Ce serait un matin ordinaire, un 1er Janvier 2020...

Un matin où nos centaines de millions de semblables qui, hier soir encore, souffraient de la faim, seraient enfin entendu.es, un plan d’urgence, réfléchi et durable, ayant été concrètement mis en place.

Un matin où les appels répétés à une responsabilité planétaire prenant en compte nos devoirs en matière d’engagement environnemental, feraient sens commun, taisant l’indifférence, le scepticisme voire l’hostilité qu’ils avaient pu jusqu’ici susciter.
Avec eux, un nouveau rapport à l’eau, à la forêt, aux déchets, à l’énergie, à l’océan, à l’alimentation, à l’habitat, au transport... s’instituerait naturellement, source des décisions les plus conséquentes, individuelles et collectives.

Un matin où les explosions de haine et de vengeance qui ont de tous âges alimenté l’agonie du monde et de ses enfants, s’envoleraient, comme si leur déraison morbide s’était dissipée avec les premiers rayons du soleil.

Un matin où l’idée du progrès technique serait profondément revisitée par une pensée éthique et prospective, modifiant notre vision des bouleversements présents et à venir et leur gadgétisation à outrance.

Un matin où le choix d’un enrichissement aveugle, le choix d’une accumulation craintive, paraîtrait soudain si obsolète, si archaïque, tandis que des courants, des torrents d’actions associatives et caritatives seraient encouragés de toutes parts.

Un matin où la diversité culturelle, philosophique, spirituelle, artistique, faisant hier encore face à tant d’incompréhensions et de rejets réciproques, se fondrait dans un environnement pacifié, mutuellement enrichissant.

En ce même matin au coin de la rue, nous verrions une jeune personne donner le bras à une aînée hésitant à traverser.
Et tout au long du chemin, nous observerions des visages souriants ayant regagné confiance dans une souveraine et simple solidarité de l’instant présent comme si toutes les incivilités, toutes les nuisances faussement banales, avaient perdu leur attache.

Puis pour la première fois de l’année, nous parcourrions le fil d’actualités et à la litanie des catastrophes, des promesses de conflits et des cohortes de désinformation, au flot des contentieux, des affrontements stériles et des dénigrements de toutes sortes, se substituerait une construction commune, faite de pensées positives, d’entreprises innovantes, de volontés de conciliation...

Parallèlement à tout cela, une nouvelle cartographie des métiers, du rapport à nos activités et à la justice sociale qui devrait en émaner, une vision intergénérationnelle riche d’un partage sans précédent, se déploierait, ajustant nos systèmes éducatifs, consolidant leur aptitude à répondre à l’un de nos plus grands défis, celui de la dignité humaine pour tous et toutes.

Oui, ce matin du 1er janvier 2020, faisant écho à toute l’espérance du monde et aux voix de justice et de paix, un projet humaniste s’installerait naturellement, comme si la générosité nourrie de longue date par une succession ininterrompue d’êtres souvent anonymes, avait décidé de converger sans détour.
Un projet dans lequel, loin des affrontements d’égo et des rivalités stériles, nulle figure emblématique ne se mettrait en avant, confiant à chaque personne le soin de le porter, l’animer, l’incarner, le prolonger, le faire évoluer...

Et avec ce projet, une redistribution des priorités et des rapports humains, une réflexion équitable sur le partage des biens communs, matériels et immatériels, un sens de l’écoute et du dialogue, gagneraient des myriades d’esprits...

Oui, ce serait un matin à l’aube d’une année appelée à lui donner le visage d’innombrables réalités...

Mais, bien entendu tandis que nous l’évoquons, certains nous diront qu’un tel matin ne peut être, que son rêve semble bien trop utopique pour se réaliser... Et comment ne pas reconnaître pareille lucidité ?

En sommes-nous cependant si sûr.es, car en ce 1er janvier 2020 songeons qu’un tel matin, aussi idéaliste puisse-t-il paraître, ne dépend finalement pas de grand-chose, puisqu’il n’attend que nous pour s’accomplir.
Une seule question demeure : attendra-t-il longtemps encore ?

Alors, du fond du cœur, du fond de l’âme, puissions-nous saisir cette année 2020 dont le miroir, unique en ce siècle, comporte l’idée de dépasser toutes les formes d’évitement et de report.
Que l’année soit donc propice à promouvoir les innombrables voies du réenchantement, et à faire en sorte que chacun.e puisse y trouver sa place aussi modeste soit-elle, ou plutôt tout particulièrement si elle nous paraît modeste.

Que mille vœux de bonheur, de bien-être partagé et d’épanouissement vous accompagnent ainsi que les vôtres sur les chemins de renouveau,
Au plaisir de nous y retrouver,
En ce matin du 1er janvier 2020,
Quelque part sur la carte des infinis possibles,
Eric

To wonder (2) – Towards a universal calendar?…

À se demander (2) – Vers un calendrier universel ?...

Peut-être l’avez-vous noté au fil des dépêches : le 22 avril – comme chaque année – consacrait la Journée de la Terre... Ce rendez-vous doit son existence aux États-Unis puisqu’il vit le jour le 22 avril 1970 grâce au sénateur Gaylord Nelson lequel encouragea les étudiants à mettre sur pied des projets de sensibilisation à l'environnement. Un demi-siècle a passé et nous voici devant ce même rendez-vous en 2020. Que nous inspire-t-il sur nous-mêmes, sur notre relation aux autres et au monde ? À l’instar de la Pachamama andine, et de quelques invitations aperçues dans le flot des actualités, combien nous aurions été avisé.es de prêter écoute à ce que la Terre avait certainement à nous dire ce jour-là (comme tous les autres, du reste...). Combien nous le serions davantage encore à mieux assumer durant le prochain demi-siècle nos pleines responsabilités face à nos présents et futurs équilibres…

Mais poursuivons ici sur ces chemins calendaires. Un mois plus tôt, le 21 mars*, avait lieu Nowrouz, le Nouvel An iranien (en persan نوروز )... Son nom vient de la langue avestique, parente du vieux perse, et renvoie au « nouveau jour » ou à la « nouvelle lumière ». Puisant ses racines dans les traditions zoroastriennes, Nowrouz est l’occasion de bien des rites. Citerons-nous Tchaharchanbé-Souri (چهارشنبهسوری), la Fête du feu, célébrée le mardi soir à la veille du dernier mercredi de l'année ? Citerons-nous les Haft Sîn (هفت سین), sept objets dont le nom commence par la lettre ‘S’ (de l’alphabet persan) garnissant harmonieusement la table de fête ? etc. Cette année, le virus aura eu raison de son faste traditionnel...
[*Signalons au passage que le 21 mars célèbre en outre les journées – internationales ou mondiales – des forêts, de la poésie, de la Trisomie 21, de l'élimination de la discrimination raciale, ou encore de la marionnette !]

En termes de calendrier, le monde musulman est également entré dernièrement dans le mois de Ramadan, quelque peu particulier cette année en raison des distanciations recommandées... De même dans cet espace-temps d’un monde confiné, nous pourrions associer, sans recherche d’exhaustivité, la journée mondiale de la femme du 8 mars, de l’eau le 22 mars, de sensibilisation à l'autisme du 2 avril ou encore de la liberté de la presse le 3 mai... De quoi nous renvoyer in fine à la déferlante des dates qui s’enchaînent, souvent à notre insu...

C’est alors qu’une série de questions me vient : quelle valeur, quelle importance, accorder à cette succession de célébrations, commémorations et rites ? Sommes-nous, à défaut d’être concerné.es par l’une ou l’autre de ces dates, condamné.es à l’ignorer en tout ou partie ? Ou bien y aurait-il au contraire un levier d’humanités à saisir qui profiterait de ces invitations calendaires afin de mieux penser nos communautés d’être, de croire, d’entreprendre, d’espérer, de progresser... ? Comment tout ceci pourrait-il nourrir ce colloque des humanités dont nous évoquions la souhaitable convocation [À se demander (1)] ? Comment y favoriser le dialogue, la connaissance mutuelle, l’enrichissement réciproque... ? Pourrait-on y voir émerger un calendrier universel, un calendrier des calendriers fort de tous nos engagements de conscience ou de cœur... ? Serait-il opportun d’y consacrer une prochaine année calendaire afin de penser ensemble les raisons et les moyens de l’honorer ? De la Journée mondiale du Braille (4 janvier) à la Journée internationale des migrants (18 décembre), du Nouvel an mongol (Tsagaan Sar Цагаан сар) à la Fête des cabanes (Soukkot חַג הַסֻּכּוֹת), serait-il envisageable d'y instaurer ou d'y restaurer une relation plus ouverte à la richesse de notre monde et des invitations qu'il distribue pour nous le rappeler ?...

(Illustration : Hommage UNIDEO au demi-siècle d’ancienneté de la « Journée – de la Terre »)

Upside down (2) – « Before » and « after », a simple question of time?

Sens dessus dessous (2) – « Avant » et « après », une simple question de temps ?

Petit saut dans le temps... À quoi ressemblera « l’après-coronavirus » ? Les idées ne manquent pas en la matière, prenant souvent, à raison semble-t-il, la forme d’un questionnement : « L'après-coronavirus : un monde nouveau est-il possible ?... » « L’après Coronavirus : un combat titanesque se profile entre « Souverainistes » et « Européistes »... » « L'après coronavirus : la généralisation du télétravail ?... » « Le climat, meilleur investissement pour l'après-coronavirus ?... » « L'après-coronavirus : rien n'a changé, et pourtant tout a déjà changé... »

Soit, il semble donc acquis qu’il y aura un « avant » et un « après », ce qui en soi ne pose aucun problème à une vision ordonnée du temps (tout au moins pour qui s’en accommode*) et de l’encadrement de tout phénomène qui s’y inscrit. À ceci près que ce phénomène-ci porte en lui par sa nature même, une galaxie de phénomènes et que les agréger pour la commodité de pensée que cela est censé nous procurer, n’est peut-être pas la meilleure idée qui puisse être.

* Au passage, il sera peut-être intéressant, ou passablement distractif, de rappeler que la vision linéaire du temps ne semble pas universelle, pouvant induire çà et là des variantes. Ainsi des Aymaras, vivant sur l’Altiplano (Andes), pour lesquels le passé est devant soi, tandis que le futur est derrière. Et que dire de la vision cyclique indienne à la dimension du samsara संसार, de la roue de l’existence, si bien représentée par ce mot usuel kal कल qui en hindi signifie tout à la fois « hier » et... « demain » ?

De fait, y avait-il donc « un » avant ? Entendons par là, étions-nous tous et toutes, avant la survenance de la pandémie, rassemblé.es autour d’une interprétation partagée du monde et de son état comme de ses obligations ? Avions-nous les mêmes analyses d’autres crises et, pour peu que l’on s’en souvienne, d’autres urgences : celles du réchauffement climatique, des crises migratoires, des conflits et du terrorisme, de la misère et des inégalités, etc. ? Non, bien entendu. Ce qui nous amènera à penser qu’il y avait sinon plusieurs « avant », très certainement une diversité d’interprétations à son égard. Est-il dès lors erroné d’imaginer que nous connaîtrons plusieurs « après » contrastés, voire opposés ? Peut-on en ce cas parler d’un « après-coronavirus » quand l’avalanche des scénarios déboulant sur les ondes nous informe de toutes les catégorisations possibles. Les mêmes modèles y tiennent une place de choix répartis, grosso modo, entre les annonciateurs du chaos le plus inévitable (qui ont déjà leurs entrées à la table des prophéties), les adeptes du retour à l’identique (qui ne partagent pas à l’évidence la conviction de « l’impermanence » bouddhiste), les idéalistes forcenés (qui, appelant à « positiver », voient les signes précurseurs d’une brutale opportunité - un mot sur lequel nous reviendrons)... ou encore une masse assez peu considérée d’indécis.es et de sceptiques, ne sachant à quel saint ? sain ? se vouer.
En conséquence de quoi, oui, il y aura bien un « après-coronavirus », d’un point de vue planétaire, globalisé. Et les chiffrages ne manqueront pas pour nous en fournir le bilan humain, financier, géopolitique... Mais en aucune sorte celui-ci ne taira ses disparités locales, souvent violentes, distinctives des situations les plus hétérogènes. Et de même qu’il y a eu quantité d’« avant », il y aura autant et plus d’« après ». Cela n’en rend pas la problématique moins centrale, mais suppose que l’humanité sorte de ses artifices de langage pour prendre la mesure de ce qu’« un » après à la hauteur de ce qui aura été vécu, ressenti, subi, espéré, idéalisé... peut induire comme véritables modifications dans la manière même de concevoir notre inscription commune dans le temps de l’humanité.
Qui sait, peut-être une meilleure considération de ces deux termes apparemment si anodins que sont « avant » et « après », pourrait-elle y contribuer... Essais d’indéfinitions...

« Avant – Indique à un certain moment où on le convoque, un état antérieur dans le temps et/ou l’espace (avant son mariage, avant le tunnel) – Selon que l’objet de référence (un phénomène, un événement, un lieu...) a été atteint, est en cours, ou qu’il a été dépassé, l’idée que l’on se fait de ce qui est avant peut considérablement varier passant d’une forme d’enthousiasme, de crainte, d’appréhension, d’excitation, de nostalgie... à la trace qu’il peut en rester, plus ou moins vague et subjective. À ce dernier titre, il renvoie à la disponibilité qu’on lui accorde ou pas et à la capacité à le questionner. [voir après] »
« Après – Indique à un certain moment où on le convoque, un état postérieur dans le temps et/ou l’espace (après son mariage, après le tunnel) – Selon que l’objet de référence (un phénomène, un événément, un lieu...) a été atteint, est en cours, ou qu’il a été dépassé, l’idée que l’on se fait de ce qui est après peut considérablement varier passant d’une forme de prévision, de bilan, de jugement, de fierté, de regret... renvoyant à sa perception plus ou moins vague et subjective. À ce dernier titre, il renvoie à la disponibilité qu’on lui accorde ou pas et à la capacité à le questionner. [voir avant] »
(Illustration : et si « maintenant » renvoyait à la pluralité des « avant » et des « après », moment suspendu sur la tentative, illusoire, obligée, innovante... de leur possible voire urgent dialogue...)

Interdependence (8) – When yesterday and tomorrow combine with the present …

L’interdépendance (8) – Quand hier et demain se conjuguent au présent...

25 thèmes. 25 zones géographiques et culturelles. Pour que l’outil pantopique soit opérationnel, une dernière grille se doit alors de les croiser : celle de la temporalité. 25 périodes donc, permettant de remonter ou se projeter dans le temps proche ou lointain des humanités...
Au fil des précédentes chroniques de l’interdépendance, cette dimension ne nous aura certes pas échappé. Elle est en effet omniprésente, indispensable à la mise en perspective de toute perception du genre humain.
Nous pourrions ici renvoyer à une approche purement chronologique, toujours déterminante dans la compréhension des phénomènes et de la plupart des réalités qui façonnent le monde. Mais bien entendu c’est dans le croisement, dans l’imbrication des faits et leur ancrage parallèlement spatial et thématique que les choses se révèlent... La pandémie nous en aura apporté une nouvelle fois une éclatante démonstration. Pour l’incarner, je choisirai trois profils d’hommes et de femmes naturellement porteurs, porteuses de cette dimension historique...
Nous voici tout d’abord en compagnie de Mehdi à Chiraz qui nous décrit son quotidien en cette prestigieuse cité qui fut l'une des trois capitales culturelles et artistiques de l'Iran. Chiraz, lieu de naissance d’Hafez, maître du ghazal au 14e siècle. Alors que l’Iran a été l’une des premières nations confrontées à l’emballement de la pandémie, comment ne pas rappeler son glorieux passé médical ? Où l’on pensera tout particulièrement à Ibn Sina, Avicenne (980-1037), auteur du « Canon de la médecine »...
Au Brésil, à Carauari, dans les méandres du fleuve Jurua, affluent de l'Amazone qui relie Manaus, l’on rencontre Raimunda témoignant de toute une vie au cœur de la forêt amazonienne. 80 ans à se rappeler les luttes, les épreuves, la vitalité de la nation brésilienne et finalement sa manière d’appréhender cet ultime épisode. De quoi nous arrêter également sur une autre histoire, celle des peuples de l’Amazonie, de leurs fascinants et fragiles héritages, et de leur destinée...
En Italie, autre nation cruellement meurtrie, de multiples observations en quête d’espoir, auront souhaité décrire les pratiques quotidiennes du confinement. Là parmi elles, à Napoli, Teresa fait partie de ces nombreuses personnes qui se sont soudain rappelées à la fabrication des pâtes maison, faisant au passage exploser la consommation de farine. Occasion toute trouvée pour relancer le débat de leurs origines, non ? Évidemment italiennes, ou chinoises, ou plus vraisemblablement de la plus haute antiquité, puisque liées dès leurs débuts à la culture céréalière explosant au néolithique...
Des motifs d’enquêter ne manqueront pas pareillement de provenir des pistes précédemment évoquées. Car voici bientôt que tous les fragments s’assemblent, du village d’Eyam dans sa lutte contre la peste bubonique au 17e siècle, à la carrière de Tawhida Ben Cheikh décédée à 101 ans, de la crise syrienne contemporaine (subitement mise entre parenthèses ?) à la république de Raguse (1358–1808), de l’histoire de l’orthodoxie bulgare à celle des langues malaise, française ou lingala...
C’est pourquoi in fine nous ne nous retrouvons plus devant une ligne temporelle à sens unique, définissant mécaniquement des « avant » et des « après », mais au cœur d’une architecture complexe dont nous sommes tous et toutes les maillons. Car chacun.e d’entre nous renvoie au flux d’une histoire passée dont nous négligeons si souvent les enseignements. Car chacun.e d’entre nous renvoie tout autant au devenir d’une espèce qui doit et peut se réinventer, pour peu qu’elle se projette dans un maelström de notions et de correspondances où les savoirs, les métiers, les espaces naturels ou culturels, sont invités à se redistribuer dans un tourbillon sans fin...Nous avons en ce présent même une partie des compétences pour accéder à cette conscience. Accéderons-nous à la partie manquante ?
(Illustration : quelques éléments du maelström et de ses correspondances infinies...)

year

Measure of time set on an astral cycle and, as far as the Earth is concerned, of a revolution around the sun, long enough on a human scale to be seen through its rites, divisions, calendar and activities - May be subject to a cumulative count (age).


année

Mesure de temps calée sur un cycle astral et, pour ce qui concerne la Terre, d’une révolution autour du soleil, suffisamment longue à l’échelle humaine pour se voir appréhendée au travers de ses rites, divisions, calendrier et des activités qui s’y distribuent – Peut faire l’objet d’un comptage cumulé (âge).

Any suggestion, improvement…? Many thanks and please, contact us…

semaine

Période de sept jours (pouvant renvoyer à d’autres divisions du même ordre comprenant un nombre de jours différent : dix par ex.), permettant de rythmer le temps en cycles réguliers, caractérisée par un jour de début et de fin, variable selon les cultures, et qui donne un cadre aux activités humaines dans leur renouvellement ou leur récurrence considérées à l’échelle du jour, de la semaine, voire de l’année.

Any suggestion, improvement…? Many thanks and please, contact us…

time

Fundamental concept that accompanies everything we do by placing it in a continuum where its duration is measured according to different systems - Its individual appreciation greatly determines our relationship to life which elapses in apparently irreversible succession.


temps

Concept fondamental qui accompagne tout ce que nous faisons en le plaçant dans un continuum où sa durée se mesure en fonction de systèmes différents - Son appréciation individuelle détermine grandement notre rapport à la vie qui passe.

Any suggestion, improvement…? Many thanks and please, contact us…

lever du soleil

Moment durant lequel le soleil apparaît à l’horizon, moment primitif à toute journée porteur de la promesse de son accomplissement .

Any suggestion, improvement…? Many thanks and please, contact us…

startup

Jeune entreprise caractérisée par ses produits ou services (supposés) innovants, disposant d’un certain potentiel de croissance et justifiant une prise de risque en capital dans le cadre d’une levée de fonds – Peut faire l’objet de jugements enthousiastes liés à ses capacités de développement et d’inventivité, mais aussi à un appel à la prudence voire à une mise en garde sur les incertitudes qu’elle comporte.

Any suggestion, improvement…? Many thanks and please, contact us…

commencer

Entrer dans une situation, un état, un statut ou encore une entreprise.

Any suggestion, improvement…? Many thanks and please, contact us…

situation

The way how something is accomplished - Its more or less precise and/or objective knowledge makes it possible to understand how this accomplishment was carried out.


situation

Manière dont quelqu’un ou quelque chose est disposé ou s’accomplit – Sa connaissance plus ou moins précise et/ou objective, permet de comprendre comment s’est effectué cet accomplissement.

Any suggestion, improvement…? Many thanks and please, contact us…

risque

Un risque résulte d’une exposition à un danger en supposant qu’un événement soit susceptible de se produire avec une gravité variable – Il renvoie ainsi à sa probabilité de survenance.

Any suggestion, improvement…? Many thanks and please, contact us…

raison

Ce qui motive une pensée, une action et qui peut ainsi la justifier aux yeux de soi-même ou autrui.

Any suggestion, improvement…? Many thanks and please, contact us…

prototype

Modèle élaboré afin de présenter – dans un environnement supposé proche de la réalité et des conséquences qu’il peut engendrer - les avantages et/ou performances, ou tout simplement les futurs usages d’un produit ou d’un service en phase de développement, s’appuyant sur une série de tests et essais destinés à anticiper toutes les étapes de sa prochaine réalisation à plus large échelle – Constitue en cela un moment décisif, sensible, et souvent entouré d’un certain secret (intellectuel et/ou industriel) susceptible d’être l’objet d’enjeux, notamment financiers, plus ou moins conséquents.

Any suggestion, improvement…? Many thanks and please, contact us…

procrastination

Aptitude non seulement à reporter au lendemain ce que l’on pourrait ou devrait faire aujourd’hui, mais à s’inventer toutes les justifications susceptibles de nous en disculper, même si souvent celles-ci ne masquent pas leur misère □ Traduit parfois une capacité de détachement face au stress d'une existence où tout doit impérativement prendre place et ordre, dans une cascade d'urgences ininterrompue.

Any suggestion, improvement…? Many thanks and please, contact us…

present

State of time considered in synchronicity with the enunciation which is made of, and by complementarity or opposition to two other states, anterior (past) and posterior (future).


présent

Etat du temps considéré dans une synchronicité avec l’énonciation qui en est faite par complémentarité ou opposition à deux autres états, antérieur (passé) et postérieur (futur).

Any suggestion, improvement…? Many thanks and please, contact us…

principe de précaution

Désigne toutes mesures à prendre quand une activité comporte un risque pour l'environnement ou la santé humaine, même si les « preuves scientifiques » ne sont pas établies. Se distingue ainsi de la prévention en ce sens qu’il concerne des risques suspectés et non avérés.

Any suggestion, improvement…? Many thanks and please, contact us…

patient/e

Calme avec lequel on attend quelque chose, sans manifester d’agacement ou d’envie que cela s’accomplisse plus tôt ou plus vite.

Any suggestion, improvement…? Many thanks and please, contact us…

période

Temps que met un phénomène à s’accomplir entrant généralement dans une succession de moments identiques.

Any suggestion, improvement…? Many thanks and please, contact us…

nostalgie

Sentiment qui porte à se remémorer une partie de son passé, incluant des personnes, des lieux ou des événements qui s’y sont produits auxquels on reste attaché et que l’on aime retrouver dans la représentation plus ou moins idéalisée que l’on s’en fait – Prend une force particulière au regard du temps ou de l’espace qui nous en séparent et de la possibilité ou de l’impossibilité plus ou moins définitive de les retrouver.

Any suggestion, improvement…? Many thanks and please, contact us…

nouvel an

Dans la grande diversité des systèmes calendaires et des croyances et coutumes qui les accompagnent, moment de passage d'une année à l'autre, fêté le plus souvent, simplement noté quelquefois - Moment qui revêt une force symbolique au regard du temps écoulé, et des promesses de son prolongement, et peut ainsi encourager à l’énoncé de vœux et défis que l’année à venir aura charge de réaliser, pour peu qu’ils soient sincères

Any suggestion, improvement…? Many thanks and please, contact us…

new

Which has just started or has been in existence for a short time. Can be opposed by nature to everything which is not new (old, antique ...) defining different values according to the importance that is given to it. Includes the question of change, and the consideration of its implementation.


nouveau

Qui vient de commencer ou existe depuis peu de temps. Peut s’opposer par nature à ce qui ne l’est pas ( vieux, ancien,...) définissant des valeurs selon l’importance que l’on y accorde. Renvoie également à la question du changement et sa mise en œuvre.

Any suggestion, improvement…? Many thanks and please, contact us…

nuit

Moment durant lequel la lumière du soleil est absente en raison du mouvement des astres.

Any suggestion, improvement…? Many thanks and please, contact us…
Nazarboncuk

Nazarboncuk

Nazar ‏نظر‎ - An eye-shaped amulet believed to protect against the evil eye, present in different countries (Turkey, Iran, Albania, Afghanistan, Pakistan…)…


nazarboncuk

Nazar نظر - Une amulette en forme d'oeil censée protéger du mauvais œil, présente dans différents pays (Turquie, Iran, Albanie, Afghanistan, Pakistan…)…

Any suggestion, improvement…? Many thanks and please, contact us…

moderne

Qui se caractérise par son caractère nouveau, notamment en matière de société, de science, de pensée...

Any suggestion, improvement…? Many thanks and please, contact us…

moment

An interval of time whose perception can vary from one person to another and during which events can take place. Refers to the duration of everything and its finitude.


moment

Un intervalle de temps dont la perception peut être variable d’une personne à l’autre et durant lequel des événements peuvent tenir place. Renvoie à la durée de toute chose et à sa finitude.

Any suggestion, improvement…? Many thanks and please, contact us…

month

Main division of the year into a variable number of periods (a dozen in particular) according to the calendars, which can be associated with the rhythm of the seasons and/or human activities.


mois

Principale division de l’année en un nombre variable de périodes selon les calendriers (une douzaine en particulier), pouvant être associées au rythme des saisons et/ou des activités humaines.

Any suggestion, improvement…? Many thanks and please, contact us…

mai

Cinquième mois de l’année.

Any suggestion, improvement…? Many thanks and please, contact us…

chance

Tout événement analysé au regard de ses apports en notre faveur (ou en notre défaveur), dont nous ignorons généralement les causes et que nous pouvons attribuer à des forces supérieures.

Any suggestion, improvement…? Many thanks and please, contact us…

garder

Ne pas se défaire de. Prendre soin de quelque chose ou de quelqu’un.

Any suggestion, improvement…? Many thanks and please, contact us…
Jugaad

Jugaad

Jugaad or Juggaar जुगाड़ - The art of designing ingenious solutions from scarce financial and energy resources, or "doing more with less" in difficult conditions. Became a management technique recognized all over the world.


jugaad

Jugaad ou Juggaar जुगाड़ – Art de concevoir des solutions ingénieuses à partir de peu de ressources financières et énergétiques, ou encore de « faire plus avec moins » dans des conditions difficiles. Devenu une technique de management reconnue dans le monde entier.

Any suggestion, improvement…? Many thanks and please, contact us…

July

Seventh month of the year beginning in January (although it was the fifth with the Roman calendar).


juillet

Septième mois de l’année commençant en janvier (bien qu’il fût le cinquième avec le calendrier romain).

Any suggestion, improvement…? Many thanks and please, contact us…
January

January

January – First month of the year in the Julian and Gregorian calendars – Usually said to be named after Janus, the Roman god of beginnings, gates and transitions (although some assert Juno was its tutelary deity). Different names include: يَنايِر yanâyir in Arabic (see Yennayer, the “first month” of the Berber Year), 一月 yīyuè in Chinese or ichigatsu in Japanese (liter. “first month”), ‘leden’ in Czech (“the ice month")…


janvier

Janvier - Premier mois de l'année dans les calendriers julien et grégorien - Proviendrait du nom de Janus, dieu romain des commencements, des portes et des transitions (bien que certains affirment que Junon en était la divinité tutélaire). Parmi les noms qui lui sont donnés, on trouve : يَنايِر yanâyir en arabe (voir Yennayer, le « premier mois » de l'année berbère), 一月 yīyuè en chinois ou ichigatsu en japonais (littér. « premier mois »), ou encore ‘leden’ en tchèque (« le mois de la glace » )…

Any suggestion, improvement…? Many thanks and please, contact us…

inventer

Produire une idée ou un objet qui va au-delà de ce que l'on connaissait jusqu'ici, au terme d'une recherche ou d'un accident, avec des conséquences plus ou moins importantes sur ce qui existait déjà.

Any suggestion, improvement…? Many thanks and please, contact us…

innovation

Qui apparaît, au regard de ce qui existe déjà (objet, service, méthode, etc..), comme inédit – Résultant d’un processus de recherche conscient, élaboré, parfois itératif ou/et d’un concours de situations opportunes – Ayant un impact (attendu ou non) plus ou moins important sur les équilibres précédemment établis, vecteur d'évolution voire de rupture - S'inscrivant dans le temps, créatrice de valeurs, l'innovation peut être appréhendée de manière économique, politique, sociétale, philosophique..

Any suggestion, improvement…? Many thanks and please, contact us…

indalo

L’indalo est un smbole graphique, dont l’une des interprétations y voit un homme tendant les bras, surmonté d’un arc-en-ciel. Pendant longtemps, il a été considéré comme un signe de chance, et sa peinture sur les demeures pouvait servir à la fois à protéger contre les violentes intempéries, une sorte de paratonnerre symbolique, mais aussi contre le mauvais œil. Parmi ses étymologies, on retiendra indal eccius qui signifierait le « messager des dieux » en ibère. Il est devenu un symbole de la province d'Almería (à Mojácar en particulier). Il a été retrouvé sur les parois de nombreuses grottes notamment celle de Los Letreros, dans la municipalité de Vélez-Blanco, datant de la fin du néolithique. Un mouvement conduit dans cette région au XXe siècle par Jésus de Perceval lui aurait attribué de fortes fonctions représentatives de la vie et de son cycle éternel. Notons enfin que certaines communautés, dont celle des Gitans, ont pu adopter ainsi que cet extrait d’un forum en témoigne :

« Oui comme d'autres j'ai déjà vu ce signe sur des camions et aux Saintes Maries... il paraît que ce signe vient d'Andalousie et qu’il signifie « Homme ». Apparemment, les gitans d'Espagne l'auraient adopté et d'autres aussi ... moi je l'ai en porte-clés et vous ? »

Les amoureux du cinéma n’auront pas manqué de l’observer dans les aventures de Conan le Barbare (1982) favorisant la guérison de son héros (Arnold Schwarzenegger).

Any suggestion, improvement…? Many thanks and please, contact us…

hour

Division of the day - mainly in 24 (or 2 x 12) intervals, which can be subject to other more or less accentuated divisions (minutes, seconds) helping to fix the moment of occurrence of phenomena or tasks.


heure

Division de la journée – principalement en 24 (ou 2 x 12) intervalles, pouvant elle-même faire l’objet de divisions plus ou moins accentuées (minutes, secondes) aidant à fixer le moment de survenance des phénomènes ou des tâches.

Any suggestion, improvement…? Many thanks and please, contact us…

histoire

Récit des événements représentatifs de l’évolution d’une société, d’un peuple, ou de l'humanité – Renvoie à la personne ou aux personnes qui la fixent. / Décision collective et politique consistant à communiquer une certaine lecture du passé, en particulier de ses événements et personnes marquantes, spécifiant les valeurs retenues et la manière dont elles ont été et sont défendues. La constitution d’une histoire universelle apte sinon à concilier, tout au moins à présenter pacifiquement les différentes visions du monde afin d’en débattre, figure comme l’un des enjeux du progrès des humanités.

Any suggestion, improvement…? Many thanks and please, contact us…

habitude

Action ou situation qui se reproduit régulièrement et finit par constituer une forme de référence.

Any suggestion, improvement…? Many thanks and please, contact us…
Back to Top