Kanji: 堤. Radical: 土. Number of strokes: 12. Meaning: “ dike”. Pronunciation: テイ、つつみtei, tsutsumi.

finality

116/200finality

A major part of west Netherlands is composed of many polders, units of land enclosed by dikes. (Dutch lg)


Une grande partie de l'ouest des Pays-Bas est composée de nombreux polders, parcelles de terrain entourées de digues.

A purpose, what does that even mean and how can we define it? How do we accomplish a purpose? How can we understand the history and variety of the human purpose throughout human history? What meaning has been given to success or failure? How have we placed ourselves at the service of others? What were the forms of cooperation? What was the importance of will? How was it used? How was opposition expressed? Under what circumstances? How can we judge evolution? progress? what goals are guiding the world today? What commitment does this require? What idea do we have of progress? What does progress consist of? What forms can progress take in the digital age? Does the digital age change the way we engage?... (to be completed)

Qu’est-ce qu’une finalité ? Comment la définir ? Quels moyens mobilise-t-elle ? Comment appréhender l’histoire et la variété de nos finalités à travers l’histoire humaine ? Quel sens y a-t-on donné à la réussite ? à l'échec ? Comment s’est-on placé au service d’autrui ? Quelles ont été les formes de coopération ? Quelle a été l’importance de la volonté ? Comment y a-t-on fait appel ? Comment se sont exprimées les oppositions ? Dans quelles circonstances ? Comment y juger de l’évolution ? du progrès ?Quelles finalités dirigent aujourd’hui le monde ? Quelles finalités estimerions-nous utiles à sa marche ? Quel engagement cela nécessite-t-il ? Quelle idée nous faisons-nous du progrès ? En quoi consiste-t-il ? Quelles oppositions y voyons-nous ?Quelles formes peut prendre le progrès à l'heure numérique ? Le numérique change-t-il la façon de s'engager ?... (à compléter)

The child of the dike …

 


L’enfant de la digue...
(D’après Mary Mapes Dodge. 1865. Les Patins d’Argent)
Hans Brinker était un petit garçon des belles étendues de Hollande, habitant dans la commune de Spaarndam. Amoureux de ce « pays » que l’on a qualifié de « bas » en raison de son souci constant du niveau des eaux, il vivait comme beaucoup de ses camarades et compatriotes proche d’une digue. Et c’est naturellement qu’il empruntait chaque soir le chemin qui la longeait afin de rentrer chez lui. Rien de bien particulier ne s’y passait. Pourtant un soir, alors qu’il revenait à la maison à vélo, fredonnant un air avec insouciance, un bruit inattendu attira son attention. De quoi pouvait-il bien s’agir ? Hans jeta un œil en bas de la digue et un frisson le gagna. Une toute petite brèche laissait passer un filet d’eau. Ô quiconque ne connaît pas la puissance de l’eau, et sa capacité à renverser tous les obstacles placés sur sa route, n’y aurait sans doute pas prêté attention. Mais Hans, comme tout un chacun ici, était un vrai connaisseur des dégâts qu’elle peut occasionner et il se précipita donc au bas de la digue. Que faire ? Personne aux environs… Aucune possibilité de colmater cette petite brèche. Il n’hésita pas plus longtemps et glissa son doigt dans l’interstice d’où s’échappait l’eau. Le « bouchon » fonctionna à merveille. Jusqu’à quand ? Il était soudain prisonnier de la digue mais il savait que c’était son devoir de se comporter ainsi. Alors Hans patienta, et nul ne vint davantage durant l’heure qui s’écoula qui lui parut désespérément longue. Son doigt était enflé à présent, et une douleur communiquée à travers le bras gagnait tout son corps. Le regard perdu au loin à la recherche d’une aide providentielle, Hans savait que la nuit bientôt viendrait. Ce qu’elle fit, inéluctablement. Et de longues et interminables heures, à moins que ce ne soit des siècles, se succédèrent. Au petit matin, le premier passant, un pasteur dit-on le retrouva, transi de douleur, grelottant de froid. Hans avait sauvé le village. Et il devint naturellement un héros. Si vous passez par Haarlem, ne manquez pas de faire un détour par sa statue qui se dresse sur l'une des écluses entrecoupant la digue de Spaarndam.

Back to Top