Difference - Laurence Estève

Ce sont nos différences qui rendent la vie intéressante. Chaque enfant à Zip Zap apprend quelque chose des différences des autres. Ce ne sont pas seulement les riches qui apprennent aux pauvres. L'Afrique du Sud est un pays exemplaire quant à l'acceptation des différences religieuses entre autres.

Laurence Estève

Artist - Laurence Estève

Un/e artiste est un être précieux, difficile, solitaire, différent qui doit trouver un(e) partenaire pour prendre soin des choses concrètes de la vie pendant qu'il (elle) s'aventure à transcrire des idées sur papier, sur musique, sur plâtre, fer, métal, mots, choses, et dans l'air. Car un artiste de cirque peint avec son corps et écrit avec ses mouvements.

Laurence Estève

Travel - Laurence Estève

Aujourd’hui, Zip Zap est devenu un cirque reconnu d’utilité publique par Nelson Mandela. Il y a deux ans, Laurence a reçu la médaille nationale française de l’ordre du mérite. Zip Zap tourne dans le monde entier, et cela n’a pas toujours été évident car il faut savoir qu’en 1994, malgré les élections libres, les noirs ne pouvaient pas voyager sans autorisation spéciale. Pourtant Laurence et son mari se sont battus pour permettre aux jeunes de participer.

Laurence Estève

Slum - Laurence Estève

Imagine-toi dans ta maison avec ta famille et un jour les pelleteuses sont devant ta porte et tu dois prendre ce que tu peux avec toi pour aller vivre dans un endroit que tu ne connais pas et qui va devenir ton bidonville. Tu essaies de trouver des morceaux de bois et de tôle pour te construire un foyer. Au Cap il y a beaucoup de projets pour améliorer les conditions de vie dans les bidonvilles mais c'est compliqué. Pour construire une route et installer l'eau et l'électricité il faut démolir des constructions.

Laurence Estève

Family - Laurence Estève

Le cirque est une grande famille. L'Afrique est une grande famille. Comme dans l'ancien temps en Europe, les familles africaines sont très étendues : les tantes gardent tes enfants, les grands-parents disciplinent tous les petits. Il faut un village pour élever un enfant. Un village en Afrique c'est une grande famille. On pense la même chose à Zip Zap.

Laurence Estève

Share - Laurence Estève

Partager mon savoir est ma plus belle récompense. C'est un honneur d'être utile et cela apporte une grande satisfaction. Nous avons environ 20 volontaires par an qui viennent partager leur savoir avec les enfants de Zip Zap. Ils viennent d'Europe, du Canada et des USA et paient leurs billets d'avion pour avoir l'opportunité de partager.

Laurence Estève

Subsidy - Laurence Estève

Sans les subventions Zip Zap ne peut pas survivre. Mais qu'est-ce que c'est pénible de remplir tous ces formulaires et de ne jamais rencontrer les personnes qui les lisent. Pourquoi les gouvernements n'envoient-ils pas directement leurs agents voir les projets ?

Laurence Estève

Trust - Laurence Estève

Sans confiance tu ne peux pas travailler dans un cirque. Sans confiance tu ne peux pas vivre de vraies relations. Quand un enfant grimpe sur les épaules d'un autre, quand un autre tient une petite dans ses bras au trapèze, ils se font confiance. Les enfants à Zip Zap apprennent à faire confiance à d'autres. Et c'est souvent le début d'amitiés très profondes et très durables. C'est très important pour des jeunes souvent désabusés, abandonnés ou pas acceptés dans d'autres milieux.

Laurence Estève

Training - Laurence Estève

Il n'y a que l'entrainement qui paie. Les jeunes doués ne savent pas ce que c'est que de travailler dur pour obtenir un résultat. Les plus acharnés sont toujours les gagnants à la fin. L'entraînement à Zip Zap est très souple et presque en self-service. C'est une des premières leçons qu'un jeune doit apprendre. Si tu n'es pas déterminé personne ne va te pousser. Si tu veux un résultat (faire partie du spectacle par exemple) ça ne tient qu'a toi. C'est très important qu'un jeune sache ça. Ça lui servira pour le reste de sa vie.

Laurence Estève

Office - Laurence Estève

Quand je passe des heures dans le bureau à trouver des financements ou des sponsors, des demandes de subvention, de temps en temps, je me dis : qu’est-ce que je fais dans un bureau et quand je sors et que je vois les enfants je me dis, celui-là je vais l’aider.

Laurence Estève

Resilience - Laurence Estève

Ça il en faut. Sans être méchant, être tenace est la qualité qui va te permettre de ne pas abandonner. Brent en est rempli et je me rends compte que je le suis aussi quand le résultat est important. Par exemple pour installer le chapiteau dans lequel est Zip Zap aujourd'hui : il nous a fallu beaucoup de permis alors que nous ne connaissions rien au côté administratif. Et puis pour Zip Zap en général, Brent et moi avons été assez tenaces pour ne pas lâcher quand c'était très dur - et il y aura encore des moments comme ça à venir.

Laurence Estève

Culture - Laurence Estève

Très grand débat ou plutôt débat qui se répète chaque fois que les jeunes africains doivent choisir entre leur tradition et l'invasion occidentale. Ils adorent le rap, le hip hop et les chaussures qui flashent mais ils doivent passer par la circoncision pour devenir des hommes. Certains ignorent la loi pour suive leur tradition mais vont voir un avocat quand leur patron n'est pas correct.

Laurence Estève

Circus - Laurence Estève

Le cirque est une activité sociale : tout le monde se retrouve autour d'une piste ronde, tous les milieux sociaux vont au cirque, tout le monde se voit, tout le monde se croise. Zip Zap utilise les arts du cirque pour traiter des problèmes sociaux. Zip Zap accompagne les jeunes dans leurs insertions sociales, comme une famille.

Laurence Estève

Dream - Laurence Estève

Mon rêve c'est de voir Zip Zap continuer sans Brent et moi. Mon rêve c'est de voir mes filles heureuses et épanouies. Mon rêve c'est de participer au bien-être des jeunes. Mon rêve c'est de ne jamais m'arrêter de découvrir.

Laurence Estève

Normality - Laurence Estève

C'est quoi la normalité ? Entrer dans une boîte construite par quelqu'un d'autre? Tout le monde se réjouit des artistes, des inventeurs et des magiciens: mais aucun d'entre eux n'entre dans la normalité. Et si le type d'en face n'entre pas dans la normalité il est jugé.

Laurence Estève

Violence - Laurence Estève

On peut lire ou entendre des gens qui expliquent la violence par le chômage, la pauvreté, l'abus. Il ne faut jamais excuser la violence. Entre le violeur et la victime. Entre le fort et le faible. Entre un pays et les révolutionnaires. Comment échapper à la violence ? L'éducation serait-elle la solution ?…

Laurence Estève
Back to Top