Kanji: 花. Radical: 艸. Number of strokes: 7. Meaning: “ flower”. Pronunciation: カ、はなka, hana.

Petrykivka

Petrykivka

Petrykivka painting ... in Ukraine for "decorating living quarters, household belongings and musical instruments with a style of ornamental painting that is characterized by fantastic flowers and other natural elements, based on careful observation of the local flora and fauna" - Intangible Cultural Heritage of Humanity 2013 .


Petrykivka

Petrykivka peint ... en Ukraine - "décorent leurs habitations, leurs objets domestiques et leurs instruments de musique de peintures ornementales où prédominent des fleurs imaginaires et autres éléments naturels inspirés d’une observation méticuleuse de la flore et de la faune locales" - Patrimoine culturel immatériel de l'humanité 2013.

Dia de Muertos – Facilitating the return of the souls…

"... Families facilitate the return of the souls to Earth by laying flower petals, candles and offerings along the path leading from the cemetery to their homes. The deceased’s favourite dishes are prepared and placed around the home shrine and the tomb alongside flowers and typical handicrafts, such as paper cut-outs. Great care is taken with all aspects of the preparations, for it is believed that the dead are capable of bringing prosperity (e.g. an abundant maize harvest) or misfortune (e.g. illness, accidents, financial difficulties) upon their families depending on how satisfactorily the rituals are executed. The dead are divided into several categories according to cause of death, age, sex and, in some cases, profession. A specific day of worship, determined by these categories, is designated for each deceased person. This encounter between the living and the dead affirms the role of the individual within society and contributes to reinforcing the political and social status of Mexico’s indigenous communities.

The Day of the Dead celebration holds great significance in the life of Mexico’s indigenous communities. The fusion of pre-Hispanic religious rites and Catholic feasts brings together two universes, one marked by indigenous belief systems, the other by worldviews introduced by the Europeans in the sixteenth century." (source: ich.unesco.org)

Rose Valley of Kazanlak

Rose Valley of Kazanlak

Rose Valley of Kazanlak (Bulgarian: Розова долина, Rozova dolina) - A region in Bulgaria famous for its rose-growing industry developed for centuries and known for its production of half of the world's rose oil.


Vallée des roses de Kazanlak (en bulgare: Розова долина, Rozova dolina) - Une région de Bulgarie réputée pour son industrie de la culture de la rose développée depuis des siècles et pour sa production de la moitié de l'huile de rose du monde.

Kanji: 瓶. Radical: 瓦. Number of strokes: 11. Meaning: “ flower pot”. Pronunciation: ビンbin. Other form: 甁.

Yellow gentian

Yellow gentian

Great yellow gentian (Gentiana lutea) - In the mountains of central and southern Europe - Depicted on the reverse of the Albanian 2000 lekë banknote (with the Amphitheatre at Butrinto) - On its obverse, the Illyrian king Gentius 2nd century BCE, the last Ardiaei ruler.


Gentiane jaune (Gentiana lutea) - Dans les montagnes d'Europe centrale et méridionale - Au verso du billet de banque albanais de 2000 lekë (aux côtés de l'amphithéâtre de Butrint) - Au verso, figure le dernier roi illyrien Gentius qui régna de 180à 168 av.J.-C.

flower

Organ of higher plants (angiosperm ) often colored and/or with pleasant scent. The diversity of flowers has provided such a range of various uses and representations from which arts, architecture, but also gastronomy, sciences... have never ceased to draw their inspiration. Often perceived for its relatively ephemeral side, it is also for these same reasons one of the best representatives of the beauty of existence and a hymn to its fragility. It crosses all cultures by its symbolic presence, going as far as to arouse forms of language.


fleur

Organe des plantes supérieures (angiospermes) souvent coloré et/ou au parfum agréable. La diversité des fleurs offre de longue date une palette infinie d'usages et de représentations dans laquelle les arts, l'architecture, mais aussi la gastronomie, la science... n'ont jamais cessé de puiser leur inspiration. Souvent perçue pour son côté relativement éphémère, la fleur est également pour ces mêmes raisons l'une des meilleures représentantes de la beauté de l'existence et un hymne à sa fragilité. Elle traverse l'ensemble des cultures de sa présence symbolique, allant jusqu'à susciter des formes de langages.

Any suggestion, improvement…? Many thanks and please, contact us…

Kadamba flowers

"The fifth of a swarm of bees landed on Kadamba flowers.
A third landed on the flowers of Silinhdra, and flew to the flowers of a Kutaja.
A bee that had not joined the others hovered alone in the air.
Tell me, charming lady, the number of these bees. "
India - Sanskrit Text


« Le cinquième d’un essaim d’abeilles se posa sur des fleurs de Kadamba.
Un tiers se posa sur les fleurs de Silinhdra, et s’envola vers les fleurs d’un Kutaja.
Une abeille qui n’avait pas rejoint les autres planait seule dans les airs.
Dis-moi, charmante dame, le nombre de ces abeilles. »
Inde – Texte sanskrit

chrysanthème

Plante de la famille des composées caractérisée par ses fleurs, et dont on peut également faire certains usages alimentaires.

Any suggestion, improvement…? Many thanks and please, contact us…
Upside down (5) – The language of flowers, spring 2020 version …

Sens dessus dessous (5) – Le langage des fleurs, version printemps 2020...

Une invitée bien improbable nous dira-t-on : la fleur... Oui la fleur, dans toute sa promesse d’être. La fleur dans sa présence odorante, sensible, colorée, une présence qui séduit, embaume, parfois étourdit... La fleur que l’on observe assis sur un banc de jardin, en contemplation dans une alcôve, ou que l’on croise sur les sentiers champêtres... La fleur, dans tout son rôle vital que l’on tendrait quelquefois à oublier et pourtant par lequel l’existence de quantité d’autres êtres s’accomplit...
« Le cinquième d’un essaim d’abeilles se posa sur des fleurs de Kadamba. Un tiers se posa sur les fleurs de Silinhdra, et s’envola vers les fleurs d’un Kutaja. Une abeille qui n’avait pas rejoint les autres planait seule dans les airs. Dis-moi, charmante dame, le nombre de ces abeilles. »
Inde – Texte sanskrit
Mais alors nous dira-t-on, quid de la fleur à l’heure pandémique ? Quid de sa présente contribution à la situation planétaire ? Voici alors que le monde s’anime dans toute sa dimension culturelle, symbolique, marchande... d’autant plus que le printemps de l’hémisphère nord lui offre bien des raisons de s’exprimer.
Nous voici soudain dans les vastes étendues des cultures florales néerlandaises. Nous pourrions être par ex. au parc du Keukenhof, là où les sociétés florales viennent chaque printemps – théoriquement – présenter leurs créations de tulipes et autres fleurs à bulbe. Nous glisser aussitôt dans le chariot du temps et remonter jusqu’aux heures de la tulipomanie (Tulpenmanie en néerlandais) qui s'empara des marchés au 17e siècle. Assister à l'augmentation démesurée des cours de l’oignon de tulipe, la négociation d'un seul bulbe pouvant atteindre vingt fois le salaire annuel d’un artisan spécialisé ! Puis voir l'effondrement du système provoquant un véritable krach boursier, le premier dit-on de l’histoire financière moderne. Krach boursier, a-t-on dit ! De quoi renvoyer d’emblée à la crise très contemporaine, à l’instar des centaines de millions de fleurs prêtes à déferler dans ce marché planétarisé, et aujourd’hui mises au rebut...
Autres fleurs, autres mœurs. Nous voici à présent dans l’un des moments les plus sacrés du printemps nippon : Hanami 花見, littéralement « regarder les fleurs ». Féerie des familles s’assemblant sous les draps de fleurs pastels qui flottent et virevoltent au moindre vent. En pleine crise du coronavirus, les pique-niques traditionnels y ont été souvent interdits. En revanche, les autorités ont permis de marcher dans les parcs pour observer la floraison... Comment ne pas paradoxalement reconnaître l’opportunité du message adressé par cette tradition rappelant à tous, petits et grands, la fragilité de la vie et le caractère transitoire de l’existence...
À la venue du 1er mai, c’est également une autre fleur, le muguet cette fois-ci qui revendiquera son droit à l’actualité, se prêtant à une tradition qui remonterait fort loin dit-on. Représentante du printemps et porte-bonheur déjà chez les Celtes, le muguet aurait rencontré son premier « 1er mai » en l’année 1561. Le roi de France Charles IX y ayant reçu un brin de muguet, aurait en effet décidé d'en offrir régulièrement aux dames de la cour. « Qu'il en soit fait ainsi chaque année ! » Ce n’est que plus tard que cette tradition se popularisera en s’associant à la Fête du Travail, celle-ci ayant été établie dans sa dimension internationale en 1889.
Oui, les fleurs de toute époque, de toute société, ont pu revendiquer bien des forces d’expression s’associant à la saisonnalité dont elles sont messagères, mais aussi aux représentations de la fête, des sentiments, du pouvoir, ou encore de la religion ou du travail. De quoi renvoyer à leur meilleure prise en compte ?... Souvenir – celui d’avoir accueilli durant un après-midi de 1997 au Salon du Livre de Paris, Sir Jack Goody, anthropologue britannique auteur de « la Culture des fleurs ». Incomparable moment à voyager avec lui d’une société à l’autre, tandis que nous y avions débattu autour de la représentation graphique de la fleur devant des panneaux couverts de hiéroglyphes égyptiens, caractères chinois et autres signes UNIDEO...
La fleur, soyons-en certains, survivra à ce triste épisode, mais en aurons-nous profité pour bien comprendre tout ce que nous lui devons de vérité biologique et de poésie éternelle...

(Illustration : Floriographie ou le « langage des fleurs » en UNIDEO, langage qui connut un essor considérable du 18e au 19e siècle, notamment en Allemagne)

The power of flowers

Jack Goody a consacré un majestueux ouvrage à cet objet spécifique dans La culture des fleurs (1994 – Ed. Seuil). Il y apparaît notamment que la fleur constitue l’un parmi les nombreux vecteurs d’identité culturelle. Présente à divers titres sur les cinq continents, elle y fait l’objet d’investissements variés, qui ne sont pas tous, loin s’en faut, d’ordre botanique. L’univers musical s’y manifeste par ex., le dieu musique étant nommé chez les Aztèques Cinq-Fleurs. Le plan architectural s’y énonce également: A Notre-Dame, un cresson de fontaine court en frise, enrichi de motifs en feuilles de chélidoine, et en fleurs de gueules-de-loup. Son analogie en matière spirituelle est bien entendu constante. En Inde Un mortel peut durant sa vie, accomplir autant de bonnes actions qu’on peut tresser de couronnes avec un beau monceau de fleurs…

flower

025/200flower

“Where is the land of immortality, where is the flower of immortality (…)?”These are the words of King Gilgamesh, who came to the land of Bahrain. (Arabic lg, Arabic wr / Akkadian lg, Akkadian wr)


Où est la terre d'immortalité, où est la fleur de l'immortalité (...)? Ce sont les paroles du roi Gilgamesh, qui est venu au pays de Bahreïn.

What is a flower? How to define it? What place have flowers held since their appearance? What place do they hold in the course of life? From hanami to the language of flowers in floriography, from the Bulgarian roses of Kazanlak to the flower of immortality of Gilgamesh, how are they considered culturally? What are their uses? How can they continue to evolve?.... (to be completed)

Qu’est–ce qu’une fleur ? Comment la définir ? Quelle place ont tenue les fleurs depuis leur apparition ? Quelle place tiennent-elles dans le cours de la vie ? Du hanami au langage des fleurs de la floriographie, des roses bulgares de Kazanlak à la fleur d’immortalité de Gilgamesh, comment sont-elles considérées culturellement ? Quels usages en a-t-on ? Comment peuvent-elles continuer d’évoluer ?... (à compléter)

[50 morning thoughts… 22/50]

[50 morning thoughts… 22/50]

“Be curious about the diversity of the world, universe, flowers, languages and others. Be curious about our similarities and differences. Be curious about their universality. Not to control them, but to welcome them in yourself.”


[50 pensées matinales… 22/50]

« Sois curieux de la diversité du monde, de l’univers, des fleurs, des langages et des autres, sois curieux de nos similitudes et différences, sois curieux de leur universalité. Non pour les maîtriser, mais pour les accueillir en toi-même. »

floriography

floriography

Floriography of the language of flowers – A sort of cryptological communication consisting of the use of flowers arrangement which took its roots in Victorian era in England and spread through Europe and United States as well as in South America mainly during the 19th century. It attributed a great significance to specific flowers and their combination.


langage des fleurs

Une sorte de communication cryptologique consistant à utiliser un arrangement de fleurs qui a ses racines dans l'ère victorienne en Angleterre et s'est répandue en Europe et aux États-Unis, ainsi qu'en Amérique du Sud, principalement au cours du XIXe siècle. Il attribue une grande importance à des fleurs spécifiques et à leur combinaison.

Any suggestion, improvement…? Many thanks and please, contact us…
Aomori Nebuta Matsuri

Aomori Nebuta Matsuri

Aomori Nebuta Matsuri 青森ねぶた祭り - A summer festival in Aomori Prefecture, Japan in early August. Nebuta designates the float of a brave warrior-figure carried through the center of the city


Aomori Nebuta Matsuri 青森 ね ぶ た 祭 り - Un festival d'été dans la préfecture d'Aomori, au Japon, au début du mois d’août. « Nebuta » désigne le char d’un guerrier courageux qui traverse le centre de la cité.

Back to Top