How the didgeridoo comes to life…

"EXTRA MINUTES: Larry and his father, Djalu Gurruwiwi, are Yolngu men from East Arnhem Land, the birthplace of the renowned didgeridoo or 'Yidaki' as the locals call it. The father and son duo are carry on a tradition thousands of years old by carving the incredible instruments from termite hollowed trees." (60 Minutes Australia)

 


On dit qu’au début des temps, l’obscurité régnait. Tout y était froid et les créatures vivaient dans la peur. C’est pourquoi un dénommé Bur Buk Boon se mit en tête de faire une grande flambée pour réchauffer les siens. Il ramassa quantité de bois et les déposa un à un dans le foyer. Pourtant, il s’arrêta soudain car un bois avait attiré sa curiosité. En vérité, il était habité de termites. Bur Buk Boon se refusant à leur causer le moindre mal, plaça un embout près de sa bouche et souffla dedans. Alors qu’un son grandiose se faisait entendre, les termites s’envolèrent au-dessus du feu et, toutes illuminées, allèrent se fixer dans le ciel. C’est ainsi que furent créées les étoiles. C’est ainsi également que naquit le didgeridoo dont le son harmonieux et puissant allait désormais baigner la Terre de ses bienfaits...

gusle

gusle

GuruNanak.png
Gusle.png


gusle

Gusle гусле - Un instrument de musique à une seule corde ainsi qu’un style de musique accompagné de chant - Patrimoine culturel immatériel de l'humanité 2018 “…un art ancien d’interprétation des épopées historiques, pratiqué depuis des siècles, qui représente une forme de mémoire historique et d’expression de l’identité culturelle.”

Any suggestion, improvement…? Many thanks and please, contact us…
Baile Chino

Baile Chino

Baile Chino – UNESCO intangible Cultural Heritage of Humanity 2014 – “…Bailes Chinos are brotherhoods of musicians who express their faith through music, dance and singing in the context of commemoration festivities. The practice stretches mainly from the area known as the Norte Chico to the central region of Chile and comprises five fully differentiated styles, each named after the valley or basin where it is most prevalent. Organized mainly by men from rural areas, Baile Chino dances consist of jumps and flexing movements of the legs, performed to the rhythm of isometric instrumental music played on drums and flutes of pre-Columbian origin. The leader sings memorized or improvised rhyming couplets in stanzas that recount holy stories and address religious subjects. He is accompanied by an equal number of musicians and dancers organized in two symmetric columns. A drummer leads the choreography and controls the tempo of the music. Each group also has a flag bearer and guards, who are usually women. The music, dances and couplets are learnt through direct observation, imitation and transmission in the family. Bailes Chinos are a tool for social participation providing prestige to those involved. They function as a model for social integration and cohesion to which almost the entire local community subscribes, out of a sense of identity and solidarity.”


Baile chino - Patrimoine immatériel de l'UNESCO – 2014 – « ...Les bailes chinos sont des confréries de musiciens qui expriment leur foi à travers la musique, la danse et le chant dans le cadre de fêtes commémoratives. Cette pratique s’étend essentiellement de la région connue sous le nom de Norte Chico à la zone centrale du Chili et se caractérise par cinq styles très différents, chacun portant le nom de la vallée ou du bassin à laquelle/auquel il est associé. Organisés principalement par les hommes des zones rurales, les bailes chinos se caractérisent par des sauts et des mouvements de flexion des jambes au rythme d’une musique instrumentale isométrique jouée sur des percussions et des flûtes d’origine précolombienne. Le chef chante des distiques mémorisés ou improvisés en strophes qui racontent des histoires sacrées et abordent des sujets religieux. Il est accompagné d’un nombre égal de musiciens et de danseurs répartis en deux colonnes symétriques. Un percussionniste dirige la chorégraphie et contrôle le tempo de la musique. Chaque groupe comprend un porteur de drapeau et des gardes, qui sont généralement des femmes. La musique, les danses et les distiques s’apprennent par l’observation directe, l’imitation et la transmission au sein de la famille. Les bailes chinos sont un outil de participation sociale qui donne du prestige aux personnes qui y participent. Ils constituent un modèle d’intégration et de cohésion sociales auquel adhère pratiquement toute la communauté locale, et procurent un sentiment d’identité et de solidarité. »

instrument de musique

Objet résultant d’une fabrication plus ou moins élaborée, d’une tradition ou d’une inventivité, dont le but est de produire de la musique de manière solitaire ou accompagnée d’autres instruments, de la voix, d’autres sonorités, dans des contextes publics ou privés, marchands ou non - Sa rareté éventuelle, et par conséquent son caractère plus ou moins onéreux, sa maîtrise, l’entraînement qu’elle requiert, ses usages artistiques, militaires, religieux, festifs…, le plaisir qu’il procure et qu’il partage (sous certaines conditions…), en font un élément prépondérant à de nombreuses activités humaines.

Any suggestion, improvement…? Many thanks and please, contact us…

Do you play any musical instrument?

: 楽器を弾きますか

Gakkio hikimasuka.

: 你会演奏乐器吗?

Nǐ huì yǎnzòu yuèqì ma?

: Suoni qualche strumento musicale?

: Est-ce que tu joues d’un instrument de musique ?

: Do you play any musical instrument?

: ¿Tocas algún instrumento musical?

: Spielst du ein Musikinstrument?

These are just introductory steps – Please if you see anything to be added or modified, contact us, we’ll be glad to receive your contribution...

djembé

Instrument à percussion composé d’un fût de forme caractéristique et d’une peau tendue, originaire de l’empire mandingue.

Any suggestion, improvement…? Many thanks and please, contact us…
Petrykivka

Petrykivka

Petrykivka painting ... in Ukraine for "decorating living quarters, household belongings and musical instruments with a style of ornamental painting that is characterized by fantastic flowers and other natural elements, based on careful observation of the local flora and fauna" - Intangible Cultural Heritage of Humanity 2013 .


Petrykivka peint ... en Ukraine - "décorent leurs habitations, leurs objets domestiques et leurs instruments de musique de peintures ornementales où prédominent des fleurs imaginaires et autres éléments naturels inspirés d’une observation méticuleuse de la flore et de la faune locales" - Patrimoine culturel immatériel de l'humanité 2013.

Pied Piper of Hamelin: the story…

 


On raconte que la ville d’Hamelin connut une bien étrange affaire en 1284. À cette époque, la ville était infestée par les rats. Leur multiplication était telle que les habitants de la cité médiévale en étaient épouvantés. Ils avaient bien tenté de s’en débarrasser de diverses manières, mais rien n’y faisait. Il semblait que la ville fût condamnée à tomber entre les mains, ou plutôt entre les pattes de ces nouveaux propriétaires particulièrement encombrants. C’est alors que le Conseil de la cité eut une idée de génie. On disait qu’il existait une méthode infaillible pour chasser les rats : celle du « meneur de rats », un personnage quelque peu mystérieux qui avait, assurait-on, pareil pouvoir. On ne tarda plus à faire appel à lui et ce fut ainsi qu’un beau matin, un individu à la tunique rayée et au chapeau pointu, fit son apparition à Hamelin. On le pria de remplir sans tarder la mission qu’on lui avait confiée. Toutefois, celui-ci s’assura d’abord qu’il serait gratifié en retour de la fortune qu’on lui avait promise. Bien entendu, les notables d’Hamelin s’empressèrent de le lui confirmer : mais, qu’il ne tarde point à prouver son talent ! L’affaire pressait et la situation devenait insupportable. Le meneur de rats sortit alors une flûte de sa besace devant l’effarement de la population. Etait-ce donc de cette manière qu’il comptait venir à bout de ce fléau ?! Ne prêtant attention à quiconque, il commença à jouer. Et soudain, le miracle s’accomplit. Les rats cachés dans leurs recoins se mirent à écouter cette mélodie. Plus étonnant encore, tandis que le joueur se mettait en marche, des cohortes impressionnantes de rats lui emboîtèrent le pas. Ils venaient de toute la cité et en moins de temps qu’il ne faut pour le dire, l’ensemble de ces créatures furent comme hypnotisées par cette étrange mélodie surgie de nulle part. Le joueur de flûte se dirigea ensuite vers les portes de la ville, suivi par un nombre de rats si élevé que tous les habitants ressentirent un frisson d’effroi, mais aussi de soulagement. Car, assurément, le meneur de rats était bien en train de les en débarrasser ainsi qu’il s’y était engagé. Il n’eut plus qu’à les conduire jusqu’à la rivière Weser, où tous, sans exception, se noyèrent. Ainsi fut mis fin à la tragédie qui hantait la Cité. Hélas, c’était pour qu’une autre s’abatte, bien plus impitoyable ! En effet lorsqu’il revint chercher son dû, les habitants bien heureux de leur sort, et oublieux de celui à qui ils le devaient, décidèrent de ne pas respecter leur engagement. Pire encore, ils ramassèrent des pierres et commencèrent à se déchaîner sur le joueur de flûte qui n’eut d’autre salut que de s’enfuir. Grand mal leur en prit. Car quelque temps plus tard, alors que la ville connaissait enfin la quiétude, le son de la flûte de nouveau fut entendu dans les murs de la cité. Mais cette fois-ci, ce n’était plus de rats dont il était question, mais des enfants mêmes de ceux qui n’avaient pas honoré leur parole. On dit que cette nuit-là, cent-trente enfants, garçons et filles, sortirent de leur lit et suivirent le son ensorcelé de la flûte. Les histoires divergent en ce point. Certaines racontent qu’ils furent menés jusqu’à la rivière. D’autres prétendent qu’ils disparurent dans le fond d’une grotte. En tout cas, une chose est certaine : on ne les revit plus. De quoi laisser méditer les habitants d’Hamelin, comme tout un chacun, sur la valeur de l’engagement et de la parole donnée.

Beloved Güiro

Beloved Güiro

“Star of all dances,
Too humble to proclaim it,
He says that life must be celebrated,
And cherished together, as one. Unmissable guest of merengue, bachata and cumbia,
Embodiment of a way of life
Common to an entire civilization,
The traditional and beloved Güiro
Carries the magnificent duality
Which characterises human beings,
And especially the Dominican people
As well as its incredible love to express it through music…”


« Star de toutes les danses, trop humble pour le proclamer,
Il dit que la vie doit être célébrée,
Et être chérie ensemble comme une seule unité.
Invité incontournable du merengue, bachata et cumbia,
Incarnation d’une appréhension de la vie commune à toute une civilisation,
Le traditionnel et bien-aimé Güiro porte la magnifique dualité
Qui caractérise l’être humain,
Et surtout le peuple dominicain
Ainsi que son incroyable amour pour l’exprimer en musique… »

Proposed by

The master of veena…

 


Le maître de veena...
Il était un grand maître de veena dont la réputation avait franchi les limites des royaumes... Il était également un conseiller du roi, qui était son plus grand ennemi. Le conseiller avait déjà à plusieurs reprises tentait de lui nuire – sans succès. Mais il eut un jour une terrible idée. Tandis que l’anniversaire du roi approchait, il proposa que le maître jouât à cette occasion « le raga du feu ». Le morceau était sublime, et tout le monde était réjoui à l’annonce de l’entendre. Un seul problème subsistait toutefois car quiconque interprétait ce raga à merveille, et sans nul doute cela serait le cas, était assuré d’une chose : se consumer et périr. Néanmoins, à la demande du roi, le maître accepta. Le jour venu, il s’installa devant la cour et entreprit de donner sa dernière représentation. Dès les premières notes, chacun fut ébloui. Son jeu n’était pas seulement exceptionnel, il atteignait la perfection. Le conseiller affichait plus que tous sa satisfaction puisque, très bientôt, son vil projet serait exaucé : le maître s’évanouirait dans les flammes. Or, contrairement à son attente, et à la crainte de quelques uns, il acheva son air sans que rien de tel ne se produisît. Tout au contraire, il se leva, salua respectueusement le roi et les membres de la cour, parmi lesquels le conseiller, puis quitta le palais. Il traversa alors la cité, et rejoignit sa fille bien loin du palais. Là, il lui prit les mains et lui sourit avec tout le respect et l’admiration qu’un père peut avoir pour son enfant. D’autant plus qu’en tant que sa meilleure disciple, celle-ci venait ce soir, parallèlement à la représentation de son père, d’exécuter à merveille le raga de l’eau, seul antidote connu pour apaiser celui du feu.

txalaparta

Instrument d’origine basque consistant en une ou plusieurs planches de bois assemblées, posée(s) sur deux paniers ou appuis (recouverts de feuilles de maïs ou de peaux), et sur lesquels deux joueurs frappent à l’aide de bâtons nommés makilas □ Rappelant le galop du cheval selon certains, la txalaparta est un instrument puissant au rythme soutenu

Any suggestion, improvement…? Many thanks and please, contact us…

conga

Instrument de musique à percussion, mais aussi danse et formation musicale que l’on trouve à Cuba et dans les pays d’Amérique latine – Peut désigner plus particulièrement un groupe plus ou moins ancien investi dans la préparation de festivités, notamment le Carnaval.

Any suggestion, improvement…? Many thanks and please, contact us…
Back to Top