o-seibo

o-seibo

O-seibo お 歳 暮 - A gift exchange period prior to the Japanese New Year, designed to show appreciation and respect to the people to whom we feel indebted. All sorts of presents can be chosen as dishes, food, small decorative accessories often sold in department stores dedicated to this function ... (see o-chūgen お 中元 - its equivalent in summer)


O-seibo

O-seibo お歳暮 – Une période d’échange de cadeaux se situant avant le Nouvel An japonais, destinée à manifester sa reconnaissance et son respect aux personnes vis-à-vis desquelles on se sent redevable. Toutes sortes de présents peuvent être choisis comme de la vaisselle, de la nourriture, de petits accessoires décoratifs souvent vendus dans des départements de grands magasins dédiés à cette fonction... (voir o-chūgen お中元 – son équivalent en été)

Any suggestion, improvement…? Many thanks and please, contact us…

offrir

Remettre à une ou plusieurs personnes quelque chose de matériel ou d’immatériel dans l’idée de les honorer, les remercier, leur exprimer une forme de satisfaction.

Any suggestion, improvement…? Many thanks and please, contact us…

possession

Have a property right over something or someone referring to legal and social codes and to the rights that this confers as well as the moral and legal conditions to enjoy it - Supposes or not the possibility of putting an end to it voluntarily or not (donation , disposal, obsolescence, theft ...).


possession

Détenir un droit de propriété sur qqch ou qqn renvoyant aux codes juridiques, sociaux et aux droits que cela confère ainsi qu’aux conditions morales, légales d’en jouir, supposant ou non la possibilité d’y mettre un terme volontairement ou non (don, cession, obsolescence, vol …).

Any suggestion, improvement…? Many thanks and please, contact us…

The Amber Room – A gift from Frederick William I

The Amber Room is a room with walls covered with amber – It was offered by the King of Prussia Frederick William I (1688-1740) to the Russian Tsar Peter the Great (1672-1725) in 1716. It was installed at the Catherine Palace in Tsarskoye Selo. 55 square meters and more than six tons of amber made it a unique creation!


La Chambre d'ambre est une pièce aux murs recouverts d’ambre offerte par le roi de Prusse Frédéric-Guillaume Ier (1688-1740) au tsar de Russie Pierre le Grand (1672-1725) en 1716. Elle fut installée au palais Catherine à Tsarskoïe Selo. 55 mètres carrés et plus de six tonnes d'ambre en faisaient une création unique !

Ce serait un matin ordinaire, un 1er Janvier 2020...

Un matin où nos centaines de millions de semblables qui, hier soir encore, souffraient de la faim, seraient enfin entendu.es, un plan d’urgence, réfléchi et durable, ayant été concrètement mis en place.

Un matin où les appels répétés à une responsabilité planétaire prenant en compte nos devoirs en matière d’engagement environnemental, feraient sens commun, taisant l’indifférence, le scepticisme voire l’hostilité qu’ils avaient pu jusqu’ici susciter.
Avec eux, un nouveau rapport à l’eau, à la forêt, aux déchets, à l’énergie, à l’océan, à l’alimentation, à l’habitat, au transport... s’instituerait naturellement, source des décisions les plus conséquentes, individuelles et collectives.

Un matin où les explosions de haine et de vengeance qui ont de tous âges alimenté l’agonie du monde et de ses enfants, s’envoleraient, comme si leur déraison morbide s’était dissipée avec les premiers rayons du soleil.

Un matin où l’idée du progrès technique serait profondément revisitée par une pensée éthique et prospective, modifiant notre vision des bouleversements présents et à venir et leur gadgétisation à outrance.

Un matin où le choix d’un enrichissement aveugle, le choix d’une accumulation craintive, paraîtrait soudain si obsolète, si archaïque, tandis que des courants, des torrents d’actions associatives et caritatives seraient encouragés de toutes parts.

Un matin où la diversité culturelle, philosophique, spirituelle, artistique, faisant hier encore face à tant d’incompréhensions et de rejets réciproques, se fondrait dans un environnement pacifié, mutuellement enrichissant.

En ce même matin au coin de la rue, nous verrions une jeune personne donner le bras à une aînée hésitant à traverser.
Et tout au long du chemin, nous observerions des visages souriants ayant regagné confiance dans une souveraine et simple solidarité de l’instant présent comme si toutes les incivilités, toutes les nuisances faussement banales, avaient perdu leur attache.

Puis pour la première fois de l’année, nous parcourrions le fil d’actualités et à la litanie des catastrophes, des promesses de conflits et des cohortes de désinformation, au flot des contentieux, des affrontements stériles et des dénigrements de toutes sortes, se substituerait une construction commune, faite de pensées positives, d’entreprises innovantes, de volontés de conciliation...

Parallèlement à tout cela, une nouvelle cartographie des métiers, du rapport à nos activités et à la justice sociale qui devrait en émaner, une vision intergénérationnelle riche d’un partage sans précédent, se déploierait, ajustant nos systèmes éducatifs, consolidant leur aptitude à répondre à l’un de nos plus grands défis, celui de la dignité humaine pour tous et toutes.

Oui, ce matin du 1er janvier 2020, faisant écho à toute l’espérance du monde et aux voix de justice et de paix, un projet humaniste s’installerait naturellement, comme si la générosité nourrie de longue date par une succession ininterrompue d’êtres souvent anonymes, avait décidé de converger sans détour.
Un projet dans lequel, loin des affrontements d’égo et des rivalités stériles, nulle figure emblématique ne se mettrait en avant, confiant à chaque personne le soin de le porter, l’animer, l’incarner, le prolonger, le faire évoluer...

Et avec ce projet, une redistribution des priorités et des rapports humains, une réflexion équitable sur le partage des biens communs, matériels et immatériels, un sens de l’écoute et du dialogue, gagneraient des myriades d’esprits...

Oui, ce serait un matin à l’aube d’une année appelée à lui donner le visage d’innombrables réalités...

Mais, bien entendu tandis que nous l’évoquons, certains nous diront qu’un tel matin ne peut être, que son rêve semble bien trop utopique pour se réaliser... Et comment ne pas reconnaître pareille lucidité ?

En sommes-nous cependant si sûr.es, car en ce 1er janvier 2020 songeons qu’un tel matin, aussi idéaliste puisse-t-il paraître, ne dépend finalement pas de grand-chose, puisqu’il n’attend que nous pour s’accomplir.
Une seule question demeure : attendra-t-il longtemps encore ?

Alors, du fond du cœur, du fond de l’âme, puissions-nous saisir cette année 2020 dont le miroir, unique en ce siècle, comporte l’idée de dépasser toutes les formes d’évitement et de report.
Que l’année soit donc propice à promouvoir les innombrables voies du réenchantement, et à faire en sorte que chacun.e puisse y trouver sa place aussi modeste soit-elle, ou plutôt tout particulièrement si elle nous paraît modeste.

Que mille vœux de bonheur, de bien-être partagé et d’épanouissement vous accompagnent ainsi que les vôtres sur les chemins de renouveau,
Au plaisir de nous y retrouver,
En ce matin du 1er janvier 2020,
Quelque part sur la carte des infinis possibles,
Eric

nouvel an

Dans la grande diversité des systèmes calendaires et des croyances et coutumes qui les accompagnent, moment de passage d'une année à l'autre, fêté le plus souvent, simplement noté quelquefois - Moment qui revêt une force symbolique au regard du temps écoulé, et des promesses de son prolongement, et peut ainsi encourager à l’énoncé de vœux et défis que l’année à venir aura charge de réaliser, pour peu qu’ils soient sincères

Any suggestion, improvement…? Many thanks and please, contact us…

Rising prices in agriculture

For poor countries, rising prices for wheat, rice and corn make these foods inaccessible to millions of families whose food represents more than half their budget. This unsustainable situation is at the heart of sustainable development which means, for us, a mode of development that meets, on the whole planet, the basic needs of all of its inhabitants source: christopherieuze.rsfblog.org


Pour les pays pauvres, la hausse des prix du blé, du riz et du maïs rend ces denrées inaccessibles à des millions de familles dont l’alimentation représente plus de la moitié de leur budget. Cette situation insoutenable est au cœur du développement durable qui signifie, pour nous, un mode de développement répondant, sur toute la planète, aux besoins fondamentaux de l’ensemble de ses habitants.

- christopherieuze.rsfblog.org

pauvreté

Situation liée au manque de ressources financières qui varie selon les lieux et les temps, et dont les conditions matérielles ou non peuvent entraver la vie de soi-même ou des siens, et la dignité à laquelle chacun a droit.

Any suggestion, improvement…? Many thanks and please, contact us…

What misery and what indignity we have tolerated

In the future, when schoolchildren come by whole buses to visit the poverty section of the Museum of Man, they will be horrified to see what misery and what indignity we have tolerated. Let the human condition still be what it is, at the dawn of the 21st century, our children will not forgive us ...


A l’avenir, quand des écoliers viendront par cars entiers visiter la section pauvreté du Musée de l’homme, ils seront horrifiés de voir quelle misère et quelle indignité nous avons tolérées. Que la condition humaine soit encore ce qu’elle est, à l’aube du 21ème siècle, nos enfants ne nous le pardonneront pas...

générosité

Disposition d’esprit en vertu de laquelle l’on ne s’interroge plus sur la raison d’être du don de soi, ou de ce que l’on a, n’en devenant que le médiateur auprès d’autrui.

Any suggestion, improvement…? Many thanks and please, contact us…

It’s a gift.

: It’s a gift.

: È un regalo.

: Es un regalo.

: Es ist ein Geschenk.

: 贈り物です。

Okurimonodesu.

: C’est un cadeau.

: 这是个礼物。

Zhè shìgè lǐwù.

These are just introductory steps – Please if you see anything to be added or modified, contact us, we’ll be glad to receive your contribution...

enrichir

Rendre riche ou plus riche qu’on n’était déjà selon des voies diverses plus ou moins sujettes à admiration, critique, envie.

Any suggestion, improvement…? Many thanks and please, contact us…

posséder

Détenir un droit de propriété sur qqch ou qqn renvoyant aux codes juridiques, sociaux et aux droits que cela confère ainsi qu’aux conditions morales, légales d’en jouir, supposant ou non la possibilité d’y mettre un terme volontairement ou non (don, cession, obsolescence, vol …).

Any suggestion, improvement…? Many thanks and please, contact us…

héritage

Fait de recevoir un bien matériel ou immatériel (en particulier) d’une personne défunte - À ce titre, constitue une marque relationnelle forte tant au regard du défunt, que des vivants, pouvant susciter admiration ou jalousie, satisfactions ou difficultés.

Any suggestion, improvement…? Many thanks and please, contact us…

donner

Transmettre un bien, matériel ou immatériel qui nous est propre, quelle qu’en soit la valeur, en apportant quelquefois un bien-être, physique ou moral, à celui, celle ou ceux qui le reçoivent.

Any suggestion, improvement…? Many thanks and please, contact us…

Baba Yaga: a Russian classic tale…

 


Il était une fois un homme qui se remaria. Il avait déjà une fille et malheureusement, sa belle-mère lui voulut aussitôt du mal. Un jour, elle lui demanda d’aller voir sa sœur qui habitait assez loin, pour lui demander une aiguille et du fil. La petite-fille mit un fichu rouge sur sa tête et partit pour accomplir sa mission. Mais en chemin, un doute lui vint. Aussi préféra-t-elle s’arrêter auparavant chez sa vraie tante, une brave dame qui l’accueillit avec plaisir. Alors qu’elle venait de lui raconter quelle était sa mission, sa tante s’écria : « Ô ma pauvre enfant, sais-tu que la sœur de ta marâtre n’est autre que Baba Yaga, la terrible ogresse ! » La petite-fille trembla de tout son corps, mais ne se découragea pas pour autant d’autant que sa brave tante lui conseilla d’apporter du jambon pour le chat, de l’huile pour la barrière, un ruban rouge pour le bouleau, enfin du pain tendre pour les chiens. Ainsi rassurée, la petite-fille arriva chez l’ogresse. « je suis venue t’emprunter du fil et une aiguille, lui dit-elle tentant de masquer sa terreur. » Baba Yaga s’en réjouit et tandis qu’elle passait dans la pièce d’à-côté, demanda à cette petite sotte de patienter en tissant. C’est alors que la petite-fille l’entendit exprimer sa joie à sa servante : « J’ai un beau repas pour le dîner, prépare-moi un bon feu ! » La servante vint avec du bois dans la pièce et la petite-fille lui sourit. Celle-ci lui offrit même son fichu rouge et la vieille domestique le mit aussitôt sur sa tête. Baba Yaga appela pour savoir si la petite-fille continuait à tisser : « Oui, ma tante, lui répondit-elle ». Mais elle s’apprêtait plutôt à s’enfuir. À ce moment-là, un chat effrayant bondit devant elle prêt à lui crever les yeux. Mais se souvenant des conseils de sa bonne tante, elle lui donna un morceau de jambon. Quand il l’eût fini, elle lui demanda : « Comment puis-je m’enfuir ? » « C’est simple, la conseilla le chat, prends cette serviette et ce peigne, et si Baba Yaga te rejoint, jette d’abord la serviette par terre ! Et si elle te rattrape de nouveau, jette le peigne ! » Alors la petite-fille sortit de la maison. Il ne fallut pas longtemps pour qu’elle se trouve devant la barrière qui voulut lui bloquer le passage. Toutefois, elle avait une petite burette d’huile pour l’amadouer et après l’avoir versé, la barrière fut si satisfaite qu’elle s’ouvrit complètement. À son tour le bouleau voulut l’arrêter, et tournoya violemment devant elle. Mais la petite-fille noua un ruban à une branche, et le bouleau se redressa calmement. Enfin deux chiens monstrueux voulurent à leur tour lui bloquer le passage. Elle se contenta de leur donner du pain tendre, et ils l’acceptèrent de bon cœur. Il ne lui restait désormais qu’à prendre ses jambes à son cou. Pendant ce temps BabaYaga avait fini par découvrir sa fuite et s’en prenait à tout le monde, frappant et vociférant. Mais chacun eût tôt fait de lui signaler que la petite-fille avait en une seule journée été plus gentille que Baba Yaga depuis des années ! Alors l’ogresse furieuse se mit à courir après son dîner. La petite-fille l’entendant gagner du terrain se souvint de ce que lui avait conseillé le chat et jeta la serviette par terre. Aussitôt celle-ci se transforma en une rivière si large que même l’ogresse ne put la franchir. Baba Yaga n’était pas à court d’idées : elle s’empressa d’aller chercher ses trois puissants bœufs et de leur soif immense, ils parvinrent à boire l’eau de la rivière jusqu’à sa dernière goutte. De nouveau Baba Yaga menaçait la petite-fille qui jeta alors le peigne. La plus luxuriante des forêts sortit de terre et cette fois-ci l’ogresse dut renoncer à la poursuivre. À bout de souffle, la petite-fille regagna enfin la maison où son père inquiet l’attendait. Elle lui fit le récit de tout ce qui s’était passé, et le brave homme décida sur-le-champ de sortir son fusil et de tuer la marâtre. Et le bonheur revint dans sa maison qui plus jamais ne désunit le père et sa fille.

cupidité

La cupidité est le désir insatiable de toute forme de possession, en particulier d’argent. Elle bâtit les palais de marbre, orne les tables des mets les plus rares, et ouvre les salons des amitiés les plus huppées ! Mais en définitive, elle est hélas souvent un magnifique concours au malheur de l’être, malheur d’autrui par le manque de partage, mais surtout et avant tout de soi-même par l'impasse à laquelle elle conduit.

Any suggestion, improvement…? Many thanks and please, contact us…

confort

Le confort désigne l’aisance (souvent matérielle) que l’on souhaite acquérir, préserver ou accroître pour soi-même ou son entourage.

Any suggestion, improvement…? Many thanks and please, contact us…
potlatch

potlatch

Potlatch - A gift-giving ceremony practiced by peoples of the Pacific Northwest Coast of Canada and the United States.


potlatch

Potlatch - Cérémonie d'échange de cadeaux pratiquée par les peuples de la côte nord-ouest du Pacifique et des États-Unis.

Any suggestion, improvement…? Many thanks and please, contact us…

richesse

Possession (de biens, d'argent, autre) estimée importante au regard de son accumulation, mais aussi de sa constitution (création, évolution), voire de sa pérennité – Interroge sur l’emploi qui en est fait, et les valeurs qui y sont attachées (matérielles, immatérielles)

Any suggestion, improvement…? Many thanks and please, contact us…
Joya no kane

Joya no kane

Joya no kane 除夜の鐘 – A Japanese ceremony that takes place in the New Year’s eve with a bell that's rung 108 times to usher in the New Year.


Joya no kane 除夜の鐘 - Une cérémonie japonaise qui a lieu la veille du nouvel an caractérisée par les 108 coups d’une cloche qui sonne pour marquer le début de la nouvelle année.

Back to Top