The concept factory … November 3, 2019 / Calinthon

The concept factory … November 3, 2019 / Calinthon

We knew the hackathon, telethon and other eventhon, of course modeled on the term /marathon/ (which, by the way, means "a place full of fennels"). However, were we aware of one of the last-born of the family of -thon: the /calinthon/ (French)? It is in the legend of an article dedicated to the opening of an Institute of Kindness at UCLA, that we find it: "Venezuelan and Colombian demonstrators participated in March 2018 at the border to a "calinthon" to promote peace and friendship between their two countries "(Happy initiative!). Having not found as a precise frame for the use of the term, let's risk it indefinition, free to you to complete or modify it: "Calinthon - Provisional and more or less spontaneous assembly to share some kindness with others without expecting anything in return - the forms that can take these impulses of kindness referring to the idea that we can have of a society to another". Time to question what this type of assembly could actually provide and celebrate with dignity November 3, devoting the international day of kindness.


La fabrique à concepts... 3 Novembre 2019 / Calinthon

On connaissait les hackathon, téléthon et autres eventhon, bien entendu calqués sur le terme /marathon/ (lequel, au passage, désigne « un lieu plein de fenouils »). Toutefois avions-nous connaissance d’un des derniers-nés de la famille des -thon : le /calinthon/ ? C’est en légende d’un article consacré à l’ouverture d’un Institut (Bedari) de la gentillesse à l’Université Californienne de Los Angeles (UCLA), que nous le trouvons : « Des manifestants vénézuéliens et colombiens ont participé en mars 2018 à la frontière à un « calinthon » visant à promouvoir la paix et l'amitié entre leurs deux pays » (Heureuse initiative !). N’ayant pas trouvé ce jour de cadre précis à l’usage du terme, nous nous risquerons donc à son indéfinition, libre à vous de la compléter ou la modifier : « Calinthon – Assemblée provisoire et plus ou moins spontanée visant à partager de la gentillesse avec celles et ceux qui s’y retrouvent sans en attendre quoi que ce soit en retour – les formes que peuvent prendre ces élans de gentillesse renvoyant à l’idée que l’on peut s’en faire d’une société ou d’une époque à l’autre. » De quoi nous interroger sur le courant que ce type d’assemblée pourrait effectivement susciter et fêter dignement le 3 Novembre consacrant la journée internationale de la gentillesse.

teranga

teranga

Teranga - True hospitality in Senegal.


téranga

Idée de l’hospitalité au Sénégal, se traduisant par une disposition bienveillante à l’égard de l’autre, de l’étranger, qui s’exprime dans les salutations, l’accueil à table, dans l’échange, le partage des valeurs, etc.

Any suggestion, improvement…? Many thanks and please, contact us…

A Cup of Coffee – Ivan Cankar

A Cup of Coffee

By IVAN CANKAR
Translated from the Slovenian (Yugo-Slav.)
LOUIS ADAMIE, Translator.

NOTE.—The original of A CUP OF COFFEE appeared in a collection of Ivan Cankar’s stories and sketches entitled MY LIFE (Moje Zivljenje.) Cankar is the foremost literary light of Yugo-Slavia, a novelist and poet, noted especially for his spiritual depth and love of truth. He was born of extremely poor peasant parents in Slovenia, prior to, and during the World War a part of Austria, and died in 1917.

IHAVE often been unjust, unfair to people whom I loved. Such injustice is an unpardonable sin, permanent, enduring, unforgettable in one's conscience. Sometimes the sin is forgotten, eroded from your life, drowned in the eventfulness of the days; but suddenly, perhaps in the middle of a beautiful enjoyable day, perhaps at night, it comes back upon you, to weigh down your soul, to pain and burn your conscience as though you have just committed it. Almost every other sin or bitter memory may be washed away with atonement and good thought, except this sin of injustice against someone whom you love. It becomes a black spot in your heart and there it remains.
A man may perhaps try to lie to his soul.—It wasn't so bad as that. Your restlessness has created a black night out of mere shadows. It was but a trifle, an every-day occurrence.—Such words are lies, and the man knows it. The heart is not a penal code in which crimes and offenses are defined. Nor is it a catechism in which sins are classified. The human heart is a judge, just and exact.
Pardonable is a sin which can be described by word of mouth and atoned for. But heavy, tremendously heavy, is a sin which remains with you—in your heart—indescribable, formless. You confess it to yourself when you tremble in fear before death, or at night when the covers of your bed seem like mountains piled upon you.
*⁠*⁠*
Fifteen years ago I came home and remained three weeks. Throughout that time I was gloomy, tired and discontented. My mother's dwelling seemed empty, blank, and I thought that on all of us lingered repulsive shadows, dampness.
The first few night I slept in the large room, and as I awoke in the middle of the night, I saw my mother sitting by the table. She appeared motionless, her head resting on her knuckles, her face illumined in the darkness. As I listened, I did not hear the breathing of a sleeping person, but subdued sobbing. I pulled the covers over my head, but even then I heard her sobbing.

I moved to the attic, where in that dismal humor of mine, I began writing my first love stories. I had been forcibly directing my thoughts to beautiful scenes—parks, woods, creeks, pastures.

One day I craved black coffee. I don't know how it came to my mind; I simply wanted some black coffee. Perhaps because I knew that there was not even a slice of bread in the house and that much less coffee. Sometimes a person is merciless, cruel.
Mother looked at me with her meek, surprised eyes but would not speak. After I informed her that I wanted some black coffee, I returned to the attic to continue my love story, to write how Milan and Breda loved each other, how noble, divine, happy and joyful they were.—Hand in hand, both young and fully alive, bathed in morning dew-drops, swaying—
Then I heard light steps on the stairs. It was mother, ascending carefully, carrying a cup of steaming coffee. Now I recall how beautiful she was at that moment. A single ray of sun shone directly into her eyes through a crack in the wall. A divine light of heaven, love and goodness were there in her face. Her lips held a smile as those of a child bringing one a gift. But—
Leave me alone! I said harshly. Don't bother me now! I don't want any coffee!
She had not yet reached the top of the stairs. I saw her only from her waist up. As she heard my words, she stopped and stood there motionless, only the hand holding the cup shook. She stared at me in terror and the light in her face died.
Blood rushed to my head, from shame, and I stepped toward her as quickly as I could.
Give it to me, mother.
But it was too late. The light in her face had died. The smile on her lips had vanished.
As I drank the coffee, I said to myself:
Tonight I shall speak tenderly to her and make up for what I have done.
In the evening I could not speak to her kindly, nor the next day.
*⁠*⁠*
Three or four months later a strange woman brought a cup of coffee to my room. Suddenly I felt a sting in my heart. I wanted to cry out from pain. I shivered, my whole being trembling in stark agony.—For a man's heart is a just judge; a man's heart does not concern itself with paragraphs in statute books or trifles.

[This work was published before January 1, 1924, and is in the public domain worldwide because the author died at least 100 years ago.] – source: wikisource.


Une tasse de café

Par IVAN CANKAR
Traduit du slovène
LOUIS ADAMIE, traducteur (anglais)

NOTE .— L'original d'une tasse de café est paru dans une collection d'histoires et de croquis d'Ivan Cankar intitulés Ma vie (Moje Zivljenje.).


J’ai souvent été injuste, injuste envers les gens que j'aimais. Une telle injustice est un péché impardonnable, permanent, durable, inoubliable dans sa conscience. Parfois, le péché est oublié, effacé de votre vie, noyé dans les événements des jours ; mais soudainement, peut-être au beau milieu d'une belle journée agréable, peut-être la nuit, il revient sur vous pour alourdir votre âme, pour vous faire souffrir et vous brûler la conscience, comme si vous veniez de le commettre. Presque tous les autres péchés ou souvenirs amers peuvent être effacés par l'expiation et les bonnes pensées, à l'exception de ce péché d'injustice contre quelqu'un que vous aimez. Cela devient un point noir dans votre cœur et il reste là.
Un homme peut peut-être essayer de mentir à son âme. – Ce n'était pas si grave que ça. Ton agitation a créé une nuit noire à partir de simples ombres. Ce n'était qu'une bagatelle, un événement sans importance. - De tels mots sont des mensonges, et l'homme le sait. Le cœur n'est pas un code pénal dans lequel sont définis crimes et délits. Ce n'est pas non plus un catéchisme dans lequel les péchés sont classés. Le cœur humain est un juge, juste et exact.
Pardonnable est un péché qui peut être décrit de bouche à oreille et racheté. Mais lourd, extrêmement lourd, est un péché qui reste en vous - dans votre cœur - indescriptible, sans forme. Vous vous l'avouez quand vous tremblez de peur avant la mort ou la nuit quand les couvertures de votre lit ressemblent à des montagnes qui s'empilent sur vous.
* ⁠ * ⁠ *
Il y a quinze ans, je suis rentré chez moi et je suis resté trois semaines. Pendant tout ce temps, j'étais sombre, fatigué et mécontent. Le logement de ma mère semblait vide, inhabité, et je pensais que sur nous tous pesaient des ombres repoussantes, de l'humidité.
La première nuit, j'ai dormi dans la grande chambre et, me réveillant au milieu de la nuit, j'ai vu ma mère assise à la table. Elle paraissait immobile, la tête appuyée sur ses mains, le visage illuminé par la nuit. En écoutant, je n'ai pas entendu la respiration d'une personne endormie, mais des sanglots modérés. J'ai mis les couvertures sur ma tête, mais je l'ai quand même entendue sangloter.

Je me suis installé dans le grenier, où, dans mon humeur sombre, j'ai commencé à écrire mes premières histoires d'amour. J'avais dirigé de force mes pensées vers de belles scènes: parcs, bois, criques, pâturages.

Un jour, j'ai eu envie de café noir. Je ne sais pas comment cela m'est venu à l'esprit. Je voulais simplement du café noir. Peut-être parce que je savais qu'il n'y avait même pas une tranche de pain dans la maison et encore moins de café. Parfois, on est sans pitié, cruel.
Maman m'a regardé avec ses yeux doux, surpris mais sans parler. Après l'avoir informée que je voulais du café noir, je suis retourné au grenier pour continuer mon histoire d'amour, pour écrire comment Milan et Bréda s'aimaient, comme ils étaient nobles, divins, heureux et joyeux. – Main dans la main, les deux jeune et bien vivant, baigné de gouttes de rosée du matin, se balançant.
Puis j'ai entendu des pas légers dans les escaliers. C'était ma mère, montant avec précaution, portant une tasse de café fumant. Maintenant je me rappelle à quel point elle était belle à ce moment-là. Un seul rayon de soleil brillait directement dans ses yeux à travers une fissure dans le mur. Une lumière divine du ciel, l'amour et la bonté étaient là dans son visage. Ses lèvres souriaient comme celles d'un enfant qui apporte un cadeau. Mais-
Laisse-moi tranquille ! Dis-je durement. Ne me dérange pas maintenant ! Je ne veux pas de café !
Elle n'avait pas encore atteint le haut des escaliers. Je n'ai vue que sa taille. En entendant mes paroles, elle s’est arrêtée et elle est restée immobile, seule la main tenant la tasse tremblait. Elle m'a regardé avec terreur et la lumière dans son visage est morte.
Le sang me monta à la tête, de honte, et je m'avançai aussi rapidement que possible.
Donne-le moi, maman.
Mais c'était trop tard. La lumière sur son visage était morte. Le sourire sur ses lèvres avait disparu.
En buvant le café, je me suis dit :
Ce soir, je lui parlerai tendrement et je rattraperai ce que j'ai fait.
Le soir, je ne pus lui parler gentiment, ni le lendemain.
* ⁠ * ⁠ *
Trois ou quatre mois plus tard, une femme étrange a apporté une tasse de café dans ma chambre. Soudain, j'ai senti une piqûre dans mon cœur. Je voulais crier de douleur. Je frissonnai, tout mon être tremblant de douleur et d'agonie. - Car le cœur d'un homme est un juste juge ; le cœur d'un homme ne se préoccupe pas des paragraphes de statuts ou de bagatelles.

[Cet ouvrage a été publié avant le 1 er janvier 1924 et est dans le domaine public dans le monde entier car son auteur est décédé il y a au moins 100 ans.] – source : wikisource.

175/200beauty

In Niger, Guerewol is a ritual competition among handsome young men from Wodaabee Fula people judged by women. (Fula lg)


Au Niger, Guerewol est une compétition rituelle entre de beaux jeunes hommes de Wodaabee Fula jugés par des femmes.

What is beauty? What is ‘ugliness’? How to define them? Can something even be ugly? What are the criterias for beauty and who made them up? How was the relationship to beauty expressed? How do societies and individuals set standards for it? What place does beauty occupy in human history? How important is it to the digital world? (to be completed)

Qu’est-ce que la beauté ? Qu’est-ce que la laideur ? Comment les définir ? Est-ce que quelque chose peut même être laid ? Quels sont les critères de beauté et qui les a inventés ? Comment s’est exprimée la relation à la beauté ? Comment les sociétés et les individus en fixent-ils les normes ? Quelle place la beauté occupe-t-elle dans l’histoire de l’humanité ? Quelle importance lui accorde le numérique ? (à compléter)

mailience (néol.)

Estimation d’un état parfois pathologique consistant à s’impatienter assez vite de la réponse attendue à un message numérique que l’on vient d’adresser (« Comment est-ce acceptable ?! Il/Elle ne m’a pas encore répondu ! ») tandis qu’on prend soi-même bien plus de liberté et de temps à répondre aux messages reçus (« On verra plus tard… ») - Renvoie à la gestion de sa relation à l’autre, à la considération du délai de raison ou de respect, à la lumière de toutes les bonnes/mauvaises justifications qu’on lui attribuera, et tout particulièrement de l’encombrement des messageries….

Any suggestion, improvement…? Many thanks and please, contact us…

harcèlement

Violence répétée, psychologique, physique ou morale, visant à fragiliser une personne (ou un groupe), renvoyant à la difficulté, et parfois à l’impossibilité de vivre qu’il entraîne, invitant non seulement à mieux ouvrir les yeux sur sa réalité quotidienne, non seulement à le prévenir et le combattre par tous moyens, mais à agir de telle sorte qu’il soit davantage qu'il n'est, en défaut de pouvoir s’exercer.

Any suggestion, improvement…? Many thanks and please, contact us…

bonté

Attitude et sentiment envers autrui disposant à l’accueillir tel qu’il est sans en préjuger, et à lui apporter – dans la mesure du possible – sympathie, réconfort ou soutien.

Any suggestion, improvement…? Many thanks and please, contact us…

FOMO

Tandis que tout est devenu possible simultanément et à toute heure, tandis qu'une offre tout à la fois interpersonnelle, marchande, artistique... s'affiche en continu à la croisée des forums, des fils d'infos et des réseaux, FOMO (de l’angl. Fear Of Missing Out) traduit le sentiment de ne pouvoir répondre correctement à ces attentes, d'être en défaut permanent de réaliser ce qui aurait pu être, accompagné d'une certaine tendance à montrer que ce n'est absolument pas le cas car bien au contraire, l'on en profite pleinement et le fait savoir - Peut susciter chez certain/es une forme d'angoisse au monde. Un antidote peut-être : vivre ?

Any suggestion, improvement…? Many thanks and please, contact us…
The concept factory … 11 November 2019: / sylvodidactique / … or the wisdom of trees

La fabrique à concepts... 11 Novembre 2019 : /sylvodidactique/... ou la sagesse des arbres

L’idée n’est pas nouvelle, les arbres nous font ordinairement du bien. Entendons qu’ils participent – lorsqu’on les y autorise – à l’équilibre du vivant. Ce ne sont pas les situations quotidiennes qui nous en détrompent même si hélas cet ordinaire s’accompagne souvent d’une forme de négligence coupable voire de comportements morbides. C’est dans cette reconnaissance et les inspirations qu’elle peut susciter que se succèdent bien de nouveaux concepts et termes visant à leur rendre hommage... Comme par exemple la /sylvothérapie/ entendons certains modes de soin fondés sur une relation aux arbres et plus largement à la forêt... D’ailleurs, c’est bien là l’idée qu’exprime le terme initial en japonais /shinrin-yoku 森林浴/, soit littéralement « bain de forêt ». De quoi faire sauter de leur chaise bien des lanceurs d’alerte qui assureront qu’enlancer un arbre, aussi poétique cela puisse-t-il paraître, n’est pas sans danger. Ils en donneront pour preuve, les innombrables (et malencontreuses) découvertes que l’on peut y faire si l’on ne prend garde à toute une liste de substances allergènes qu’elles soient issues des bryophytes (mousses), des lichens, ou de ces chères chenilles processionnaires ! C’est également dans ce registre poétique que des amoureux comme José le Piez ont offert de traduire la musicalité des arbres. D’une caresse à un simple toucher, ses /arbrassons/ en sont les magnifiques ambassadeurs aux surprenantes sonorités... À la suite de maintes pédagogies investissant le cadre forestier (on pensera par ex. aux antiques Aranyaka आरण्यक, les « traités forestiers »), nous évoquerons tout aussi volontiers une forme de /sylvodidactique/. Celle-ci pourrait désigner « l’enseignement que la sagesse des arbres met à notre disposition et que nous passons notre temps à décliner inconscients de l’équilibre que nous leur devons. » Tandis que l’exploitation éhontée des forêts en témoigne constamment, tandis que galope leur destruction massive poussée par la recherche de profits désespérément aveugles et les conséquences dramatiques du réchauffement climatique, saurons-nous réactiver d’urgence cet enseignement ? À défaut de le faire, nous pourrions bien comprendre qu’à force d’oubli, les arbres, s’il en reste, finiront par se lasser de nous proposer de l’apprendre... De nouveaux mots pour le dire ne changeront pas complètement la donne, mais pourraient peut-être aider à en reposer les enjeux...

violence

Comportement excessif faisant appel à une force physique ou psychologique dirigée à l’encontre d’autrui ou de soi-même et suivi d’effets provisoires ou durables (blessures, incapacités, maltraitance…) – Elle peut être préméditée et régulière ou au contraire soudaine, occasionnelle que ce soit dans un cadre politique, militaire, juridique… ou dans un contexte interpersonnel, affectif, passionnel… – Le recours à la violence est fréquemment marqué par une forme d’aveuglement, de brutalité et d’injustice qui masque mal son incapacité à emprunter d’autres voies plus responsables et respectueuses traduisant toute sa faiblesse et appelant à sa condamnation.

Any suggestion, improvement…? Many thanks and please, contact us…

Kanji: 感. Radical: 心. Number of strokes: 13. Meaning: “ feeling”. Pronunciation: カンkan.

174/200like

In Moldova, many people like Trîntă, a form of wrestling, which is the national sport. (Moldovan lg, Latin wr, Cyrillic wr)


En Moldavie, beaucoup de gens aiment Trîntă, une forme de lutte, qui est le sport national.

What is love? How to define it? What is the place of love in the history of the world? How has love been expressed? How has friendship been expressed? What place has hatred occupied? How are these feelings expressed numerically? How has technology changed what and who we love? As it opened an array of possibilities or taken us away from the actual meaning?... (to be completed)

Qu’est-ce qu’aimer ? Comment le définir ? Quelle est la place de l’amour dans l’histoire du monde ? Comment a–t–on exprimé l’amour ? Comment a–t–on exprimé l’amitié ? Quelle place a occupée la haine ? Comment ces sentiments s’expriment-ils par les voies numériques ? Comment la technologie a-t-elle changé ce que nous aimons et qui nous aimons ? En ouvrant un éventail de possibilités ou en nous éloignant du sens réel ?... (à compléter)

fado

fado

Fado, urban popular song of Portugal - Intangible Cultural Heritage 2011 "... a Portuguese multicultural synthesis of Afro-Brazilian sung dances, local traditional genres of song and dance, musical traditions from rural areas of the country."


fado

Le fado, chant populaire urbain au Portugal - Patrimoine culturel immatériel 2011 "... une synthèse multiculturelle portugaise de danses chantées afro-brésiliennes, de genres traditionnels de chants et de danses, de traditions musicales des zones rurales du pays."

Any suggestion, improvement…? Many thanks and please, contact us…

optimisme

Disposition de l’esprit qui consiste à écarter tout ce qui tend à penser que les choses puissent aller plus mal et qui, par cette mise à distance, cherche à éclairer l’avenir d’une forme d’espérance et d’amélioration. Peut procéder d’une forme de fixation volontairement excessive afin de prétendre influencer le cours des choses.

Any suggestion, improvement…? Many thanks and please, contact us…

178/200hope

Khoisan communities in the Northern Cape are still hopeful their languages will become official. (Khoisan lgs)


Les communautés khoisan du Cap Nord espèrent toujours que leurs langues deviendront officielles.

What is there to hope for? How to define it? Is hope closing our eyes to the reality of things and the world, or is it seeing a different outcome? How does trust build a decisive part of the future? How does mistrust come about? With what consequences? How does the digital world intervene in these areas?. (to be completed)

Qu’est-ce qu’espérer ? Comment le définir ? Espérer est-il fermer les yeux sur la réalité des choses et du monde, ou bien est-ce en voir une issue différente ? En quoi la confiance construit-elle une part décisive de l’avenir ? Comment se met en place la méfiance ? Avec quelles conséquences ? Comment le numérique intervient-il en ces domaines ?... (à compléter)

Effet Émotion

Sommes-nous plutôt du genre émotif ? Si c’est le cas, nous avons frappé à la bonne porte, l’effet émotion nous attend ici au virage. Les formes qu’il peut emprunter pour se manifester sont certes d’une grande variété. Entre le clin d’œil discret dont on devine qu’il porte un message bien plus fort, et les avalanches de bons (ou mauvais) sentiments dégoulinant de toutes parts, rien de commun apparemment. Rien, sinon ce privilège de l’émotion qui agit en cascade, déclenchant à son tour d’autres émotions, dans votre entourage… ou au contraire un regard dépité quant à notre incapacité à les gérer !