauté. »

Effet Boomerang

Un lointain ancêtre aborigène était parvenu à séparer la Terre du Ciel grâce à son bâton et à des coups répétés. Or, voulant finalement s’en débarrasser et le jetant au loin, le bâton effectua une curieuse courbe et s’en revint sur lui à son grand effarement ! De la même manière, on croit souvent une idée, un propos, un commentaire, définitivement lancés. Pourtant les voilà qui reviennent sans prévenir avec une attitude pour le moins menaçante. On y comptera certaines blagues par ex. lesquelles se pensent des plus drôles (effet humour*)… L’effet boomerang y trouve-t-il sa justification ? Celle de rappeler que rien n’est sans conséquence, qu’aucune entreprise, action, ni parole, ne saurait échapper à un possible et souvent peu évitable retour… ?

capoeira

capoeira

An Afro-Brazilian cultural practice (simultaneously a fight and a dance) - UNESCO World Intangible Heritage 2014.


capoeira

Capoeira - Patrimoine mondial immatériel de l'UNESCO 2014 - Une pratique culturelle afro-brésilienne (à la fois un combat et une danse).

Any suggestion, improvement…? Many thanks and please, contact us…

194/200dance

Sega is a major music genre and dance of Mauritius. (English lg, French lg, Mauritian Creole lg)


Sega est un genre musical majeur et une danse mauricienne.

What is dancing? How could we define it? When was the history of dance? In what contexts have dances been created? For what purposes? From sacred dances to hip-hop, from ballets to ephemeral choreography, from the imposing Awa odori to Bharata Natyam or the dance of the sun, from their healing power to their grace, what place have they occupied in cultures? How do they continue to evolve? What about animal dances? What influences does the digital environment have on dance? (to be completed)

Qu’est–ce que la danse ? Comment pourrions-nous l’indéfinir ? À quand remonte l’histoire de la danse ? Dans quels contextes les danses ont-elles été créées ? À quelles fins ? Des danses sacrées au hip-hop, des ballets au chorégraphies éphémères, de l’imposant Awa odori au Bharata Natyam ou à la danse du soleil, de leur grâce à leur pouvoir de guérison, quelle place ont-elles occupée dans les cultures ? Comment continuent-elles d’évoluer ? Qu’en est-il des danses animales ? Quelles influences a l’environnement numérique sur la danse ?... (à compléter)

Garifuna

Garifuna

Language, dance and music of the Garifuna - Intangible Cultural Heritage of Humanity 2008 “… rich in tales (úraga) originally recited during wakes or large gatherings”.


Langue, danse et musique des Garifuna - Patrimoine culturel immatériel de l'humanité 2008 «… riche en contes (úraga) récités à l'origine lors de veillées ou de grands rassemblements ».

Shujo Onie Matsuri

Shujo Onie Matsuri

A devil dressed in black,
A second Oni in red
Dancing escorted by acolytes
Amid flaming torches

Here is Shujo Onie Matsuri 修正鬼会
In Tenen-ji temple 天念寺, Kunisaki Peninsula 国東半島
Warding off illnesses and promoting good health

Awa and the masked dances

Among Dogon people, a society called "Awa" rules the masked dances, organized during the various ceremonies.


Chez les Dogons, une société dite "Awa" dirige les danses masquées, organisées lors des différentes cérémonies.

famadihana

famadihana

Famadihana - A funerary tradition from the 17th century held in Madagascar once every seven years, said as the turning of the bones. By this tradition, the family members bring forth the corpses of their ancestors from the tombs, wrap them in fresh cloth and start dancing around before to the crypts.


famadihana

Famadihana - Une tradition funéraire du XVIIe siècle, célébrée à Madagascar tous les sept ans, connue comme "le retournement des morts". Selon cette tradition, les membres de la famille sortent les cadavres de leurs ancêtres des tombes, les enveloppent dans un tissu propre et commencent à danser avant de les redéposer dans les cryptes.

Any suggestion, improvement…? Many thanks and please, contact us…

dance

Artistic and rhythmic activity of the body corresponding to certain rules of moving, related to the tradition (customs, folklore ...) or to modern forms of creativity – Could be practiced alone, as a couple, or in group.


danse

Activité artistique et rythmée du corps correspondant à certaines règles d’enchaînement, liée à la tradition (usages, folklores…) ou au contraire à des formes modernes diversement créatives, que l'on pratique seul, à deux, ou en groupe.

Any suggestion, improvement…? Many thanks and please, contact us…
Song and Dance

Song and Dance

Why Sing? Why Dance?
It has been said that we sing when we can no longer speak.
When we can no longer sing, then we have the need to dance.
Throughout time, space, and culture and belief, the shared experience of song and dance has an important resonance. We share the universal language of music and movement.
We communicate through sound, tempo and melody, as well as body extension, elevation, swirling, soaring and stillness. We understand great joy and deep despair without words or language to misunderstand or misinterpret.

The gentle and subtle wave of a Japanese dancer’s hand movement
The pounding rhythm and metallic speed of a Flamenco dancer’s shoe hitting the stage.
The steady earthbound beat of an East Indian barefoot stomp and symbolic Patakas (hand gestures) speaking clearly.
The joy filled prance of Peruvian color clad villagers winding in circles and patterns.
The most highly skilled and perfect ballet artists turning, leaping and finding the suspended balance that we seek in all our lives.

Why Sing? Why Dance?
As a child, I loved a little poem: “A bird doesn’t sing because he has an answer, he sings because he has a song.”


Pourquoi chanter ? Pourquoi danser ?
On dit que l'on chante quand on ne peut plus parler.
Lorsque nous ne pouvons plus chanter, nous avons alors besoin de danser.
À travers le temps, l'espace, la culture et les croyances, l'expérience partagée du chant et de la danse a une résonance importante. Nous partageons le langage universel de la musique et du mouvement.
Nous communiquons par le son, le tempo et la mélodie, ainsi que par l'extension du corps, l'élévation, le tourbillon, l'envol et l'immobilité. Nous percevons la joie et le désespoir sans mots ni langage susceptibles d’être mal compris ou mal interprétés.

La vague douce et subtile du mouvement de la main d'un danseur japonais.
Le rythme martelant et la vitesse métallique d'une chaussure de danseur de Flamenco qui monte sur scène.
Le rythme soutenu d'un pied nu indien et le symbolique Patakas (gestes de la main) qui nous parle avec clarté.
La joie des villageois vêtus de couleurs péruviennes qui se baladent en cercles et en motifs.
Les artistes de ballet les plus compétents et les plus parfaits qui tournent, sautent et trouvent l'équilibre suspendu que nous recherchons dans toute notre vie.

Pourquoi chanter ? Pourquoi danser ?
Enfant, j'adorais un petit poème : « Un oiseau ne chante pas parce qu'il a une réponse, il chante parce qu'il a une chanson. »

Proposed by

Schemenlaufen

Schemenlaufen

Schemenlaufen, the carnival of Imst - Intangible Cultural Heritage of Humanity 2010 "...a procession of masked, costumed dancers - Fasnacht carnival on the Sunday before the Christian season of Lent".


Schemenlaufen, le carnaval d'Imst - Patrimoine culturel immatériel de l'humanité 2010 "... Tous les quatre ans la ville d’Imst, en Autriche, célèbre son carnaval du Fasnacht le dimanche avant le début du Carême chrétien. Au centre de la fête il y a le Schemenlaufen, défilé de danseurs masqués et costumés.".

hongi

hongi

The traditional Maori greeting, two people pressing their noses together while touching foreheads- The breath of life (ha) is exchanged and the visitor (manuhiri) becomes one of the people of the land (tangata whenua).


hongi

Hongi – Le salut traditionnel maori, deux personnes pressant le nez et le front l’un contre l’autre - Le souffle de vie (ha) est échangé et le visiteur (manuhiri) devient ainsi l'un des habitants de la terre (tangata whenua).

Any suggestion, improvement…? Many thanks and please, contact us…
Cesária Évora

Cesária Évora

Cesária Évora (1941-2011) - A Cape Verdean singer aka Cize for her friends, the “Queen of Morna”, the “Barefoot Diva”…


Cesária Évora (1941-2011) - Une chanteuse capverdienne, alias "Cize" pour ses amis, la « reine de la morna », surnommée la « diva aux pieds nus»…

Baile Chino

Baile Chino

Baile Chino – UNESCO intangible Cultural Heritage of Humanity 2014 – “…Bailes Chinos are brotherhoods of musicians who express their faith through music, dance and singing in the context of commemoration festivities. The practice stretches mainly from the area known as the Norte Chico to the central region of Chile and comprises five fully differentiated styles, each named after the valley or basin where it is most prevalent. Organized mainly by men from rural areas, Baile Chino dances consist of jumps and flexing movements of the legs, performed to the rhythm of isometric instrumental music played on drums and flutes of pre-Columbian origin. The leader sings memorized or improvised rhyming couplets in stanzas that recount holy stories and address religious subjects. He is accompanied by an equal number of musicians and dancers organized in two symmetric columns. A drummer leads the choreography and controls the tempo of the music. Each group also has a flag bearer and guards, who are usually women. The music, dances and couplets are learnt through direct observation, imitation and transmission in the family. Bailes Chinos are a tool for social participation providing prestige to those involved. They function as a model for social integration and cohesion to which almost the entire local community subscribes, out of a sense of identity and solidarity.”


Baile chino

Baile chino - Patrimoine immatériel de l'UNESCO – 2014 – « ...Les bailes chinos sont des confréries de musiciens qui expriment leur foi à travers la musique, la danse et le chant dans le cadre de fêtes commémoratives. Cette pratique s’étend essentiellement de la région connue sous le nom de Norte Chico à la zone centrale du Chili et se caractérise par cinq styles très différents, chacun portant le nom de la vallée ou du bassin à laquelle/auquel il est associé. Organisés principalement par les hommes des zones rurales, les bailes chinos se caractérisent par des sauts et des mouvements de flexion des jambes au rythme d’une musique instrumentale isométrique jouée sur des percussions et des flûtes d’origine précolombienne. Le chef chante des distiques mémorisés ou improvisés en strophes qui racontent des histoires sacrées et abordent des sujets religieux. Il est accompagné d’un nombre égal de musiciens et de danseurs répartis en deux colonnes symétriques. Un percussionniste dirige la chorégraphie et contrôle le tempo de la musique. Chaque groupe comprend un porteur de drapeau et des gardes, qui sont généralement des femmes. La musique, les danses et les distiques s’apprennent par l’observation directe, l’imitation et la transmission au sein de la famille. Les bailes chinos sont un outil de participation sociale qui donne du prestige aux personnes qui y participent. Ils constituent un modèle d’intégration et de cohésion sociales auquel adhère pratiquement toute la communauté locale, et procurent un sentiment d’identité et de solidarité. »

Prakash Reddy Travelled To Denmark…

Throughout history, it has mostly been Western anthropologists who travelled to India to study daily life in all its aspects. In 1989, however, the Indian anthropologist, Prakash Reddy, turned the tables on this Eurocentric trend and travelled to Denmark. Here he did fieldwork in the small village of Hvilsager and set out to study the daily life of its inhabitants. The result was the book 'Danes are like that! Perspectives of an Indian anthropologist on the Danish society'. Reddy highlights the many differences between Danish and Indian culture. [A Culture Shock] A major difference, and a culture shock for Reddy, was the Danish understanding and ways of engaging with hospitality, community and socialising. One of the first things Reddy noticed when he arrived in the village was that hardly anyone came to welcome him. Rather, they watched him from behind their curtains and did not greet him or welcome him at all. In contrast, according to Reddy, if a Danish anthropologist had arrived in an Indian village the entire population would have come to say hello and expressed their curiosity. Reddy felt rather alone, and critiqued the way in which individuals in Danish society are often isolated to the extent, he argued, that the village entirely lacked a sense of community.

Back to Top